Canal-U

Mon compte
CERIMES

Histoire des mesures de la vitesse de la lumière


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/cerimes/embed.1/histoire_des_mesures_de_la_vitesse_de_la_lumiere.9182?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


Histoire des mesures de la vitesse de la lumière

De ce moment où l'on a commencé à mettre en doute l'instantanéité de le lumière à celui où sa vitesse est devenue une constante scientifique, il se sera écoulé… 10 siècles. C'est cette longue histoire, pleine de rebondissements qu'entreprend de raconter, ici, Jamy, l'animateur du magazine "C'est pas sorcier". Conteur inspiré, drôle et volubile, il y apparaît entouré des personnages historiques en dessin animé au trait. Ses démonstrations étant assurées par des modélisations 3D. Dans cette quête, on croise d'abord Copernic, Galilée et Kepler. En effet, leurs recherches et découvertes astronomiques ont joué un rôle déterminant dans les premières tentatives de mesure de la vitesse de la lumière, aux XVII et XVIIIe siècle. ( programme 1) Puis, au milieu du XIXe, s'éloignant des méthodes astronomiques, d'ingénieux savants vont mettre en place les premières mesures la vitesse de la lumière sur terre. Les Français Hippolyte Fizeau et Léon Foucault, des autodidactes, fabriquent des machines d'une extraordinaire inventivité, à roue dentée ou à miroir tournant, que le programme fait revivre. (programmes 2 et 3) Le français Alfred Cornu puis l'américain Albert Michelson perfectionnent, enrichissent ces machines les rendant de plus en plus précises. Avec eux la mesure de la vitesse de la lumière acquiert une autre dimension, c'est le début d'une course effrénée à la précision de la mesure, doublé d'une course au prestige entre nations. (programme 4) Arrive le XXe siècle et avec lui la compréhension de la vraie nature corpusculo-ondulatoire de la lumière. Changement d'objet : mesurer la vitesse de la lumière se réduit tout simplement à mesurer une longueur d'onde et à la multiplier par sa fréquence. La fin de l'histoire est inattendue avec l'arrivée d'un nouvel intrus : le mètre. En effet, nos savants avaient mesuré la vitesse de la lumière en utilisant comme unité "le mètre par seconde". Mais, contrairement à la seconde et à son horloge atomique, le mètre apparaît à la science de la fin du XXe siècle trop peu précis et surtout trop peu universel. La parade est trouvée : Fixons désormais la vitesse de la lumière et définissons le mètre à partir de cette vitesse. Puisque la lumière se déplace à 299.792.458 m/s, un mètre sera désormais la longueur parcourue par la lumière en 1/299.792.458e de seconde. Toutes sortes d'applications sont directement dérivées de cette course à la vitesse de la lumière, des applications d'utilisation quotidienne, comme le GPS dont le fonctionnent est expliqué, pour finir, ici (programme 5)

  •  
    Label UNT : Unisciel
  •  
    Date de réalisation : 1 Janvier 2006
    Durée du programme : 54 min
    Classification Dewey : Etudes historiques relatives aux sciences naturelles et mathématiques, Lumière visible, infrarouge et ultraviolet
  •  
    Catégorie : Documentaires
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Optique, Histoire des sciences
    Collections : Physique - Chimie
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : GOURMAUD Jamy, PERNOUD Manu, MARTIN Thibaut, TRABADO Christine, BOSC Jacques
    producteur : Ministère de l'Education Nationale et de la Recherche , RIFF INTERNATIONAL PRODUCTION
    Réalisateur(s) : LE PIOUFFLE Georges
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : lumière
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.

ELGARGATI 13/04/2019 21h36

Merci pour la vidéo, grâce à cette vidéo j'ai appris bcp sur les mesures de c.
Mais j'ai une question dans votre deuxième partie vous avez dit que le temps faisant la lumière pour parcourir la distance terre soleil est 8mim12s.
comment ont trouvé ça ?

binamota 06/10/2015 22h35

vu qu'on avait du mal à définir la vitesse précise de la lumière défaut du manque de précision de l'unité mètre, qu'on est il de l'unité "Seconde" alors??
Merci de votre réponse
 

Dans la même collection

 La Chromatographie de partage sur papier
 La Chromatographie en phase gazeuse
 La Chromatographie d'adsorption
 Le Cycle de l'eau et sa simulation
 Anisotropie optique des milieux cristallins
 Propagation de la lumière
 Interaction de la lumière et des cristaux - La biréfringence de la calcite
 Interaction de la lumière et des cristaux - Interférences produites par les lames minces cristallines
 Interaction de la lumière et des cristaux - Extinction des radiations par l'analyseur
 Interaction de la lumière et des cristaux - Compensation
 L'Accélérateur linéaire d'Orsay
 Phénomènes de diffraction
 Oxydation superficielle du cuivre - Germination et croissance de l’oxyde sous basse pression d’oxygène
 Le Noyau atomique, un étonnant microcosme
 Méthodes d’observation des objets transparents en microscopie
 Forme d’équilibre d’un cristal
 Introduction à l’étude des enzymes
 Les Mécanismes de l’ébullition
 Évolution des domaines magnétiques et pureté du fer
 Le Dextrane
 Élaboration de monocristaux réfractaires à hautes températures
 The Linear Accelerator of Orsay
 Is it possible to visualize multipole expansion in three dimensions ?
 Three dimensional nature of the NiO charge density
 Electronic configurations of O2- ion in various non-magnetic and magnetic oxides : BeO, MgO, CaO, SrO, BaO, MnO, CoO, NiO
 Dialyse
 Croissances cristallines - Étude interférométrique en lumière blanche
 Le mouvement brownien
 Introduction à l'électrostatique
 Quels temps font-ils ? Une introduction au temps des physiciens
 Pétula et les pixels savants épisode : Cuprate de Baryum
 InfraBlues + Chaud Devant
 Les configurations électroniques de l'ion O2- dans divers oxydes magnétiques et non magnétiques : BeO, MgO, CaO, SrO, BaO, MnO, CoO, NiO
 Réalité expérimentale de BeO
 Changements d'état
 Forces d'inertie
 VIRGO au LAPP, à la recherche des voix de l'univers
 Nature tridimensionnelle de la répartition de charge atomique dans NiO
 La Cavitation, le défi
 Visualisation 3D d'harmoniques sphériques, cubiques et icosaédriques
 Le Monde merveilleux du cristal
 Est-il possible de voir la répartition volumique électronique des atomes ?
 Spectrométrie I.R.T.F. - 2 films
 Pigments et colorants anciens - Etudes spectroscopiques
 Etude d'un palier de tête de bielle élastique - Champ de pression - épaisseur du film lubrifiant
 Surfaces monocristallines et électrocatalyse
 Ailes supercavitantes à base ventilée
 Faisceaux d'ions lourds, collisions nucléaires et macrophysique du noyau
 Les Caroténoïdes majeurs de Plectania coccinea - Extraction - Isolement - Identification
 Un nouvel univers pour les enzymes- Les enzymes immobilisés
 Méthode Potassium Argon, outil stratigraphique
 ECHO-détection des rayons cosmiques de haute énergie à bord du Concorde
 I.C.P.- A.E.S. Plasma induit par haute fréquence en analyse chimique par spectrométrie d'émission
 Interférences en astronomie optique ou interférométrie stellaire dans le visible
 Chromatographie liquide à haute performance
 Cristallisation d'un enzyme à température élevée T ° > 30°
 Interférométrie à polarisation appliquée à l'étude de quelques phénomènes produits par la tension superficielle
 Le Laser
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte