Cours/Séminaire
Notice
Date de réalisation
Lieu de réalisation

MRSH Caen

Langue :
Français
Citer cette ressource :
La forge numérique. (2022, 10 mai). Donner à voir et à entendre l'espace vécu dans un quartier dit prioritaire : un film réalisé "Entre 4 tours". [Podcast]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/131649. (Consultée le 18 juin 2024)

Donner à voir et à entendre l'espace vécu dans un quartier dit prioritaire : un film réalisé "Entre 4 tours"

Réalisation : 10 mai 2022 - Mise en ligne : 8 juillet 2022
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Cette communication a été enregistrée lors d'une séance du séminaire interdisciplinaire La ville en partage de la MRSH.

Nicolas Kühl a soutenu un doctorat en géographie sociale et en sociolinguistique qui visait à interroger les discours et les représentations dominantes sur les quartiers dits prioritaires, dans le cadre d'une recherche-action au sein d'une collectivité. La spécificité de son travail de recherche tient notamment à l'utilisation de l'approche filmique dans la recherche. Sa thèse est ainsi constituée de deux volets complémentaires : un écrit et un film documentaire intitule Entre 4 tours. Nicolas est aujourd'hui coordinateur de la recherche-action dans un tiers-lieu d'expérimentation sociale à Rennes.

La question des quartiers dits prioritaires cristallise un certain nombre de discours et de représentations dominantes sur l’immigration, l’identité nationale, l’insécurité, la « mixité sociale », le « communautarisme » ou encore la pauvreté. Sur le mode de l’évidence, ces espaces urbains semblent ainsi associés à un certain nombre de caractéristiques qui les institue comme « problème de société » (Borrell, 2017). En s’appuyant notamment sur un film documentaire réalisé dans le cadre d’une recherche de doctorat, la communication propose de s’interroger sur les représentations dominantes et les discours produits sur les quartiers dits prioritaires ainsi que leurs implications en termes d’espace vécu pour les habitant·es de ces espaces urbains. C’est alors un processus de marginalisation qui peut être mis en lumière et qui renvoie à une mise à distance sociale, spatiale et discursive des habitant·e·s de ces espaces urbains.

Sur le même thème