Entretien

Entretien avec Niles Atallah (Rencontres 2011)

Réalisation : 19 mars 2011 Mise en ligne : 19 mars 2011
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Niles Atallah, cinéaste chilien-étasunien, revient sur sa formation artistique, sa trajectoire atypique, et les personnages de son film "Lucía", premier long métrage de fiction passé par "Cinéma en Construction" [festival Rencontres d'Amérique latine, Toulouse), qui cherche une esthétique de l’incommunication, montrant les barrières sociales et les vieux traumatismes d’une société qui n’offre guère d’alternative à l’isolement. La jeune femme sur qui pèsent tant de lourdeurs non dites finit par se confondre avec la vieille maison qu’elle habite, elle crée des décors surannés comme les objets qui l’entourent, au milieu des rumeurs environnantes qui ne donnent que des nouvelles qui ne l’atteignent guère, comme les obsèques de Pinochet.

Niles Atallah, cineasta chileno-estadounidense, vuelve sobre su formación artística, su trayectoria atípica, y los personajes de su película "Lucía", primer largometraje de ficción que pasó por Cine en Construcción, el que busca una estética de la incomunicación, mostrando las barreras sociales y los viejos traumas de una sociedad que no ofrece mucha alternativa al aislamiento. La joven sobre la que caen tantos pesares no nombrados termina confundiéndose con la casa en donde vive, crea decorados anticuados como los objetos que la rodean, en medio de los rumores circundantes que tan sólo dan noticas que no la atañen demasiado, como el entierro de Pinochet.

Interview : Odile Bouchet Transcription et traduction : Alexandra Gigant-Thomas et Bénédicte Delabie.

Intervenants
Thèmes
Notice
Langue :
Espagnol, castillan
Crédits
Université Toulouse II-Le Mirail SCPAM (Publication), Université Toulouse II-Le Mirail (Production), Nathalie MICHAUD (Réalisation)
Conditions d'utilisation
Tous droits réservés à l'Université Toulouse II-Le Mirail et aux auteurs.
Citer cette ressource:
UT2J. (2011, 19 mars). Entretien avec Niles Atallah (Rencontres 2011). [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/49655. (Consultée le 28 juin 2022)
Contacter
Documentation

Odile Bouchet : Niles Atallah, buenas tardes.

Niles Atallah : Buenas tardes.

O. B. : Tú traes la película Lucía al festival, ¿es tu primer largometraje de ficción?

N. A. : Sí.

O. B. : Y… ¿Pero antes tú tuviste una actuación artística muy variada, no? Instalaciones, animaciones, documentales...

N. A. : Sí.

O. B. : ¿Puedes hablar un poco de todo eso?

N. A. : Bueno. Yo estudié arte, principalmente fotografía y también pintura y entré a trabajar en cine desde la fotografía. Entonces, al comienzo, no entré, digamos, en la ruta cinematográfica convencional, donde uno va, una productora trabaja... comienza a hacer cortometrajes para hacer largos, etc. Pero yo entré más bien trabajando en lo que podía y en lo que me interesaba… y eran principalmente instalaciones y trabajos de todo tipo, porque no estaba pensando en términos de cortos o largos, entonces hice trabajos : mediometrajes, cortometrajes, animación, documental. En general, hay... me imaginé un espacio amplio, de estar haciendo un trabajo audiovisual no imaginando que estaba buscando un trabajo en un género particular, hasta que decidí realizar un largometraje de ficción, que decidí trabajar dentro de estos límites, que me parecía muy interesante.

O. B. : Sí. Y el primer nombre, Lucía, ya lo usaste en tu animación anterior, no?

N. A. : Sí. Sí. Bueno la relación es bastante... no es muy directa. Tampoco sé muy bien lo que es, no es una relación lógica, pero... yo siento que... la figura de Lucía es una presencia... invisible, en mi vida, que de alguna forma me ha inspirado en trabajar en estas historias. No sé exactamente lo que es y no lo he pensado tanto, más bien lo he seguido y siento que es una presencia que ha exigido manifestarse. Entonces lo he seguido, sí.

O. B. : Es que este primer nombre tiene un significado, no ?

N. A. : Sí. También... Eh... Bueno, hablando del cortometraje, es algo que... no lo veo muy relacionado con el largo, a pesar del hecho de que tiene alguna relación, toma lugar dentro de un espacio, donde el espacio o la habitación de este personaje está muy ligada a su vida interna. En el cortometraje, literalmente, la niña, la presencia de Lucía aparece en las paredes como dibujada y es parte del espacio mismo. Esto es algo que yo quería trabajar en el largometraje, no pensándolo de una forma lógica, lo veo ahora ya que está terminada. Pero no... tiene una relación acerca de... de alguna forma ser una historia de terror, de horror, y de fantasmas y de cosas que están enterradas, o no dichas, que están...

O. B. : Y eso en Lucía, en el largo también. Hay mucho horror que no está dicho…

N. A. : Exacto…

O. B. : O que se dice muy poco, no ?

N. A. : Sí.

O. B. : Ahora, esa estética que tú eliges de espacios hermosos y destartalados, o sea, la relación entre… bueno, lo bello y lo acabado, ¿puedes hablar un poco de ello?

N. A. : Bueno, en primer lugar, pienso que los espacios independientes de su belleza, los espacios de la casa de Lucía en el largometraje, esta casa antigua en que ella vive con su padre y que de alguna forma tiene escrita mucha historia en las paredes y en los objetos, que se ve en los rincones también, que no se ve en la película, todo lo que permanece en la oscuridad… Esto es algo que pensé y probé por aproximadamente un año, en estudios fotográficos, en la casa misma, de ver cómo podía retratar esta relación interna que Lucía tiene con su casa. En ese sentido, siento que el nombre Lucía es más bien el nombre de la casa en la película, no independiente de Lucía la mujer, Luis el padre y toda la historia que ha sucedido. Entonces esta belleza que hay en los espacios es una belleza que existe en parte por un contexto de las personas que viven allí en la historia de sus vidas. Además, la acumulación de objetos, la manera que están ordenados, el polvo, las grietas por terremotos que han sucedido a través de las décadas, todo esto crea un ambiente que yo sentí que era un ambiente espiritual, fundamentalmente…

O. B. : Sí y Lucía lo retrata bien, haciendo esa... ese montaje que tiene de flores en las paredes que es un poco como anticuado como representación para ser de ahora…

N. A. : Exacto… Es muy literal, pero siento que la…. hay... hubo un intento de… de ver cómo podríamos ver a través de los ojos de Lucía, cómo podríamos ver y escuchar la casa como ella... ella la veía, yo me imaginaba que esta casa era un especie de... bosque para ella, y también... pero artificial en el sentido que... un museo de historia natural como están presentadas, la manera que están colocadas las cosas con tanta intención, la manera que se ordenan muchos objetos de una forma tan artificial : afiches... Hay una intencionalidad que es... que representa mucha historia detrás de ello. Además y a pesar de esto, la acumulación de estas cosas a través del tiempo crea una sensación orgánica yo sentí y muy... como si las cosas... casi como si no estuvieran colocadas ahí, pero ha pasado tanto tiempo que es como que ya siempre han estado, o más bien son plantas que han crecido, son cosas naturales en ese ambiente. De alguna forma, todo tenía coherencia y sentido.

O. B. : Y... Lucía, o sea ella tiene una relación como de amor-odio con ese lugar, porque busca otro lugar, ¿a ver si fuera posible ir a otro lugar, no?

N.A. : Sí.

O.B. : Pero allí, tú nos muestras un mundo completamente aséptico, o sea la antítesis exacta... y ella tiene como esa tentación pero... ¿solamente es una tentación, no?

N. A. : Sí, yo pienso que ella en realidad no tiene los medios, quizás económicos, para poder ir.

O. B. : Es inasequible...

N. A. : Y es un deseo que nace para independizarse de este lugar que para ella representa tant… quizás buenas memorias como malas memorias también y quizás se siente encerrada en este… espacio... pero este nuevo lugar es otro tipo de encierro... y no... no representa una liberación para ella... no representa... no le entrega recursos para poder independizarse de una forma que tenga sentido y valor para su futuro.

O. B. : Yo eso no sé si está bien... es una elucubración mía, pero yo lo relacioné con el padre, el padre que es... casi autista, salvo cuando hace de Papá Noel, ahí es dicharachero, entonces yo lo vi un poco como el mismo contraste de la casa... El padre y... esas dos casas, no sé si tiene...

N. A. : Yo no pensé en esto, pero me parece que… hay mucho ahí que... La figura del padre es una figura en la película... bastante compleja, yo creo, que aparentemente parece tan superficial, no superficial pero... en... parece en la superficie parece como un mueble de la casa... como un objeto más, casi... Pero quizás cuando lo vemos vestido como el Viejito Pascuero nos damos cuenta que tiene ánimo, que tiene energía todavía... El tema quizás es como... dónde está esta energía, cómo puede salir, dónde está la vía para poder expresarse. Esa vía ha sido sofocada... ha sido, por una razón desconocida, no sabemos por qué... lo vemos y vemos a un hombre que, de alguna forma, está sin capacidad de expresarse.

O. B. : No. Y la hija se lo pide todo esto, porque le regala una pluma para escribir, le... o sea ella desea que salga de eso, y no puede...

N. A. : Ella tiene que tomar mucho también los roles que él y su madre que no está presente por alguna razón… Lucía es madre y padre y mujer y hija y tiene que cargar con mucho peso… Es una razón porque también quizás ella busca cómo salir... Lo que está a su alrededor, las opciones que existen no son muy tentadoras.

O. B. : No. Y la historia, o sea el personaje del doctor, y la historia, el pasado de Chile, entonces cómo vienen a engarzarse ahí o a dar una dinámica también, tal vez...

N. A. : Sí, yo quise demostrar lo separado que son estos mundos también, lo difícil que es acceder... Lucía y Luis están invitados a trabajar a la casa de este hombre, vestidos de una manera absurda...

O. B. : Sí, como empleados...

N. A. : Exacto, no tienen, no tienen... no hay una vía directa a poder dialogar con este otro Chile, ellos están sujetos a la invitación de él, y cuando están ahí en su casa, están implícitamente... están sujetos al orden y a las reglas de su casa... Ellos son los invitados en ese sentido. Hay una dinámica de poder bastante unilateral... Y siento que... esta dinámica es algo que me interesaba mucho explorar porque en el Chile que conozco yo, que no hablo por todos los chilenos y todo Chile, pero lo que yo he conocido... esto es algo bastante palpable, se siente en la misma geografía de la ciudad...

O. B. : ¿Hay incomunicación entre las partes, no?

N. A. : Sí, de la ciudad en Santiago y… y hay mucha que está desligada y segregada y separada, hay mucho que tiene que… que quizás juntarse… ¿Cómo se junta y cómo se puede crear estos lazos? No sé. En la película, no hay soluciones en ese sentido... Se presenta con una… realidad ficticia de algunas personas y ellos están sujetos a... No pueden salir de esos límites.

O. B. : Ahora... hay... otra parte que me interesa, que es la cinta de sonido... ¿Puedes hablar un poco de ella porque es bastante notable, no?

N. A. : Sí. Sí, eso es algo lamentablemente que muchas personas no hablan de eso y no preguntan, entonces me alegro que has preguntado porque el sonido en la película… me parece que… bueno, de parte del diseñador de sonido, Roberto Espinoza, hizo un trabajo bastante largo conmigo y le di muchísima libertad también de proponer, de encontrar caminos que yo jamás hubiera pensado, entonces él, él… yo tenía una idea de... que las imágenes que yo estaba explorando, la manera que… que estaba fotografiando la casa, que en la película fue la casa de Lucía, los sonidos que se escuchan en esta casa también, mientras yo estaba ahí fotografiando y pasando mucho tiempo solo en el lugar, fue muy presente en el desarrollo de la película y la historia misma, cómo retratar también estos sonidos y cómo asegurar que el mundo sonoro fuera algo que complementara y potenciara todo el mundo visual y que no fuera un anexo, no fuera algo... jerárquicamente de menor importancia pero que tuviera una presencia muy importante. Y Roberto fue más lejos de lo que yo me imaginaba y creó un diseño sonido de comienzo a fin de la película entera, que me parece que es perfecta… es coherente, y hace… en el contexto de la película… y hace que la película tenga unidad, siento… y que retrata muy bien la manera que este mundo interno y espiritual de Lucía, unida con la casa, siendo la misma, entrelaza con su vida cotidiana y a veces es indistinguible.

O. B. : Sí, sí… ¿Hay una adecuación muy grande entre todas las partes, no? La de la calle, la de la… la de la fiesta de Navidad, la de la televisión obsesiva, siempre ese trasfondo, es importante también, como una obsesión, ¿no? ese ruido...

N. A. : La casa... yo siento que la película es bastante ruidosa en ese sentido, de una forma muy positiva, que no es una película silenciosa, o que... a pesar de que a veces no hay mucho diálogo, en algunas escenas, siempre hay sonidos, y hay muchos sonidos... Siempre hay diálogos sucediendo con los vecinos, con la gente que se escucha, que habita en el mismo lugar, pero que queda siempre fuera de cuadro, de las radios y las televisiones que se escuchan en la distancia, que están... que son canales para el mundo exterior y el mundo sociopolítico que está llegando, entrando en esta vida íntima y personal de los personajes... Es una forma que entra sin análisis y sin reflexión a nivel de diálogo... Los personajes no están… a pesar del hecho de que ven el funeral de Pinochet en la televisión, no lo comentan cuando están tomando té, es algo que tiene que ver con el mundo exterior, ha afectado sus vidas de alguna forma, pero ¿cómo eso manifiesta en el momento?, es... no... los personajes no saben...

O. B. : No, ni siquiera reaccionan cuando ven que es el señor donde van a pasar la Navidad...

N. A. : Exacto.

O. B. : Él que aparece...

N. A. : Sí...

O. B. : Les es indiferente, ¿no?

N. A. : Hay una cosa que me ha dicho alguien de la generación del padre - Luis en la película - que algo que le afectó mucho a él, de ver en sus hijos también, después de la dictadura en Chile, era una falta de asombro... y la falta de... esta falta de asombro quizás ligada a la manera que los sueños se... quedaron aplastados, y el horror y el dolor, y los traumas que sufrían una cierta población de personas... fueron completamente enterradas, desaparecidas, segregadas, no hubo comunicación entre las partes también... entonces no hubo un momento de congregarse, reflexionar, debatir, dialogar, y digerir qué es exactamente lo que pasaba, son cosas que al final de cuentas se esconden como fantasmas en los rincones debajo de las camas y en los closets y hechizan a los personajes…

O. B. : Tal vez eso requiera más tiempo también.

N. A. : Sí.

O. B. : Ese tipo de reflexión...

N. A. : Sí.

O. B. : Bueno, yo creo que lo vamos a dejar así, espero que tengas un muy buen festival aquí en Toulouse y muchas gracias.

N. A. : Gracias a ti.

Transcription : Bénédicte Delabie et Alexandra Gigant-Thomas.

,

Odile Bouchet : Niles Atallah, bonjour.

Niles Atallah : Bonjour.

O.B. : Vous présentez le film Lucía au festival, c’est votre premier long-métrage de fiction ?

N.A. : Oui.

O.B. : Et… Mais auparavant, vous avez travaillé dans différents domaines artistiques, il me semble ? Des installations, des animations, des documentaires...

N.A. : Tout à fait.

O.B. : Vous pouvez nous en dire un peu plus ?

N.A. : Eh bien, j’ai étudié l’art, essentiellement la photo et également la peinture, puis j’ai intégré le milieu du cinéma en partant de la photographie. En fait, au début, disons que je n’ai pas emprunté le chemin traditionnel, je n’ai pas collaboré avec une maison de production… je n’ai pas commencé à réaliser des courts-métrages pour m’orienter vers des longs etc. Mais j’ai plutôt commencé par travailler dans ce que je pouvais et ce qui m’intéressait… il s’agissait surtout d’installations et autres œuvres, car je ne me posais pas la question de savoir si j’allais faire des courts ou des longs, j’ai donc fait des moyens métrages, des courts-métrages, de l'animation et du documentaire. En général, il y a... j'ai imaginé un vaste espace, j'ai travaillé sur un projet audiovisuel sans imaginer que j'allais chercher un travail dans un genre particulier, jusqu’à décider de réaliser un long-métrage de type fiction où je me suis fixé ces limites, ce qui m’a paru intéressant.

O.B. : D’accord. Et le prénom, Lucía, vous l'avez déjà utilisé dans un précédent film d’animation, non ?

N.A. : Oui, oui. Disons que la relation est assez… elle n’est pas vraiment directe. Je ne saurais pas le définir avec précision, ce n’est pas une relation logique, mais… je sens que… le personnage de Lucía est une présence… invisible, dans ma vie, qui m’a en quelque sorte inspiré pour travailler sur ces histoires. Je ne sais pas exactement ce dont il s'agit et je n’y ai pas réfléchi plus que ça, c’est plutôt quelque chose que j’ai suivi et je pense que cette présence s'est imposée. Donc, je l'ai suivie, oui.

O.B. : En fait, ce prénom a une signification, n’est-ce pas ?

N.A. : En effet. Et puis, euh… Eh bien, pour ce qui est du court-métrage, c'est... je ne vois pas bien de lien avec le long, quoi qu'en quelque sorte, si, il se déroule à l'intérieur d'un espace, et cet l'espace ou la chambre du personnage a beaucoup à voir avec sa vie intérieure. Dans le court-métrage, littéralement, l’enfant, la présence de Lucía figure comme dessinée sur les murs et fait partie intégrante de l’espace. C’est ce sur quoi je voulais travailler sur le long-métrage, sans l'envisager sous une forme logique, je m’en rends compte avec le recul. Mais ce n’est pas… il y a un lien à propos de… d’une espèce d’histoire de terreur, d'horreur et de fantômes et de choses enterrées ou non dites, qui sont...

O.B. : Pareil pour Lucía, dans le long également. Il y a beaucoup d’horreur non dite…

N.A. : Exactement…

O.B. : Ou alors, très peu dite , non ?

N.A. : C’est cela.

O.B. : Et cette esthétique que tu choisis, avec des espaces beaux et délabrés, c’est-à-dire la relation entre… le beau et le révolu, tu peux nous en parler un peu ?

N.A. : Eh bien, tout d’abord, je pense que les espaces, indépendamment de leur beauté, les espaces de la maison de Lucía dans le long-métrage, cette vieille maison dans laquelle elle vit avec son père, et dont les murs et les objets sont chargés d'histoire, ce qui se ressent également dans les coins, et n'apparaît pas dans le film, tout ce qui reste dans l’ombre… c’est quelque chose que j’ai mûri et expérimenté pendant près d’un an, à travers des études photographiques, dans cette même maison, j'ai cherché comment dépeindre cette relation intérieure que Lucía entretient avec sa maison. En ce sens, je pense que dans le film, le prénom Lucía correspond plutôt à la maison, sans être étranger à Lucía la femme, Luis le père et toute l’histoire. En somme, cette beauté dans les espaces est une beauté due en partie à un contexte caractérisé par les personnes y habitant au cours de leur vie. En outre, l'accumulation d'objets, la manière dont ils sont rangés, la poussière, les fissures causées par les séismes survenus au fil des décennies, tout cela crée une atmosphère que j’ai voulue spirituelle, fondamentalement…

O.B. : Oui, et Lucía le dépeint bien, avec cette… ce montage de fleurs qu’elle a sur les murs, une représentation un peu trop démodée pour être faite maintenant…

N.A. : C’est exact… C’est très littéral, mais je pense que la… il y a… on a tenté de montrer comment on pourrait voir à travers les yeux de Lucía, comment on pourrait regarder et écouter la maison comme elle… elle la voyait, j’imaginais que cette maison était une espèce de… forêt pour elle, et aussi… mais artificielle, en ce sens que… les choses sont présentées comme dans un musée d’histoire naturelle, posées avec une telle intention, la manière si artificielle dont de nombreux objets sont rangés : affiches… Il y a une intentionnalité qui est… qui renferme beaucoup d’histoire. De plus, et malgré cela, l’accumulation de ces choses au fil du temps crée une sensation organique que j’ai éprouvée, très… comme si les choses… presque comme si elles n’étaient pas posées là, mais tant de temps s’est écoulé que c’est comme si elles avaient toujours été là, ou plutôt comme s'il s’agissait de plantes qui auraient poussé, ce sont des choses naturelles dans cet univers. D’une certaine façon, tout était cohérent et avait du sens.

O.B. : Et… Lucía, elle, vit une relation d’amour-haine avec ce lieu, parce qu'elle en cherche un autre, pour voir s’il lui serait possible d’aller ailleurs, c’est ça ?

N.A. : Oui.

O.B. : Mais là, tu nous montres là un monde totalement aseptisé, soit la parfaite antithèse... et elle est tentée mais... ce n'est qu'une tentation, me semble-t-il ?

N.A. : Oui, je pense qu’en réalité, elle n’a pas les moyens, sans doute financiers, pour pouvoir s’y rendre.

O.B. : C’est hors de portée…

N.A. : Et c’est un désir qui naît pour s’émanciper de ce lieu qui à ses yeux représente peut-être… autant de bons souvenirs que de mauvais, et peut-être se sent-elle enfermée dans cet espace… mais ce nouveau lieu est un autre type d’enfermement… et ne… ne représente pas une libération pour elle… il ne représente pas… ne lui fournit pas de ressources pour pouvoir s’émanciper d'une façon sensée et qui ait de la valeur pour son avenir.

O. B. : Je ne sais pas si c’est pertinent… c’est une de mes élucubrations, mais moi je l’ai mis en parallèle avec le père, le père qui est… quasi autiste, sauf quand il joue le Père Noël, là il est volubile, ce qui fait que je l’ai vu un peu comme le contraste de la maison… Le père et… ces deux maisons, j’ignore si c’est…

N. A. : Je n’y avais pas pensé, cependant il me semble qu’il y a là beaucoup… Le personnage du père est une figure du film… qui est assez complexe, je crois, en apparence si superficielle, pas superficielle, mais... dans… il semble a priori être l'un des meubles de la maison… comme un objet de plus, presque... Mais peut-être que quand on le voit déguisé en Père Noël, on se rend compte qu'il a de l’enthousiasme, qu'il lui reste de l'énergie... La question est peut-être... où se trouve cette énergie, comment elle peut sortir, quel chemin emprunter pour pouvoir s’exprimer ?... ce chemin a été condamné… pour une raison qu’on ignore, on ne sait pas pourquoi… on le voit et on voit un homme qui, en quelque sorte, est incapable de s’exprimer.

O. B. : Et sa fille est en demande, puisqu’elle lui offre un stylo pour écrire, elle lui… enfin, elle veut qu’il en sorte, et il ne peut pas…

N. A. : Elle doit aussi beaucoup assumer les rôles que lui et la mère, absente pour une raison inconnue… Lucía est la mère et le père et la femme et la fille et a un lourd fardeau à porter… C’est aussi la raison pour laquelle elle cherche une issue… Ce qui l’entoure, les options qui existent ne sont pas très attrayantes.

O. B. : Non. Comment l’intrigue, le personnage du docteur, et l’histoire, le passé du Chili s’imbriquent ici et donnent également une dynamique, peut-être...

N. A. : Oui, j’ai voulu démontrer le fossé qui sépare ces mondes, combien il est difficile d’y avoir accès… Lucía et Luis sont appelés à travailler chez cet homme, dans un accoutrement absurde…

O. B. : Oui, en tant qu’employés…

N. A. : Exact, ils n’ont pas, ils n’ont pas… il n’y a pas de chemin direct qui mène au dialogue avec cet autre Chili, ils sont assujettis à son invitation, et lorsqu’ils sont chez lui, ils sont implicitement… ils sont soumis à l’ordre et aux règles de sa maison… C’est dans cette optique qu’ils sont conviés. Il existe une dynamique de pouvoir assez unilatérale. Et je pense que… cela m'intéressait beaucoup d'étudier cette dynamique car le Chili que je connais, sans m'exprimer au nom de tous les Chiliens ni de tout le Chili, mais de ce que j'ai connu... c'est quelque chose d'assez palpable... cela se ressent jusque dans la géographie de la ville…

O.B. : Il existe un manque de communication entre les parties ?

N. A. : Oui, dans la ville de Santiago et… et une grande partie de la population est désunie, mise à l'écart, séparée, beaucoup doivent... peut-être se rassembler... Comment peuvent-ils le faire et comment créer ces liens ? Je l'ignore. Dans le film, il n'y a pas de solutions allant dans ce sens... Cela se présente comme la réalité fictive de quelques personnes, soumises à… Elles ne peuvent dépasser ces limites.

O. B. : À présent… il y a… un autre aspect qui m’intéresse, la bande-son… Vous pouvez nous en parler un peu, car elle est plutôt remarquable, non ?

N. A. : Oui. Effectivement, il est regrettable que peu de personnes en parlent et ne posent pas la question, je suis donc ravi que vous la posiez, parce que le son dans le film... il me semble que... eh bien, le concepteur son, Roberto Espinoza, a accompli un travail énorme à mes côtés et je lui ai également laissé une grande liberté de proposer, de trouver des chemins auxquels je n’aurais jamais pensé, et donc lui, lui… j'avais dans l’idée de... que les images que j'étudiais, la manière dont... dont je photographiais la maison, celle de Lucía dans le film, les sons qu'on entend dans cette maison également, alors que j’y étais à prendre des photos, pendant longtemps seul dans ces lieux, tout cela a été très présent dans le déroulement du film et de l’intrigue en elle-même, comment dépeindre également ces sons et comment s’assurer que l'environnement sonore vienne compléter et renforcer tout l’environnement visuel sans en être une annexe, sans être quelque chose de… hiérarchiquement moins important, mais tenant une place très importante. Et Roberto est allé bien au-delà de ce que j’imaginais, en créant un concept sonore du début à la fin du film, qui à mes yeux convient parfaitement… c’est cohérent, et cela donne… dans le contexte du film… cela donne une unité au film, je pense… y cela dépeint très bien ce monde intérieur et spirituel de Lucía, si liée à la maison, qu’elle se confond avec elle, mêlée à sa vie quotidienne et parfois on ne peut plus les distinguer l’une de l’autre.

O. B. : Oui, oui… Il existe une très grande adéquation entre toutes les parties, non ? Celle de la rue, celle de la… fête de Noël, celle de la télévision obsessionnelle, toujours en bruit de fond, c’est important aussi, c’est comme une obsession, non ? Ce bruit…

N. A. : La maison… je pense que le film est assez bruyant, j’entends, de façon très positive, ce n’est pas un film silencieux, ou… même si parfois il y a peu de dialogues, dans certaines scènes, il y a toujours des sons, et il y a beaucoup de sons… Il y a toujours des dialogues avec les voisins, avec les gens qu’on entend, qui habitent là aussi, mais qui sont toujours hors-champ, des radios et des télévisions qu’on écoute à distance, qui sont… qui sont des canaux pour le monde extérieur et le monde sociopolitique qui arrive, qui pénètre dans la vie intime et personnelle des personnages… C’est une forme qui entre sans se provoquer d’analyse ni de réflexion au niveau du dialogue… Les personnages ne sont pas… en dépit du fait qu’ils voient les obsèques de Pinochet à la télévision, ils ne font aucun commentaire en prenant le thé, c'est quelque chose qui a à voir avec le monde extérieur, cela a affecté leur vie dans une certaine mesure, mais comment cela se manifeste sur le moment, c’est… cela que… les personnages ne savent pas…

O.B. : Non, ils ne réagissent même pas quand ils voient que c’est le monsieur chez qui ils vont passer Noël…

N. A. : Exactement.

O.B. : Celui qu’on voit apparaître…

N. A. : Oui…

O. B. : Ça leur est égal, en fait ?

N. A. : Quelqu’un de la même génération que le père – Luis dans le film – m’a dit que ce qui l’a beaucoup affecté, c’est de constater, même chez ses enfants, après la dictature chilienne, un manque d’étonnement… et le manque de… ce manque d’étonnement peut-être lié à la manière dont les rêves ont été… écrasés, et l'horreur, et la douleur, et les traumatismes subis par une certaine catégorie de personnes... ils ont été totalement enterrés, ont disparu, ont été mises à l’écart, il n’y a pas eu non plus de communication entre les parties… il n’y a donc pas eu un moment pour se réunir, réfléchir, débattre, dialoguer, et digérer ce qui s’est vraiment passé, ce sont des choses qui en fin de compte sont cachées, comme des fantômes, dans les coins, sous les lits et dans les placards, et qui ensorcellent personnages…

O. B. : Peut-être que tout cela nécessite un peu de temps également.

N. A. : Oui.

O. B. : Ce genre de réflexion…

N. A. : Bien sûr.

O. B. : Bon, je crois qu’on va s’arrêter là, j’espère que vous profiterez bien du festival, ici, à Toulouse, et merci beaucoup.

N. A. : Merci à vous.

Traduction : Alexandra Gigant-Thomas et Bénédicte Delabie.

ARCALT

Association Rencontres Cinémas d'Amérique Latine de Toulouse

Dans la même collection

Sur le même thème