Conférence
Notice
Date de réalisation
Lieu de réalisation

CCIC, Cerisy-la-Salle

Langue :
Français
Citer cette ressource :
La forge numérique. (2018, 24 septembre). Hélène Bessette : une écrivaine qui n’appartient pas. [Podcast]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/116644. (Consultée le 23 juillet 2024)

Hélène Bessette : une écrivaine qui n’appartient pas

Réalisation : 24 septembre 2018 - Mise en ligne : 18 mai 2022
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Cette communication a été prononcée  dans le cadre du colloque intitulé  Hélène Bessette : l’attentat poétique qui  s’est tenu au Centre Culturel International de Cerisy du 20 au 27 août 2018, sous la direction de Julien DOUSSINAULT, Claudine HUNAULT, et Cédric JULLION.

Il se passe une chose étrange avec Hélène Bessette (1918–2000): Gallimard publie de 1953 à 1973 treize de ses romans dans la collection blanche. Les plus grands noms de l’art et de la littérature (Beauvoir, Dubuffet, Duras, Leiris, Queneau, Paulhan, Sarraute) reconnaissent là une œuvre résolument moderne. Dans L’Express du 2 janvier 1964, Marguerite Duras évoque "la rareté extrême du talent dont [l’œuvre] témoigne" et déclare: "La littérature vivante, pour moi, pour le moment, c’est Hélène Bessette, personne d’autre en France". Malgré cela, les exemplaires s’épuisent, l’oubli gagne. Si l’œuvre ne s’est pas imposée en son temps, est-ce une question d’écriture, de style? Est-ce une question sociale, une question d’appartenance? Pourquoi Queneau voit-il en elle une "écriture orpheline"? Femme de pasteur en Nouvelle Calédonie, institutrice dans le Nord, préceptrice en Suisse, gouvernante en Angleterre, rêvant d’Amérique, Hélène Bessette, écrivaine, chercha son lieu toute sa vie. Parce qu'elle lutte contre l'obéissance et l'acceptation aveugle des hiérarchies sociales, parce qu'elle parle seule, parce qu'elle ne se soutient d'aucun groupe, d'aucun mouvement, d'aucune communauté, parce qu'elle a conscience de faire œuvre, elle se situe délibérément en dehors des mouvements intellectuels et politiques qui ont marqué les années 60/70, tout en se prononçant sur le monde qui l'entoure. Pour s'ensauver, elle mise tout sur le personnage principal de ses romans poétiques: l'écriture. Migration ininterrompue du réel à l'irréel, du rêve à la réalité, son œuvre expose, développe, superpose, transpose, renverse, inverse. Bessette crée un genre, le Roman poétique, qui devient son lieu d’expérimentation. Elle n’aura rien dit, ou si peu, sur elle à part son œuvre. La matière qu’elle a laissée sur sa vie peut n’être que fiction et jeu d’anamorphoses. Comment notre regard critique s’en trouve-t-il orienté? Oubliée, redécouverte et rééditée chez Léo Scheer de 2006 à 2012, elle est de nouveau en librairie depuis 2017, et promise à une publication intégrale au Nouvel Attila.

Claudine Hunault met en jeu dans toutes ses réalisations la charge poétique du mot et la puissance de la lettre. Qu’elle forme des chanteurs ou des acteurs à la présence scénique ou qu’elle soit elle-même en scène, elle développe un travail sur le verbe dans ses innombrables acceptions, cherchant à travers lui, à attraper des bouts de réel. Cette quête lui a fait rencontrer des écritures aussi rares que celles de Maurice Blanchot ou Hélène Bessette. Elle intervient dans de nombreux colloques sur les champs croisés de l’art et de la psychanalyse. Elle mène avec le musicien Cédric Jullion des recherches sur une écriture texte/musique.

Résumé de la communication

Ici la femme est omniprésente dans tous ses états et Hélène Bessette n’est pas féministe. Les modes d’oppression exercés par un capitalisme mercantile transpirent dans tous ses romans et Hélène Bessette ne se dit pas socialiste. Son écriture s’impose des contraintes, avance d’hypothèse en hypothèse, le chiffre voisine avec la lettre et Hélène Bessette n’est pas oulipienne. Hélène Bessette invente un roman nouveau et elle ne fait pas partie du Nouveau Roman. Bessette n’adhère pas, ne se rallie pas, ne se soutient d’aucun mouvement, d’aucun parti, d’aucune cause. Elle avance seule avec une foi inextinguible dans la puissance de l’écriture, de son écriture. Il s’agit de faire œuvre, c’est-à-dire se risquer à être. Ce n’est pas un jeu. C’est une détermination. Quelles sont les conséquences de cette non appartenance ? En quoi ce choix lui a-t-il permis d’inventer sa propre langue et de la défendre malgré le silence autour d’elle, malgré l’isolement ? L’exigence poétique dans l’élaboration du roman serait-elle une défense pied à pied du Territoire et de la Vérité de la Personne face au mensonge de masse et à "l’ordre de l’urgence" ?

Sur le même thème