Conférence
Chapitres
Notice
Lieu de réalisation
Maison des Sciences de l'Homme en Bretagne - MSHB
Langue :
Français
Crédits
Matthieu Romagny (Intervention), Marion Lemoine-Schonne (Intervention), Amy Dahan (Intervention), Hélène Guillemot (Intervention), Marine Fleury (Intervention), Elodie Merlot (Intervention)
Détenteur des droits
Maison des Sciences de l'Homme en Bretagne
Citer cette ressource :
Matthieu Romagny, Marion Lemoine-Schonne, Amy Dahan, Hélène Guillemot, Marine Fleury, Elodie Merlot. MSHB. (2022, 27 janvier). Après la Convention Citoyenne pour le Climat, de nouvelles voies juridiques pour la transition écologique ? , in EPolAr - Écologie politique en Armorique. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/114777. (Consultée le 15 juin 2024)

Après la Convention Citoyenne pour le Climat, de nouvelles voies juridiques pour la transition écologique ?

Réalisation : 27 janvier 2022 - Mise en ligne : 9 mars 2022
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

La Convention Citoyenne pour le Climat (CCC) a mandaté 150 personnes tirées au sort pour définir des mesures permettant une baisse d’au moins 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 dans un esprit de justice sociale. La promesse du Président de la République Emmanuel Macron était de les intégrer ensuite “sans filtre” dans la loi Climat et Résilience qui en résulte. Quels sont les effets de cet exercice de démocratie participative ? Amy Dahan, Marine Fleury et Hélène Guillemot apporteront leur éclairage sur la construction et le déroulement de la CCC à laquelle elles ont participé, sur le devenir des 149 propositions qui ont été faites et sur les effets de leur introduction dans le droit. Nous nous interrogerons en particulier sur les modalités, les lacunes et les succès de cette mise en débat citoyen et gouvernemental de mesures essentielles à une transition écologique. Nous reviendrons sur les conditions de formation de cette assemblée et de déroulement des débats, sur la pertinence des propositions au regard des enjeux climatiques et leur traduction en proposition législative, ainsi que sur les suites données par le gouvernement et leur inscription dans le droit actuel. Cette expérience amène en outre à se demander quelle est la légitimité des citoyen·nes face aux élu·es et aux juristes. Elle met également en jeu l’appropriation politique et citoyenne des connaissances scientifiques. Elle pose, enfin, une analyse critique de cet exercice de démocratie participative mené dans des conditions bien spécifiques. Le collectif EPOLAR rassemble des chercheuses et des chercheurs venus de toutes les disciplines scientifiques. Il vise à partager les savoirs universitaires sur les transitions environnementales avec le grand public pour construire, en commun, ces transitions

Intervention

Dans la même collection

Avec les mêmes intervenants et intervenantes

Sur le même thème