Entretien

Entretien avec Inés Efrón (Rencontres 2008)

Réalisation : 30 mars 2008 Mise en ligne : 30 mars 2008
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Inés Efrón est actrice argentine, elle a beaucoup de succès et a tourné, malgré son jeune âge avec les plus grands de la génération des jeunes cinéastes argentins. Elle a la chance d'avoir des propositions très intéressantes, aime son travail. Elle désire changer un peu de registre, elle a été l'adolescente type dans plusieurs films, et prenant de l'âge, s'adapte à de nouvelles possibilités. Elle ne se voit pas actrice toute sa vie.

Intervenants
Thèmes
Notice
Langue :
Espagnol, castillan
Crédits
Université Toulouse II-Le Mirail SCPAM (Publication), Université Toulouse II-Le Mirail (Production), Nathalie MICHAUD (Réalisation)
Conditions d'utilisation
Tous droits réservés aux auteurs et à l'Université Toulouse II-Le Mirail.
Citer cette ressource:
UT2J. (2008, 30 mars). Entretien avec Inés Efrón (Rencontres 2008). [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/34077. (Consultée le 28 juin 2022)
Contacter
Documentation

Entretien avec Inés Efrón - Transcription
Odile Bouchet : Buenas tardes Inés Efrón. Tú eres actriz, ¿ actriz de cine solamente ? Inés Efrón : Sí, teatro también, pero ahora no.
OB : ¿ Ahora no ?
IE : No. OB : ¿ Desde cuando no ? IE : Y…medio año porque como si trabajo en cine, me es incompatible a trabajar en teatro... porque de repente un mes o meses tengo que estar ocupada filmando... o viajar. No podría viajar. OB : Claro. ¿ Y…en cine trabajas mucho últimamente ? IE : Por ahora sí.
OB : A ver. ¿ Puedes hablar un poco de eso ?
IE : He, bueno. A ver qué cuento. ¿ Cuento todas las películas que hice? OB : Todo lo que quieras.
IE : Ay! Uau! Bueno, a ver. Empecé a los veinte, es mi primera película, que se llama Glue, que está acá, después hice Cara de queso, está acá, XXY. Después, esas tres ya se estrenaron y después de esas, hice tres más que todavía no se estrenaron: El nido vacío de Burman, La mujer sin cabeza de Lucrecia Martel, y Amorosa soledad que va a estar acá en Cine en Construcción, de Victoria Galardi y Martín Carranza.
OB : Sí que estás trabajando con los más grandes de la época.
IE : Y sí…
OB : Lucrecia… IE : Lucrecia y Daniel, para mi eran como mi dos sueños. OB : Claro. Y entonces, ¿cómo vives todo esto?
IE : Trato de entender porqué sucede y qué tengo que contar si esto está pasando. Como bueno, si la gente quiere, me llama para que yo actúe…, y bueno tratar de conectarme y entender qué camino tengo yo que recorrer por ahí, por este lugar que está pasando. Estoy todavía tratando un poco de entender eso. Por lo pronto disfrutarlo, la paso bien y actuar en su momento. Lo que pasa es que es raro porque vos actuás, haces tu trabajo, y después del trabajo de actriz, son más cosas, es que quizás te reconozcan en la calle o de las entrevistas o todo el tema de la posición pública que es como si fuera otro trabajo a parte de actuar.
OB : ¿Y, te gusta ese, ese otro?
IE : Ese es el que más me cuesta. Como que no entiendo mucho, sí. Como que no vinculo ese momento tan pleno de actuar quizás con todo el trabajo posterior, estoy como tratando de…, tratar de entenderlo.
OB : Sí, no se te siente muy a gusto en esto de dar una entrevista.
IE : No, igual me gusta. Sí, me gusta. Sí, tiene todo un lado que me gusta. Es lindo que te pregunten cosas sobre vos. Y uno poder hablar.
OB : ¿Y que te reconozcan por la calle?
IE : Y eso a veces que es muy lindo, como un regalo del cielo como que alguien te diga “Disfruté tu trabajo”, “Gracias”. Es difícil de recibirlo también porque dice, bueno, ay, no sé, bueno. Y... ¿era la pregunta?
OB : Era saber cómo, sí, cómo vivías eso de que te vean por la calle, estar siempre expuesta.
IE : Sí, hay veces que uno no quiere, como vas al supermercado y no quieres que nadie te mire o que te reconozca. Pero yo trato de jugar, con eso juego. Son momentos también, no es que pasa todo el tiempo.
OB : ¿Y con tus amistades, eso de tener éxito?
IE : No.
OB : ¿No cambió nada? IE : No. OB : Está bien. Y la actuación, ¿qué es para ti?, porque cambias de personaje. IE : Sí, no entiendo bien. No sé, no entiendo.
OB : ¿Cómo viniste a hacer este trabajo?
IE : Se fue dando, yo hice un curso, empecé a los catorce se me ido de curiosa y después conocí a una profesora con la que me enganché mucho y sentía mucha plenitud en las clases con ella y después… yo como que sentía que quería trabajar de eso, estaba sí muy entusiasmada y se empezó a hacer una obra de teatro con una directora. Y a partir de allí, que gente me veían en la obra, y como que todo se fue dando así el tema del trabajo como ya el boca en boca, boca a boca. Pero sí, todo empezó por curiosa de ir a tomar una clase de teatro, así no sé que me movió en ese momento, si. Pero llegó, todo medio de a poco solo, no, como entre el trabajo así todo medio natural, se fue dando.
OB : ¿En tu familia no había, así, actores?
IE : No, hay una mujer que todo el mundo me habla de ella, me pregunta si fui, soy familia de ella y soy, pero no muy cercana, que se llama Blackie Efrón, Paloma, que era una mujer que era periodista, se ve que bailaba o cantaba, no sé, tenía algo así como medio artístico. Y mucha gente me habla de ella, pero yo no la conocí.
OB: No te sientes vinculada.
IE: Sí, algo siento, como siento algo, sí. Sí, sí, no la conocí pero algo siento. OB: ¿Una especie de parentesco lejano? IE : Sí, como hay una conexión. Sí.
OB: Bueno. Muy bien. Y todo el tiempo de, digamos de aprendizaje, bueno porque ya algo sabes, ¿supongo que el aprendizaje también sigue, no? Te llevó a hacer papeles bastante diferentes. ¿Puedes hablar de esos papeles?
I E : Sí.
OB : Un poco.
IE : Bueno. Siempre siento que fueron papeles que tienen algo que ver con el descubrir sexual en general, me pasó. Casi todo menos uno, el último que hice, todos siempre tienen como papeles más jóvenes, con algo de la adolescencia, del dolor de la adolescencia, mucha hormonalidad o…algo como de una especie de rebeldía adolescente también…Eso es como algo que veo así en general en los papeles que me ha tocado hacer.
OB : ¿Tú cómo los eliges? ¿Usted tienes varias propuestas o de momento tú has tomado lo que se presentó?
IE : No, rechacé…nada. Ahora quizás que me pasa un poco más que te ofrecen cosas, pero no, en general siempre me tocaron propuestas interesantes por suerte, y nada, las aceptaba porque casi siempre fueron cosas muy interesantes. Que yo sentí que podía hacerlas.
OB : Sí, porque es verdad que se te ve como la adolescente, como siempre la imagen que recibimos aquí, tuya ¿es esa, no?
IE : Sí, recién esta última película que hicimos, Amorosa soledad, algo de una chica más grande, que fue todo un trabajo. Para mí, poder despegarme que…, crecer, ponerme en otro lugar, porque quizás yo, Inés, soy grande pero cuando actuás, es como que vas a tus lados más conocidos, no a los más desconocidos, entonces para mí es más fácil actuar de chica.
OB : Sí, pero con la edad, vas a tener que cambiar, a juro.
IE : Sí, ahora creo que ya no puedo tanto, ya me cuesta más hacer de chica, porque no me identifico tanto, sí.
OB : Pero físicamente, puedes seguir haciendo.
I E : Sí, puedo…Catorce, trece.
OB : Sí, sí, puedes. Como Nahuel. Nahuel es igual.
IE : Sí, igual. OB : Porque tiene un cuerpo como muy, muy… IE : Sí, chiquito, sí.
OB : Y bueno y la cara de bebé… ¿Tú te dedicas solamente a la actuación? ¿Ya tienes toda tu vida en esto, no?
I E : Sí, ahora sí. Espero que no sea siempre.
OB :Bueno, ¿cuáles otras perspectivas tienes?
IE : No, no tengo idea.
OB : ¿No sabes?
IE : No tengo idea. Pero me gustaría hacer otras cosas. Sí, me gustaría. OB : ¿Y no sabes en qué dominios? IE : Como que recién ahora me están bajando imágenes. Que ni las puedo transmitir en palabras. Son como imágenes…Bueno, me gustaría vivir en el campo, quizás cocinar, me gusta mucho también, me gustaría tener hijos, eso es como otra profesión.
OB : Sí, sí.
IE : No, pero que esto del trabajo todavía no lo tengo claro, pero sí me están viniendo sensaciones de otras cosas que quisiera hacer, pero no las entiendo. Son como señales.
OB : Bueno.
IE : Ya se verá.
OB : : ¿El tiempo dirá, no? IE : Sí. OB: De momento, actuación, actuación a millón.
IE : Por ahora, sí, este…
OB : Y bueno, con los mayores de tu época. IE : Sí. OB : ¿Con cuales otros cineastas te gustaría trabajar?
IE : ¿De Argentina, o de todo el mundo?
OB : De cualquier parte del mundo. ¿Por qué limitarte? ¡No hay fronteras! IE : De Argentina, no sé. Con quien quería trabajar era Lucrecia Martel, y bueno, ya trabajé. A ver…, del mundo… bueno, me interesa Lars Von Trier, ¿no? Tiene algo que me interesa. Y un director de una película que me gustó mucho, que se llama Lukas Modyson, que es sueco. Y también me gusta un poco Sofía Coppola…Sofía. OB : Es un panorama, bastante grande.
IE : Bastante amplio, sí.
OB : Bueno, muchas gracias.
IE : Gracias a vos.
OB : Y que te vaya muy bien. IE : Bueno, gracias. OB : Que lo pases bien. Transcription réalisée par Laurentine Insonere, Pascale Lopez et Romain Pélofi

,

Entretien avec Inès Efrón - Traduction
Odile Bouchet : Bonjour, Inès Efrón. Tu es actrice. Actrice de cinéma uniquement ? Inès Efron : J’ai aussi fait du théâtre, mais plus maintenant. OB : Plus maintenant ? IE : Non. OB : Depuis quand ? IE : Euh, six mois. Je ne peux pas faire du cinéma et du théâtre en même temps parce que parfois du jour au lendemain je dois être disponible un mois ou plus pour un film …ou un voyage. Je ne pourrais pas voyager. OB : Bien sûr. Et tu tournes beaucoup ces derniers temps ? IE : En ce moment, oui. OB : Pourrais-tu nous en dire plus ? I E : Eh bien, que vous dire ? Vous voulez que je vous parle de tous mes films ? OB : Tout ce que tu veux. IE : Houlà ! Voyons…J’ai débuté à l’âge de vingt ans dans Glue, un film programmé ici, puis j’ai enchaîné avec Cara de queso qui est ici, puis XXY. Après la sortie de ces trois films, j’en ai tourné trois autres qui ne sont pas encore sortis : El nido vacío de Burman, La mujer sin cabeza de Lucrecia Martel puis Amorosa soledad, de Victoria Galardi et Martin Carranza, qui passera à Cinéma en Construction. OB : Tu travailles avec les plus grands réalisateurs actuels. IE : Et oui… OB : Lucrecia… IE : Lucrecia et Daniel, mes deux rêves les plus chers.
OB : Je comprends. Et alors, comment vis-tu tout ça ?
IE : J’essaie de comprendre d’où cela vient et ce que je peux en dire si jamais c’est bien réel. Comment dire…les gens qui le veulent m’appellent pour un rôle …et j’essaie de garder les pieds sur terre, de voir quel chemin il me reste à parcourir dans ce que je vis. J’en suis toujours à essayer de comprendre ça. Pour le moment, j’en profite, je m’amuse et je joue au jour le jour. La situation est assez étrange, car une fois que tu as fini de jouer, une fois le travail d’actrice terminé, d’autres choses viennent s’ajouter, comme par exemple les gens qui te reconnaissent dans la rue, les interviews, tout ce qui est lié à la position publique, comme s’il s’agissait d’un autre travail en plus de celui d’acteur. OB : Et cet autre travail te plaît ? IE : C’est celui qui m’est le plus difficile. Je n’y comprends pas grand-chose. C’est comme si je n’arrivais pas à faire le lien entre mon métier d’actrice et tout ce travail qui vient ensuite. J’essaie de…j’essaie de comprendre. OB : Effectivement, je ne te sens pas très à l’aise durant cette interview. IE : Non, j’aime ça quand même. J’aime ça. Il y a tout un aspect qui me plaît. C’est agréable de se faire interroger sur soi. Et de pouvoir en parler. OB : Et être reconnue dans la rue ? IE : Parfois, c’est vraiment agréable, comme un cadeau du ciel lorsque quelqu’un te dit « J’ai aimé ton travail », « Merci ». C’est aussi difficile à recevoir parce que bon…je ne sais pas, voilà…c’était quoi la question ? OB : Je te demandais comment tu vivais le fait d’être reconnue dans la rue, cette exposition permanente. IE : Bien sûr, on n’a parfois pas envie d’être dévisagé ou reconnu, par exemple quand on va au supermarché. Mais j’essaie de jouer le jeu. Ça ne se passe pas toujours comme ça. OB : Et avec tes amis, comment vis-tu le succès ? IE : Non. OB : Rien n’a changé ? IE : Non. OB : C’est bien. Qu’est-ce que l’interprétation pour toi ? Car tu changes de personnage. IE : Je ne comprends pas très bien. Je ne sais pas, je ne comprends pas. OB : Qu’est-ce qui t’as poussée à faire ce travail ?
IE : C’est venu tout seul, j’ai intégré un cours, j’ai commencé à quatorze ans, par curiosité, puis j’ai rencontré un professeur avec laquelle j’ai beaucoup sympathisé et j’étais heureuse dans ses cours et après… j’ai su que je voulais vivre de ça et j’étais vraiment motivée, alors j’ai commencé à travailler dans une pièce de théâtre avec un metteur en scène. Et à partir de là, du moment où les gens voyaient la pièce, tout le reste s’est enchaîné par le bouche à oreille. Mais, oui, tout est parti de ma curiosité et de ce cours de théâtre, et je ne sais pas ce qui m’a pris à ce moment-là. Mais tout est arrivé petit à petit, naturellement, tout s’est enchaîné.
OB : Et dans ta famille, il n’y avait pas d’acteurs ?
IE : Non, il y a une femme dont tout le monde me parle, on me demande si j’étais, suis de sa famille et je suis de sa famille, mais très éloignée. Elle s’appelle Blackie Efrón, Paloma, elle était journaliste, elle dansait ou chantait, je ne sais pas, elle était comme ça, un peu artiste. Et beaucoup de gens m’en parlent, mais je ne l’ai pas connue.
OB : Tu ne te sens pas liée à elle.
IE : Si, quelque part si, un peu, si, si. Je ne l’ai pas connue mais si, je suis un peu liée à elle.
OB : Une sorte de parenté éloignée ?
IE : Oui, il y a comme une connexion. Oui.
OB : ien. Très bien. Et pendant toute la durée de, on va dire de l’apprentissage, car bon, tu sais déjà des choses, mais je suppose que l’apprentissage continue, non ? Tu as eu des rôles très différents à jouer. Peux-tu nous parler de ces rôles ?
IE : Oui.
OB : Un peu.
IE : Bien. J’ai l’impression que les rôles ont toujours eu quelque chose à voir avec la découverte sexuelle en général. Presque tous sauf un, le dernier que j’ai fait, mais les autres sont toujours des rôles plus jeunes, liés à l’adolescence, à la souffrance de l’adolescence, à l’éveil des hormones ou…quelque chose comme une sorte de révolte d’adolescent aussi…Tout ça je le retrouve en général dans tous les rôles que l’on m’a confiés.
OB : Comment les choisis-tu ? Tu as plusieurs propositions ou tu prends ce qui se présente ?
IE : Je ne refuse…rien. Peut-être qu’aujourd’hui on me propose plus de choses, mais non, en général j’ai eu la chance d’avoir des propositions très intéressantes, et je les ai toutes acceptées car à chaque fois elles étaient très intéressantes. Je savais que je pouvais le faire.
OB : Oui, parce que c’est vrai on te voit toujours en adolescente, l’image que nous avons toujours de toi ici, c’est celle-là, non ?
IE : Oui, le dernier film que nous avons fait récemment, Amorosa soledad, sur une fille plus âgée, a demandé un travail important. Pour moi, me détacher de…, grandir, me placer dans un autre lieu, parce que peut-être que moi, Inès, je suis grande, mais quand tu joues, c’est comme si tu allais chercher les côtés que tu connais le plus chez toi, pas les plus inconnus, c’est donc facile pour moi de jouer le rôle d’une gosse.
OB : Oui, mais avec l’âge, il va falloir changer, forcément.
IE : Oui, je crois aujourd’hui que ça devient moins facile, j’ai plus de mal à jouer les gosses, car je ne m’identifie plus autant qu’avant.
OB : Mais avec ton physique, tu peux continuer à le faire.
IE : Oui, je peux… quatorze, treize.
OB : Oui, oui, tu peux. Tout comme Nahuel. C’est pareil pour Nahuel.
IE : Oui, c’est pareil.
OB : Parce qu’il a un corps très, très…
IE : Oui, très menu, oui.
OB : Et un visage de bébé… Tu te consacres entièrement à ton métier d’actrice ? C’est toute ta vie, n’est-ce pas ?
IE : Oui, pour le moment, oui. Pas pour toujours, j’espère.
OB : Eh bien, quelles autres perspectives s’ouvrent à toi ?
IE : Je n’en ai aucune idée.
OB : Tu ne sais pas ?
IE : Je n’en ai aucune idée. Mais j’aimerais faire d’autres choses. Oui, d’autres choses.
OB : Et tu ne sais pas dans quels domaines ?
IE : Non… non. Là maintenant, des images me viennent… que je ne peux pas traduire en paroles. Ce sont des images… Bon, j’aimerais vivre à la campagne, peut-être cuisiner - j’aime beaucoup ça aussi -, j’aimerais avoir des enfants, c’est comme un autre métier.
OB : Oui, oui.
IE : Non… mais…Pour le travail, ce n’est pas encore clair pour moi, mais j’éprouve des sensations qui me poussent à faire d’autres choses, mais je ne les comprends pas. Ce sont des sortes de signaux.
OB : Bien.
IE : On verra bien.
OB : L’avenir le dira, n’est-ce pas ?
IE : Oui.
OB : Pour le moment, tu joues et tu joues, sans cesse.
IE : Pour le moment, oui, c’est ça…
OB : Et, en plus, avec les grands de ton époque.
IE : Oui.
OB : Avec quels autres cinéastes aimerais-tu travailler ?
IE : D’Argentine ou du monde entier ?
OB : De n’importe quelle partie du monde. Pourquoi se limiter ? Il n’y a aucune frontière !
IE : D’Argentine, je ne sais pas. Je voulais travailler avec Lucrecia Martel, et je l’ai fait. Voyons, du monde… eh bien, Lars Von Trier m’intéresse. Il a quelque chose qui m’intéresse. Et le directeur d’un film que j’ai beaucoup aimé, il s’appelle Lukas Modyson. Il est suédois. Et aussi, Sofia Coppola… Sofia.
OB : C’est un assez grand panorama.
IE : Assez vaste, oui.
OB : Et bien, merci beaucoup.
IE : Merci à toi.
OB : Je te souhaite bonne chance.
IE : Merci.
OB : Amuse-toi bien.
Traduction réalisée par Laurentine Insonere, Pascale Lopez et Romain Pélofi

Dans la même collection

Sur le même thème