Canal-U

Mon compte
Réseau Thématique de Recherche Milieux & Diversité

Dynamique des déchets plastiques dans les hydrosystèmes et appui aux politiques publiques : analogies entre les estuaires de Seine et de Loire


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/rtr_midi/embed.1/dynamique_des_dechets_plastiques_dans_les_hydrosystemes_et_appui_aux_politiques_publiques_analogies_entre_les_estuaires_de_seine_et_de_loire.58407?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter la chaine
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter

Dynamique des déchets plastiques dans les hydrosystèmes et appui aux politiques publiques : analogies entre les estuaires de Seine et de Loire

5e colloque des Zones Ateliers – CNRS 

2000-2020, 20 ans de recherche du Réseau des Zones Ateliers

SESSION 3 : Qualité des eaux et actions anthropiques


Dynamique des déchets plastiques dans les hydrosystèmes et appui aux politiques publiques : analogies entre les estuaires de Seine et de Loire (ZA Seine & ZA Loire)


Romain Tramoy 1, Johnny  Gasperi ∗† 2, Rachid Dris 3, Bruno Tassin 1

 

1  Laboratoire Eau Environnement  et Systèmes  Urbains –  Ecole des Ponts ParisTech  –  France

2  Eau et Environnement  –  Université Gustave Eiffel –  France

3  Laboratoire Eau Environnement  et Systèmes  Urbains –  Ecole des Ponts ParisTech  –  France


Résumé

 

Depuis 1950,  la production mondiale de plastiques n’a  cessé d’augmenter  passant de 1,5 à 348 millions de tonnes en 2017.  Du fait de rejets ou de dysfonctionnements  des filières de gestion, on estime, même si ces estimations sont grossières et les incertitudes extrêmement  fortes, que plusieurs dizaines de millions de tonnes de déchets plastiques sont rejetés dans nos environnements et qu’entre 0,5 et 2,4 millions de tonnes rejoindraient chaque année les océans.

Le projet MacroPLAST  (2017-2020)  porte sur l’estimation des flux de macrodéchets plastiques transitant en Seine.  Ce projet, financé par le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire (MTES),  s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la Directive Cadre de Surveillance  du Milieu Marin.  Il participe ainsi à l’élaboration du diagnostic en matière de pollution plastique.

Mieux appréhender les flux continentaux  et la dynamique  de ces déchets est en effet la condition préalable à leur réduction significative en mer, puis à l’évaluation des politiques publiques mis en œuvre pour les réduire.  Durant ce projet,  différentes méthodes telles que le traçage de déchets par GPS  ou des lâchers d’objets  marqués ont permis d’appréhender la dynamique  des macrodéchets et mieux quantifier leur flux.

Sur le bassin de la Seine, bien loin des très impressionnantes estimations entre 1 000 et 6 000 t/an selon l’approche la plus répandue,  les résultats suggèrent des flux de plastiques bien moindres, compris entre 100 et 200 t/an.  L’utilisation de balises GPS  contenues dans des macrodéchets a mis en évidence des échouages fréquents et systématiques  des macrodéchets sur les berges et leur immobilisation de quelques jours à plusieurs semaines/mois selon les facteurs environnemen- taux.  Ce point suggère que le nettoyage des berges, justement  là où les déchets flottants vont s’échouer, peut offrir une opportunité intéressante aux politiques publiques pour la réduction de la pollution plastique.  Une analyse du rapport entre le coût de ce type d’opération et le tonnage ramassé confirme en outre qu’il est le plus pertinent comparativement à d’autres opérations de nettoyage.

Parce que les processus d’échouage et de remobilisation des macrodéchets dépendent non seule- ment  des  propriétés  des  déchets,  mais aussi des  facteurs locaux  et  de  la géomorphologie du fleuve,  plusieurs trajectoires  GPS  d’objets  plastiques sont actuellement  en cours d’acquisition dans l’estuaire de Loire. Les premiers résultats suggèrent des séquences analogues d’échouage et de remobilisation des déchets bien que la géomorphologie des deux fleuves diffère. Ces résultats, s’ils  sont confirmés, pointent ainsi des comportements  similaires entre deux estuaires macrotidaux.

 Pour la Seine ou la Loire, bien au-delà de l’estimation des flux transitant dans les fleuves, ce type  d’approche est utile aux politiques publiques pour identifier des zones d’accumulation et soutenir des actions de réduction de la pollution plastique.  Compte tenu des relativement faibles tonnages effectivement exportés en mer par rapport aux quantités de déchets produits, il convient de rappeler que ce n’est pas dans les solutions curatives que se joue l’objectif " zéro plastique en mer ", mais dans des changements structurels du " système plastique ".


--

Programme et recueil des résumés à télécharger dans l'onglet documents ci-dessus.

Toutes les informations sur le site du colloque :

https://20ans-rza.sciencesconf.org/resource/page/id/5


 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte