Canal-U

Mon compte
Association française de sociologie

"Vers une humanité augmentée ? Socialités et usages des technologies du corps", semi-plénière avec la participation de Pascal Ducournau, Nelly Oudshoorn et Anne-Sylvie Pharabod


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/afs/embed.1/vers_une_humanite_augmentee_socialites_et_usages_des_technologies_du_corps_semi_pleniere_avec_la_participation_de_pascal_ducournau_nelly_oudshoorn_et_anne_sylvie_pharabod.20115?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

"Vers une humanité augmentée ? Socialités et usages des technologies du corps", semi-plénière avec la participation de Pascal Ducournau, Nelly Oudshoorn et Anne-Sylvie Pharabod

Vers une humanité augmentée ? Socialités et usages destechnologies du corps

Coordination : Emmanuel Kessous (RT 11), Marina Maestrutti, Mauro Turrini, Valerie Souffron (GT41) et Ashveen Peerbaye (RT 29)

Intervenants :

- Pascal Ducournau, Centre Universitaire de Formation et de Recherche « J.F. Champollion », Albi

Nelly Oudshoorn, Professeur à l’université de Twente aux Pays-Bas

Anne-Sylvie Pharabod, Chercheur au Laboratoire des Usages d’Orange (SENSE)


Depuis une dizaine d’années, on assiste à la diffusion de technologies numériques dont les finalités sont étroitement associées au corps humain : puces RFID implémentées dans le bras des familiers d’une discothèque de Barcelone, objets de consommation permettant de mesurer les performances sportives et le nombre de calories dépensés, captures et visualisations de données sur soi en tout genre… Initialement cantonnés aux domaines médical et sportif, ces outils se diffusent plus largement dans la population et apparaissent désormais en bonne place dans les linéaires des grands magasins parmi les objets tendances des fêtes de fin d’années. À côté des usages grand public, un mouvement plus politique se structure autour de ce qu’on appelle le quantified self. La mesure du corps et l’extraction de données ne sont en général pas effectuées dans un but uniquement personnel. Elles sont étroitement associées à d’autres comportements qu’il est possible de repérer dans les univers numériques : le life logging, visant à capturer et à mesurer tout ou partie de sa vie, et différentes formes de bio-socialité, comportant le partage d’informations personnelles avec des tiers dans des buts de comparaison, de reconnaissance, de création d’information ou tout simplement de convivialité et d’échange.

Cette session vise à interroger cette évolution en lien avec la thématique du congrès. L’hybridation du corps et des objets techniques peut s’interpréter comme le renoncement à une figure humaine naturelle ou au contraire laisser entrevoir l’accumulation de nouvelles données permettant de l’essentialiser. Cette tendance à la mesure, à la quantification et à la discrétisation des données corporelles contribue-t-elle à renforcer une injonction au souci de soi et à la responsabilité individuelle ? Dans quelle mesure peut-elle constituer, dans le même temps, un élément parmi d’autres de cette économie du partage dans laquelle chacun doit apporter sa contribution ? Comment entre-t-elle dans les pratiques de soin, de communication, de socialité via les TIC ? Quelles pratiques, quelles nouvelles représentations de la socialité et du corps et quels usages sont rendus possibles par cette incorporation d’objets techniques au corps humain dans le but de le mesurer, de lui apporter de nouveaux services, d’en permettre la mise en réseau et le partage ? Comment ces pratiques, représentations et usages interrogent-ils en retour les domaines de la biomédecine et de la santé ? À quelles controverses donnent-ils lieu ?

Voici quelques-unes des thématiques qui seront abordées durant cette session. Plus précisément seront questionnées les pratiques de quantification de soi (A.S. Pharabod), la diffusion de tests génétiques en accès libre sur Internet (P. Ducouranu), et les implications pour les usagers de l’implémentation de technologies médicales dans leurs corps (N. Oudshoorn).


  •  
  •  
    Date de réalisation : 1 Juillet 2015
    Durée du programme : 118 min
    Classification Dewey : Sociologie et anthropologie
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Sociologie
    Collections : 6ème congrès de l'AFS, 2015, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : DUCOURNAU Pascal, OUDSHOORN Nelly, PHARABOD Anne-Sylvie
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : corps, techniques du corps, technologies, humanité augmentée, quantified self
    Conditions d’utilisation / Copyright : Association française de sociologie - Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 "L’avènement du « corps » aujourd’hui entre sens commun et sens savant", semi-plénière avec la participation de Jean-Claude Schmitt, Alain Corbin, Georges Vigarello et Irène Thèry
 "Peut-on parler de naturalisation des inégalités économiques ?", semi-plénière avec la participation de Louis Chauvel, Eric Fassin, Dominique Fougeyrollas et Frédéric Lebaron
 "Corps de travailleur, corps de professionnel", semi-plénière avec la participation de Julien Bernard, Isabel Boni-Le Goff, Florent Schepens et Mathieu Trachman
 "La dénaturalisation par la comparaison internationale et historique", semi-plénière avec la participation d'Alessandro Stanziani, Anne-Marie Guillemard et Jean Claude Barbier
 "De la sociologie critique faire profession ?"
 "Langage et professions", semi-plénière avec la participation de Jean-François Orianne, Thierry Guilbert, Aurélie Fillod-Chabaud et Hélène Steinmetz
 "Que les meilleur-e-s gagnent ? Performances et naturalisation des corps sportifs", semi-plénière avec la participation d'Anaïs Bohuon et Manuel Schotté
 "De la nature « quand même ». Dénaturalisation ou retour du biologique ?", semi-plénière avec la participation de Jeanette Edwards, Corinne Fortier et Dominique Memmi
 "Vers une dénaturalisation du genre, de la sexualité et de la famille ?", semi-plénière avec la participation de Louise Dejeans, Éric Fassin et Irène Théry
 "Dénaturaliser les sciences de la nature et du vivant ?", semi-plénière avec la participation de Jacqueline Candau, Valérie Deldrève, Michel Dubois, Marie Jacqué et Pierre-Benoit Joly
 "Vers une renaturalisation des inégalités sociales à l’école ? Les jeunes face aux pathologies scolaires", semi-plénière avec la participation de Romuald Bodin et Stanislas Morel
 Yves Gingras, "Nature et pertinence de la sociologie", session plénière du congrès 2015 de l'AFS
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte