Vidéo pédagogique

Laplace, le climat et nous

Réalisation : 12 juillet 2022 Mise en ligne : 18 août 2022
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

[cette vidéo a été réalisée avec le soutien de l'Association des Amis de Laplace (ALAP), dans le cadre du projet mené par cette dernière d'un Musée Laplace du Climat en Normandie]

****************************

La vidéo se déroule à l'Institut Pierre-Simon Laplace (IPSL) de l'Ecole polytechnique à Palaiseau, puis dans sa bibliothèque. Bien qu'il n'y ait jamais enseigné, Laplace a conservé un œil sur cette école, étant vigilant au maintien d'une curiosité intellectuelle — l'époque post-1815 fut nommée « école de Laplace ».

Laplace est né en 1749 en Normandie, d'une famille aisée — c'est un homme des Lumières. Se destinant à la prêtrise, il perd la foi à Caen. Il va voir d'Alembert, le philosophe-mathématicien, qui l'oriente vers une carrière qui sera aussi celle d'un philosophe-mathématicien-physicien.

Laplace a expliqué le système solaire (avec sa fameuse Exposition du système du monde, 1798); il a aussi théorisé la notion de probabilités (Essai philosophique sur les probabilités, 1814), deux ouvrages majeurs. Cette propension à s'occuper de problèmes de physique en les mathématisant aura des adeptes, suiveurs de Laplace, comme Fourier ou Ampère — disciples et dissidents, suivant la jolie formule de Jean Dhombres.

C'est peut-être de la « physique mathématique », c'est en tout cas une forme d'interdisciplinarité avant la lettre — sans doute inspirée des Lumières et de L'Encyclopédie de... d'Alembert. En témoigne l'adaptation à l'électricité (qu'on commençait à enseigner vers 1796) de la notion de potentiel, commune à la gravitation et à l'électricité, avec la même nature de forces en 1/D². — Laplace et le savoir, c'est un peu « l'encyclopédie plus les mathématiques ».

Laplace fut aussi brièvement ministre du Premier Consul Bonaparte en 1799. Il introduit dans la Constitution de l'an VIII la notion de système métrique décimal, comme exemple d'une conception universaliste en science et dans les mœurs. A l'Ecole polytechnique, il crée le Conseil de perfectionnement (qui perdurera jusqu'en 1974, où il laissera place à un Conseil d'Administration). Ce n'est pas une appellation ronflante : elle traduit la volonté de Laplace d'une école dont l'enseignement est proche des avancées de la science et de la recherche, une école qui se perfectionne en permanence. Il convient aussi selon Laplace que les « élites » soient familiarisées aux textes scientifiques et philosophiques plus anciens.

Sans doute les recherches actuelles sur le climat gardent-elles une trace profonde de cette interdisciplinarité voulue par Laplace.

***********************

Hervé Le Treut, climatologue membre du GIEC, évoque l'importance de l'Institut Pierre-Simon Laplace dans les études climatologiques, avec depuis 30 ans des données terrestres (complémentaires des données satellitaires de haute atmosphère), spécialité de l'IPSL. L'Institut dispose de plus de 150 outils de mesure sur le sujet.

L'augmentation des gaz à effet de serre (GES) s'est dessinée à partir des années 1950 ; ils engagent le futur pour longtemps, de manière quasi-irréversible à présent. Les outils mathématiques développés par Laplace et Fourier ont été progressivement repris et développés pour comprendre cette explosion, et l'on doit beaucoup à ces précurseurs. À titre d'exemple, l'intervenant indique avoir vu, dans un de ses déplacements climatologiques en Russie, un espace d'exposition entièrement consacré à Laplace au fin fond de la Sibérie.

[ci-dessus résumé & libre transcription par A. Moatti du contenu de la vidéo]

 

Chapitres
Intervenants
Thèmes
Notice
Contacter

Avec les mêmes intervenants