Entretien

Entretien avec Gabino Rodriguez (Rencontre 2011)

Réalisation : 19 mars 2011 Mise en ligne : 19 mars 2011
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Gabino Rodríguez, jeune acteur mexicain a été très présent dans les films des festivals toulousains depuis quelques années. Il travaille comme acteur au cinéma et met en scène des documentaires théâtraux. Il pense que l’acteur doit être lui-même et assumer ses paroles d’acteur en tant que personne, que le jeu d’acteur qui « joue un rôle » est un manque de respect pour les personnages représentés. C’est pourquoi il travaille en cinéma indépendant et en particulier avec Nicolás Pereda.

Gabino Rodríguez, joven actor mexicano, ha estado muy presente en las películas de los festivales tolosanos desde hace unos años. Trabaja como actor en cine y pone en escena documentales teatrales. Piensa que el actor ha de ser él mismo y asumir sus palabras de actor en tanto que persona, que el juego del actor que “desempeña un papel” es una falta de respeto para con los personajes representados. Por eso trabaja en cine independiente y en especial con Nicolás Pereda.

Interview : Odile BouchetTraduction et transcription : Gabrielle Blanc et Cécile Bouteloup.

Intervenants
Thèmes
Notice
Langue :
Espagnol, castillan
Crédits
Université Toulouse II-Le Mirail SCPAM (Publication), Université Toulouse II-Le Mirail (Production), Nathalie MICHAUD (Réalisation)
Conditions d'utilisation
Tous droits réservés à l'Université Toulouse II-Le Mirail et aux auteurs.
Citer cette ressource:
UT2J. (2011, 19 mars). Entretien avec Gabino Rodriguez (Rencontre 2011). [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/49657. (Consultée le 28 juin 2022)
Contacter
Documentation

Odile Bouchet: Buenas tardes Gabino Rodríguez, actor mexicano al que conocemos hace muchos años en Toulouse.

Gabino Rodríguez: Muy buenas tardes.

O: Ya tú tienes una trayectoria muy larga en cine, ¿no?

G: Pues, más o menos. Depende. Corta en el tiempo, digamos. Bueno, empecé de... empecé a actuar joven, como por casualidades de... que la hermana de mi mejor amigo se dedicaba al cine y cuando necesitaban un niño me hablaban. Y actué mucho de... como de niño, digamos, y después, como a los 20 años yo creo que... retomé mi carrera desde otro ya... digamos en serio, desde otro lugar. Y a partir de allí, pues se... se ha empezado a trabajar como en muy diversas maneras en el cine. En... México es un país que hace, digamos, mucho cine en comparación con... con otros países de América Latina.

O: Sí.

G: Y... y tiene diferentes tipos de cine, tiene como una diversidad bastante... bastante rica.

O: Bueno, nosotros aquí te conocemos sobre todo a través del cine independiente que es el que mostramos aquí. ¿Tú trabajas también en televisión, o en teatro, en otras actuaciones o...?

G: Eh... En televisión, no. Eh... ni en publicidad. Pero en teatro, trabajo bastante. Divido como la mitad de mi tiempo entre el teatro y el cine. Dirijo teatro, tengo...

O: Sí, eso vi también. Sí.

G: Una... una compañía con una actriz que se llama Luisa Pardo que también ha estado por aquí en algunas películas, seguramente. Y... y entonces sí, como que en eso hay. Es lo que... dividimos el tiempo.

O: Sí, pero ¿hay grandes... nombres del cine en tu carrera, no? Está Marisa Sistach, está... Nicolás Pereda, están nombres que ¿ya... tienen su... digamos, su historia, no?

G: Sí, sin duda. Hay como... Hay como... Para mí hay dos tipos de cineastas y dos tipos de películas en México y unos son los que han renunciado, digamos, a la... a la... a la exhibición en las condiciones comerciales que existen en México y... y en gran parte del mundo, que... que tienen que ver con el espectador como una... como algo cuantificable y algo más de... de cantidad que de calidad, digamos, y... y yo creo que hay como toda una nueva generación de cineastas que ha renunciado a esa... a esa posibilidad, digamos, y es una renuncia estética y de principios que... que lleva el cine hacia otro luguar... lugar lo cual te permite muchas libertades en el sentido... como... sí, en el sentido creativo y en el sentido... discursivo de las películas. Pero... y bueno, ése es el cine que a mí más me interesa, ¿no?, el cine que... que... con el que me siento más cómodo, el cine que me gusta ver. Pero por otro lado, el otro cine que es un cine más de oficio, más de estudio, digamos, más de... eh... es el cine de donde... me pagan mejor y donde, digamos, que de allí sobrevivo. Y tiene otras exigencias, ¿no? Yo considero casi que son disciplinas distintas. Como el cine... el cine que yo llamo “de camiones”, o sea, el camión de las luces, el camión de... los fierros, el camión de sonido, el camión de vestuario, el camión de maquillaje, los Campers. Y esto es otro cine que tiene que ver con... con un principio de austeridad que nace de una necesidad pero que... poco a poco, y como dice, se han vuelto “nombres” que... que han seguido tomando la elección de la austeridad, digamos, que no es una condición que haya que superar. No es un subdesarrollo, digamos, sino es una... es una premisa de trabajo.

O: Desde luego, en Nicolás está claro.

G: Sí, clarísimo.

O: No le interesa otra cosa.

G: Sí, sí.

O: No... De momento, él quiere esto.

G: Sí, sí.

O: Yo quería que hablaras un poco, por favor, de tus papeles, de tus personajes. De... bueno, de varios personajes, o sea, con Nicolás, estuviste haciendo como un personaje que se... que se sigue de película en película y... bueno... ahora con Sebastián Hiriart, tienes a un muchacho del campo, bastante distinto del que sale en Asalto al cine.

G: Sí.

O: Que es un urbano, una flor del asfalto completa.

G: Sí, sí. Sí, hay algo de la idea de... de la idea del papel del actor en el cine que siempre me ha conflic... flictuado un poco que tiene que ver con que el actor está allí para... para representar a un personaje. Y hay una idea como... política dentro de eso, por lo menos en América Latina que tenemos democracias incipientes. Y la idea de que alguien tiene la capacidad de dar voz por otra persona. Y hay algo y... Hay algo de eso que en la práctica real, yo creo que... que tiene un componente de falsedad. En... en la idea de... “yo voy a representar la vida de alguien más”. Y a darle visibilidad a la vida de alguien más. Porque, desde el principio me parece que todas esas aproximaciones eh... son un poco banales, son un poco superficiales en... a final de cuentas porque... porque la vida de las personas es mucho más compleja de lo que... de lo que son y... me da... me... me da mucha como intriga cuando los actores dicen “yo me preparé para el papel y... trabajé en un supermercado durante 2 meses". Pues... No, no... yo no comprendo cómo alguien puede pensar que trabajar 2 meses en un supermercado o trabajar... 6 meses en... o 6 años en... algo, le va a dar la concepción de vida de alguien que tiene otras condiciones y otra esperanza de vida, y otra... y otro esquema, otra narrativa de su propia vida, ¿no? Entonces creo que los actores deberíamos ser un poco más respetuosos... hacia eso. Y ya... desde allí es donde parte un poco mi trabajo, desde... Que yo lo único que puedo hacer como... para encarnar a alguien, para representar a alguien, es como presentar una serie de características exteriores y crear espacios de vacío para que el espectador ponga allí los significados que él pueda o él quiera poner. Pero... pero desconfío bastante de... como de la idea del actor camaleón y con que se transforma y que se vuelve irreconocible y esta cosa que es muy alabada, ¿no? Como... como en términos generales como de: “¡Ay! ¡No sabía que era él!”. Yo creo que siempre hay que conservar al... al actor y que... el actor lo que construy... lo que construye a lo largo de varias películas es una especie de discurso que junta todas esas películas y son como una serie de intereses que él tiene. Pero... pero sí, es... es, es, es difícil la idea de como... de para mí la idea del personaje de como... Pero si por supuesto que tiene... tiene... exigencias distintas trabajar como... con Nicolás, en una persona que se llama Gabino y que tenemos pleno acuerdo en nuestras ideas sobre el personaje y trabajar en otro tipo de películas donde, digamos, que tengo que... que ser de alguna manera algo que no soy, ¿no?

O: Sí. Porque cabrero... es un oficio también de... el muchacho de...

G: Sí, sí.

O: ¿Como se llama?

G: ¿A tiro de piedra?

O: De A tiro de piedra. Tiene una profesión y tiene... tiene un sueño.

G: Sí.

O: Y... y bueno, a mí me gusta la... la óptica que tiene ese sueño, ¿no? Que no es... no es la emigración de todos... Habla un poco de eso, de la emigración.

G: Sí, bueno para mí, justo A tiro de piedra y, lo hablamos mucho con Sebastián, trata no de ser como un... un estudio sociológico de la migración ni mucho menos sino trata de ser un cuento fantástico. Está basado en un cuento de las Mil y unas noches eh... y... y que tiene como un telón de fondo algo en los que nos podemos reconocer y entonces para mí la emigración en este... en esta película en particular funciona como una especie de referente común en los cuales como todos podemos... como... o en México todos tenemos como... una opinión sobre eso y a partir de eso ver como una película te lleva así a un lugar cada vez más abstracto y más... como íntimo, más como... Sí, yo creo que es más cercano, no en calidad, bueno fuera, pero... como en enfoque a la Odisea, donde... donde lo que está en juego realmente es el viaje iniciático del personaje, ¿no? El viaje... el primer viaje, como... la idea de encontrarse consigo mismo en el afuera. Como hay algo más de esa idea que de la idea de... de la emigración como problema que... que sí lo es.

O: Es un problema...

G: Sí, sí.

O: Pero ahí, efectivamente se trata de otra cosa.

G: Sí, sí.

O: Se trata de... de una visión, de... buscar un sueño, buscar algo interno, ¿no?

G: Sí, totalmente. Sí, yo creo que va mucho más por allí.

O: Bueno, ¿y todos tus personajes son bastante interiores?

G: Eh... Sí.

O: ¿Sí? Todos, o sea, no son... una... una fachada, quiero decir eh... bueno, en Asalto al cine, es un poco diferente pero también es una persona que mete muchas cosas por dentro, ¿no?

G: Sí, puede ser. No sé, no lo había pensado así. Pero... esto quizás tiene que ver un poco con mi carácter y con cómo... cómo veo las personas. Yo, como... como... Sí, más que cómo soy, cómo... cómo veo a las personas y lo que me interesa en las personas cuando las veo y... y... Sí, hay algo que siempre... Sí, cuando estoy platicando con alguien y alguien me está contando algo... como que me interesa mucho la historia que me cuenta pero más me interesa cómo... cómo me la cuenta o porqué me está contando esta historia o porqué... porqué alguien te dice lo que te dice. Creo que hay como algo ahí, como mucho más... digamos, esencial del carácter que en... Hay algo que todos tratamos de mostrar a los demás, ¿no? Y... y yo estoy aquí parado, dando una entrevista, y trato de mostrar algo como... que yo creo que es la imagen que yo me quiero construir de mí. Pero el público, cuando ve esto, ve a otra persona tal vez luchando por otras inseguridades, yo ¿qué sé? No, hay algo mucho más interesante en lo que... en lo que tratamos de ocultar más que en lo que tratamos de mostrar. Lo que tratamos de mostrar normalmente, además es bastante bobo. Es la parte más... menos interesante en nosotros mismos, ¿no?

O: Seguramente, sí. Y bueno, a nivel profesional, entonces, en teatro, tú... ¿haces dirección de teatro y también actúas?

G: Sí. En teatro, tengo una compañía donde hacemos eh... obras de corte como documental, como documentales escénicos, una mezcla allí un poco extraña. Y...trabajo en teatro con directores...eh... normales, digamos, convencionales.

O: Sí.

G: Convencionales en, como en... La puesta en escena y en... son trabajos muy distintos. El cine eh... el cine es un medio en el que... en el que la carrera de actor de cine es una carrera que... casi que impide la continuidad de... de los trabajos, ¿no? Como... un director trabaja con un actor, y luego trabaja con otro, y luego trabaja con otro, y luego hace la película... de... las comunidades chicanas y luego hace una de los haitianos en Nueva York y así sucesivamente. Y hay algo de la continuidad del discurso que me parece que... que se va perdiendo. A mí me gusta mucho ver esas grandes exposiciones como... Sí, o sea, si tú ves una retrospectiva de Renoir o de Cézanne, yo ¿qué sé?, hay algo que tú alcanzas a ver: cómo de los bocetos iniciales, ahí ves cómo las ideas se desarrollan. Y eso me interesa mucho. En el caso de Nicolás, eh... a mí me gusta como... pensar así como que estamos haciendo una serie de bocetos y que... y que poco a poco iremos haciendo más bocetos y no que habremos de llegar a obras maestras ni mucho menos, sino simplemente que hay un desarrollo en las ideas y en la concepción que tenemos del cine, que acaba siendo como un... Las películas son una especie de documental sobre lo que nosotros pensamos del cine en cierto momento. O nos gustaba o nos divertía, yo ¿qué sé?

O: Sí. Y entonces eh... tú eh... ese... ese grupo de teatro que tú diriges, tú dices que... eh... son documentales teatralizados. Tú, eso, lo... ¿lo escribes tú o lo escriben entre varios o...?

G: Eh... La compañía escribimos... no... escribimos entre varios, como investigamos durante largos periodos, como temas, eh... digamos, como de... de la memoria colectiva, bueno, de la memoria eh... de la historia, digamos, de la historia de México por lo general, y los mezclamos con una especie de... de exposición sobre la vida personal de cada quien. Allí, el teatro tiene algo que es la reivindicación del “yo”, de la primera persona. Cuando tú no estás interpretando a Hamlet sino que estás interpretando a Gabino, frente a un público, y yo soy el responsable de lo que les digo, no es Shakespeare sino yo. Estoy contándoles algo mío. Tiene algo que yo creo que es un fenómeno muy interesante en el teatro. Ahora, la nueva película que vamos a hacer con Nicolás tiene como... mucho como de esa idea, como de reivindicar la responsabilidad del que habla. Porque en el cine, normalmente, sobre todo para los actores, está muy velada. Nadie le va a reclamar a Robert de Niro qué dijo en tal película, tal cosa, o si lo quiere discutir. Porque son las palabras de un guionista que escribió un guión que lo pasó por un estudio, que alguien lo aprobó, y él las acabó diciéndole eventualmente, con gran arte y maestría, pero... pero no hay una responsabilidad, digamos... hasta las últimas consecuencias de lo que se emite.

O: Sí, pero yo pienso que un actor que... bueno, creo que un actor también elige sus papeles...

G: Claro. Digamos que la responsabilidad estaría en la elección. Pero no es... no la llevaría hasta las últimas consecuencias de... digamos de que... sentarse a discutir: “Oye, ¿porqué dijiste eso?” como si tú me dices en una conversación algo, yo puedo llegar en dos semanas y decirte: “Oye, tu decías que... que el actor elige.” Y no... nos ponemos a discutir. Y cuando no hay eso en las películas, yo siento que hay un paso allí que se salta, y un paso de... del actor mismo como persona y de lo que sea, formando ahí toda una cosa del Star System que ha construido como... como una especie de actor que me parece bastante aburrido, como... bastante... como explotado en la peor parte y... y menospreciado en la parte seguramente más interesante de todas las personas.

O: Seguro, pero la... el hecho de ser el malo de la película, de alguna manera, ¿es más aceptable siendo palabras de otro que siendo palabra propia?

G: Claro, pero sería mucho más padre reivindicar la maldad que todos tenemos dentro, ¿no? Claro. Todos somos capaces de hacer daño, todos hemos dañado a otras personas. Todos hemos hecho daño sabiendo que íbamos a dañar a seres que queríamos. Entonces cuando alguien diga eso, yo voy a decir “chapeau” ¿no?. hay... hay algo que me interesa y que quiero... como, sí, esta... esta cosa de... ¿es como Relámpago sobre el agua? No sé cómo se llama, ¿lo de Wim Wenders?

O: Sí. Sí, sí.

G: Hay algo como... Y hay muchas películas, ¿no?, que han trabajado eso, pero desde hace mucho tiempo. Pero hay algo de eso, de la reivindicación de la... del “yo” y del... de la responsabilidad que yo creo que es un camino que el cine todavía tiene como... por explorar, harto tiempo.

O: Y que tú estás explorando.

G: Y que a mí me encantaría explorar.

O: Muy bien.

G: Sí.

O: Me parece muy bien. Te agradezco mucho entonces, Gabino.

G: Gracias a ti.

O: Y bueno, nos veremos estos días.

G: Sí, seguro.

O: Que lo pases muy bien con nosotros porque nosotros lo pasamos muy bien contigo.

G: Perfecto. Muchas gracias.

O: Bueno.

G: Bueno.

O: Hasta luego.

G: Chido.

Transcription et traduction : Gabrielle BLANC et Cécile BOUTELOUP

,

Odile Bouchet : Bonjour Gabino Rodríguez, acteur mexicain que nous connaissons depuis des années, ici, à Toulouse.

Gabino Rodriguez : Bonjour.

O : Vous avez déjà une longue carrière au cinéma, n’est-ce pas ?

G : Eh bien, plus ou moins. Ça dépend. Disons que ma carrière est courte dans le temps. Enfin, j'ai commencé... j'ai commencé jeune, par hasard. La sœur de mon meilleur ami faisait du cinéma, alors quand ils avaient besoin d'un enfant, ils m'appelaient. J'ai donc beaucoup joué quand j'étais enfant puis, vers 20 ans... je pense que j’ai pris ma carrière sous un angle plus… sérieux, disons, dans une autre perspective. À partir de ce moment-là... le travail cinématographique s'est vraiment diversifié. Le Mexique est un grand producteur de cinéma, si on le compare à... d'autres pays d'Amérique latine.

O : Oui.

G : Et... et là-bas il y a différents types de cinéma, l'offre est assez... assez riche.

O : Bien, ici nous vous connaissons surtout grâce au cinéma indépendant, qui est ce que nous diffusons ici. Vous travaillez également pour la télévision, le théâtre, ou autres... ?

G : Pour la télévision, non. Dans la publicité, non plus. Mais je travaille beaucoup pour le théâtre. Je partage mon temps entre le théâtre et le cinéma. Je dirige des pièces, j'ai...

O : Oui, j'ai vu ça, oui.

G : Une... une compagnie, dont fait partie l'actrice Luisa Pardo, qui a sûrement joué dans des films diffusés ici. Et... dans ça, il y a du travail. On répartit notre temps.

O : Oui, mais il y a de grands noms dans votre carrière, non ? On peut citer Marisa Sistach, Nicolás Pereda, ... Ce sont des noms qui... ont déjà une certaine histoire, non ?

G : Oui, c'est sûr. Il y a... Pour moi il y a deux types de cinéastes et deux types de films au Mexique. Les premiers ont renoncé à, disons, à la... à la diffusion dans les conditions commerciales mexicaines et... et mondiales, pratiquement. Le spectateur y est perçu comme un bien quantifiable et pas comme... Disons que l'on parle plus de quantité que de qualité et... et je crois qu'il y a toute une nouvelle génération de cinéastes qui a renoncé à... à cette possibilité, disons. C'est un refus esthétique et de principe... qui porte le cinéma vers une autre direction, ce qui offre beaucoup de liberté... aux niveaux créatif et discursif des films. Mais... oui, c'est ce cinéma qui m'intéresse le plus, le cinéma qui... avec lequel je me sens le plus à l'aise, le cinéma que j'aime voir. Mais d'un autre côté, le cinéma qui est plus cinéma de métier, des studios, disons, c'est... c'est le cinéma où... où on me paie le mieux, disons que c'est de celui-là que j'arrive à vivre. Et il a d'autres exigences, n’est-ce pas ? Je considère que ce sont presque comme deux disciplines différentes. Comme le cinéma... le cinéma que j'appelle « de camions »: il y a le camion des éclairages, le camion des... du matériel cinématographique, le camion du son, le camion des costumes, le camion du maquillage, les Campers. Tout ça est un autre cinéma... régi par un principe d'austérité qui naît d'une nécessité mais qui... petit à petit, et comme vous dites, a donné « de grands noms »... qui ont continué sur le chemin de l'austérité. Disons que ce n'est pas une condition à dépasser. Ni par sous-développement, c'est vraiment... un présupposé de travail.

O : Chez Nicolás Pereda, on le voit bien.

G : Oui, tout à fait.

O : Il ne s'intéresse qu'à ça.

G : Oui, oui.

O : Pour le moment, c'est ça qu'il veut.

G : Oui, oui.

O : J'aurais aimé, s'il vous plaît, que vous parliez un peu de vos rôles, de vos personnages. De... eh bien, de plusieurs personnages, c'est à dire, avec Nicolás, vous avez joué un personnage qui... qui se retrouve de film en film et... eh bien, maintenant, avec Sebastián Hiriart, vous jouez ce paysan, très différent du personnage d'Asalto al cine.

G : Oui.

O : C'est un homme de la ville, un pur produit de l'asphalte.

G : Oui. Oui, l’idée du rôle de l'acteur au cinéma m'a toujours un peu... troublé. Ça a à voir avec le fait que l'acteur est là pour... représenter un personnage. Et tout ça rejoint une idée... politique, en Amérique latine du moins, où les démocraties en sont à leurs débuts. Et l'idée que quelqu'un a la capacité de parler pour un autre, tout ça fait que... dans la pratique, je crois que... que tout ça est un peu faux. Car c'est cette idée :... « Je vais représenter la vie de quelqu'un d'autre ». C'est donner de la visibilité à la vie de quelqu'un d'autre. Parce que, déjà, toutes ces approches me paraissent un peu banales, elles sont un peu superficielles au final... parce que... parce que la vie des gens est bien plus complexe que... ce que l'on en voit et... ça m'intrigue toujours quand les acteurs disent « je me suis préparé pour le rôle et... j'ai travaillé dans un supermarché pendant deux mois ». Mais... je... je ne comprends pas comment quelqu'un peut s'imaginer que travailler deux mois dans un supermarché ou travailler... six mois dans... ou six ans dans... quelque chose, va le renseigner sur ce que peuvent être les aspirations de quelqu'un qui a d'autres conditions de vie et une autre espérance de vie et d'autres... d'autres schémas, une façon différente de se raconter sa vie, non ? Je crois donc, qu’ en tant qu'acteurs, nous devrions être plus respectueux... envers ça. Et donc... c'est de là que part mon travail, de... La seule chose que je puisse faire... pour incarner quelqu'un, pour le représenter, c'est de présenter une série de caractéristiques extérieures et créer des espaces vides où le spectateur placera tous les sens qu'il peut ou tous ceux qu'il veut. Mais... mais je me méfie de l'acteur caméléon qui se transforme et devient méconnaissable. C'est très apprécié, ça, non ? Du genre... quand on dit : « Ah ! Je ne savais pas que c'était lui ! ». Je crois qu'il faut toujours conserver... l'acteur et que... c'est l'acteur qui construit, au fur et à mesure des films, une espèce de discours qui les rassemble tous et montre ce à quoi l'acteur s'intéresse. Mais... Mais oui, pour moi cette idée de personnage est compliquée... Et bien évidemment, les exigences sont différentes selon que l'on travaille... avec Nicolás, sur une personne qui s'appelle Gabino, et pour lequel nous sommes entièrement d'accord sur l'idée que nous nous faisons du personnage, ou selon que l'on travaille pour un autre type de films où, disons, je dois... être quelque chose que je ne suis pas, n’est-ce pas ?

O : Oui. Parce que berger... c'est le travail du garçon dans...

G : Oui, oui.

O : Comment s'appelle le film ?

G : A tiro de piedra ?

O : Dans A tiro de piedra. Il a un métier et... il a un rêve.

G : Oui.

O : Et... eh bien, j'aime l’optique de ce rêve. Ce n'est pas une banale histoire d'émigration... Ça parle un peu de ça, de l'émigration.

G : Eh bien justement, pour moi, A tiro de piedra, et nous en avons beaucoup parlé avec Sebastián, n'essaie pas d'être... une étude sociologique sur la migration ou quoi que ce soit. Ce film se veut un conte fantastique. Il est basé sur un conte des Mille et une nuits et... il a en toile de fond quelque chose qui nous est familier, à tous, et donc pour moi, l'émigration, dans ce film en particulier, fonctionne comme une sorte de référence commune où on peut tous... Au Mexique, nous avons tous... une opinion sur le sujet et partir de ça pour, à travers un film, emmener le spectateur toujours plus dans l'abstrait et... l'intime ou... Oui, je crois que ce film est proche, pas en qualité, ce serait génial, mais... par sa perspective, de l'Odyssée, où... où ce qui est réellement en jeu est le voyage initiatique du personnage, non ? Le voyage... le premier voyage, c'est... l'idée de se retrouver face à soi-même dans l'inconnu. C'est plus cette idée qui dirige le film que le problème de l'émigration qui, c’est certain, est en soi, un gros problème.

O : C’est un problème...

G : Oui, oui.

O : Mais ici, effectivement, il s’agit d’autre chose.

G : Oui, oui.

O : Il s’agit de… d’une vision, de... la recherche d'un rêve, de quelque chose d’interne, non ?

G : Oui, exactement. Oui, je crois que ça va beaucoup plus en ce sens.

O : Bien, et tout vos personnages sont assez internes ?

G : Oui.

O : Oui ? Tous, ou plutôt, ils ne sont pas… une… façade, je veux dire… en fait, dans Asalto al cine, c’est un peu différent mais c’est aussi une personne qui garde beaucoup de choses à l'intérieur, non ?

G : Oui, c’est possible. Je ne sais pas, je n'y avais pas pensé de cette façon. Mais... ça vient peut-être un peu de mon caractère et de comment... comment je vois les gens. Oui, plus que comment je suis, comment... comment je vois les gens et ce qui m'intéresse chez les gens quand je les vois et... Oui, il y a toujours quelque chose qui... Oui, quand je parle avec quelqu'un et que quelqu'un me raconte un truc... Je m’intéresse beaucoup à l’histoire qu'il me raconte mais ce qui m’intéresse plus encore, c’est comment il me la raconte et pourquoi il me raconte cette histoire ou pourquoi... pourquoi quelqu'un te dit ce qu'il te dit. Je crois qu'il y a quelque chose ici, de beaucoup plus, disons, essentiel du caractère que dans... Il y a quelque chose que nous essayons tous de montrer aux autres, non ? Et… et moi, je suis venu ici, je donne un entretien, et j'essaye d’y montrer quelque chose... je crois que c'est l’image que je veux construire de moi. Mais le public, quand il va le voir, il verra une autre personne, peut-être en lutte à cause d’autres insécurités, ou je ne sais quoi. Non, il y a quelque chose de beaucoup plus intéressant dans… dans ce qu’on essaye de cacher que dans ce qu’on essaye de montrer. Ce qu’on essaye de montrer, normalement, est assez bête. C’est la partie la plus… la moins intéressante de nous, non ?

O : Sûrement, oui. Et donc, au niveau professionnel, alors, dans ce groupe théâtral, vous dirigez au théâtre et vous jouez aussi ?

G : Oui. Au théâtre, j’ai une compagnie avec laquelle nous faisons… des œuvres de type documentaire, tels que des documentaires scéniques, une sorte de mélange un peu étrange. Et… je travaille au théâtre avec des directeurs… normaux, disons, conventionnels.

O : Oui.

G : Conventionnels dans, comme dans… la mise en scène et dans… Ces sont des travaux très différents. Le cinéma... le cinéma est un environnement dans lequel... dans lequel la carrière d'un acteur de cinéma est une carrière qui... empêche presque la continuité de... des travaux, non ? Par exemple... un directeur travaille avec un acteur, et ensuite avec un autre, et ensuite avec un autre et encore un autre, et ensuite il fait un film sur… les… communautés chicanas et ensuite il en fait un sur les Haïtiens à New York, et ainsi de suite. Et il y a comme une continuité du discours qui me semble se... se perdre. Moi j'aime beaucoup voir ces grandes expositions comme... Oui, je veux dire, si tu vois une rétrospective de Renoir ou de Cézanne, je ne sais pas, il y a quelque chose que tu parviens à voir : comment à partir des esquisses initiales, tu vois les idées s’y développer. Et ça, ça m’intéresse énormément. Dans le cas de Nicolás, j'aime... penser de cette façon : que nous faisons comme une série d’esquisses et que… et que petit à petit nous ferons plus d’esquisses et que nous n’arriverons sans doute pas à en faire des chefs d’œuvres, mais simplement qu’il y a un développement des idées et de la conception que nous avons du cinéma, qui finit par être comme… Les films sont une sorte de documentaire sur ce que nous avons pensé que le cinéma était à un moment donné. Ou ça nous plaisait, ou ça nous amusait, je ne sais pas.

O : Oui. Et alors... vous... ce groupe de théâtre que vous dirigez, vous dites que... ce sont des documentaires théâtralisés. C'est vous qui l’écrivez ou vous l’écrivez à plusieurs ou… ?

G : La compagnie l’écrit… non… nous écrivons à plusieurs ; nous faisons de longues recherches, sur des thèmes, disons de… sur la mémoire collective, enfin, sur la mémoire… de l’histoire, disons, de l’histoire du Mexique en général, et nous le mélangeons avec une sorte de… d’exposition sur la vie personnelle de chacun. Là, le théâtre a quelque chose qui est la revendication du « je », de la première personne. Quand tu n’es pas en train d’interpréter Hamlet mais que tu interprètes Gabino, face à un public, le responsable de ce que je dis n’est pas Shakespeare, c’est moi. Je leur raconte quelque chose de moi. Il y a quelque chose que je crois être un phénomène très intéressant au théâtre. Maintenant, le nouveau film que l'on va faire avec Nicolás tient... tient beaucoup de cette idée, de cette revendication de la responsabilité de celui qui parle. Parce qu’au cinéma, normalement, surtout pour les acteurs, c’est très voilé. Personne ne va faire de réclamation à Robert de Niro pour ce qu’il a dit dans tel film, telle chose, ou s'il veut en discuter. Parce que ce sont les répliques d'un scénariste qui écrit un scénario, qui passe par un studio, que quelqu'un a approuvé, il finit par les dire, éventuellement, avec tout son art de grand maître, mais... mais il n'y pas de responsabilité, disons... pleine et entière de ce qui est émis.

O : Oui, mais je pense qu’un acteur qui… enfin, je crois qu’un acteur aussi choisit se rôles…

G : Bien sûr. Disons que la responsabilité serait dans le choix. Mais ce n'est pas... elle ne parviendrait pas à être pleine et entière… disons jusqu’à… au point de s'asseoir et de se mettre à discuter : « Dis-moi, pourquoi tu as dis ça ? » C’est comme si tu me disais quelque chose dans une conversation et que je venais dans deux semaines et te dire : « Dis-moi, tu disais que… que l’acteur choisit. » Et… on se met à discuter. Et quand il n’y a pas ça dans les films, je sens qu'il manque une démarche, et une démarche de... de l'acteur même en tant que personne et de je ne sais quoi d'autre, formant tout un truc du Star System qui a créé comme... comme une sorte d'acteur qui me paraît assez ennuyeux, comme… assez… C’est une exploitation du pire des aspects au mépris de ce qu’il y a de plus intéressant chez les personnes.

O : Sûrement, mais la... le fait d’être le méchant du film, d’une certaine manière, est plus acceptable si les répliques sont celles d’un autre plutôt que les siennes ?

G : Bien sûr, mais ce serait beaucoup plus génial de revendiquer le mal que nous avons tous en nous, non ? Bien sûr. Nous sommes tous capables de faire du mal, nous avons tous fait du mal à d'autres personnes. Nous avons tous fait du mal en sachant qu'on allait faire du mal à des gens que nous aimions. Alors, que quelqu’un me dise ça, je vais dire « chapeau », non ? Il y a… il y a quelque chose qui m’intéresse et que je veux… comme, oui, cette chose de… c'est comme dans Nick’s movie ? Je ne sais pas comment ça s’appelle, de Wim Wenders ?

O : Oui.

G : Il y a quelque chose comme… Et il y a beaucoup de films qui ont travaillé là-dessus, et depuis très longtemps. Quelque chose de ça, de la revendication de la… du « je » et de… la responsabilité que je crois être un chemin que le cinéma a encore à… explorer, pour très longtemps.

O : Et que vous être entrain d'explorer.

G : Et qu’il me plairait d’explorer.

O : Très bien.

G : Oui.

O : Ça me paraît très bien. Je vous remercie beaucoup, Gabino.

G : Merci à vous.

O : Et donc, nous nous verrons ces prochains jours.

G : Oui, sûrement.

O : J’espère que vous passerez un bon moment avec nous car nous, nous passons un bon moment avec vous.

G : Parfait. Merci beaucoup.

O : Bien.

G : Bien.

O : À plus tard.

G : Super.

Transcription et traduction : Gabrielle BLANC et Cécile BOUTELOUP

ARCALT

Association Rencontres Cinémas d'Amérique Latine de Toulouse

Dans la même collection

Sur le même thème