Entretien

Entretien avec Teresa Arredondo / Entrevista con Teresa Arredondo (Cinélatino 2012)

Réalisation : 27 mars 2012 Mise en ligne : 27 mars 2012
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Entretien avec Teresa Arredondo / Entrevista con Teresa Arredondo. Entretien filmé mené par Odile Bouchet. Toulouse : Festival Cinelatino, 23 mars-1er avril 2012. Cinémathèque de Toulouse, 26 mars 2012.

Avec Sibila, la cinéaste chilienne, Teresa Arredondo, dresse un magnifique portrait de sa tante, Sibila Arredondo, veuve de l’écrivain Arguedas, emprisonnée durant 14 ans au Pérou, accusée de terrorisme. Dans cet entretien, Teresa Arredondo revient sur sa recherche et son travail de cinéaste, dans leurs aspects techniques et personnels.

Intervenants
Thèmes
Notice
Langue :
Espagnol, castillan
Crédits
Université Toulouse II-Le Mirail SCPAM (Publication), Université Toulouse II-Le Mirail (Production), Nathalie MICHAUD (Réalisation)
Conditions d'utilisation
Tous droits réservés à l'Université Toulouse II-Le Mirail et aux auteurs.
Citer cette ressource:
UT2J. (2012, 27 mars). Entretien avec Teresa Arredondo / Entrevista con Teresa Arredondo (Cinélatino 2012). [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/54459. (Consultée le 28 juin 2022)
Contacter
Documentation

Entrevista con Teresa Arredondo

 

Odile Bouchet: Buenas tardes, Teresa Arredondo.

Teresa Arredondo: Buenas tardes.

OB: Cineasta chilena, que nos traes Sibila, o sea nos traes a Sibila, porque es una señora también, no solamente una película. Bueno, me puedes hablar un poco, o sea, tú hiciste otro trabajo familiar sobre tu abuela, ¿no?

TA: Sí. Sí, sí.

OB: Bueno, a ver, háblame de eso del tema familiar.

TA: Eh… Yo partí… El, el… Hice un cortometraje sobre mi abuela, eh, que es una escritora chilena, pero ese cortometraje surgió a partir de… el trabajo que estaba haciendo del largometraje de Sibila. Yo fui a ver a mi abuela para intentar conversar con ella de lo que le había pasado a su hija, mi tía, y, estando allá… La filmé durante… Viajé de España porque yo vivía en España, viajé a Chile, la filmé durante una semana, y me di cuenta que… que las cosas que hablábamos de mi tía no… Ella no recordaba mucho, que era una persona muy mayor, tenía noventa y ocho años cuando yo la filmé.

OB: Ah sí.

TA: Pero, eh… por otro lado, como surgieron otras conversaciones que… que fueron muy interesantes y muy importantes para mí. Yo tenía una relación muy difícil con ella y eso me acercó mucho a ella. Y ese material quedó allí, yo seguí trabajando en el largometraje. Y en el momento en que mi abuela muere, yo retomo ese material, y mientras estoy trabajando en el largometraje, que es el que presento acá, eh… hago este cortometraje. Que… que bueno, que es como mi, mi... Hice un cortometraje en… la escuela de… donde estudié documental, y éste era mi segundo trabajo.

OB: ¿Tú estabas en formación en España?

TA: No, no. Yo… yo hice un Máster de cine documental, yo soy psicóloga.

OB: Ah, bueno.

TA: Y después hice un Máster en cine documental, yo creo por allí también viene el tema familiar, desde la psicología, creo que, de alguna manera… Y bueno, me ha tocado además crecer en una familia de personajes muy fuertes y personajes femeninos muy fuertes además.

OB: Sí…

TA: Entonces creo que allí…

OB: Sibila es….

TA: Sí, mi abuela también.

OB: Es un carácter muy denso y tu abuela también.

TA: Sí, sí.

OB: Es cierto. Y entonces, Sibila, a ver, háblame un poco de Sibila.

TA: ¿De la persona o de la película?

OB: De las dos cosas diría… o sea, quisiera saber, por ejemplo… usas mucho material de archivo. ¿Te resultó difícil llegar al archivo de la vida de Sibila?

TA: Sí, fue un proceso largo, fue un proceso largo, eh… a lo primero que tuve acceso fue al archivo… al archivo… digamos de… papel, ¿no? que eso, sí, fue, digamos, fue un trabajo largo pero fue fácil de acceder. Y las imágenes, eh… fueron bastante más difíciles de conseguir porque no había fecha exacta, porque se grabó muchísimo durante el juicio de Sibila, y esto se pasaba casi como una telenovela, día a día, en el diario en los… en las televisiones peruanas. Por lo tanto hay un trabajo de busca importante. Sin embargo, utilicé bastante poco material de archivo en relación a lo que había, o sea había bastante… lo de… Se perdió mucho material, digamos, por los años que habían pasado… pero había bastante porque ella era una persona muy conocida, entonces se le dio mucha cobertura, digamos, mediática a su caso.

OB: Claro, porque, aparte, era la viuda de Arguedas, o sea… un personaje, digamos, notorio.

TA: Sí, exacto.

OB: Aparte era una personalidad también en Perú, ¿no?

TA: En Perú, y en Chile también, porque en Chile estuvo casada con también, con… con un poeta muy conocido, con Jorge Tellier. Entonces, digamos que había… había estado como rodeada de gente de la literatura y de la cultura tanto en Chile como… como en Perú.

OB: Entonces la literatura en tu familia es…

TA: Es importante.

OB: Tiene un peso enorme, ¿no?

TA: Sí, sí, la verdad que sí.

OB: Por eso, tú optaste para el cine… por el cine.

TA: Sí, puede ser. Bueno, no soy la única porque el hijo de Sibila está acá también, presentando la película de Raúl Ruiz que… es… él es el director de foto, que de hecho empezó bastante antes que yo en el cine. Y lo mío fue… sí. Yo tuve un acercamiento primero más… teórico, de eso que era el cine. Yo… mi tesis de psicología la hice en cine autobiográfico y… siempre fue un poco desde allí. Y nunca me atrevía a agarrar una cámara hasta que decidí como dejar la psicología un poco de lado y empezar con el cine.

OB: Muy bien. Bueno. Y sobre la persona de Sibila, entonces, me gustaría hablar un poco, eh… sobre, bueno, el conflicto, que representa para ti, también, ¿no? según lo que dices en la película, ¿no?

TA: Sí.

OB: Bueno. ¿Por qué tanto conflicto? Es lo que me pregunto. Así que te lo pregunto a ti.

TA: Eh, bueno, yo creo que… el… conflicto viene de varios lugares, ¿no? En primer lugar con... con haber crecido como con un silencio absoluto respecto a esto, entonces no estar enterada de… de qué era lo que realmente había pasado, qué era lo que... lo que había sucedido… yo dejé de ver a mi tía muy chica, entonces no tengo muchos recuerdos, digamos no, de ella. Por lo tanto para mí era este personaje, un poco como lo digo en la película ¿no?... un personaje mítico del que todos hablaban, y yo escuchaba muchas cosas. Y no sabía qué cosas eran verdad, qué cosas eran mentira. Y, eh… me imagino también que durante mi adolescencia eso me… creó cierto… no sé cómo decirlo… temores, eh, también, como, tenía como esta… esta doble… doble posición, ¿no? que por un lado como que la admiraba mucho, y por otro lado, no entendía realmente por qué estaba donde estaba. Tenía como esa serie de conflictos. Eh… Y después ya, digamos, más grande, y un poco la comprensión que nosotros tenemos en la película, y respecto al tema de… de seguir, digamos… bueno, el tema de la lucha armada, y de seguir pensando que, a lo mejor, ésa era una vía y un poco… de lo que buscaba… algunas personas me han dicho: “tú querías que ella pidiera perdón” ¿no? Nunca fue mi intención ésa, para nada, lo...

OB: Sin embargo es lo que uno capta de lo que tú le dices...

TA: Algunas personas creen... creen eso, sí, por eso... por eso te lo digo, porque me lo han... me lo han preguntado de hecho.

OB: Claro.

TA: Eh... y no, no, esa no era...no era mi intención, pero sí yo tenía la necesidad de... de tratar de entender, ¿no? ¿Cuál era... ¿Qué... qué era lo que ella veía hoy en día, después de todos los años que habían pasado, de esa experiencia? Si había algún tipo de autocrítica, ya sea a nivel político, a nivel personal, y un poco... mi... mi énfasis, al hablar con ella, era... era respecto a eso, ¿no? Como a tratar de entender cuáles habían sido sus razones, y un poco cuál era la evaluación que podía hacer hoy de eso. Eh... y claro, me encontré con qué Sibila seguía teniendo una posición... digamos... muy...

OB: Muy entera, ¿no?

