Conférence
Chapitres
Notice
Lieu de réalisation
Muséum national d'histoire naturelle
Langue :
Français
Crédits
Richard FILLON (Réalisation), Jirasri DESLIS (Réalisation), FMSH-ESCoM (Production), Alain d' Iribarne (Intervention), Angela Procoli (Intervention)
Conditions d'utilisation
Tous droits réservés.
DOI : 10.60527/0adx-wq52
Citer cette ressource :
Alain d' Iribarne, Angela Procoli. FMSH. (2007, 30 mars). Ouverture du colloque , in Evolutions climatiques : Approches interdisciplinaires. [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/0adx-wq52. (Consultée le 21 juillet 2024)

Ouverture du colloque

Réalisation : 30 mars 2007 - Mise en ligne : 26 avril 2007
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

En réunissant des scientifiques, des experts du Groupe intergouvernemental d'étude du climat (GIEC), des représentants d'administrations et d'institutions de diffusion de (information scientifique, le colloque se propose de mettre en évidence comment des disciplines scientifiques aussi différentes que les sciences de la Terre et de l'atmosphère, les sciences naturalistes et les sciences économiques, convergent pour estimer les conséquences néfastes du changement climatique et fournir des éléments de réponse de nature politique pour en atténuer les effets et permettre les nécessaires adaptations. Comment en est-on arrivé, dans une perspective historique, au « Global Warming » actuel ? Comment le traitement informatique des bases de données météorologiques et climatologiques a évolué, depuis la fin de la 2e guerre mondiale, vers une modélisation numérique du climat, dans un contexte technologique et politique où l'observation, via satellite, devient réalisable à une échelle planétaire ? Les modèles prédisent tous une augmentation de la température au XXIe siècle, toutefois son ampleur dépend fortement de l'activité économique mondiale future. On a vu, dans la dernière décennie, que les outputs des modélisations climatiques sont devenus des éléments majeurs du discours politique. En effet, pour la première fois d'une façon aussi nette, on assiste au couplage entre des sciences aussi diverses que la climatologie et les sciences naturalistes, d'une part, et les sciences économiques, d'autre part. Dans ce contexte, le GIEC, qui réunit des experts scientifiques dans une approche pluridisciplinaire, joue un rôle déterminant dans l'évolution des rapports entre sciences et politique (objet de la 3e session Risques, expertise et politiques) à travers l'estimation des risques et la préconisation de mesures destinées à en limiter les effets. Cette manifestation est organisée par l'association Entre-Sciences en partenariat avec le Centre Alexandre Koyré (Centre d'histoire des sciences et des techniques, CNRS/MNHN/EHESS), avec le soutien de la Fondation Maison des sciences de l'homme, du Muséum national d'histoire naturelle, du Commissariat à l'énergie atomique et de la Ville de Paris. Elle a reçu le label Année internationale de la planète Terre (CNF-IYPE), une initiative des Nations Unies pilotée par l'Unesco.

Intervention

Dans la même collection

Avec les mêmes intervenants et intervenantes