Canal-U

Mon compte
SoMuM / Institut Sociétés en Mutation en Méditerranée

Réflexions en anthropologie de la santé : plis et agencements d'une pandémie en Afrique de l'Ouest


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/somum/embed.1/reflexions_en_anthropologie_de_la_sante_plis_et_agencements_d_une_pandemie_en_afrique_de_l_ouest.58259?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter la chaine
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter

Réflexions en anthropologie de la santé : plis et agencements d'une pandémie en Afrique de l'Ouest

Première conférence de rentrée de l'institut SoMuM, 17 septembre 2020

Crise, transition ou déstabilisation durable des sociales ? L'apport des sciences humaines et sociales


Yannick Jaffré

Anthropologue de la santé en Afrique subsaharienne (CNRS, UMI ESS, GID Institut de France)


Trois questions

1. Quelle place la question des mutations des sociétés occupe-t-elle dans vos travaux de recherche ? 

Comment penser « la société », et pour nous plus spécifiquement ses pratiques de santé, sans intégrer dans nos raisonnements les dimensions historiques qui configurent ce domaine et les liens entre ce que Georges Balandier nommait les « dynamiques du dedans » et les « dynamiques du dehors » ?

  • Accroissement de la circulation des savoirs, des techniques, des architectures hospitalières, des objets et des personnels de santé.

  • Transformation des représentations du corps, des périodisations des âges, de la douleur, des « sensibilités », des choix éthiques et des normes morales face à la procréation, la souffrance et la mort.

  • Confrontations socio-politiques mondialisées et mises en récits audiovisuelles face aux épidémies, aux modalités de leur gestion, et aux dimensions politiques et économiques des actions de santé.


2. Quel rôle le chercheur a-t-il dans la construction de nouvelles représentations du monde ? Doit-il participer à l’élaboration de scénarii du futur ou doit-il exercer une veille pour lutter contre les idées reçues, les mésusages et les manipulations du futur (nouveaux millénarismes, « Grand remplacement », « Collapsologie »…) ? 

Toute recherche consiste à tenter de dire le monde au plus juste. Et cette posture, liant la rigueur de l’étude à sa diffusion et discussion, fait que toute recherche construit des espaces de réflexions fondamentalement et inéluctablement engagées. Et ceci de plusieurs façons :

  • Par l’effort pour dire le vrai ou tout au moins en liant l’étude à son référentiel par des procédures validées et explicites permettant à la communauté scientifique de les critiquer ou de les « revisiter ». Cet effort de description méthodique, d’interprétation maitrisée et de transmission par une écriture refusant une rhétorique de la séduction construit une éthique de l’anthropologie s’opposant aux idées reçues et opinions non fondées sur des faits et leur analyse.

  • Par la volonté de souligner – et éventuellement de traduire - les divers points de vue existant autour d’enjeux et de diverses questions, le travail anthropologique ouvre un espace dialogique permettant à chacun de se dire, de comprendre des logiques comportementales et les raisons d’agir différentes de ses propres habitudes sociales et de comprendre les liens entre des « choix » et des situations sociales. Plus que prendre part au bavardage des opinions il s’agit ainsi de contribuer à construire des débats éclairés.


3. En quoi l’échelle méditerranéenne en tant que terrain d’observation peut-elle contribuer à nourrir votre réflexion ?

Travaillant en Afrique de l’Ouest subsaharienne, l’espace méditerranéen est central. Historiquement et politiquement, bien sûr, mais aussi parce qu’il est un lieu de passage des migrations, un espace de conflit jouant sur plusieurs frontières et aussi un lieu d’accueil de nombreux étudiants africains. L’espace méditerranéen est donc, perçu depuis l’Afrique de l’Ouest, un espace religieux « proche », un lieu de violence qu’il faut « traverser » pour accomplir son parcours migratoire, et aussi un partenaire économique, scientifique et universitaire.

L’échelle méditerranéenne permet, en tout cas, de ne pas uniquement penser selon des relations Nord-Sud, mais en intégrant des réseaux de « proximité » sud-sud qu’ils soient économiques (nombreuses foires, circulation d’objets, espaces de pêche, « muraille verte », etc.), ou normatifs notamment sur les nouvelles modernités (vêtements, architectures, séries télévisuelles, etc.). Dans le domaine sanitaire, les liens avec le Maghreb sont essentiels (formations, ONG, évacuations, parcours de soins).

  •  
  •  
    Date de réalisation : 17 Septembre 2020
    Lieu de réalisation : Maison méditerranéenne des sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)
    Durée du programme : 43 min
    Classification Dewey : Généralités sur les sciences sociales
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : niveau Master (LMD), niveau Doctorat (LMD), Recherche
    Disciplines : Anthropologie et Ethnologie
    Collections : Conférences de l'Institut SoMuM, Conférences de rentrée de l'Institut SoMuM 17 septembre 2020
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : JAFFRE Yannick
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : Méditerranée, Afrique de l'Ouest, Santé
    Conditions d’utilisation / Copyright : Licence Creative Commons
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte