Canal-U

Mon compte
Réseau Thématique de Recherche Milieux & Diversité

Les trajectoires paysagères des localisations de plans d'eau du bassin versant de la Loire (1834-2018)


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/rtr_midi/embed.1/les_trajectoires_paysageres_des_localisations_de_plans_d_eau_du_bassin_versant_de_la_loire_1834_2018.58405?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter la chaine
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter

Les trajectoires paysagères des localisations de plans d'eau du bassin versant de la Loire (1834-2018)

5e colloque des Zones Ateliers – CNRS 

2000-2020, 20 ans de recherche du Réseau des Zones Ateliers

SESSION 3 : Qualité des eaux et actions anthropiques


Les trajectoires paysagères des localisations de plans d'eau du bassin versant de la Loire (1834-2018) (ZA Loire)


Pascal Bartout ∗ 1

 

1  Centre dÉtudes pour le Développement  des Territoires et lÉnvironnement  (CEDETE)  –  Université d’Orléans : EA1210 –  UFR Lettres, Langues et Sciences Humaines 10 rue de tours, BP 46527 45065 ORLEANS CEDEX 2, France


Résumé

Les plans d’eau  français souffrent de méconnaissances multiples,  quelles que soient les dis- ciplines  explorées,  faits d’autant  plus vrais que ceux-ci  sont petits  et artificiels, conduisant  à des modes de gouvernance contemporains peu adaptés à leur fonctionnement, environnement et territoire(s).

Par l’entremise entre autres du territoire limnique (Bartout et Touchart, 2017), nous questionnons depuis des décennies ces manques par des approches géographiques multiples,  tant pour mieux comprendre le fonctionnement interne de chaque plan d’eau, les interrelations avec son territoire adjacent,  son limnosystème  (Touchart  et Bartout,  2018),  que cerner les trajectoires paysagères de plusieurs plans d’eau au sein d’un géosystème en perpétuel mouvement.  Ces approches sys- témiques multiscalaires et multifactorielles ont permis de générer de nouveaux indicateurs autres que ceux, avant tout biologiques et géochimiques, introduits par la politique du SEQ (Système d’évaluation de la Qualité) depuis 1992.

Notre approche de géographie limnologique permet  de répondre  à cette  demande  qualitative en ne se concentrant pas uniquement sur les espèces animales et végétales ou les transits sédi- mentaires.  Elle questionne l’érème hydrologique et tous les processus humains, complexes, ayant conduit aux créations, destructions ou remaniements des différents types de plans d’eau.   A l’échelle européenne, nous avons promu dernièrement l’indicateur d’empreinte limnique (Bartout et Touchart, 2018) montrant l’importance notable, pour ne pas dire prépondérante, de la France au niveau des plans d’eau artificiels et de taille intermédiaire.  Mais ce fait contemporain mérite d’être questionné à l’aune de l’histoire ou plutôt de la géohistoire, non par des textes seuls mais accompagnés de cartographies, afin de comprendre  les localisations de plans d’eau,  leurs fluc- tuations et les raisons de celles-ci, locales ou globales, et ainsi pouvoir questionner à terme les impacts de ceux-ci, positifs comme négatifs, à une époque donnée.

Les seuls éléments sur lesquels nous pouvons nous appuyer historiquement sont les inventaires du Baron Rougier de la Bergerie  (1819,  1834)  correspondant à un état des lieux limnique en 1793 et en 1834,  puis celui de Bartout et Touchart (2013)  complété en 2018 (inédit).   La com- paraison surfacique y est possible bien que limitée par les carences techniques et philosophiques de chaque inventaire construit par département  (1793,1834) et/ou par commune (2013).   Mais si les superficies intéressent les chercheurs et gestionnaires travaillant aux échelles nationales et supranationales, c’est  la répétition des plans d’eau qui questionne ceux aux échelles régionales et locales. Or, si l’inventaire de 1793 inventorie le nombre d’" étangs ", celui de 1834 se contente des seules superficies, ne permettant pas de comprendre davantage les évolutions quantitatives et qualitatives (mares, étangs, lacs) durant la période post-révolutionnaire riche en soubresauts pour les possesseurs de plans d’eau.

Grâce au décompte  des plans d’eau  sur chaque planche  cadastrale du  Cadastre  Napoléonien de plusieurs milliers de communes,  nous sommes aujourd’hui  en mesure de proposer une cartographie des plans d’eau en 1834 pour une grande partie du bassin versant de la Loire.  Cette cartographie sera commentée,  comparée pour figurer des trajectoires  paysagères  limniques et questionnée pour émettre des hypothèses quant aux variations notables observées.

--

Programme et recueil des résumés à télécharger dans l'onglet documents ci-dessus.

Toutes les informations sur le site du colloque :

https://20ans-rza.sciencesconf.org/resource/page/id/5


 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte