Canal-U

Mon compte
Université de Toulon

Arts et science en 2019 : le « Café-Radio-Culture » à Mulhouse !


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_de_toulon/embed.1/arts_et_science_en_2019_le_cafe_radio_culture_a_mulhouse.54239?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Producteur Canal-U :
Université de Toulon
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Arts et science en 2019 : le « Café-Radio-Culture » à Mulhouse !

Le « Café-Radio-Culture » est une émission radiophonique sur le thème de la culture, enregistrée dans le cadre d’événements scientifiques, lors des moments de pause-café.

La première émission a été conçue et lancée dans le cadre des Doctorales de la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC) les 12, 13 et 14 juin 2019 à Mulhouse.

https://www.sfsic.org 

Les Doctorales réunissent tous les deux ans les jeunes chercheurs en sciences de l’information et de la communication (SIC). Cette année, l’évènement a lieu sur le campus Fonderie de l’Université Haute-Alsace et a accueilli une programmation artistique : première pierre à l’édifice d’un projet de création de festival des Sciences de l’information et de la Communication, coordonné par Émilie Bouillaguet, administratrice au sein de la SFSIC :



« Ce projet de festival est né de l'envie de développer de nouvelles formes de rencontres entre notre discipline et la société, de stimuler des liens déjà très forts entre le milieu de la création artistique et les sciences de l’information et de la communication. Ces rencontres « Arts - SIC – Culture » sont là pour susciter de nouveaux échanges, de nouvelles formes de convergences entre le milieu académique et le milieu artistique, en décloisonnant leurs espaces d’expression, en investissant, avec les artistes, des lieux tels que les amphithéâtres bien sûr, mais aussi les couloirs, halls et parvis de fac, les salles de spectacle, les hors-scène, l’espace public et la rue. Ce projet s’appuie sur l’idée qu’il est important et productif de revaloriser d’une part la dimension culturelle et sociale – souvent oubliée ou discrète –, du travail scientifique et, d’autre part, la dimension scientifique de tout regard artistique qui pointe les travers, les enjeux, les problématiques de notre société actuelle, notamment celle de l’information et de la communication ». Émilie Bouillaguet, coordinatrice culture à la SFSIC.


Qu’en pensent les chercheurs ? Au cœur d’un plateau déployé pour l’occasion, ils ont été invités à converser autour de la thématique artistique. L’émission, réalisée par Billel Aroufoune et David Galli, permettait la discussion libre en s’appuyant sur des travaux de recherche et sur les histoires de vie de chacun. Certains moments du spectacle surgissent par instant, déployant une dynamique originale sur une quarantaine de minutes. Jeunes chercheurs et confirmés se sont rencontrés lors des conférences, mais aussi lors des représentations de la compagnie de théâtre de rue Du Grenier au Jardin, du DJ et producteur de musique Clément Zajazza ou encore du magicien close-up de la Cie La Trappe à Ressort.


Entre les communications des congressistes et les conférences plénières, le centre d’Art de la fonderie LA KUNSTHALLE exposait une monographie de Basim Magdy : Un Paon et un Hippopotame se Lancent dans un Débat Existentiel. Aussi, le court-métrage New Acid (2019) du même artiste a été diffusé dans un décor invitant le public à trouver sa propre place au milieu de photographies inédites, de peintures et de vidéos…


En plus des intervenants qu’il est possible d’entendre au micro de l’émission, d’autres ont souhaité partager leur expérience scientifique en rapport avec l’art. C’est le cas d’Eleni Mitropoulou, Professeure en SIC à l’université de Haute Alsace et hôte du congrès, qui travaille notamment sur les liens entre la communication, la culture et la sémiotique. E. Mitropoulou nous explique comment elle mobilise ces questions dans ses travaux :


« Ce qui m’a toujours passionné dans ce cadre, en tant qu’enseignant-chercheur, qu’observateur de ce phénomène, c’est le domaine de la médiation culturelle, c’est-à-dire ce domaine qui est là pour entreprendre, pour construire des liens entre les publics de niveaux différents, mais notamment des publics qui ne sont pas ce qu’on n’appelle des amateurs d’art, un public avertit en art, et la façon dont on leur donne à voir et à vivre la culture ».


Les espaces de productions et de performances changent, se transforment, évoluent avec les technologies numériques de l’information et de la communication. Cela a-t-il une incidence quelconque sur le travail de l’artiste ? Selon E. Mitropoulou ce n’est pas le lieu qui détermine le sens, elle précise :


« Dans un premier temps, le lieu va actualiser d’une certaine façon le travail de l’artiste. Que ce soit un travail qui se répète, qu’on fait ailleurs mais qu’on présente ici, ou un travail qui est construit, parce que cela se passe ici. Dans ce cas ce n’est pas le travail de l’artiste qu’on va actualiser mais c’est la démarche de l’artiste qui va se trouver autrement manifestée. Le terme que je donnerai, rapidement, c’est le terme de l’actualisation, un mode d’existence particulier en sémiotique »


Les doctorants et jeunes chercheurs, ont apprécié le volet culturel qui leur a été proposé. Pryl, un prophète à la rue, est un spectacle qui ne laisse pas indifférent. Interprété par Thomas Dardenne, écrit et mis en scène par Fabrice Richert, ce spectacle interactif et participatif a réuni, sur le parvis de la faculté, et dans la rue, congressistes et familles du quartier, tous impliqués dans l’histoire tragique de ce clown tueur malgré lui. La performance a suscité de nombreuses réactions : « C’était émouvant » ; « Très bien écrit » ; « L’interaction était de mise » ; « Je suis arrivé un peu tard, mais le final était intriguant » ; « C’était perturbant ». Le concept Sampling Is Beautiful, du DJ Clément Zajazza, proposant une battle entre doctorants et enseignants autour de mots et notions issus de la discipline a été très bien accueilli par le public. A tel point que quelques doctorants semble-t-il plus réservés regrettent de ne pas avoir pu danser.  


Réalisation :


Billel AROUFOUNE, Laboratoire IMSIC, université de Toulon et Aix-Marseille université 

David GALLI, Laboratoire IMSIC, université de Toulon et Aix-Marseille université

Intervenants :


0’ - Introduction par Billel Aroufoune et David Galli


[1ère PARTIE]


2’50 - ZAJAZAA, DJ-Producteur, projet « Sampling Is Beautiful »

7’40 - Émilie Bouillaguet (Coordinatrice du festival, CA de la SFSIC)

10’15 - Philippe Bonfils (Président de la SFSIC)

11’40 - Julie Golliot (Laboratoire IMSIC)

13’ - Spectacle de rue « Pryl » avec Thomas Dardenne (comédien)

17’20 - Fabrice Richert (metteur en scène), compagnie du Grenier au Jardin


[2ème PARTIE]


19’40 - Daniel Raichvarg (Président d’honneur de la SFSIC)

24’00 - Nicolas Pélissier (Laboratoire SICLab)

28’05 - Camille Royon (Laboratoire Culture et Communication)

32’00 - Carsten Willem (Vice-Président Relations internationales de la SFSIC)

34’05 - Jean Claude Domenget (Vice-Président Recherche de la SFISC)

34’50 - Daniel Raichvarg (Président d’honneur de la SFSIC)

37’30 - Conclusion par Billel Aroufoune et David Galli

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte