Canal-U

Mon compte
cultureGnum

Avec Auguste Comte, à la chapelle de l'Humanité


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/culture_g_num/embed.1/avec_auguste_comte_a_la_chapelle_de_l_humanite.63987?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
LABREURE David

Producteur Canal-U :
cultureGnum
Contacter la chaine
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter

Les chapitres


Avec Auguste Comte, à la chapelle de l'Humanité

avec David Labreure, directeur du musée et du centre de documentation Maison Auguste Comte.

Le tournage a lieu en la chapelle de l'Humanité, 5 rue Payenne à Paris IIIe. Nous remercions l'Eglise positiviste du Brésil (propriétaire de cet édifice) pour l'accès au lieu.

Cette vidéo vient en complément de notre vidéo 'Avec Auguste Comte, chez lui', à la Maison Auguste Comte (Paris VIe), avec Michel Bourdeau, portant sur la philosophie et la politique positives.

(transcription non exhaustive par A. Moatti de l'intervention de D. Labreure, novembre 2021)


Ce dernier temple positiviste subsistant en Europe a été érigé en juillet 1905 par l’Église positiviste du Brésil, (qui en reste propriétaire), à la place de l’immeuble voisin de celui où habitait Clotilde de Vaux (1815-1846), égérie de Comte de 1844 à 1846 ; Clotilde, de dix-sept ans sa cadette, était la sœur d’un des élèves de Comte à Polytechnique, Maximilien Marie (1819-1891).

Comte avait l’ambition dès 1822 de réorganiser le pouvoir spirituel, en même temps que le pouvoir politique et temporel. Mais c’est à partir de 1849 que la philosophie positive devient le positivisme, incluant la religion de l’humanité. Après le Cours de philosophie positive (1831-1842), cette religion donne lieu au Système de politique positive (1851-1854) et au Catéchisme positiviste (1852). À l’état positif, nous pouvons garder l’idée de religion, mais sans Dieu. C’est la religion de l’Humanité – celle du Grand Être, constitué de tous les hommes et femmes ayant vécu et vivants, et notamment les plus illustres.

Le calendrier positiviste aux murs de la chapelle illustre ces grands hommes, avec 13 mois de 28 jours. Moïse est le nom donné au premier mois ; Homère, Aristote, Archimède et Jules César figurent les 4 mois suivants – soit le monde antique gréco-latin ; saint Paul et Charlemagne représentent le Moyen-Âge, l’un le pouvoir spirituel et l’autre le pouvoir temporel – enfin séparés ; le monde moderne est figuré par les mois de Dante, Gutenberg (l’industrie moderne), Shakespeare, Descartes, Frédéric II (monarque éclairé, ami des arts) ; le 13e mois marque l’entrée dans l’âge positif, avec la science moderne, figurée par le physiologiste Bichat. La journée bissextile tous les 4 ans est consacrée à la femme, avec Héloïse, et la « supériorité morale de la femme ». Manque aussi un 365e jour (puisque 13 mois de 28 jours = 364 jours) : c’est la Fête universelle des morts, représentant la partie privée du culte de l’Humanité. Au sein de chaque mois, on trouve aussi des « saints » plus mineurs qui symbolisent les semaines (il y a 4 semaines – 28 jours – dans le mois comtien) : ainsi, dans le mois Descartes: saint Thomas d’Aquin, Bacon, Leibniz et Hume ; puis les saints qui symbolisent les jours.

Fête des morts (365e jour), 1924 (Maison Auguste Comte)


Sur le mur gauche, apparaît la base dogmatique de la religion – sa théologie : il correspond à la classification comtienne des sciences. Sur le mur droit, la base cultuelle, celle de la pratique : elle correspond à l’éducation aux arts, architecture, peinture, etc. L'aspect éducation était très important chez Comte, notamment l'éducation du prolétariat — Comte était actif dans les "cours aux ouvriers" à Paris (notre vidéo cultureGnum avec Carole Christen).

Paris est le centre de la religion positiviste : à l’image d’autres religions, tous les temples positivistes devaient être tournés vers Paris. Dans le même esprit, Comte voulait remplacer « Aux grands hommes la partie reconnaissante » sur le Panthéon par : « Aux grands hommes l’Humanité reconnaissante »; et il envisageait de prêcher depuis la chaire sacerdotale de Notre-Dame.

Dans le tabernacle, se trouve le Catéchisme positiviste (1852). Au-dessus de l’autel, parmi d’autres inscriptions, figure cette ode : « Virgine Madre, figlia del tuo figlio, amen te plus quam me, nec me nisi propter te (Vierge-Mère, fille de ton fils, que je t’aime plus que moi et que je ne m’aime que pour toi). »

Les premiers temples positivistes sont construits en Angleterre à partir de 1870 ; à Chapel Street, à Londres ; à Newton Hall, à Londres ; puis dans les villes industrielles, Liverpool, Newcastle, Leicester, Birmingham, Manchester. L’autre pays dans lequel la philosophie et la religion positivistes ont essaimé est le Brésil : les futurs officiers et ingénieurs y ont importé les idées de Comte (philosophie et religion) à partir des années 1870 ; le temple de Rio est érigé en 1891, puis Sao Paulo, Porto Alegre – c’est dans cette dernière ville que se déroule toujours, de nos jours, un culte positiviste. À Paris, il y eut quelques offices jusque dans l’entre-deux-guerres. Les temples britanniques ont disparu : le dernier temple, celui de Liverpool, a été converti au culte évangélique dans les années 1960.

Pilier de la chapelle, détail


Bibliographie complémentaire (indicative):

  • Un « reportage » dépoque (d'avant la construction de la chapelle, 1894), in Léon Chailley, Les petites religions de Paris (Wikisource)
  • Un article d'Annie Petit, « Les disciples de la religion positiviste », Revue des sciences philosophiques et théologiques, vol. 87, no. 1, 2003, pp. 75-100 (en ligne Cairn).
  •  
  •  
    Date de réalisation : 13 Octobre 2021
    Lieu de réalisation : Chapelle de l'Humanité, Paris 3e arrondissement.
    Durée du programme : 47 min
    Classification Dewey : Autres religions et religions comparées, Sociologie et anthropologie – Etude relative à une personne , sciences des religions
  •  
    Catégorie : Conférences, Documentaires, Reportages, Clip pédagogique
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Philosophie des sciences et des techniques - Epistémologie, Autres religions
    Collections : Collection spéciale : un lieu, un intervenant, Histoire du 19e siècle, Philosophie des sciences, Utopies sociales du 19e siècle, Architecture et urbanisme, cultureGnum 2021
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : LABREURE David
    producteur : FMSH Production
    Réalisateur(s) : CENSIER Quentin
    Editeur : MOATTI Alexandre
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : Auguste Comte, positivisme, Anthropologie des religions
    Conditions d’utilisation / Copyright : cc-by-sa 4.0 avec mention de l'intervenant, du réalisateur, de l'éditeur et de FMSH Production.
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 La philosophie de Montaigne
 Sol, ré, la, mi : une histoire culturelle du violon
 Chanter ensemble : une manière de comprendre l'histoire de la musique
 Le monde en 3 couleurs. Hommage à Louis Ducos du Hauron (1837-1920)
 Jean Cavaillès (1903-1944), philosophe et résistant
 Du teint de porcelaine à l'addiction solaire
 Les premières images négatives — Des images accidentelles aux négatifs photographiques
 Graver au burin sur cuivre au XXIe siècle
 Contes et légendes autour de La Fontaine
 Le bleu Guimet, une histoire haute en couleur
 L'Éducation africaine de Romain Gary
 Les 20 ans de Wikipédia
 Le sel dans tous ses états
 La parole est aux graffiteurs
 Avec Marguerite Burnat-Provins, à Vevey
 Une certaine idée de la France ― De Péguy à de Gaulle
 La révolution militaire des temps modernes
 Les cours d'adultes pour les ouvriers à Paris au XIXe siècle
 Edmond Becquerel et la photographie
 En finir avec les bidonvilles
 L'enseignement jésuite en France, 1550-1950
 L'astronomie, modèle de « science positive » chez Auguste Comte
 Il y avait un académicien nommé Fourier...
 Informatique : histoire, paradoxes et caféine
 Une approche initiatique de Mallarmé
 Excursions daguerriennes (1839-1860)
 De Gaulle : sens et vision de l'État
 « Dans l'autobus, dans l'autobon » : L'autobus et Paris au XXe siècle.
 Une approche spatiale de la déportation des Juifs de France
 Amis de l'Instruction : émancipez-vous, lisez !
 Molière : vérités et légendes
 Comment Louis-Philippe fait de Versailles un musée
 Le saint-simonisme par ses archives (1830-1870)
 Jules Verne en son temps
 Klaus Barbie : parcours et procès d'un criminel
 Au ras des maquettes : focus sur les plans-reliefs de Lille.
 Saint-Martin d'Ainay, une basilique romane à travers les âges
 Avec Auguste Comte, chez lui
 Berliet : une odyssée industrielle du XXe siècle.
 La passion selon Ampère
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte