Canal-U

Mon compte
Fondation maison des sciences de l'homme

Acceptation ou résistance


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/fmsh/embed.1/acceptation_ou_resistance.21400?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
VERDIER Henri

Producteur Canal-U :
Fondation maison des sciences de l'homme
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Acceptation ou résistance





Peut-on aujourd’hui ignorer les nouvelles technologies ? Refuser de les utiliser ou les détruire comme l'ont fait les luddites qui brisaient les machines au début du XIXe siècle ?
Comment se passer aujourd'hui des avantages du numérique ? Car dans certains domaines nous avons atteint des points de non-retour. Refuser serait un combat d’arrière-garde. Pourtant les révélations d'Edward Snowden montrent que nous vivons dans un monde de surveillance des comportements où plus rien n'est ignoré. Nous alimentons nous-mêmes et en permanence un système de données qui peuvent être mises à la disposition de qui veut les payer. Du point de vue de l'information, les régimes totalitaires du XXe siècle n'étaient que de modestes artisans comparés à ce que Google, Facebook, Apple, Amazon, Twitter, etc. peuvent aujourd'hui offrir. Est-cela fin de la vie privée?


Peut-on par ailleurs résister à la fascination et aux bénéfices que représentent les avancées biomédicales pour fabriquer des enfants "parfaits", réparer ou augmenter les capacités ducorps ouallonger la vie sans respect des règles éthiques même si cela remet en cause la personne humaine telle que nous la connaissons ? Va-t-on accepter, voire demander, que le génome de son enfant soit modifié afin qu'il corresponde aux "normes" sociétales et favoriser ainsi un eugénisme dont ont rêvé les théoriciens nazis ? Les prothèses qui viendront peu à peu remplacer les membres, les sens ou les organes conduiront-elles à une "modification" de l'humain comme le prédisentles transhumanistes ?

Faut-il alors interdire certaines pratiques ? Les réguler ? Les contrôler ? Si oui, comment le faire? Y a-t-il des alternatives ? A quoi vont ressembler les contre-pouvoirs? Finalement, la littérature dystopique nous aide-t-elle à imaginerdes formes de résistancepour que l'intimité de l'individu puisse être préservée ?

Invité : Henri Verdier, Directeur interministériel du numérique et du système d'information de l'Etat français.

Séminaire organisé en partenariat avec :

Equipe

Alexandra Ivanovitch, Centre de Recherches Interdisciplinaires (CRI)
Jean-Daniel Rainhorn, Collège d'études mondiales
Imma Tubella, Collège d'études mondiales

Mots-clés associés : nouvelles technologies, bioéthique

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte