Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

Généalogies légendaires, parentés fictives : Prosapia de Cristo de Matute de Peñafiel / Hélène Tropé


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/genealogies_legendaires_parentes_fictives_prosapia_de_cristo_de_matute_de_penafiel_helene_trope.6297?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Généalogies légendaires, parentés fictives : Prosapia de Cristo de Matute de Peñafiel / Hélène Tropé

Généalogies légendaires et parentés fictives : Prosapia de Cristo (1616). Hélène TROPÉ. In Dire, taire, masquer les origines dans la péninsule ibérique, du Moyen Age au Siècle d'Or, colloque international organisé par l'Équipe de recherche "Littérature Espagnole Médiévale et du Siècle d'Or" (LEMSO) du laboratoire France méridionale et Espagne : histoire des sociétés du moyen age à l'époque contemporaine (FRAMESPA) en collaboration avec le département d'études hispaniques et hispano-américaines. Toulouse : Université Toulouse II-Le Mirail (UTM), Médiathèque José Cabanis, 22-24 mars 2010.
Thème 1 : Origine des mots, origine des noms (22 mars 2010).

« Généalogies et parentés fabuleuses. L'exaltation du sang divin de Lerma et de sa parenté avec Philippe III dans Prosapia de Christo (1614) de Diego Matute de Peñafiel Contreras ».
En lien avec la problématique du colloque "Dire / taire / masquer les origines" et en particulier avec le second point: "généalogies", énoncé dans le deuxième axe du colloque, Hélène Tropé analyse la stratégie de promotion d'une image "royale" du duc de Lerma, favori de Philippe III, mise en œuvre dans l'ouvrage de Diego Matute de Peñafiel Contreras, Prosapia de Christo, publié à Baza en 1614.
Les favoris de la Maison des Habsbourg, en particulier à partir de Philippe III, aimaient à faire un large étalage de leur noblesse. Parmi les stratégies mises en place par ces derniers pour se maintenir au pouvoir et tenter d'y rester le plus longtemps possible, se trouve cette revendication d'un haut lignage, celui-ci dût-il être inventé, sinon de toutes pièces, du moins en partie. Le texte qui fait l'objet de notre proposition de communication représente une étape importante dans cette stratégie puisque, dédié à don Francisco Gómez de Sandoval, duc de Lerma, il présente le lignage humain du Christ depuis Adam en montrant que certains ancêtres communs de Philippe III et de Lerma les apparentent.
Il s'agira tout d'abord de replacer ce texte dans la double perspective historique qui permet d'en éclairer la genèse: d'abord, nous le situerons dans ce moment historique très particulier qu'est la monarchie de Philippe III, laquelle voit émerger une représentation du valido comme double ou alter ego du monarque, chose impensable sous le règne de son père, le Roi Prudent. Notamment, il s'agira de montrer que ce n'est pas un hasard si ce texte, qui, de façon saugrenue, fait entrer le favori dans la lignée royale, est publié en 1614, c'est-à-dire au moment où les critiques se multiplient contre "le plus grand voleur du monde" - el mayor ladrón del mundo selon le poète gongorin Villamediana-, et où il faut dès lors coûte que coûte renforcer cette image "royale" du favori, attaquée de toutes parts. De façon plus large, j'essaierai de montrer que ce texte s'inscrit aussi dans un mouvement idéologique plus ample, que l'on peut dater de la fin du XVIe siècle et du début du suivant, où les discours sur l'origine, la genèse, la naissance, le début, les généalogies, des mots, des choses et des personnes se multiplient, en relation directe avec une interrogation identitaire sur l'essence de l'Espagne et de "l'être espagnol", et ce depuis au moins les débuts du règne de Charles Quint. De ce point de vue, nous évoquerons aussi d'autres œuvres ayant exalté la grandeur de la généalogie du duc de Lerme et assuré que ses ancêtres avaient du sang royal.
Puis, entrant dans ce texte très étrange qu'est La Prosapia de Cristo, et d'abord dans le paratexte, nous nous demanderons quelle part Lerma a pu prendre dans l'initiative de la rédaction de ce livre qui lui est dédié et quels liens pouvaient exister entre son auteur et le célèbre valido. Puis nous analyserons de près les ressorts de cette généalogie fabuleuse et de ces parentés fictives qui, à l'issue des quelques 334 pages que compte le texte, aboutissent à faire de Lerma non seulement le descendant d'Adam et Ève, Mathusalem, Noé, Hercule, sans oublier Enée, lesquels auraient été aussi les ascendants du roi, mais encore à l'insérer avec le monarque, dans le lignage du Christ.
Enfin, envisageant ce livre comme le fer de lance d'une stratégie de communication habile, qui loin de désacraliser l'image du monarque au profit de son favori, renforçait au contraire l'image d'un roi de droit divin et faisait un parent de son privado, il s'agira de s'interroger sur la réception de ce texte, tant dans les milieux officiels que de façon plus large. Notamment, il fit l'objet d'une légère censure inquisitoriale, et il nous faudra analyser les modifications apportées. Autre question d'importance touchant à sa réception, nous nous demanderons dans quelle mesure une telle entreprise, certes adroite idéologiquement, mais ô combien tortueuse dans sa démonstration (et pour cause), pouvait être comprise et intégrée par les récepteurs du texte et quel crédit ces derniers pouvaient ajouter à de telles allégations pseudo-historiques sur un même sang divin coulant tant dans les veines du monarque régnant sur l'Empire espagnol que dans celles de son favori, Lerma.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Dire, taire, masquer les origines dans la Péninsule ibérique : 15e-17e siècle / ouverture du colloque
 Les masques du héros : écrire les origines du lignage des Guzman au XVIe / Araceli Guillaume Alonso
 Modalidades epigrámaticas en dos sonetos laudatorios de Góngora / Jesús Ponce Cárdenas
 Paremias cervantinas : decir, callar y encubrir los origenes / Monique Güell
 Onomastica y fraseologia celestinescas en La Dorotea : de la derivacion à la traicion / Trinis Antonietta et Luisa Messina Fajardo
 Dire les origines : la patria chica dans les proverbes de Correas (tierra, lugar, pueblo, aldea, ciudad) / Françoise Cazal
 La Farsa del Santissimo Sacramento de 1521 : une pièce anonyme à la genèse de l'auto sacramental et une source possible de Diego Sanchez de Badajoz / Cyril Mérique
 Le péché originel dans le théâtre religieux du XVIe siècle / Teresa Rodriguez
 Los orígenes en el auto de Calderón La lepra de Constantino (1647?-1657?) / Françoise Gilbert
 La désinvestiture du roi Rodrigue: notes sur les origines légendaires de la "Perte de l’Espagne" / François Delpech
 Les saints matamores dans la mémoire des villes: célébration d'une origine mythique/ Lidwine Linares
 Les origines du royaume d'Aragon dans les chroniques de Fabricio de Vagad et Gonzalo García de Santa María : stratégies discursives et altérations significatives / Sophie Hirel, Mathilde Baron
 Aux origines de l'illustration imprimée : l'exemple de "Visión deleytable" de 1489 / Jean-Michel Mendiboure
 La question des origines dans "Don Quichotte" / Michel Moner
 Mi nombre es doña Isabel Fajardo, no Zelima : la fausse esclave dans la novela / Maria Zerari Penin
 "Pastores de Belén" de Lope de Vega : un roman des origines / Florence Raynié Eustache
 Origínes aristocráticos y santidad : el caso de San Francisco de Borja / Jean Croizat Viallet
 Sobre orígenes de opúsculos políticos en el siglo XVII. Textos de encargo, anónimos, y "secretos" : Juan de Palafox y Mendoza / Maria Soledad Arredondo Sidorey
 Orígenes de Dorotea, orígenes y desviaciones del personaje, el mito, la obra. La amada, el mito doroteico : dicho, silenciado, disfrazado / Giuseppe Grilli
 Góngora y los orígenes del poema heroicómico / Rodrigo Cacho Casal
 En los orígenes del moderno género bucólico : La Égloga II de Garcilaso / Antonio Gargano
 Discursos sobre el origen y antigüedad de la poesía / Pedro Ruiz Pérez
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte