Conférence
Chapitres
Notice
Lieu de réalisation
Site Pouchet - CNRS
Langue :
Français
Crédits
Jean René BORELLY (Production), Chantal Ndami (Intervention)
Conditions d'utilisation
CC BY-NC-SA
DOI : 10.60527/sjt6-4w82
Citer cette ressource :
Chantal Ndami. CNRS_Pouchet. (2018, 11 juin). Genre et droits de propriété 5 , in Genre et droits de propriété. [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/sjt6-4w82. (Consultée le 20 mai 2024)

Genre et droits de propriété 5

Réalisation : 11 juin 2018 - Mise en ligne : 25 juin 2018
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Journée d’étude "Genre et droits de propriété"

 

Si les inégalités de salaires entre sexes commencent à être (re)connues, on parle bien moins du gender gap dans l’accès à la propriété, alors qu’il est encore plus important et ne cesse de croître. Ses causes seraient multiples, au centre desquelles les relations de pouvoir tant au sein de la famille que de la société. La théorie de l’empowerment, qui fait de l’accès à la propriété un critère majeur d’autonomisation des femmes, s’appuie souvent sur l’idée implicite qu’il y aurait une seule manière de définir la propriété. Il s’agit ici d’aborder l’accès différencié des hommes et des femmes à la propriété non pas dans l’absolu, en référence à une conception unique hégémonique de la propriété, mais en intégrant à l’analyse la diversité des systèmes de droits et leur ancrage dans les sociétés et en prenant en considération tant la dimension historique que les enjeux politiques autour de la définition des droits de propriété.

 

INTERVENANTE : Chantal NDAMI  (Université Paris diderot )

Les agricultrices et la proprièté foncière en pays bamiléké (Cameroun)

 Un droit foncier coutumier en tension

 En pays bamiléké, la responsabilité de la production alimentaire incombe aux femmes. Le travail de la terre représente, avec la maternité, un élément important de valorisation sociale. Pour leur permettre d’assumer ce rôle, le régime foncier traditionnel, forgé dans un environnement de peuplement dense et de culture intensive, leur garantissait l’accès à la terre, à travers des droits d’usage et de culture. La législation foncière moderne leur a offert des possibilités d’accéder à la propriété foncière, ce qui représente une avancée par rapport au système coutumier. L’effectivité de ce droit demeure cependant problématique pour les agricultrices qui doivent surmonter de nombreux freins, à la fois sociaux et économiques.

 

Intervention

Dans la même collection

Sur le même thème