Conférence
Notice
Date de réalisation
Lieu de réalisation

Mrsh-Caen

Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
DOI : 10.60527/pe80-tc12
Citer cette ressource :
La forge numérique. (2024, 19 avril). Médiation des conflits et recherche du consensus dans la Lombardie espagnole, entre prééminence de la noblesse de robe et clientèles militaires (XVIe-XVIIe siècle). [Podcast]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/pe80-tc12. (Consultée le 23 juin 2024)

Médiation des conflits et recherche du consensus dans la Lombardie espagnole, entre prééminence de la noblesse de robe et clientèles militaires (XVIe-XVIIe siècle)

Réalisation : 19 avril 2024 - Mise en ligne : 13 mai 2024
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Résumé de la Communication

La communication se concentre sur la physionomie de l’appareil institutionnel et de pouvoir dans le Duché de Milan sous la domination des Habsbourg d’Espagne. Mis en place entre les Guerres d’Italie du XVIe siècle et la réforme ecclésiastique milanaise promue par Charles Borromée, cet appareil reposait sur trois piliers fondamentaux. Le premier pilier était le patriciat milanais, qui détenait le monopole de la magistrature civile, assurant la médiation de nombreux conflits internes par des moyens légaux et juridiques, et exerçant le rôle de principal médiateur entre la monarchie et les sujets du Duché. Le deuxième pilier était le réseau relationnel du gouverneur général, qui regroupait tous les individus politiquement et économiquement importants, autochtones ou étrangers, qui fournissaient des services utiles à la défense militaire de l’État, sur la base d’une relation personnelle de caractère patronal avec le gouverneur lui-même. Le troisième pilier du système était l’église locale, particulièrement puissante sur le plan politique en raison de l’influence exercée sur les sujets à travers le réseau des paroisses par les archevêques de Milan, à qui Rome et Madrid attribuaient le rôle de chefs spirituels et politiques de la « résistance » catholique à l’avancée du luthéranisme et du calvinisme le long de l’arc alpin. Les revendications présentées par les trois groupes d’intérêt – profondément interdépendants les uns des autres – correspondaient aux bases idéologiques et politiques du large consensus des sujets milanais envers les Habsbourg : la pacification de la société, profondément marquée par des conflits internes hérités du Moyen Âge ; la défense militaire ; la réforme de l’Église catholique et la lutte contre l'« hérésie ». Analyser la longue parabole du gouvernement espagnol en Lombardie, c’est identifier les traits essentiels d’une culture politique, celle de Madrid au début de l’époque moderne, qui identifiait la médiation des conflits comme l’essence de la souveraineté, et réussit à obtenir le soutien convaincu de la société milanaise. Dans l’ombre de cette culture politique, Milan, qui était déjà un pôle d’attraction pour les élites de toute l’Italie du Nord, devint l’un des principales arènes de pouvoir d’une monarchie globale et polycentrique.

Biographie de l'auteur : Michele Maria Rabà est chercheur à l’Istituto di Storia dell’Europa Mediterranea du Consiglio Nazionale delle Ricerche. Dans ses recherches, il a examiné les interactions entre la guerre, l’économie, la politique et la société, avec une attention particulière pour l’espace euro-méditerranéen disputé entre les puissances globales au début de l’époque moderne.

Sur le même thème