Conférence

Atelier 4. Interprétations - Quatrièmes Rencontres de la galerie Colbert

Réalisation : 31 janvier 2015 Mise en ligne : 31 janvier 2015
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

4. Interprétations

 – Salle Vasari –

Responsable : Michaël Decrossas (INHA)

 

Ada Ackerman (THALIM/ CNRS)

Eisenstein etMichel-Ange : quand le cinéma s’empare de la sculpture

Le cinéaste soviétique Sergueï Eisenstein n’a jamaiscaché son admiration pour les figures de la Renaissance. Parmi elles,Michel-Ange est une référence qui revient régulièrement sous sa plume. On sepropose ainsi de parcourir le travail et la pensée d’Eisenstein dans son rapportà l’œuvre de Michel-Ange.

 

Antoinette LeNormand-Romain (Institut national d’histoire de l’art)

Rodin : à lamanière de Michel-Ange

Rodin plaçait Michel-Ange au sommet de son panthéonpersonnel et, à partir du moment où il l’eut découvert, en 1876, il se référaconstamment à lui, notamment en ce qui concerne l’approche du marbre, le jeusur des zones travaillées différemment, l’utilisation du non finito dans lequel il voyait le signe d’une forme enperpétuelle évolution. Une de ses dernières œuvres, la Muse, aujourd’hui à Dallas, permet de faire le point sur cequ’il devait à Michel-Ange, tout autant que sur ce qui les séparait.

 

Pierre Stepanoff(Institut national du patrimoine)

Les Esclaves deMichel-Ange : une anatomie platonicienne ?

Ensuivant l’intuition néoplatonicienne de Panofsky et en relisant Platon, Plotinet Ficin, il s’agira de savoir si les Esclaves sont platoniciens dans leurdétail, leur corps, leur anatomie.

Chapitres
Thèmes
Notice
Contacter

Dans la même collection