Canal-U

Mon compte
CANAL UNISCIEL

La grenouille rousse (Rana temporaria), pontes et têtards


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/tele2sciences/embed.1/la_grenouille_rousse_rana_temporaria_pontes_et_tetards.11817?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Producteur Canal-U :
CANAL UNISCIEL
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

La grenouille rousse (Rana temporaria), pontes et têtards

Fin février début mars, les grenouilles rousses vont à l'eau pour pondre leurs oeufs.
Les mares se remplissent alors de ces masses "gélatineuses" flottantes, dans lesquelles
 se développent les embryons. Sous la surface de l'eau, chaque gangue sphérique enveloppe un embryon fortement pigmenté. L'oeuf fécondé subit d'abord la période de clivage qui produit une blastula composéede plusieurs milliers de cellules. Viennent ensuite de nombreux remaniements cellulaires qui caractérisent la gastrulation. Une indentation ou sillon blastoporal creuse l'hémisphère inférieur ou hémisphère végétatif. A cet endroit, la pigmentation est absente. Par la suite, le corps de l'embryon se modèle.
Le système nerveux est le premier à se former  avec l'apparition des bourrelets neuraux
dans la région dorsale. D'abord latéraux, ils se rejoignent puis se soudent sur le plan médian pour former le tube neural à l'origine du nevraxe. Dès lors, on distingue la région antérieure céphalique et la région troncale. L'embryon s'allonge et la région postérieure
développe le bourgeon caudal à l'origine de la queue du têtard. On observe le remarquable synchronisme du développement embryonnaire au sein d'une même ponte. Jusqu'à l'éclosion, le stade du bourgeon caudal s'allonge. L'embryon dans ses gangues, est animé des premiers mouvements musculaires. A la suite du système nerveux, d'autres ébauches d'organes apparaissent. Dès le stade du bourgeon caudal,
le sang circule dans les branchies naissantes au rythme des battements cardiaques. Le flux sanguin s'observe également dans le voile de la queue natatoire. Après l'éclosion, les branchies sont internalisées dans une chambre branchiale ouverte par un orifice, l'opercule. Finalement, il subsiste un orifice latéral gauche qui expulse le courant d'eau entré par la bouche dans la chambre branchiale. Les branchies, devenues internes, oxygènent ainsi le flux sanguin pompé par le coeur dont on observe les battements. Depuis l'éclosion, la bouche du têtard s'ouvre et les choanes paires (les narines) sont bien visibles. La bouche devient fonctionnelle, une fois ornée d'un bec garni de rangées de denticules cornés. En coupe histologique sagittale, le bec corné encadre l'entrée d'une large cavité buccale. Le bec corné est animé de mouvements ininterrompus de raclage et de succion. Ainsi le têtard broute tout ce qu'il trouve à commencer par les gangues, mais aussi les végétaux tels que les algues filamenteuses. La voracité des têtards de grenouille les conduit à croître rapidement pendant deux mois jusqu'à la métamorphose.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte