Entretien

Entretien avec Alfredo Espinoza (Rencontres 2011)

Réalisation : 4 mars 2011 Mise en ligne : 4 mars 2011
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Alfredo Espinoza est le saxophoniste et clarinettiste chilien dont le film Escape al silencio, du cinéaste Diego Pequeño, raconte la singulière trajectoire professionnelle. Il a joué dans les années 70 dans des groupes français tels que "les Haricots Rouges" ou "les Pieds de Poule", puis il est rentré au Chili. Dans cet entretien, il revient sur sa formation de musicien, en Argentine, où il a passé une bonne partie de sa jeunesse.

Entretien réalisé par Odile Bouchet,Traduction et transcription : Alessandra Doronzo, Ana Martinez, Thomas Sérignat et Marion Coustau.

Thèmes
Notice
Langue :
Espagnol, castillan
Crédits
Université Toulouse II-Le Mirail SCPAM (Publication), Université Toulouse II-Le Mirail (Production), Nathalie MICHAUD (Réalisation)
Conditions d'utilisation
Tous droits réservés à l'Université Toulouse II-Le Mirail et aux auteurs.
Citer cette ressource:
UT2J. (2011, 4 mars). Entretien avec Alfredo Espinoza (Rencontres 2011). [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/38959. (Consultée le 28 juin 2022)
Contacter
Documentation

Odile Bouchet : Buenas tardes Alfredo Espinoza, usted es músico, chileno…

Alfredo Espinoza : Si, exacto.

OB : Saxofonista…

AE : Sí, sí, viví en Paris… cinco años…

OB : Eso.

AE : Trabajando en el Alcazar…

OB : Y tocó con Gilbert Leroux y con toda esa gente…

AE : Sí, con Gilbert Leroux… Músico de… “bon, plusieurs musiciens”. Músico de Haricots Rouges, de Pieds de Poule, de… “et moi, j’ai été engagé à l’Alcazar de Paris”.

OB : Y… bien, y esos años parisinos… Antes estaba en Buenos Aires, usted, también.

AE : En Buenos Aires, exacto, sí. Nos habíamos…

OB : ¿Mucho tiempo?

AE : Nos habíamos cambiado con mi familia en el cincuenta y… cuatro. “Fifty four”.

OB : Eso es justamente un poco la pregunta que yo tengo porque la película lo muestra a usted como una persona que… que surge ya de músico hecho y derecho.

AE : Ya, ya…

OB : Y tocando de maravilla y todo eso… y, este… me gustaría que usted hable un poco de su formación, por favor.

AE : Sí, fue en Argentina… yo de…mi abuelita tocaba… mi abuelita tocaba piano... harpa y guitarra. Y cantaba. Así que ya vengo por la parte familiar.

OB : De chiquito.

AE : De músicos, claro. Cuando pequeño, empecé a tocar una flauta, la flauta esa de… des enfants… como una flauta dulce.

OB : Sí…

AE : Tocaba tres armónicas que me compraba mi papá. Tres armónicas y tenía tres armónicas, tres tipos de armónicas… y… sí, las tres armónicas, la flauta, este… eso, con eso comencé… cuando… pequeño… sí, cuando niño…

Y después con mi familia nos fuimos… Mi papá falleció en el 52… A mí me fueron a avisar a la escuela… Me fueron a avisar a la escuela. “Tiene que ir a su casa que su padre…” Estaba… estaba muy mal.

OB : ¿Y usted ya estaba entonces en Buenos Aires? ¿O en Chile?

AE : No, no, en Valparaíso… En Valparaíso, entonces nos fuimos a… Buenos Aires… porque mi mamá cuando enviudó… se pensaba… pensaba contraer nuevo matrimonio… Entonces… y mi padrastro era… había sido requerido desde Argentina porque era jockey… montaba caballos.

OB : A caballo.

AE : Era jinete… y nos fuimos para Argentina y mi padrastro pensó: “bueno, si... vamos a tener que estar unos en un país y los otros… y yo en Argentina”, dijo… este, nos vamos a gastar un platal, este… en aviones...

OB : Eso sí…

AE : Vamos a estar a cada rato un viaje en avión... Entonces dijo: “Mejor nos vamos todos”. Entonces nos fuimos todos de Santiago a Buenos Aires… y en Buenos Aires fuimos a la capital, plena capital federal que es el… centro de Buenos Aires…

OB : Y ahí estudió música.

AE : Claro, ahí fuimos a un apartamento y después, este… después nos fuimos mediante los preparadores de… cuidadores de caballos… a vivir a un chalet, un chalet cerca de la… al lugar donde está la Quinta Presidencial allá… en Olivos…

OB : En Olivos, sí.

AE : Este… fuimos a Olivos, y... después nos fuimos a San Isidro... de la casa esa de… del chalet, y en San Isidro, este… me… yo tocaba la armónica, yo solía tocar las armónicas porque vivíamos en un edificio de departamentos y yo me sentaba a la puerta de entrada del edificio.

OB : A tocar…

AE : A tocar la armónica…

OB : Ya.

AE : Entonces me conoció un boy scout, un explorador, que estaba en la banda de boy scout de ahí, de… del lugar cerca de la plaza de… que tiene el nombre de un… sacerdote, la plaza de Castiglia, y me oyó tocar la armónica.

Él tenía un maestro que era el codirector de la orquesta sinfónica que dirigía Gabriel Fauré allá, que era en el sur de Buenos Aires y él vivía en el norte. Era Rómulo Ángel Díaz, mi maestro. Y él me dijo si quería conocer a su maestro, este… joven que se llamaba Alberto… Carlitos, Carlos, claro. Y me dijo que si quería conocer a su maestro de música, que le agradaría a él, este, mucho, este, que yo conociese a su maestro, entonces dije yo que sí. Me dijo : “Él te puede ayudar porque te puede enseñar la técnica instrumental y… solfeo, o sea leer música por escrito”.

OB : Sí.

AE : Pues yo tocaba la flauta, lógicamente…

OB : De oídas.

AE : De oídas, claro. Este… y el maestro, cuando me lo presentó, era una persona muy simpática, ya de… edad avanzada, pero era muy simpático en el trato con los… alumnos… porque como… como tenía la banda de… boy scout… andaban todos uniformados y… me dijo: “Mira, yo en realidad, tengo… soy el maestro de la banda, yo les enseño música, y hacen la práctica acá. Y acá hacemos ensayos, los ensayos de la… the day of making practices, pero yo estoy transformando la banda en una pequeña orquesta de cámara, una orquesta clásica de cámara”. Porque el maestro, este… ayudaba a… era el… segundo director de… el director de ensayos de la orquesta sinfónica de Avellaneda.

OB : Ya.

AE : Entonces cuando Gabriel Fauré salía, este… en sus giras internacionales a presentar sus obras, mi maestro quedaba a cargo de… la orquesta, o sea le tenía que ensayar la orquesta y… prepararle todo el repertorio que iba a presentar en la temporada siguiente, este… Fauré, cuando regresara. Entonces él ensayaba la orquesta, este… y le preparaba todo el programa, entonces Fauré cuando… regresaba no tenía más que… tomar la batuta, ya la orquesta estaba toda ensayada.

OB : Todo estaba listo.

AE : Se sabían todas las obras de memoria ya prácticamente... y dirigir la sinfónica. Me dijo: “Yo estoy transformando, estoy en un momento que estoy transformando, este… la banda en una pequeña orquesta de cámara, porque eso, eso es lo que… necesito hacer, lo que quiero hacer. Y yo ya tengo el violonchelista, porque… te estudié tu carácter, me dijo, y tú eres, tienes un carácter apacible así, para cuerdas, un carácter muy muy sociable, muy muy tranquilo, para cuerdas, entonces, este…, no, pero yo no te voy a poder enseñar el… violonchelo porque tu carácter, este… es para violonchelo… violonchelista tienes que ser, pero yo, lo que te puedo hacer es… enseñarte clarinete porque yo, lo que necesito en este momento en la banda…”

OB: Es el clarinete.

AE: “Son más clarinetistas, entonces te puedo enseñar clarinete si quieres y solfeo, práctica instrumental.” Entonces yo acepté porque yo tenía tantas ganas de aprender, claro, yo tenía tantas ganas de aprender que dije sí inmediatamente…

OB : Además, es bello el clarinete.

AE : Claro, claro, hay buenas obras para clarinete de… Mozart sobre todo. Bueno, hay muchas buenas obras de clarinete, para clarinete. Entonces ingresé, ingresé y empecé con el clarinete. Me dijo, y como todos los años las bandas militares allá, renuevan, este… hay una renovación de instrumentos, renovación…

OB : Que se pueden conseguir.

AE : …de material. Claro, entonces el maestro se conseguía que le pasara para, para los boy scout.

OB : Para los muchachos.

AE : Claro, para los muchachos que le pasara, este… los instrumentos del año anterior.

OB : Súper.

AE : Así que tenía, este… unos cajones llenos de instrumentos y me dijo…

OB : Fantástico, eso es una mina.

AE : Claro: “Mira, este… ármate un instrumento”. Yo la primera vez en mi vida que veía un clarinete, y me dijo: “Ármate un instrumento, yo te enseño las partes… Esta parte va así ensamblada, esto es la campana del instrumento, la boquilla…”

OB : Y fue sacando las buenas de todas las que había.

AE : Claro, y fui sacando las partes de… comparando la… cuales correspondían, este… Y me armé un clarinete, me armé un clarinete, así que salí con un clarinete armado por mí mismo.

OB : Fantástico.

AE : Era la primera vez en mi vida que veía un clarinete yo, porque yo tocaba la flauta.

OB : Es una buena manera de conocer el instrumento.

AE : Claro. Y… así que comencé con él, y… rápidamente, yo, este… como le dedicaba muchas horas al instrumento, porque es una cuestión de… paciencia y dedicación, este… un instrumento musical. Hay que dedicarle muchas horas…

OB : Claro.

AE : Muchas horas de estudio. Entonces yo avanzaba rápidamente y… me llamaban de… orquestas de jazz, así de… conjuntos de jazz, de grupos…de jazz tradicional, de… o sea jazz del estilo “Nouvelle Orléans”.

OB : Así fue, así fue como entró en contacto con el jazz.

AE : Claro, así.

OB : El jazz lo fue a buscar a usted.

AE : Claro.

OB :¡Qué bueno!

AE : Me fueron a buscar porque ya supieron que yo estaba estudiando clarinete con el maestro. Y como salían buenos instrumentistas de ahí…

OB : Claro.

AE : Me fueron a buscar.

OB : Qué bien.

AE : Entonces entré ya en una orquesta de jazz, y mi maestro cuando… supo que ya había entrado en una orquesta de jazz, se formó… un conjunto él mismo para… pero que tocábamos bailable. Entonces, este… incluyó al hijo que tocaba el saxofón soprano, y yo el clarinete, y formó un conjunto bailable. Entonces, este… claro le ofrecieron inmediatamente, este… lugares así de... sociedades de fomento, de… cultural así... este… de… los barrios y entonces, este… empezamos a actuar así, este… en público con mi maestro, con mi maestro en tuba porque él era… bajo de bronce. Era bajo de bronce o sea tuba porque el otro bajo es el bajo sinfónico, el de cuerdas. Y entonces, este… tocamos con ese conjunto, con mi maestro y a mí me empezaron a llamar de más orquestas. Porque yo me destacaba porque… me dedicaba mucho al clarinete.

OB : Claro, pasaba muchas horas.

AE : Pasaba muchas horas estudiando, y como… y avanzaba, avanzaba técnicamente y avanzaba, este… armónicamente también, cuando… como me enseñaba mi maestro. Entonces, este… tocaba en las orquestas de jazz, y ya me llamaban de orquestas un poco más grandes, más conocidas. Y empezamos a… yo empecé, debuté… en una orquesta…

AE: Entonces debuté en un club de fútbol. En la sede social y en la… en el estadio había una pista de baile también donde se… donde se contrataban orquestas para bailar. Y contrataron la primera orquesta en que entré yo de jazz, allí. Allí debuté. Y fue la primera vez que toqué jazz, allí. Yo tocaba el clarinete en el Ensamble Libre. Llamamos “Ensamble Libre” al estilo Nueva Orleáns. Porque, porque va la trompeta que… que… que… que va dirigiendo el tema, o sea el instrumento leader. El trombón va… va… como bordando la… la… como remplazando una parte de violonchelo… el trombón de bronce. Y el clarinete, la fioritura. Toca la fioritura, o sea, este, toca todas… todas las variantes, las variaciones posibles que hay al tocar en ese tema, en esas tonalidades.

OB: Entonces mucha velocidad.

AE: Claro. Se necesitaba velocidad. Porque el clarinete va tocando casi el doble de rápido. Y… y me destacaba en clarinete. Entonces me empezaron a llamar de más orquestas y me pasé al saxofón soprano, porqué había escuchado al hijo de mi maestro.

OB: Y le había gustado.

AE: Claro. Me había gustado porqué tocaba bien, él. Tenía lindo sonido, además el soprano. Y además es que… me empezaron a asesorar este… de cómo, cómo oír jazz. Entonces me hice una colección de jazz así de… de los tiempos de que… Luis Armstrong tenía, no tenía ni veinte años. Que escuché a Goodman de… a Benny Goodman de 16 años, acompañando cantante y tocando solo de clarinete. Y me empecé a armar una colección así de… de… de jazz. Con la orquesta de Fletcher Henderson que era la que admiraba mucho, este, Goodman.

Goodman empezó a armarse su repertorio de la… del repertorio que tenía Henderson. Bueno y eso daba resultado, porque… y a mí me daba resultado para el clarinete y el soprano, porque yo ya tocaba soprano, tenía un soprano italiano. Soprano Orsi. Orsi, italiano, Milano. Y me llamaron de unas orquestas más importantes, un directorio que éste ensayaba justo en el barrio donde yo vivía, pero del otro lado de la… de la vía del tren, que era el recorrido de… de los… de los trenes frute… frutales, fruteros, así. Que llegaba… la fruta que llegaba del norte por el Río Paraná, allá en Argentina. El Río Paraná desemboca, este… termina justo donde se ensancha el Río de la Plata, que es el que desemboca en el Atlántico.

OB: Si, en el delta en El Tigre.

AE: Claro. Y este… entonces comencé a asistir a sus ensayos a la casa de la madre que vivía allí. Y él, era un trombonista que tocaba el estilo trombonístico de… a los trombones en Nueva Orleáns. Como… como no había habido nunca partitura de trombón jazz…

OB: Claro.

AE:…de género jazz, tenían que estudiar el trombón con la partitura de… con la partichela, mejor dicho, de cuerdas, de violonchelo. Así que estudiaban todas las partes de violonchelo y con esas partes de violonchelo,

OB: Las adaptaban.

AE: Las adaptaban al jazz. Y bueno, me fui destacando así, hasta… hasta lograr que me llamaran… me llamaran de una orquesta que era la orquesta más famosa que, que, que había surgido allá en Buenos Aires, que se llamaba… primero se llamaba los Red Hot Peppers, que eran la orquesta que tenía Ferdinand Lamothe, que era panameño. Ferdinand Lamothe, al que llamaban Jelly Roll Morton. Jelly Roll Morton. Y era Ferdinand Lamothe, Mortón. Y este… Y me reuní con el director y decidimos cambiarle el nombre y bautizar a la orquesta como Porteña Jazz Band. Porteña Jazz Band. Porque ambos éramos de una ciudad de puerto.

OB: Claro. Valparaíso.

AE: Una ciudad de puerto famoso. Claro. Valparaíso y Buenos Aires.

OB: Eso.

Empezamos a tocar arreglos de Fletcher Henderson, de los primeros años, de cuando… cuando acompañaba cantantes, cuando acompañaba a Ma Rainey, Coleman Hawkins, se pasó del violonchelo al tenor. Y empezó acompañar a cantantes, a Ma Rainey, a cantantes como Bessie Smith, “la emperatriz de los blues”, le llamaron. “The empress of blues”. Este… Que fue la que filmó el… la película esa… esa… St. Louis Blues. Y cantó en St. Louis Blues allí. Y la orquesta que la acompañaba era la orquesta de Fletcher Henderson, en esa película, a Bessie Smith. Y Bessie Smith cantó con un conjunto de Henderson que se llamaron los Hot Six… que se conseguía… yo lo conseguí en la FNAC en París. Se conseguía, este… los… en el sello Parlophone, que es un sello que se editaba en Gran Bretaña.

OB: Y llegó a París… al final.

AE: Claro. Llegué a París porque tuvimos una desavenencia con… nos aveníamos así bien, pero tuvimos una pequeña desavenencia una vez porque nos ofrecieron, de… Los discos de Porteña Jazz Band ya giraban por el mundo. Y los alemanes, los “deutsch”, nos enviaron un telegrama para allá, ofreciéndonos una gira europea entera.

OB: ¿El festival de Breda fue entonces?

AE: No, no, una gira europea entera. Todo con la Europa occidental y la Europa oriental, o sea la Europa rusa.

Teníamos que estar girando por todos los países europeos tres meses. Y grabando en todas las ciudades importantes… de Europa. Y resulta que el personal de Porteña Jazz Band le rechazó la gira.

OB: Ah sí…

AE: Entonces se produjo un… un… un crack.

OB: Una pelea…

AE: Si…

OB: …grande.

AE: …una pelea grande dentro de la orquesta.

OB: Conflicto de intereses.

AE: Claro. Y entonces, un sexteto, seis músicos de la Porteña que éramos diez, cinco músicos de la Porteña decidimos, este… viajar de todas maneras, porque el trompetista que teníamos hasta este momento… habíamos vuelto al estilo “New Orleans” y después pasamos al estilo… incorporamos otra trompeta y otro trombón y pasamos al estilo Henderson.

Entonces hicimos, empezamos la gira. Yo vine con la Porteña Jazz Band y ya traía arreglos escritos míos también, ya había orquestado yo, este… escrito una serie de orquestaciones para… para el… el repertorio que íbamos a traer. Entonces como inventamos lo de la colaboración, este… de los músicos que supieron escribir, que supieron orquestar. Y escribimos todos juntos. Entonces escribimos, y bueno, hicimos un repertorio con orquestaciones quíntuples, de cinco músicos, cinco de los músicos de la Porteña Jazz Band. Y… y luego reunimos las cinco, resumimos y escribimos un arreglo nuevo, pero que… que contuviera parte de los arreglos individuales de los cinco y… y… y se generalizara, o sea, se generalizó, fue el arreglo total que hicimos, este… con la orquesta. Con lo que nos presentamos en Holanda. Porque en Holanda había, este… un concurso de orquestas… de jazz tradicional… de Oude Stijl Jazz Festival, en… en el Baronado de Breda. Y… nos presentamos allí… y ganamos.

OB: Con esto, ya después hay que ver la película.

AE: Cuando ganamos ese festival, a mí, me celebraron mucho, este… en el festival, los arreglos que había… porque yo había orquestado, Lisa. Lisa y varios otros… varios otros temas. Varios temas de Gershwin, así, que teníamos en el repertorio. Y me lo celebraron mucho, porque escribí buenas partes para bronces. Los bien, bien jazzísticos, entonces. Entonces, encontraron muy buena la orquesta y nos nombraron los primeros… los primeros de… la mejor orquesta que se había presentado en jazz tradicional.

OB: Muy bien.

AE: Y tocábamos en dos… en dos lugares, porque había un pequeño teatro, tocábamos en el teatro primero y después pasábamos al… al… el… el campo de deportes.

OB: Afuera.

AE: Claro.

OB: Al aire libre.

AE: Claro en el campo de deportes… no, no, era cubierto. Era cubierto, pero era… era… un campo de deportes, así se llamaba la… el lugar… de Breda, del Baronado de Breda.

AE: Si, porque lo que yo… a mí me había servido mucho tocar en el Alcázar, en París. Porque yo de Barcelona pasé a París el primero de enero, del 75.

OB: Ya.

AE: Y… y me recibieron inmediatamente, me contrataron en una orquesta, hicimos el Tour de France, con… con la vuelta ciclística…

OB: Ah, sí.

AE: …tocando con… con una jazz band, sí. Y al regresar a París, me contrataron por un año entero en el Alcázar.

OB: Muy bien. Esto está muy bien.

AE: Porque le gustó mucho como tocaba el soprano porque no… no imitaba a Bechet, a Sydney Bechet.

OB: No. Tenía su estilo.

AE: Tenía estilo propio, claro.

OB: Está muy bien. Bueno. Pues muchas gracias. Vamos a escucharlo esta noche después de la película, escucharlo de verdad verdad, que esto está muy bien.

AE: Bueno, bueno. Muchas gracias.

OB: Bueno, muchas gracias.

AE: Muchas gracias a usted.

Transcription : Alessandra Doronzo, Ana Martinez, Thomas Sérignat et Marion Coustau

,

Odile Bouchet : Bonjour Alfredo Espinoza, vous êtes musicien, chilien…

Alfredo Espinoza : Oui, exactement.

OB : Saxophoniste…

AE : Oui, oui, j’ai vécu à Paris… cinq ans…

OB : Voilà.

AE : Je travaillais à l’Alcazar…

OB : Et vous avez joué avec Gilbert Leroux et tous ces gens-là…

AE : Oui, j’ai joué avec Gilbert Leroux… Musicien de… bon, plusieurs musiciens. Des musiciens des Haricots Rouges, des Pieds de Poule, de… et moi, j’ai été engagé à l’Alcazar de Paris.

OB : Eh… bien, et ces années parisiennes… Avant, vous étiez à Buenos Aires, aussi.

AE : À Buenos Aires, exactement, oui. On avait…

OB : Longtemps ?

AE : On avait déménagé avec ma famille en cinquante… quatre. “Fifty four”.

OB : Justement, c’est un peu la question que je voulais vous poser, parce que le film vous montre comme une personne qui… qui apparait déjà comme un musicien à part entière.

AE : En effet…

OB : Et qui joue à merveille et tout… et, eh bien… j’aimerais que vous me parliez un peu de votre formation, s’il vous plait.

AE : Oui, c’était en Argentine… Quand je… ma grand-mère jouait… ma grand-mère jouait du piano… de la harpe et de la guitare. Et elle chantait. Donc je tiens de ma famille.

OB : Depuis l’enfance.

AE : De musiciens, bien sûr. Quand j’étais petit, j’ai commencé à jouer de la flûte, cette flûte pour… pour enfants… Comme une flûte douce.

OB : Oui…

AE : Je jouais sur trois harmonicas que m’achetait mon père. Trois harmonicas et j’avais trois harmonicas, trois types d’harmonicas… et… oui, les trois harmonicas, la flûte, euh… c’est ça, j’ai commencé avec ça… quand… j’étais petit… oui, étant enfant…

Et puis, avec ma famille, on est partis… Mon papa est décédé en 52… Ils sont venus me prévenir à l’école… Ils sont venus me prévenir à l’école: « Vous devez rentrer à la maison car votre père… » Il était… il allait très mal.

OB : Et vous étiez alors déjà à Buenos Aires, ou au Chili ?

AE : Non, non, à Valparaiso… À Valparaiso, puis on est allés à… Buenos Aires… car quand ma mère après son veuvage… pensait… elle pensait se remarier… Alors… et mon beau-père était… avait été sollicité en Argentine parce qu’il était jockey… il montait à cheval.

OB : À cheval.

AE : Il était cavalier… et on est partis pour l’Argentine, et mon beau-père s’est dit : « Bon, si... on devait être les uns dans un pays et les autres… et moi en Argentine », il disait… euh, on va dépenser une fortune… en avions...

OB : Ça oui…

AE : On va passer notre temps à voyager en avion... Alors il a dit : « Mieux vaut qu’on parte tous ». Alors on a quitté Santiago pour Buenos Aires … et à Buenos Aires on est allés à la capitale, en pleine capitale fédérale, c’est-à-dire… le centre de Buenos Aires…

OB : Et là-bas, vous avez étudié la musique.

AE : Tout à fait, on est allés vivre dans un appartement, et ensuite, eh bien, ensuite on est allés, grâce aux palefreniers, à ceux qui soignaient les chevaux… vivre dans un pavillon, un pavillon près de la… de là où se trouve la résidence du Président de la République, là-bas… à Olivos.

OB : À Olivos, oui.

AE : Donc, on est allés à Olivos, et... ensuite, on est partis à San Isidro... on a quitté cette maison… le pavillon, et à San Isidro, eh bien… je jouais de l’harmonica, j’avais l’habitude de jouer sur différents harmonicas parce qu’on vivait dans un immeuble, et je m’asseyais à la porte d’entrée du bâtiment.

OB : Pour jouer…

AE : Pour jouer de l’harmonica…

OB : D’accord.

AE : Alors j’ai rencontré un boy scout, un explorateur, qui faisait partie de l’orchestre de scouts du coin, de… de l’endroit près de la place de… du nom d’un… prêtre, la place de Castiglia, et il m’a entendu jouer de l’harmonica.

Son maître à lui était le codirecteur de l’orchestre symphonique dirigé par Gabriel Fauré là-bas, dans la partie sud de Buenos Aires, et lui vivait au nord. C’était Rómulo Ángel Díaz, mon maître. Et lui m’a demandé si je voulais connaître son maître, ce… jeune qui s’appelait Alberto… Carlitos, Carlos, bien sûr. Et il m’a dit que si je voulais faire la connaissance de son maître de musique, ça lui ferait très plaisir que je connaisse son maître. Alors, j’ai accepté. Il m’a dit : « Il peut t’aider car il peut t’enseigner la technique instrumentale et… le solfège, c’est-à-dire lire la musique par écrit ».

OB : Oui.

AE : Parce que moi, évidemment, je jouais de la flûte…

OB : À l’oreille.

AE : À l’oreille, bien sûr. Eh bien… et le maître, quand il me l’a présenté, c’était une personne très sympathique, déjà… d’un âge avancé, hein ? Mais il était très sympathique dans son rapport avec les élèves… parce que comme… comme il avait son orchestre de boy scouts… ils portaient tous l’uniforme et… il m’a dit : « Écoute, moi, en réalité, j’ai… je suis le maître de l’orchestre, je leur enseigne la musique, et ils pratiquent ici. Et ici nous faisons les répétitions, les répétitions de la… “the day of making practices”, mais je suis en train de transformer l’orchestre en un petit orchestre de chambre, un orchestre classique de chambre », puisque le maître… aidait… c’était… le chef adjoint… le chef des répétitions de l’orchestre symphonique de Avellaneda.

OB : Je vois.

AE : Donc, lorsque Gabriel Fauré partait…, en tournée internationale pour présenter ses œuvres, mon maître dirigeait l’orchestre, c’est-à-dire qu’il devait faire répéter l’orchestre et… préparer tout le répertoire qu’allait présenter, eh bien… Fauré, la saison suivante, une fois revenu. Alors, il faisait répéter l’orchestre… et il préparait tout le programme, ce qui fait que Fauré, quand… il rentrait, il n’avait plus qu’à… prendre la baguette, puisque l’orchestre avait déjà répété.

OB : Tout était prêt.

AE : Ils connaissaient pratiquement toutes les pièces par cœur… et il n’y avait plus qu’à diriger l’orchestre symphonique. Il m’a dit : “Je suis en train de transformer, je suis dans un moment où je suis en train de transformer… l’orchestre en un petit orchestre de chambre, parce que ça… c’est ce que je dois faire, ce que je veux faire, et moi, j’ai déjà un violoncelliste, car… j’ai étudié ton caractère, il m’a dit, et toi, tu es… tu as un caractère paisible, un caractère à jouer des cordes, un caractère très très sociable, très très calme, un caractère à jouer des cordes, donc, euh, non, mais moi, je ne vais pas pouvoir t’apprendre le… violoncelle car tu as un caractère, euh, à violoncelle… il faut que tu sois violoncelliste, mais moi, ce que je peux faire pour toi, c’est… t’enseigner la clarinette parce que moi, ce dont j’ai besoin en ce moment dans l’orchestre… »

OB: C’est de la clarinette.

AE: « C’est de plus de clarinettistes, donc je peux t’enseigner la clarinette, si tu veux, et le solfège, la pratique instrumentale. » Alors j’ai accepté parce que j’avais tellement envie d’apprendre, évidemment, j’avais tellement envie d’apprendre que j’ai immédiatement dit oui…

OB : En plus, c’est beau la clarinette.

AE : Bien sûr, bien sûr, il y a de bons morceaux pour clarinette de… Mozart surtout. Bon, il y a beaucoup de bons morceaux de clarinette, pour clarinette. Alors, j’ai intégré l’orchestre, j’y suis entré et j’ai commencé sur la clarinette. Il m’a dit : comme tous les ans les orchestres militaires là-bas, renouvellent…, il y a un renouvellement d’instruments, un renouvellement…

OB : Que l’on peut obtenir.

AE : …de matériel. C’est ça, alors le maître réussissait à le faire passer aux boys scouts.

OB : Aux jeunes.

AE : C’est ça, à faire passer aux jeunes…, les instruments de l’année d’avant.

OB : Super.

AE : Il avait donc… des tiroirs pleins d’instruments, et il m’a dit…

OB : C’est fantastique, c’est une mine.

AE : Tout à fait: « Tiens, eh bien… fabrique-toi un instrument ». C’était la première fois de ma vie que je voyais une clarinette, et il m’a dit : « Fabrique-toi un instrument, moi, je te montre les pièces… On assemble cette pièce comme ça, voilà le pavillon de l’instrument. Le bec…»

OB : Et vous avez choisi les meilleures pièces qu’il y avait.

AE : Tout à fait, et j’ai choisi les pièces une par une… en comparant la… celles qui allaient bien…, et je me suis fabriqué une clarinette, je me suis fabriqué une clarinette, je me suis donc retrouvé avec une clarinette que j’avais moi-même montée.

OB : Génial.

AE : C’était la première fois de ma vie que je voyais une clarinette, parce que moi, je jouais de la flûte…

OB : C’est un bon moyen de connaître l’instrument.

AE : Tout à fait. Et… c’est comme ça que j’ai commencé sur cet instrument, et… très vite, moi, eh bien, comme je consacrais beaucoup d’heures à mon instrument, parce que c’est une question de… patience et d’engagement… un instrument de musique. Il faut lui consacrer des heures…

OB : Bien sûr.

AE : Beaucoup d’heures de travail. Donc moi, j’avançais rapidement et… des orchestres de jazz ont fait appel à moi, des… des ensembles de jazz, des groupes… de jazz traditionnel, de… c’est-à-dire de style Nouvelle Orléans.

OB : C’est ainsi, c’est comme ça que vous avez fait la rencontre avec le jazz.

AE : Tout à fait, c’est ça.

OB : Le jazz est venu à votre rencontre.

AE : Exactement.

OB : C’est génial !

AE : Ils sont venus à ma rencontre parce qu’ils savaient que j’apprenais la clarinette avec mon maître. Et comme de bons musiciens sortaient de là-bas…

OB : Bien sûr.

AE : Ils sont venus me chercher.

OB : C’est bien.

AE : Alors, j’ai intégré un orchestre de jazz, et mon maître, quand… il a su que j’avais intégré un orchestre de jazz, il a monté… lui-même un ensemble pour… mais pour jouer de la musique à danser. Alors… il a fait venir son fils qui jouait du saxophone soprane, et moi, de la clarinette, et il a formé un ensemble de musique de bal. Alors, euh, évidemment, ils lui ont immédiatement proposé… des endroits comme, eh bien, des associations… culturelles comme… de… des maisons de quartier, et alors, nous avons commencé à jouer comme ça, en public, avec mon maître, avec mon maître au tuba, car il jouait la voix grave des cuivres, au tuba, comme le basson est la voix grave des cordes. Et alors, eh bien, on jouait dans cet ensemble, avec mon maître, et d’autres orchestres ont commencé à m’appeler. Parce que moi, je me distinguais à cause… du temps très long que je consacrais à la clarinette.

OB : Bien sûr, vous y passiez beaucoup d’heures.

AE : Je passais des heures à travailler, et comme… et je faisais des progrès, je progressais techniquement, et je progressais… harmoniquement aussi, comme me l’enseignait mon maître. Alors, eh bien… je jouais dans les orchestres de jazz, et des orchestres un peu plus grands, plus connus, m’appelaient déjà. Et nous avons commencé à... j’ai commencé, j’ai débuté… dans un orchestre.

AE : Alors j’ai débuté dans un club de football. Au siège social, et dans la… le stade, il y avait une piste de danse aussi où l’on… où l’on engageait des orchestres pour danser. Et ils ont engagé le premier orchestre que j’ai intégré, de jazz, là. C’est là que j’ai débuté. C’est là que j’ai joué du jazz pour la première fois. Je jouais de la clarinette dans l’Ensamble libre. On appelle « Ensamble libre » le style Nouvelle Orléans. Parce que, parce que c’est la trompette qui, qui dirige le thème, c’est l’instrument leader. Le trombone brode la… la… comme s’il remplaçait une partition de violoncelle, le trombone est un cuivre. Et la clarinette, la fioriture. Elle joue la fioriture, c’est-à-dire qu’elle joue toutes… toutes les variantes, les variations possibles qu’il faut jouer sur ce thème, sur ces tonalités.

OB : Donc, une grande vélocité.

AE : En effet. Il fallait de la vélocité. Car la clarinette joue presque deux fois plus vite. Et… et j’étais vraiment très bon à la clarinette. Alors d’autres orchestres ont commencé à faire appel à moi et je suis passé au saxophone soprane, parce que j’avais entendu le fils de mon maître.

OB : Et ça vous avait plu.

AE : Oui. Ça m’avait plu, parce qu’il jouait bien, lui. Il avait un joli son, en plus, le soprane. En plus… ils ont commencé à me conseiller… sur comment écouter le jazz. Alors je me suis fait une collection de jazz, oui, du temps de… Luis Armstrong n’avait même pas vingt ans. J’ai écouté Goodman, Benny Goodman, quand il avait 16 ans, il accompagnait un chanteur et jouait de la clarinette en solo. Et j’ai commencé à me constituer une collection comme ça… de… de jazz. Avec l’orchestre de Fletcher Henderson, qui était celui que… Goodman admirait beaucoup.

Goodman a commencé à monter son répertoire à partir de la… du répertoire qu’avait Henderson. Bon, et ça marchait bien car…, et ça marchait bien pour moi à la clarinette et au soprane, parce que je jouais déjà du soprane, j’avais un soprane italien. Un soprane Orsi. Orsi, italien, de Milan. Et des orchestres plus importants ont fait appel à moi, une formation qui répétait justement dans le quartier où je vivais, mais de l’autre côté de la… de la voie ferrée, qui était le trajet de… des…des trains frui… fruitiers, de fruits, c’est ça. Qui arrivaient… les fruits qui arrivaient du nord par le fleuve Paraná, là-bas, en Argentine. Le fleuve Paraná se jette,… termine juste là où s’élargit le Río de la Plata, celui qui se jette dans l’Atlantique.

OB : Oui, c’est le delta, à El Tigre.

AE : C’est ça. Et… alors j’ai commencé à assister à ses répétitions chez sa mère, qui habitait là. Et lui, c’était un tromboniste qui jouait dans le style trombonistique de... comme les trombones de la Nouvelle Orléans. Comme… comme il n’y avait jamais eu de partition pour trombone jazz…

OB : En effet.

AE : …de genre jazz, ils devaient travailler le trombone avec la partition... avec la partition pour cordes, pour violoncelle. Alors, ils travaillaient toutes les parties du violoncelle et avec ces parties de violoncelle…

OB : Ils les adaptaient.

AE : Ils les adaptaient pour le jazz. Et puis, je me suis fait remarquer comme ça, au point qu’on m’a appelé… on m’a appelé d’un orchestre qui était l’orchestre le plus connu de ceux qui sont nés là-bas, à Buenos Aires, qui s’appelait… À l’origine il s’appelait les Red Hot Peppers, c’était l’orchestre de Ferdinand Lamothe, qui était panaméen, Ferdinand Lamothe qu’on appelait Jelly Roll Morton. Jelly Roll Morton. C’était Ferdinand Lamothe, Morton. Et… et j’ai discuté avec le chef d’orchestre et on a décidé de changer le nom et d’appeler l’orchestre le Porteña Jazz Band. Porteña Jazz Band. Parce que nous étions tous deux d’une ville portuaire.

OB : Oui. Valparaiso.

AE : D’une ville portuaire célèbre. En effet. Valparaíso et Buenos Aires.

OB : Oui.

On a commencé à jouer des arrangements de Fletcher Henderson, de ses premières années, de quand… quand il accompagnait des chanteurs, quand il accompagnait Ma Rainey, Coleman Hawkins, il est passé du violoncelle au ténor. Et il a commencé à accompagner des chanteurs, Ma Rainey, des chanteuses comme Bessie Smith, « l’impératrice du blues », comme on l’a surnommée. « The empress of blues ». Eh bien… C’est celle qui apparaît dans la…, la… le film, là... St. Louis Blues. Et elle a chanté dans St Louis Blues. Et l’orchestre qui l’accompagnait était l’orchestre de Fletcher Henderson, dans ce film, Bessie Smith. Et Bessie Smith a chanté dans une formation de Henderson qui s’appelait les Hot Six... qu’on trouvait… moi je l’ai trouvé à la FNAC, à Paris. On le trouvait, heu, les… sous le label Parlophone, édité en Grande Bretagne.

OB : Et vous êtes arrivé à Paris.

AE : C’est ça. Je suis arrivé à Paris, parce qu’on a eu un désaccord avec… on s’entendait bien, mais on a eu un petit désaccord, une fois, parce qu’on nous a proposé, de… Les disques du Porteña Jazz Band circulaient déjà dans le monde entier. Et les Allemands, les « Deutsch », nous ont envoyé un télégramme là-bas, en nous proposant une tournée dans toute l’Europe.

OB : C’était au moment du festival de Breda ?

AE : Non, non, une tournée dans toute l’Europe. Toute, avec l’Europe occidentale et l’Europe orientale, c’est-à-dire l’Europe russe.

On devait se produire dans tous les pays européens pendant trois mois. Et faire des enregistrements dans toutes les villes importantes… de l’Europe. Mais il s’est avéré que les membres du Porteña Jazz Band ont refusé la tournée.

OB : Ah, oui…

AE : Alors il y a eu un, un… clash.

OB : Une dispute…

AE : Oui…

OB : … importante.

AE : … une importante dispute au sein de l’orchestre.

OB : Un conflit d’intérêts.

AE : C’est ça. Et alors, un sextet, six musiciens du Porteña, on était dix, à cinq musiciens on a décidé, eh bien… de faire le voyage quoi qu’il en soit, parce que le trompettiste que nous avions jusqu’alors… on était revenus au style Nouvelle Orléans, puis on est passés au style… en ajoutant une autre trompette et un autre trombone et on est passés au style Henderson.

Alors on a fait… on a commencé la tournée. J’étais venu avec le Porteña Jazz Band et j’avais déjà mes propres arrangements écrits aussi, j’avais déjà orchestré, heu… écrit une série d’orchestrations pour… pour le… le répertoire qu’on allait emporter. Alors on a inventé l’histoire de la collaboration, avec les musiciens qui savaient écrire, qui savaient orchestrer. Et on a écrit tous ensemble. Alors on a écrit, on a fait un répertoire avec des orchestrations quintuples, de cinq musiciens, cinq musiciens du Porteña Jazz Band. Et ensuite on a réuni les cinq versions, on a résumé et écrit un nouvel arrangement, mais qui… qui contenait une partie des arrangements de chacun de nous cinq, et… et… et qui se généraliserait, enfin, qui s’est généralisé, ça a été l’arrangement total que nous avons fait, heu… avec l’orchestre. C’est avec ça qu’on s’est présentés en Hollande. Parce qu’en Hollande il y avait un concours d’orchestres… de jazz traditionnel… le Oude Stijl Jazz Festival, dans… dans la Baronnie de Breda. Et on s’y est présentés… et on a gagné.

OB : Avec tout ça, ensuite, il faut voir le film.

AE : Lors de ce festival, moi, on m’a beaucoup félicité… dans le festival, les arrangements que j’avais… parce que j’avais orchestré Lisa. Lisa et plusieurs autres thèmes. Plusieurs thèmes de Gershwin, oui, qu’on avait dans le répertoire. Et ils m’ont beaucoup félicité, parce que j’avais écrit de bonnes partitions pour les cuivres. Des partitions bien, bien jazzistiques, alors. Alors ils ont trouvé l’orchestre très bon et ils nous ont donné le premier prix, le premier de… du meilleur orchestre qui s’était produit en jazz traditionnel.

OB : Très bien.

AE : Et on jouait à deux… à deux endroits, parce qu’il y avait un petit théâtre, on jouait dans le théâtre d’abord et puis on passait au… au… au terrain de sport.

OB : À l’extérieur.

AE : Oui.

OB : À l’air libre.

AE : Bien sûr, sur le terrain de sport… non, non, il était couvert. Il était couvert mais c’était, c’était… un terrain de sport, c’est comme ça que s’appelait la… l’endroit… de Breda, de la Baronnie de Breda.

AE : Oui, parce que moi… ça m’avait été très utile de jouer à l’Alcazar, à Paris. Parce que de Barcelone, je suis parti à Paris le premier janvier 1975.

OB : Oui.

AE : Et… et j’ai été reçu immédiatement, j’ai été engagé par un orchestre, on a fait le Tour de France, avec… avec la course cycliste…

OB : Ah, oui.

AE : …en jouant avec… avec un jazz band, oui. Et en rentrant à Paris, j’ai été engagé pour un an à l’Alcazar.

OB : Très bien, c’est très bien.

AE : Parce qu’ils ont beaucoup aimé ma façon de jouer du soprane… parce que je ne... je n’imitais pas Bechet, Sydney Bechet.

OB : Non, vous aviez votre style.

AE : J’avais mon propre style, tout à fait.

OB : Bon. Alors, merci beaucoup. Nous allons vous écouter ce soir, après le film, vous écouter en vrai, et c’est très bien.

AE : Bon, bon. Merci beaucoup.

OB : Bon, merci beaucoup.

AE : C’est moi qui vous remercie.

Traduction : Alessandra Doronzo, Ana Martinez, Thomas Sérignat et Marion Coustau

ARCALT

Association Rencontres Cinémas d'Amérique Latine de Toulouse

Dans la même collection

Sur le même thème