Canal-U

Mon compte
Fondation maison des sciences de l'homme

Le doublage et le sous-titrage au cinéma : du texte au spectacle puis à l'inter-para-hyper-textualité


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/fmsh/embed.1/le_doublage_et_le_sous_titrage_au_cinema_du_texte_au_spectacle_puis_a_l_inter_para_hyper_textualite.28377?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


Le doublage et le sous-titrage au cinéma : du texte au spectacle puis à l'inter-para-hyper-textualité

Le séminaire couvre le domaine de l’anthropologie linguistique (au sens américain du terme), de l’anthropologie de la Parole ou de l’énonciation (performance), en particulier dans les arts vivants (performing arts) comme le théâtre, l'anthropologie cognitive (ethnoscience) et les interfaces de l'anthropologie sociale et culturelle avec la linguistique, la philosophie, la théorie littéraire, en particulier la narratologie, et la psychanalyse.

Il s’adresse à trois auditoires. Les uns s’intéressent aux langues: les langues en contact, les rapports de force entre les langues, le bilinguisme. Les autres s’intéressent à la parole: la parole et le geste, les situations interactionnelles, les arts vivants comme le théâtre et la chanson. D’autres encore s’intéressent aux rapports de la parole à l’écriture, aux langues de littérature et à “l’oraliture” comme disent les écrivains de la créolité, ainsi qu’aux problèmes théoriques et politiques de la traduction littéraire. Mais tous sont concernés par “la langue maternelle”.

La langue maternelle n’est pas un instrument de communication d’informations, mais un mode d’expression où affleure la subjectivité du locuteur; les ambiguïtés ou les obscurités de ce que l’on dit dans sa langue maternelle sont moins un défaut qu’une richesse. La distinction qu’ont opérée les linguistes entre la compétence (une institution), qui est la maîtrise des règles de grammaire, et la performance (une pratique), qui est une mise en œuvre individuelle et dramatique de la voix, nous aide à comprendre le paradoxe que représente pour chacun d’entre nous sa langue maternelle: c’est moins une institution sociale qu’une pratique individuelle, c’est une langue qui tend à se faire parole.

Nous accorderons une attention particulière à la question des langues dans l’Union européenne, en analysant dans ses composantes anthropologiques et dans ses enjeux politiques le concept de “langues-relais” ou “langues-pivots”, les quelques langues de traduction qui, au sein de l’Europe conçue comme une aire sociolinguistique en construction, cimentent l’union et font entrer chaque langue particulière dans le réseau de toutes les autres.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte