Canal-U

Mon compte
Réseau Thématique de Recherche Milieux & Diversité

Forêts des Vosges: de Charybde en Scylla ?


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/rtr_midi/embed.1/forets_des_vosges_de_charybde_en_scylla.58403?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter la chaine
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter

Forêts des Vosges: de Charybde en Scylla ?

5e colloque des Zones Ateliers – CNRS 

2000-2020, 20 ans de recherche du Réseau des Zones Ateliers

SESSION 3 : Qualité des eaux et actions anthropiques


Forêts des Vosges: de Charybde en Scylla ? (ZA Moselle)


Marie-Noëlle Pons ∗ 2,1, Amandine Garenne† 3, Anne Poszwa‡  4, François Guerold§  5, Benoit Pollier¶  6, Arnaud LegoutI  7


2  LTER-”Zone Atelier Moselle”, Metz, France –  LTER  –  France

1  Laboratoire Réactions et Génie des Procédés  (LRGP)  –  CNRS : UMR7244,  Université de Lorraine – France

3  Laboratoire Réactions et Génie des Procédés  (LRGP)  –  CNRS : UMR7244,  Université de Lorraine – France

4  Laboratoire Interdisciplinaire des Environnements  Continentaux  (LIEC)  –  Université de Lorraine – Faculté des Sciences et Technologies  BP 70239 54506 Vandoeuvre-Les-Nancy, France

5  Laboratoire Interdisciplinaire des Environnements  Continentaux  (LIEC)  –  CNRS : UMR7360, Université de Lorraine –  France

6  Unité de recherche Biogéochimie des Ecosystèmes  Forestiers –  INRAE : UR1138 –  France

7  Unité de recherche Biogéochimie des Ecosystèmes  Forestiers –  INRAE : UR1138 –  France


Résumé

Avec 280 000 hectares de surfaces forestières, les Vosges sont le troisième département métropolitain en termes de taux de boisement  (48%).   Ce taux de boisement  est plus impor- tant encore dans le massif vosgien, avec 60% de l’occupation du sol liée à la couverture forestière, constituée actuellement de pessières, hêtraies -sapinières et futaies résineuses.  La forêt naturelle a été très exploitée depuis le Moyen-Âge et notamment au XVIIIème  et XIXème siècle, ce qui a conduit à sa diminution progressive, notamment sur les hauteurs.  Les premiers reboisements avec des espèces résineuses (pins sylvestres, épicéas, mélèzes, sapins) ont commencé en 1820. L’expansion de l’enrésinement a progressé jusqu’aux années 1970.

Ces peuplements  ont parfois été soumis à des épisodes climatiques intenses qui ont mis à terre un  grand  nombre  d’arbres  :   la tempête  du  31  janvier  1902  a généré  1,2  millions  de  m3  de chablis,  certes 10 fois moins que Lothar en décembre  1999.   De plus des décennies de dépôts atmosphériques acides, liés aux émissions d’oxydes de soufre et d’azote (combustion, transport) ont gravement acidifié les écosystèmes,  dégradé la qualité des sols et des eaux, provoqué des dépérissements forestiers et une perte drastique de la biodiversité dans les cours d’eau.  Depuis les années 2000,  ces émissions ont diminué en Europe et dans les Vosges.  Des signes de restau- ration spontanée et une amélioration de la qualité des eaux ont été observés.   Les effets du réchauffement climatique sont multiples : diminution du débit des cours d’eau, augmentation de l’évapotranspiration et sécheresse accrue des sols, expansion des insectes ravageurs.  Ainsi, si les attaques de scolytes ne sont pas nouvelles, ces deux dernières années ont vu un dépérissement important des peuplements  d’épicéas  :  leur état sanitaire impose des coupes drastiques,  avec souvent la mise à nu des sols.  Les effets de ces coupes sur les écosystèmes  ne sont pas encore visibles mais les risques accrus d’érosion et de transport de matières en suspension ainsi que l’exposition plus importante des cours d’eau à la lumière sont de nouveaux facteurs à prendre en compte.

La communication  fera le bilan des suivis et illustrera quelques tendances  marquantes sur le long terme de l’évolution  des teneurs en certains éléments minéraux (15 ans) et de la matière organique dissoute (8 ans)  d'une vingtaine de  cours  d'eau de  tête de  bassin.    Elle  présentera aussi  un essai de suivi  de l'évolution récente de la végétation des bassins  versants concernés par imagerie satellitaire.

--

Programme et recueil des résumés à télécharger dans l'onglet documents ci-dessus.

Toutes les informations sur le site du colloque :

https://20ans-rza.sciencesconf.org/resource/page/id/5


 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte