Entretien

Entretien avec Elpidio et Melo / Entrevista con Elpidio y Melo (Cinélatino 2012)

Réalisation : 25 mars 2012 Mise en ligne : 25 mars 2012
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Entretien avec Elpidio et Melo / Entrevista con Elpidio y Melo. Entretien filmé mené par Odile Bouchet. Toulouse : Festival Cinélatino, 23 mars-1er avril 2012. Cinémathèque de Toulouse, 24 mars 2012.

Grapheurs mexicains, Jesus Elpidio Lopez et Abimael Villasenior Garcia, alias "Melo", signent pour Cinelatino 2012 une peinture murale, dans la cour de la cinémathèque de Toulouse, qui montre les dieux antiques en couleurs vives. Ils viennent pour plusieurs projets à Toulouse, car ils participent aussi au projet Graff Me, à l’Université Toulouse II-Le Mirail. Leur travail tourne autour de la mexicanité et de l’expression de ce qu’ils vivent au quotidien dans leur ville conflictuelle, Ciudad Juárez (État de Chihuahua, Mexique) . Graff Me est un projet européen qui propose à des graffeurs de plusieurs pays de se rencontrer et de réaliser des fresques ensemble en confrontant leurs styles et leurs techniques. Des rencontres et happenings auront lieu durant la semaine du festival Cinelatino. Ce projet est organisé à Toulouse par l'UFR d'Arts appliqués de l’UTM.

[Transcription et traduction de Jérémy Excassut et Mathilde Bouvier].

Thèmes
Notice
Langue :
Espagnol, castillan
Crédits
Université Toulouse II-Le Mirail SCPAM (Publication), Université Toulouse II-Le Mirail (Production), Nathalie MICHAUD (Réalisation)
Conditions d'utilisation
Tous droits réservés à l'Université Toulouse II-Le Mirail et aux auteurs.
Citer cette ressource:
UT2J. (2012, 25 mars). Entretien avec Elpidio et Melo / Entrevista con Elpidio y Melo (Cinélatino 2012). [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/54441. (Consultée le 28 juin 2022)
Contacter
Documentation

[Transcription de Jérémy Excassut et Mathilde Bouvier].

Odile Bouchet: Buenas tardes, Elpidio y Melo.
Jesus Elpidio y Melo: Buenas tardes.
OB: Grafiteros mexicanos de Ciudad Juárez.
M: Sí. Ciudad Juárez, Chihuahua.
OB: Bueno. Eh, bueno, vienen acá con un proyecto más grande que el festival, más allá del festival, ¿no? Pero dentro del festival, también, ya dieron una prestación. ¿Cuál es su programa de trabajo aquí, más o menos en el festival de cine?
E: ¿Para lo del festival de cine?
OB: Sí, del festival de cine.
E: Bueno, pues, la idea es… era pintar un mural que ya pintamos, y este mañana, no el lunes, dar como un taller a unos niños, y pintar con ellos…
M: De quince años, catorce años.
OB: Hm, muy bien. Y más allá de esto, el proyecto de grafiti es más grande. ¿Pueden hablar un poco de él?
M: Vamos a pintar con aproximadamente dieciséis grafiteros, algunos locales y otros también internacional. Eh, y vamos a estar en la universidad de Toulouse, el Mirail.
OB: Muy bien. Eh, sobre el tema que han desarrollado aquí, ¿pueden hablar un poquito sobre su mural?
M: Pues, fue… la idea principal fue utilizar elementos de Latinoamérica, principalmente mexicanos, porque somos mexicanos.
OB: Lógicamente.
M: Eh, fue una combinación de… de dioses de México. Este, fue Tláloc y Quetzalcóatl, como figuras principales. Eh ¿le puedes explicar un poco de quién es quién? O sea necesita un poco de…
E: Bueno, es el…
OB: Sí, el negrito es el Tláloc, ¿no?
E: ¿La cabeza grande, pues? Él es Tláloc, el dios de la lluvia, y después está Quetzalcóatl la serpiente emplumada que son… que se supone que son hermanos. Este, sí, no sé qué más.
M: Eh, también utilizamos elementos de Argentina, como el fileteado. Y la combinación de colores, pues es muy, muy vivo, muy vibrante, los colores mexicanos.
OB: Sí, densos, hm, sí.
M: Densos.
E: Y también este, bueno le… entre el Quetzalcóatl y Tláloc le pusimos un paisaje de, de pirámides que se supone representa Teotihuacán, la calzada de los muertos donde está la pirámide del sol, la pirámide de la luna, y también hay una pirámide que es… era como un templo de Tláloc y Quetzalcóatl, de los personajes principales del mural.
OB: Ya, puras referencias a la antigüedad mexicana, ¿no?
Muy bien, eh, y ustedes, o sea, ese trabajo de grafiti, ¿cuál fue su trayectoria para llegar a él, o sea, de qué…?
M: Pues, este, más que nada representar Latinoamérica dentro del festival.
OB: Sí, pero dentro de, de tu elección personal, por esa expresión artística, ¿no?
M: Eh, siempre hacemos, siempre nos gustó hacer, este, cosas mexicanas y, pues es como de alguna forma alabar a los dioses que están todavía presentes en los mexicanos un poco, eh, reprimidos, pero ya, ya eso ya pasó.
OB: Sí, bueno sí, la historia ya está evolucionando, ¿no?
M: Y más que nada, sí, eso sí, es representar lo mexicano, lo vivo de lo mexicano.
OB: Y, y en México, pues, ¿también representan eso?
M: Sí, también, sí.
OB: ¿También?
E: Sí, bueno, allá no siempre pintamos sobre el mismo tema, pero casi siempre le ponemos algún elemento sí, o a veces, sí, todo es, tiene que tener mexicano, o sino mezclamos los estilos que tenemos con algunos elementos prehispánicos.
OB: Hm, y también son videoartistas, ¿no?
E y M: Sí.
E: Hacemos VJ, este mezclamos video en vivo con la música, este, pues es en tiempo real, y a veces también hacemos videomapping para que…
M: Instalaciones.
OB: Hm, muy bien, ¿y ustedes han participado, ya, en cosas muy colectivas o funcionan siempre de a dos, así?
M: De hecho, trabajamos separados, pero desde hace dos años, hicimos un taller, tenemos un taller que se llama Los Muertos Workshop, y allí es donde desarrollamos todo lo que es– desde bocetos, este…, hacemos ahí las ideas para los murales, trabajamos diseño gráfico; producimos video, VJ, para las fiestas, para eventos. Y pues ya son dos años trabajando juntos. Pero en Juárez, tenemos un grupo, hay un grupo muy grande de artistas, porque es la frontera con EEUU. Entonces hicimos un grupo que se llama Puro Borde, sería “Puro borderline”, porque somos frontera con EEUU. Entonces, muchos trabajan muralismo, otros trabajan esténcil puro, otros grafiti, hay gente que trabaja ropa, este…, hay muchas actividades entonces, como colectivo trabajamos dentro de toda la ciudad, pero de alguna forma independientes con nuestras ideas.
OB: Ya, y ustedes se inscriben, o sea…, dentro de una tradición del muralismo…
M: Sí.
OB: …que se remonta en México. O sea, bueno que México, como que es la capital mundial del muralismo, ¿no? Siempre.
Y, y bueno ¿cómo se definen ustedes dentro de esa trayectoria, a ver? No sé.
E: Pero, bueno, ¿definirnos en cuanto al estilo, o…?
OB: No sé, sí… dentro del… ¿hacen muchos murales en México?
M: Sí.
E: Pues, cada vez que se presenta la oportunidad.
OB: ¿Y se presenta mucho?
E: Pues, ultimadamente, sí.
M: Tenemos más apoyo.
OB: Sí. ¿Y en qué tipo de lugares?
M: Hm, este, el, pusimos unos murales en… en el Instituto Nacional de Bellas Artes, el INBA, eh, también en edificios muy viejos, muy… muy históricos de la ciudad. Ya nos piden más o menos los temas que hay que tratar y ya los expresamos. Y… pues más que nada es, aparte de hacer grafitis y todo eso, siempre incluimos algo que esté pasando en la ciudad. De alguna forma, no nos podemos quitar ese…
OB: Es que ustedes viven en una ciudad bastante particular, ¿no?
M: Sí, bastante.
OB: ¿Entonces?
E: Sí, pues, a veces, este…, como para no quedarnos así con el coraje, pero lo representamos ahí en las, en las obras. Aunque no siempre lo traen, pero a veces sí, es necesario.
M: Y luego va el gobierno que ya…
OB: Sí, claro.
E: Si entienden…
OB: Y ¿cómo reacciona, pues, fuera de la gente de gobierno y eso, la gente, no más, en la calle, a sus obras?
E: Bueno, hay mucha gente que, sí, que está de acuerdo, porque dicen, pues, sí, que hay alguien que tiene que expresar lo que hicimos y todo. Pero, por decir en la última exposición que fue adentro del Museo Nacional de Bellas Artes de Ciudad Juárez, hicimos una obra que sí, bueno ésa sí fue una colaboración, este…, y sí representaba mucho los problemas de Juárez, ¿no?, de la guerra contra el narco, la violencia de…, la corrupción…
OB: De género.
E: … y éste, para esa exposición había probabilidades de que fuera el presidente, entonces la curadora, cuando vio la obra, no la quería poner porque se sintieran ofendidos, y que hubiera muchos problemas, y no sé qué; pero un amigo, que fue el que nos invitó a participar ahí, fue el que, pues abogó por nosotros y nos defendió, y al final sí, está ahí la pieza.
OB: Ah, está bien.
M: Pero es… es una crítica del gobierno federal de Calderón.
OB: Ya, hm. Y eso ya está admitido, o sea...
M: Sí, ahorita. De hecho apenas la van a quitar yo creo.
E: Duró como un mes, la exposición.
OB: Ah, está bien. Hm. O sea la censura, como que está bajando, ¿o cómo es?
M: Mientras no hay el presidente, sí.
OB: Ah, bueno.
E: O mientras no se sepa mucho, porque también, este, el título de la obra, no lo pusieron, le pusieron sin título, y no… y en… la reseña tampoco la dejaron, para que no se supiera lo...
OB: Bueno, así no se comprende demasiado, ¿no?
E: Bueno, también, al…, bueno por algunos elementos, mucha gente, sí, comprendió de qué se trata.
OB: Claro, se supone que si ustedes quieren que se comprenda, se va a comprender, ¿no?
Bueno, muy bien.: ¿Y en, eh, en la universidad, el proyecto también es sobre México, lo que ustedes van a hacer?
M: Eh, ¿lo del Graff Me?
OB: O… lo de Graff Me, o es, ¿va a ser una producción múltiple y se van a inscribir ustedes dentro…?
M: Sí, de… este, bueno venimos representando a la Universidad Autónoma de Ciudad Juárez, y bueno no, no lo vamos a incluir en la pieza, porque aquí es grafiti, es un poco más libre, entonces tenemos que colaborar con los veintitantos pintores que vienen…
OB: Sí, que vienen de Grecia, de Portugal, de Alemania, de España, de muchos lados, ¿no?
E: Sí.
OB: Sí, sí. Son todos europeos los otros. Ustedes son los únicos exóticos, ¿no?
E y M: Sí, sí.
OB: Muy bien. Bueno. Pues aquí, dentro del festival de cine, digamos que ustedes son un poco la… u otra expresión artística, siempre todos los años tenemos… y en realidad, ese proyecto ya tenía lugar el año pasado, y se… se tuvo que aplazar, ¿no?
M: Sí, por problema que hubo de Cassez.
OB: Hm, ya.
M: De México a Francia.
E: Otro tema más para…
M: Otro tema…
OB: Sí, que se negaron a pagarles el viaje, ¿o cómo fue la historia?
M y E: No, no.
OB: Ah, no. O se canceló, hm.
M: Ah, bueno, en aquel de entonces. Nada más supimos que ya. No se hizo.
OB: Sí, sí, porque nosotros las películas las mantuvimos todas.
M y E: Hm.
OB: Pero lo que… los artistas no pudieron venir, sí. Ahí sí hubo censura y represión.
M: Sí, las cortaron todas.
OB: Sí, pero por suerte este año se pudo hacer.
E: Sí, afortunadamente.
M: Sí, gracias Toulouse. Francia.
OB: Muy bien. Gracias a ustedes porque los tenemos. Bueno, pues, muchas gracias. Yo creo que lo vamos a dejar así.

,

[Traduction de Jérémy Excassut et Mathilde Bouvier].

Odile Bouchet : Bonjour, Elpidio et Melo.
Elpidio et Melo : Bonjour.
OB: Vous êtes grapheurs mexicains de Ciudad Juárez.
Melo: Oui, Ciudad Juárez, dans l’État de Chihuahua.
OB: Très bien. Et, donc, vous venez pour un projet plus vaste que le festival, qui va au-delà de celui-ci, non ? Mais vous avez déjà fait une prestation au sein du festival. Quel est votre programme de travail ici, plus ou moins, dans le festival du cinéma ?
Elpidio: Dans le festival du cinéma ?
OB: Oui, dans le festival du cinéma.
E: Eh bien, l’idée est de... de peindre une fresque, qui est déjà terminée, d’ailleurs, et puis demain, non, lundi, de mener un atelier avec des jeunes ; et peindre avec eux…
M: Ils ont, genre, quatorze, quinze ans.
OB: Bien. Et au-delà de ça, le projet de graffiti est plus vaste. Quelques mots là-dessus ?
M: Nous allons peindre avec environ seize grapheurs, certains de la région, d’autres venus de l’étranger. Ça aura lieu à l’université de Toulouse, au Mirail.
OB: Très bien. Et à propos du sujet que vous avez peint, vous pouvez nous parler un peu de votre fresque :
M: Eh bien, ça... l’idée principale a été de se servir d’éléments d’Amérique Latine, et principalement mexicains, vu que nous sommes mexicains.
OB: Logique.
M: On a fait un mélange de... de dieux de Mexico : Tláloc et Quetzalcóatl, comme éléments principaux. Tu veux bien expliquer un peu qui est qui ? Ça aiderait à…
E: Donc, il y a…
OB: Celui au visage noir, c’est Tláloc, non ?
E: La grande tête ? C’est bien Tláloc, le dieu de la pluie, et l’autre, c’est Quetzalcóatl, le serpent à plumes. Ils sont… en principe, ils sont frères. Voilà, je ne vois rien d’autre.
M: Nous utilisons aussi des éléments d’Argentine, comme le fileteado (lettres en trompe-l’œil). Et le mariage des couleurs très vives, très vibrantes est typiquement mexicain.
OB: Les couleurs sont intenses, oui.
M: Oui, intenses.
E: Eh bien, le... entre Quetzalcóatl et Tláloc, nous avons peint un paysage de..., de pyramides, censées représenter Teotihuacán, la chaussée des morts où se trouvent la pyramide du soleil, celle de la lune et également une pyramide qui est… c’était une sorte de temple dédié à Tláloc et Quetzalcóatl, les deux personnages principaux de la fresque.
OB: Oui, rien que des références à l’antiquité mexicaine, c’est ça ?
Très bien, et vous, ce travail de graffiti, quel a été votre cheminement jusque là ?
M: Eh bien, on a voulu représenter l’Amérique Latine au sein du festival.
OB: Oui, mais dans tes choix personnels, vers cette expression artistique, non ?
M: Oui, on a toujours aimé créer des choses en rapport avec le Mexique. C’est comme une manière de rendre hommage à ces dieux qui sont toujours présents chez nous, Mexicains, un peu réprimés, mais bon, ça, c’est du passé.
OB: Oui, en effet, l’histoire est en train de changer, n’est-ce pas ?
M: Et surtout, ce que nous voulons, c’est représenter la culture mexicaine ; montrer que le Mexique vit.
OB: Et vous exprimez ça aussi au Mexique ?
M: Oui, aussi.
OB: Ah oui ?
E: Oui, enfin, là-bas on ne peint pas toujours sur le même thème, mais c’est vrai qu’on intègre presque toujours un élément mexicain. Mais parfois, si ; tout... tout doit respirer le Mexique, ou sinon, on mélange nos styles divers avec quelques éléments préhispaniques.
OB: Et vous êtes également des vidéo-artistes, non ?
E et M: Oui.
E: On fait du VJ : on mélange des vidéos en direct et de la musique, et puis... tout ça en temps réel, et on fait même parfois du vidéo-mapping pour que…
M: Des installations.
OB: Très bien, et vous avez déjà participé à des projets plus collectifs, ou vous travaillez toujours en binôme, comme en ce moment ?
M: À vrai dire, on travaille séparément, mais depuis deux ans, on a monté un atelier qui s’appelle Los Muertos Workshop, et c’est là qu’on développe toutes nos idées : les esquisses, la recherche d’idées pour nos fresques, on y travaille le design graphique, on produit des vidéos, du VJ pour des fêtes et des évènements. Et ça fait déjà deux ans qu’on travaille ensemble. Mais à Juárez, on a un groupe, un très grand groupe d’artistes, parce qu’on est à la frontière avec les États-Unis. Du coup, on a formé un groupe qui s’appelle Puro Borde, à partir de « Puro borderline » : pour jouer sur le fait qu’on vit à la frontière. Alors, beaucoup d’entre nous font du muralisme, d’autres du stencil, d’autres encore du graffiti ; certains travaillent sur des vêtements… plein de choses différentes, et en tant que collectif, on couvre toute la ville. Mais en tout cas, on reste indépendants dans nos idées.
OB: Oui, et vous vous inscrivez, disons, dans une tradition du muralisme…
M: Oui.
OB: … qui remonte loin, au Mexique. Enfin bon, Mexico a toujours été la capitale du muralisme, pas vrai ? Et sinon, comment vous vous définissez dans cette perspective ?
E: Vous voulez dire, comment on se définit par rapport à notre style ?
OB: Je ne sais pas. Dans… Vous faites beaucoup de fresques à Mexico ?
M: Oui.
E: En fait, dès qu’on en a l’occasion.
OB: Et les occasions se présentent souvent ?
E: Assez, ces derniers temps.
M: On a plus de soutien.
OB: Dans quel genre d’endroits ?
M: Alors, on a fait des fresques à… l’Institut National des Beaux-Arts, l’INBA ; aussi sur de très vieux bâtiments… des lieux historiques de la ville. On nous donne plus ou moins les thèmes à traiter, et on s’exprime à partir de là. Mais aussi, eh bien, en plus de faire des graffitis, tout ça, on inclut toujours des éléments de l’actualité de la ville. D’une certaine façon, on ne peut pas y échapper…
OB: Il faut dire que vous vivez dans une ville assez particulière, non ?
M: Oui, on peut le dire.
OB: Et donc ?
E: Eh bien, parfois, euh... pour ne pas rentrer la colère, on la représente à travers nos œuvres. On ne le fait pas toujours, mais parfois, il le faut.
M: C’est là que le gouvernement…
OB: Bien sûr.
E: S’ils comprennent...
OB: Et à part le gouvernement, comment réagissent les gens, simplement, dans la rue devant vos œuvres ?
E: Eh bien, il y a beaucoup de monde qui... est d'accord, qui dit que oui, qu'il faut que quelqu'un exprime ce qu'on a exprimé, tout ça. Mais pour l'anecdote, à la dernière exposition, au Musée des Beaux-Arts de Cuidad Juárez, nous avons fait une œuvre qui..., bon, cette fois-là c’était bien une collaboration, voilà... et elle représentait les problèmes de Juárez, tu sais, la guerre contre le narcotrafic, la violence de..., la corruption...
OB: De genre.
E: ...et donc, pour cette exposition, il y avait des chances que le président vienne, du coup la conservatrice, quand elle a vu l'œuvre, elle ne voulait pas la mettre parce qu’ils allaient se sentir offensés, ça ferait problème, et je ne sais quoi ; mais un ami, celui qui nous avait invité à participer, c'est lui qui, eh bien, il a plaidé notre cause et nous a défendus, et finalement, cette œuvre y est.
OB: Ah, c'est bien.
M: Mais c'est... une critique du gouvernement fédéral de Calderón.
OB: Je vois, hm. Et c'est accepté, maintenant ? C'est-à-dire...
M: Là, oui. En fait ils vont bientôt l'enlever, je crois.
E: L'exposition a duré environ un mois.
OB: Ah, c'est bien. Donc la censure diminue, on dirait, ou comment ça se passe ?
M: Tant que le président n'est pas là, oui.
OB : Ah, bon.
E: Ou tant qu'on n'en sait pas trop, parce qu'aussi, voilà, le titre de l'œuvre, ils ne l'ont pas mis, ils ont mis « sans titre », et ils n'ont... et sur... ils n'ont pas laissé le descriptif non plus, pour qu'on ne sache pas ce qui...
OB: Comme ça, on ne comprend pas trop, c'est ça ?
E: Bon, aussi, … grâce à certains éléments, beaucoup de gens ont compris de quoi on parlait.
OB: C'est sûr, j'imagine que si vous voulez que ce soit compris, ça va l’être, non ? Bon, très bien.
Et euh, à l'université, le projet porte aussi sur le Mexique, celui que vous allez y faire ?
M: Euh, Graff Me ?
OB: Ou... oui, Graff Me, ou c'est... ça va être une production à plusieurs, dans laquelle vous vous inscrirez ?
M: Oui, de... ici, nous représentons l'Université Autonome de Ciudad Juárez, mais non, nous n'allons pas l'inclure dans l'œuvre, parce que c'est du graffiti, c'est un peu plus libre, donc nous devons collaborer avec les vingt et quelques peintres qui viennent.
OB: Oui, qui viennent de Grèce, du Portugal, d'Allemagne, d'Espagne, d'un peu partout, non ?
E: Oui.
OB: Oui, oui. Tous les autres sont européens. Vous êtes les seuls à être exotiques, non ?
E et M: Oui, oui.
OB: Très bien. Bon. Et ici, au sein du festival de cinéma, on peut dire que vous êtes un peu la... ou, une autre forme d'expression artistique, comme on en a tous les ans. Et en fait, ce projet devait avoir lieu l'année dernière, et il a dû être reporté, non ?
M: Oui, à cause du problème qu'il y a eu avec Cassez.
OB: Hm, oui.
M: Entre le Mexique et la France.
E: Un sujet de plus pour...
M: Un sujet de plus...
OB: Oui, ils ont refusé de vous payer le voyage, ou comment ça s'est passé ?
M et E: Non, non.
OB: Ah, non. Ou ça a été annulé.
M: Ah, oui, celui de l'année dernière. Ils nous ont juste dit que ça ne se faisait pas. Et ça ne s'est pas fait.
OB: Oui, parce que nous, nous avons maintenu tous les films.
E et M: Hm.
OB: Mais ce qui... les artistes n'ont pas pu venir. Ici, oui, on a eu de la censure et de la répression.
M: Oui, ils ont tout coupé.
OB: Oui, mais par chance, ça a pu se faire cette année.
E: Oui, heureusement.
M: Oui, merci Toulouse, France.
OB: Très bien. Merci à vous, puisque nous vous avons ici. Bon, très bien, merci beaucoup. Je crois qu'on peut s'arrêter là.

Dans la même collection

Sur le même thème