Entretien

Entretien avec Pablo Larrain (Rencontres 2009)

Réalisation : 22 mars 2009 Mise en ligne : 22 mars 2009
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Le cinéaste chilien Pablo Larraín présente son film "Tony Manero", projeté dans la catégorie Cinéma en Construction lors des Rencontres des Cinémas d'Amérique latine de Toulouse, ce qui lui a ouvert la voie vers Cannes.  Le rôle principal est tenu par un grand acteur du théâtre chilien, dont le rôle est une métaphore de la situation du pays à l’époque de la dictature, et l’obsession préfigure la dépendance culturelle ouverte par le changement brutal de régime. Le cinéma chilien, très diversifié dans ses choix, est dans une des périodes les plus fructifères de son histoire. Entretien réalisé dans le cadre des 21ème Rencontres Cinémas d'Amérique latine de Toulouse.

Intervenants
Thèmes
Notice
Langue :
Espagnol, castillan
Crédits
Jean JIMENEZ (Réalisation), Université Toulouse II-Le Mirail SCPAM (Publication), Université Toulouse II-Le Mirail (Production)
Conditions d'utilisation
Tous droits réservés à l'Université Toulouse II-Le Mirail et aux auteurs.
Citer cette ressource:
UT2J. (2009, 22 mars). Entretien avec Pablo Larrain (Rencontres 2009). [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/42207. (Consultée le 28 juin 2022)
Contacter
Documentation

Odile Bouchet : Pablo Larraín, cineasta chileno, traes este año tu Tony Manero que pasó por Cine en construcción. ¿Nos puede hablar un poco de tu... de ese caminar? Pues…

Pablo Larraín : Del recorrido, claro. La película se filmó… se filmó en octubre 2007. Claro… Y luego, fuimos, partimos, todavía se editó. Y después la mandamos para acá, para Cine en construcción y, bueno, quedamos. Vinimos y tuvimos la…suerte de ganarle, el Cine en construcción, y estuvo muy bueno porque como, no sé, la primera… fue la primera gran ventana de la película. En términos de exposición, de apoyo… Y después de eso, pasaron un montón de cosas muy positivas en la película. Después, part… fuimos a la Quincena en Cannes, la Quincena de realizadores…y después de eso, ha venido un especie como de “tour” por el mundo, con toda la película, la película en muchos países, estrenos, festivales… Es bien interesante… bastante largo, y yo creo que se acaba en algún minuto.

O.B. : Sí pero, bueno, eso es señal de buena salud.

P.L. : Sí, no, lo vivo muy positivamente, muy positivamente. Sí, no, sí, una experiencia increíble.

O.B. : Sí porque ese personaje es un poco particular, ¿no?

P.L. : Sí…

O.B. : El actor es también… es un gran actor, ¿no? ese señor.

P.L. : Ese Señor es un buen actor, por supuesto. Además, es un gran profesor también. Él es un académico muy destacado que trabajó mientras trabajaba como actor en su carrera… Mientras trabajaba como actor en su carrera… fue un docente sobre todo en la UCAE. Y ahora, en sólo cinco años, puso su propia escuela que se llama Escuela de taller de memoria, donde van todos los actores ya profesionales o directores a tener ahí sus seminarios que duran uno o dos años. Entonces, es un tipo que formaba a mucha gente, una…como un icono digamos del teatro, fundamentalmente.

O.B. : Del teatro…

P.L. : Y tuvo una carrera en teatro siempre muy… muy fructifera. Pero no había actuado en cine, nunca.

O.B. : Ya, pero aquí, o sea en tu película, está como a caballo entre los dos.

P.L. : No, yo…

O.B. : Porque el primer que tiene…

P.L. : No, creo que ahí hay una actuación absolutamente de cine, o sea normalmente el teatro es una… es una actividad de físico y la voz, ¿no? Debe narrar todo. Aquí lo que hicimos fue… hacer un personaje chejoviano, en el sentido de está todo contraído. Un personaje más simbólico, ¿no? Que tiende a no expresar nada. Y resulta entonces un misterio en torno a su presencia. Entonces… Nada… Ya, voy a hacer otra pelicula con él, así que…

O.B. : Ah sí.

P.L. : Sí, tenemos, armamos una sociedad que, espero siga funcionando tan bien como hasta ahora. Pero, como te digo, él es como una especie de maestro, me hizo clases a mí…

O.B. : Eso está bien.

P.L. : Entonces fue un privilegio pues trabajar con él para mí.

O.B. : Sí, por supuesto. Ahora para lo que cuentas dentro de la película, o sea, me puede hablar un poco de la relación que hay entre la violencia de ese personaje central y la violencia del mundo, del entorno.

P.L. : Sí. De aquel mundo, yo diría del país, ¿no?

O.B. : ¿Del país? Bueno, ese mundo en el que se mueve él, digo.

P.L. : Claro. El personaje en fondo opera como una… como una pequeña metáfora… de la situación de Chile en esos días. Yo… diría yo en dos niveles. Primero… en el nivel de la violencia, es decir, su comportamiento es también el comportamiento de un régimen ¿no? Su impunidad, su brutalidad, su falta de sentido es también el comportamiento de un régimen, ¿no? Que quiere imponer, y que se comporta de una manera absolutamente agresiva. Eso de un lado. Y del otro lado… En el segundo nivel, yo diría que está el anhelo de importar un…un modelo cultural de una manera abrupta y a cualquier costo, ¿no? Entonces… Estamos hablando de un país que está en un momento que cambió de un proyecto socialista que era liderado por Salvador Allende, luego el golpe de estado, y llega Pinochet, impone un clima de violencia. Y además de eso, impone un sistema socioeconómico capitalista de un día para otro. Y eso, pues es un "shock", ¿no? Entonces, hay un anhelo social de instaurar un modelo que no es nuestro. Y se importa muy brutalmente. Y eso, es un poco lo que hace el personaje también, anhelar parecerse a un personaje de la cultura americana, ¿no? Entonces, son... es como un poco la historia de mi país, un poco, ¿no? Y que bajo una perspectiva, diría yo, artística, se podría desprender que su comportamiento es también el comportamiento de la nación, creo yo.

O.B. : Ya. De, por lo menos, una parte de esa nación.

P.L. : Por supuesto, sí. De una parte. Lógico. Sí.

O.B. : Pero, pintas un medio social bastante oscuro, ¿no? O sea ese universo de ese teatrillo, todo eso es bastante oscuro, ¿no?

P.L. : Sí, yo… Yo no… no diría que ese universo social era todo el universo de Chile. Obviamente habían distintos otros contextos, ¿no? Había una situación un poco más optimista. Y pues, también había otras bastante peores. Entonces, yo diría que se situa en un solo lugar y por eso que la película no intenta ser un... un tratado, digamos, de la situación social de Chile. Es sólo la perspectiva de unos personajes tomados con el punto de vista de un grupo de artistas que decidieron… que decidimos hacer algo respecto a eso, pero no pretende ser un... como te digo, algo… algo completo de como era Chile. No es un discurso ya de “es así” tan…

O.B. : Ni se entiende así.

P.L. : Qué bueno, qué bueno. Porque la verdad es que es como una… un micro… micromundo…

O.B. : Sí, se entiende más como telón de fondo o sea…

P.L. : Claro.

O.B. : Un actuar dentro de un medio que en ese momento era así.

P.L. : Claro. Pero también, lo que yo creo que es interesante es que esto es como el iceberg, ¿no? Que tú ves sólo la punta y el espectador completa lo que no se ve, lo que está bajo el agua. No sabe de qué tamaño ni de qué forma tiene, pero sabe que es mucho más grande abajo, de lo que está viendo.

O.B. : Sí, sí. Bueno. Y para hablar un poco de tu situación como cineasta dentro de tu país. Porque está cambiando la situación del cine chileno últimamente, ¿no?

P.L. : Está cambiando muy positivamente.

O.B. : Bueno. Esto me parece.

P.L. : Sí, están pasando cosas que yo creo que son muy buenas en general. En Chile, hoy día, hay un… hay un… no sé, un reflorecimiento, se podría decir así, no sé, del cine. Hay una actividad cinematográfica muy… muy potente, muy sana. Hay muchos realizadores nuevos que, sumados a los... a las generaciones mayores, hacen que Chile tiene una masa de directores y de productores y de gente haciendo cine… bastante grande. Hay que pensar que nosotros… en la decada de noventa, yo diría que en Chile se estrenaron películas chilenas… Unas…entre seis y ocho al año.

O.B. : Y eso está bien.

P.L. : Y el año pasado, filmaron veinticuatro. O sea hay…hay un crecimiento progresivo bastante notable, y lo que es muy interesante, creo yo, es que… es la diversidad tematica de las películas. O sea, el año pasado, estrenaron películas que… habían películas de zombies. Películas de artes marciales. Películas sumamente contemplativas, o sea un cine de arte muy, muy duro en ese sentido. Y… Después, comedias, digamos, no… y después, películas que están… que son tal vez más difíciles de clasificar como Tony Manero o La Buena Vida de Andrés Wood o, ¿qué sé yo? Y más allá de lo que yo piense de las películas cualitativamente… lo que sí sé, y es algo, lo sé… lo sé porque es… porque lo veo… es que las películas están dando la vuelta al mundo, claro. En todas partes, siempre un director que tuvo un premio aquí o de allá o había un festival que se… Entonces, está… está bueno porque, de alguna manera, es lo que hicieron los Argentinos hace un tiempo, verdad, que salen en masa hacia afuera. Y hay algunas cosas en común y otras no tanto. Y eso me parece, bien valioso.

O.B. : Bueno y ¿el público acude?

P.L. : Sí, la, la, la, la... El problema es que la taquilla, o sea la cantidad de gente chilena que va a ver cine chileno es la misma que en los últimos quince años. Pero, el problema es que ha aumentado la cantidad de películas. Entonces, esa torta se reparte entre más comensales. Por lo tanto va menos gente a ver las películas. Entonces, hay tal vez una falta de sincronía entre los realizadores y el público, que ya habrá que ir mejorando en el tiempo y ver, empezar a comprender qué es lo que el público quiere ver, claramente.

O.B. : Sí, de eso se quejan muchos, ¿no? De que el público no va, por razones diferentes, ¿no? Según los países que… falta de dinero…

P.L. : Pero, sí, obviamente…

O.B. : Falta… Hay una especie de esnobismo como local, ¿no? No ver lo nacional.

P.L. : Sí. Bueno, se podrá denominar así. Yo también creo que hay algunos elementos que son importantes, que el…el cine en muchos países es comprendido como un espacio de entretensión y muchas de las películas que están haciendo… no están hechas por quienes las realizan como una cosa de entretensión, ¿no? Tiene también el aspecto cultural e ideológico, artístico, no sé. Entonces, ahí se produce la falta de sincronía, diría yo, porque igual sí que cuando se estrena a… no tengo idea… Batman o James Bond, las salas se llenan y se da vuelta al país para ir a ver esa película.

O.B. : Eso no es especial de Latinoamérica… Acá es igual.

P.L. : No, por eso te digo... Por eso te digo, pasa en todas partes. Sé, la diferencia es que en Francia, usted tiene lo que es increíble y único en el mundo, que la mitad de la asistencia a la sala es de película francesa. El cincuenta por ciento de los… de los franceses… del total de los franceses… van al cine. Y eso es…

O.B. : Sí, pero también es una cuestión de relación económica. Pienso que con la crisis, va a ir menos gente al cine. Lógicamente…

P.L. : No, lo que digo que… Del cien por ciento de… Me explico mal. Del cien por ciento de gente que va a cine, la mitad va a ver películas francesas. Eso es increíble. Nosotros, no pasamos del quince por ciento.

O.B. : Ya.

P.L. : Y en Chile… y en Norteamérica tampoco. Entonces… Y claro, sí, sé mucho que tenemos que mejorar las leyes para tener protección de pantalla y qué sé yo. Y estoy de acuerdo con eso, hay que hacerlo. Pero también, hay que mirar que la Argentina tiene leyes super complejas, en apoyo al cine argentino. E igual, a Lisandro Alonso lo van a ver seiscientas personas, y a la Lucrecia Martel, le van no sé cuantos miles pero no mucho. O sea las películas de ellos se ven mucho más fuera de la Argentina que en Argentina, sin duda.

O.B. : Sí, eso es así. Es un poco así también para… o sea… ustedes tienen poco acceso al cine del resto de Latinoamérica, ¿no?

P.L. : Poco. ¿En sala? O sea…nada. Yo creo que de la Argentina llegará a una al año.

O.B. : Sí, es muy poco.

P.L. : Hay ola de películas argentinas que veo… las veo en DVD o fuera de Chile. Pero, ir al cine, a ver películas argentinas o brasileras o peruanas o mexicanas… será una película de Cuarón o de Iñárritu.

O.B. : Claro

P.L. : Es probable que no…

O.B. : Que no llegue.

P.L. : Que no llegue. Claro. También pasa que hay festivales de cine ahora.

O.B. : Sí.

P.L. : Que están buenos, tan potenciados.

O.B. : Bueno, historicamente, Viña del Mar siempre ha sido importante, no?

P.L. : Claro, sí. Pero yo diría que ahora los festivales que están trabajando con más fuerza son dos. El festival de Cine Valdivia, que es un festival que está en el Sur de Chile, que es un lugar muy bonito y que está hecho para gente que… tiene un interés cinematográfico muy especial y, por distintas razones, provoca que la gente quiere ir. Entonces, se produce algo similar a lo que pasa aquí que es la comunidad cinéfila que va a ver cine a Valdivia. Y después también, últimamente, toma mucha fuerza el festival de cine Santiago, el SanFic, que tiene sólo cuatro ediciones, que van a hacer la quinta. Y cada año, aumentan la cantidad de películas, la cantidad de gente que va. Y eso está… está bien porque es un lugar donde pueden ver películas que, de otra manera, no verían, no? Y eso ocurre.

O.B. : Ya.

P.L. : Y eso es muy interesante.

O.B. : Sí, sí, claro. Y eso también fomenta un centro muy activo…

P.L. : Claro.

O.B. : Y de intercambio de ideas.

P.L. : Exactamente. Y hay debates, foros, seminarios, aparte de las películas.

O.B. : Bueno, pues, muchas gracias.

P.L. : Gracias a ustedes.

O.B. : Qué la pases bien.

P.L. : Estamos en eso. Gracias.

Transcription réalisée par Baptiste Largillière et Pauline Loffredo

,

Odile Bouchet : Pablo Larraín, cinéaste chilien, tu présentes cette année Tony Manero qui est passé à Cinéma en Construction. Peux-tu nous parler un peu de ton…de ce parcours ?

Pablo Larraín : Du parcours, oui, bien sûr. Le film a été tourné… en octobre 2007. Après, on est allés, on a démarré, il était encore en cours de montage. Puis, on l’a envoyé pour Cinéma en Construction et voilà. On est venus et on a eu la…. chance de remporter Cinéma en Construction, et ça a été génial parce que... Je ne sais pas… Ça a été le premier vrai tremplin du film. En termes de présentation, de soutien… Ensuite, il s’est passé plein de choses très positives pour le film. On est allés à la Quinzaine de Cannes, la Quinzaine des réalisateurs… Après ça, il y a eu une sorte de tournée mondiale, avec le film dans de nombreux pays, des premières, des festivals… Vraiment intéressante… Assez longue. Et je crois qu’à un moment donné, ça finit par s’arrêter.

O.B. : Oui mais c’est plutôt bon signe.

P.L. : Oui, je le vis très bien, très, très bien. Oui, c’est une expérience incroyable.

O.B. : Oui parce que ce personnage est un peu particulier, non ?

P.L. : Oui…

O.B. : L’acteur aussi… C’est un grand acteur, non ? Ce monsieur.

P.L. : Ce monsieur est un bon acteur, assurément. Et c’est un grand professeur également. C’est un professeur remarquable, qui a travaillé en parallèle de sa carrière d’acteur… Il a surtout enseigné à la UCAE. Et à présent, en cinq ans à peine, il a fondé sa propre école, une école d’ateliers de mémoire, où acteurs professionnels et metteurs en scène assistent à ses séminaires d’un ou deux ans. C’est donc un type qui a formé beaucoup de gens, comme… une icône du théâtre, au fond.

O.B. : Du théâtre…

P.L. : Sa carrière au théâtre a toujours été très… très brillante. Mais il n’avait jamais joué au cinéma, jamais.

O.B. : Oui mais, dans ton film, il est à cheval entre les deux.

P.L. : Non, je…

O.B. : Parce que le premier qui a…

P.L. : Non, je pense qu’ici, il s’agit uniquement de cinéma. Normalement, le théâtre est une…activité qui mêle le corps et la voix, non ? Il doit tout raconter. Ici, on a…créé un personnage à la Tchekhov, dans le sens où il est complètement renfermé. Un personnage plus symbolique, non ? Qui a tendance à ne rien exprimer. Du coup, un mystère plane autour de sa présence. Enfin voilà… Je vais faire un autre film avec lui, alors...

O.B. : Ah oui.

P.L. : Oui, nous avons… Nous avons monté une société qui, je l’espère, continuera à fonctionner aussi bien qu’elle l’a fait jusqu’à présent. Mais, comme je te dis, c’est une sorte de maître, j’ai suivi ses cours…

O.B. : C’est bien, ça.

P.L. : Pour moi, ça a été un privilège de travailler pour lui.

O.B. : Oui, c’est sûr. Et maintenant, pour ce qui est du contenu de ton film, pourrais-tu me parler un peu de la relation qui existe entre la violence du personnage principal et la violence du monde, du milieu qui l’entoure ?

P.L. : Oui. De ce monde-là, je parlerais plutôt du pays, non ?

O.B. : Du pays ? Enfin, de ce monde dans lequel il évolue.

P.L. : Bien sûr. Au fond, le personnage fonctionne comme une… comme une petite métaphore… de la situation d’alors au Chili. Je… dirais, sur deux plans. Le premier, celui de la violence, c’est-à-dire que son comportement est aussi celui d’un régime, non ? Son impunité, sa brutalité, son manque de sens, ça correspond aussi au comportement d'un régime… qui veut imposer, et qui agit avec une totale agressivité. Il y a ça d'un côté. Et de l'autre... Sur le second plan, je dirais qu’il y a le désir d’importer un… un modèle culturel d'une façon abrupte et à tout prix, non ? Nous parlons d’un pays qui, à ce moment-là, est passé d’un projet socialiste, mené par Salvador Allende, à Pinochet, après le coup d’état, qui impose un climat de violence. Il impose également un système socio-économique capitaliste du jour au lendemain. Et ça a été un choc. Il y a donc un désir social d’instaurer un modèle différent du nôtre. Et d’une manière très brutale. C'est un peu ce que fait le personnage également, il aspire à ressembler à un personnage de la culture américaine, non ? Donc c’est... c’est un peu l'histoire de mon pays... qui, d'un point de vue, je dirais, artistique, on pourrait en déduire que son comportement est également celui de la nation, je crois.

O.B. : Oui ou du moins, d'une partie de cette nation.

P.L. : Oui, évidemment. D’une partie. Oui.

O.B. : Mais tu dépeins un milieu social plutôt obscur, non ? L'univers de ce théâtre, tout cela est plutôt obscur.

P.L. : Oui, je… je ne dirais pas que cet univers est celui du Chili dans son ensemble. Il y avait évidemment d’autres contextes différents. Une situation un peu plus optimiste et d’autres bien pires également. Donc je dirais qu'on se situe dans un seul endroit et que, pour cette raison, le film ne se veut pas un... un traité, disons, de la situation sociale du Chili. C'est juste la perspective de personnages pris sous le point de vue d'un groupe d'artistes qui ont décidé... Nous avons décidé de faire quelque chose en rapport avec ça, mais qui ne prétend pas être un... comme je te dis, quelque chose... quelque chose qui représente complètement le Chili de l'époque. Ce n'est pas un discours qui affirme "c'est comme ça"...

O.B. : On ne le voit pas comme ça non plus.

P.L. : C’est super, parce que, à vrai dire, c'est comme une... un monde microscopique.

O.B. : Oui, c’est plutôt perçu comme une toile de fond, c’est à dire…

P.L. : Tout à fait.

O.B. : Des actes au sein d’un milieu qui était comme ça, à ce moment-là.

P.L. : Tout à fait. Mais je crois aussi que ce qui est intéressant, c'est que tout ça ressemble à un iceberg, non ? Tu ne vois que la pointe et le spectateur imagine ce qui ne se voit pas, ce qui est sous l'eau. Il ignore sa taille, sa forme, mais il sait qu'il est bien plus grand que ce qu'il voit.

O.B. : Oui. Et pour parler un peu de ta situation en tant que cinéaste, dans ton pays... parce que la situation du cinéma chilien est en train de changer ces derniers temps, non ?

P.L. : Oui, de façon très positive.

O.B. : J'en ai l'impression.

P.L. : Oui. Il se passe des choses qui, à mon avis, sont très positives dans l'ensemble. Au Chili, à l'heure actuelle, il y a une… je ne sais pas, une nouvelle floraison du cinéma, en quelque sorte. Il y a une activité cinématographique très… très puissante, très saine. Beaucoup de nouveaux réalisateurs, qui s’ajoutent aux… générations anciennes, font que le Chili a énormément de metteurs en scène et de producteurs et de gens qui font du cinéma. Il faut se dire que nous… dans les années 90, je dirais qu'on a projeté au Chili des films chiliens… Entre six et huit par an.

O.B. : Et c’est très bien.

P.L. : Et l’année dernière, on en a filmé vingt-quatre. Autrement dit, il y a… une augmentation progressive assez nette, et le plus intéressant, je crois, c’est que… C’est la diversité des thèmes abordés dans les films. L’année dernière, on a projeté des films qui… Des films de zombies. Des films d’arts martiaux. Des films très contemplatifs. En gros, un cinéma d'art et d’essai très, très dur, de ce point de vue. Et… Après, des comédies… et aussi des films qui sont… qui sont peut-être plus difficiles à classer, comme Tony Manero ou La Buena Vida de Andrés Wood ou, que sais-je encore ? Et indépendamment de ce que je peux penser des films, d’un point de vue qualitatif, ce que je sais, et c'est quelque chose que je sais parce que... parce que je le vois... c'est que les films font le tour du monde, oui. Partout, il y a toujours un metteur en scène qui a reçu un prix ici ou là ou à un festival… Et c'est bien parce que, d’une certaine manière, c’est ce qu’ont fait, il y a quelques temps, les Argentins qui partaient en masse vers l’étranger. Nous avons des points communs, et d'autres différents. Et je pense que c'est précieux.

O.B. : Et le public vient ?

P.L. : Oui, la… Le problème, c’est que les entrées, autrement dit le nombre de Chiliens qui vont voir des films chiliens, n’a pas changé depuis quinze ans. Mais, le problème, c’est que le nombre de films a augmenté. Du coup, il faut partager le gâteau avec plus de monde. Ce qui fait que de moins en moins de gens vont à chaque film. C'est peut-être un manque de synchronie entre les réalisateurs et le public, qu’il va falloir améliorer avec le temps, pour commencer à vraiment comprendre ce que le public veut voir, c’est clair.

O.B. : Oui, beaucoup s’en plaignent, non ? Du fait que le public ne vienne pas, pour des raisons différentes… Selon le pays… le manque d’argent…

P.L. : Oui, évidemment…

O.B. : Manque de… Il y a un genre de snobisme local, non ? Ne pas aller voir les productions nationales.

P.L. : Oui. On pourrait sans doute le dire ainsi. Je crois également qu’il y a certains éléments importants, que... dans beaucoup de pays, le cinéma est considéré comme un espace de divertissement et bien des films qui sont réalisés… ne le sont pas dans le but de divertir, non ? Il y a aussi l'aspect culturel et idéologique, artistique, je ne sais pas. C'est donc là que se produit le manque de synchronie selon moi, parce qu’au contraire lors de la première de… je ne sais pas... de Batman ou de James Bond, les salles sont pleines à craquer et on est capable de faire le tour du pays pour aller voir ce film.

O.B. : Cela n’est pas spécifique à l'Amérique latine... C'est pareil ici.

P.L. : Non, c’est pour ça que je te dis… c’est pareil partout. Je sais, la différence, c’est qu’en France, vous avez une chose incroyable et unique au monde, la moitié des spectateurs dans les salles va voir les films français. Cinquante pour cent des… des Français… de tous les Français… vont au cinéma. Et c’est…

O.B. : Oui, mais c’est aussi lié à des facteurs économiques. Je pense qu'avec la crise, moins de personnes vont aller au cinéma. Logiquement...

P.L. : Non, ce que je veux dire... Sur la totalité de... Je me suis mal exprimé. Sur l’ensemble des personnes qui vont au cinéma, la moitié va voir des films français. Ça, c'est incroyable. Chez nous, on ne dépasse pas quinze pour cent.

O.B. : Oui.

P.L. : Et au Chili… et en Amérique du Nord non plus. Et donc… Et c’est certain, oui, je sais qu'on doit faire évoluer la législation pour protéger l'industrie cinématographique. Et je suis d'accord avec ça, il faut le faire. Et il faut également regarder du côté de l'Argentine, qui possède des lois super complexes visant à soutenir le cinéma argentin. Six cents personnes vont voir Lisandro Alonso, et Lucrecia Martel, je ne sais combien de milliers mais pas tant que ça. En gros, leurs films sont beaucoup plus regardés ailleurs qu’en Argentine, c’est certain.

O.B. : Oui, ça c’est sûr. C’est un peu pareil pour… enfin… vous n’avez que peu accès aux films du reste de l’Amérique Latine, non ?

P.L. : Peu. En salle ? Voire… pas du tout. Il me semble que d'Argentine, il en sort un par an.

O.B. : Oui, c’est vraiment peu.

P.L. : Il y a une vague de films argentins que je regarde… je les regarde en DVD ou ailleurs qu’au Chili. Mais, aller au cinéma pour voir des films argentins ou brésiliens ou péruviens ou mexicains… il faut que ce soit un film de Cuarón ou d’Iñárritu.

O.B. : C’est sûr.

P.L. : C'est probable qu'il ne...

O.B. : Qu’il ne sorte jamais.

P.L. : Qu’il ne sorte jamais. C’est sûr. Et maintenant, il y a aussi des festivals de cinéma.

O.B. : Oui.

P.L. : Qui sont vraiment bien, très prisés.

O.B. : Historiquement, Viña del Mar a toujours été important, non ?

P.L. : C’est sûr, oui. Je dirais qu'aujourd'hui, les festivals les plus dynamiques sont au nombre de deux. Le festival Ciné Valdivia, un festival qui a lieu dans le sud du Chili, un endroit magnifique, fait pour les gens qui… ont un intérêt cinématographique très spécial et, pour diverses raisons, c’est un endroit qui attire la foule. Aussi, il se passe la même chose qu’ici, c'est-à-dire que c’est la communauté cinéphile qui va voir du cinéma à Valdivia. Et ensuite, plus récemment, le Festival de cinéma de Santiago, le SanFic, prend de l’ampleur. Il en est seulement à sa quatrième édition et va sur sa cinquième. Chaque année, le nombre de films augmente, le nombre de personnes qui y va également. Et c’est… c’est bien car c’est un lieu où l’on peut voir des films que, autrement, l’on ne pourrait pas voir, non ? Et ça arrive.

O.B. : Certes.

P.L. : Et ça, c’est très intéressant.

O.B. : Oui, c’est certain. Et cela permet aussi de développer un centre très actif…

P.L. : C’est sûr.

O.B. : Et d’échanger des idées.

P.L. : Exactement. Il y a des débats, des forums, des séminaires, en plus des films.

O.B. : Bon, eh bien, merci beaucoup.

P.L. : Merci à vous tous.

O.B. : Passe un bon séjour.

P.L. : Je m’y emploie. Merci.

Traduction réalisée par Baptiste Largillière et Pauline Loffredo

Dans la même collection

Sur le même thème