TA: Muy entera... sí, sí, sí... como muy fiel a sus principios. Y... y bueno, eso fue justamente con lo que me encontré haciendo la película, ¿no? No... yo no iba en busca de que ella me pidiera perdón ni... pero sí me interesaba, especialmente, conocer su reflexión. Si me encontré con esa reflexión, era ésa: que yo estuviera de acuerdo o que no estuviera de acuerdo es un poco lo que conversamos dentro de la película o fuera de la película también. Pero sí quería llegar a eso, quería llegar a... a saber qué... cómo ella vivía hoy ¿no? Cómo miraba para atrás lo que había vivido.

OB: Sí, pero a mí me pareció una señora súper digna ¿no?

TA: Totalmente.

OB: Magnífica.

TA: Totalmente.

OB: A mí me parece admirable, o sea yo...

TA: Sí, sí. A mí, también.

OB: Ya, la encuentro valiente, bella, o sea...

TA: Sí, sin embargo...

OB: Súper sólida.

TA: Sí, sí, sí, totalmente. Eso... o sea yo... yo... para mí, de hecho, el principal regalo de hacer la película fue acercarme nuevamente a mi tía, o sea conocerla de verdad, porque para mí conocerla fue hacer la película. O sea, yo no tenía una relación con ella ¿no? porque había estado encarcelada. Entonces esto fue conocerla... bueno, obviamente, respetarla, que siempre la respeté. Y... y también acercarme de una manera muy sincera... que era como... como... plantear la necesidad que yo tenía de conversar estos temas. Porque me interesaba justamente conocer si ella había estado en este proceso... qué era lo que había pasado allí. Pero sí pensé que a lo mejor podía tener... ya digamos... a nivel... a nivel político... una... alguna otra evaluación distinta, digamos ¿no? Alguna otra... eh, digamos... en el Perú, de alguna manera, eh... hubo una oportunidad muy grande de cambiar ciertas cosas y no se cambió. Y pero eso fue...

OB: Fue para peor... a cierto punto de vista...

TA: ¿Cómo, cómo?

OB: Fue para peor, en momentos.

TA: Es que claro, eso es lo que... Yo creo que... Yo creo que sí... que sí... que... claro, lo que a mí me costaba un poco entender al hablar con ella, era que... que no... que no se vi... que no hubiera esa... un poco esa visión ¿no? como decir, bueno, por allí, quizás, en esto, nos equivocamos ¿no? O que... o...

OB: Sí no sé, tal vez, ella piensa que no. Que a nivel ideológico, ella tuvo toda la razón y...

TA: No, no, por eso. Pero eso es... Esa es la...

OB: Y... la realidad es así...

TA: Exactamente.

OB: O sea, ella tiene la razón... No sé...

TA: Sí, bueno, para ti, sí, para otros, no, digamos. Eso... Y a mí justamente lo que me interesaba era generar esta discusión. O sea, me parece que en... en Perú, y eso me di cuenta al hacer la película, yo antes no... no lo sabía... Eh... es un tema que no se habla mucho, que se oculta hoy, que resulta doloroso para unos, que a otros incluso ni siquiera les importa. O sea, la gente en Perú se enteró que la gente se estaba muriendo, que se estaban matando entre ellos... La gente de las ciudades se enteró cuando había ya muchísimos muertos. Es una guerra en la que se murió... se mató muchísima gente indígena. Entonces me parece que también hay como... como un... no un deber, pero bueno, de mi parte, sí un interés de recuperar esa memoria, y de plantear esa discusión hoy, digamos, en una generación que, a lo mejor, ya incluso no... no vivió directamente ese periodo.

OB: Ya pero sobre ese periodo creo que habría que haber una buena investigación, también, para saber quién es quién, y un poco quién mató a quién, porque eso no está claro en todos lados, por lo visto...

TA: Bueno, hay... hay una investigación muy grande de la comisión de la verdad y reconciliación. O sea, eso existe, algunos no están de acuerdo con el trabajo que se hizo, otros sí, hay algunas discusiones digamos...

OB: Ya pero por lo menos algo tiene lugar.

TA: Exacto. Fue un trabajo como... O sea un trabajo muy serio, yo conozco gente que participó de este proceso y se llegaron a datos, o sea, bastante impresionantes como que se... digamos, que se... asesinaron treint... que se pudieron constatar treinta y cinco mil muertes pero ellos dicen que fueron setenta mil. Y bueno... hay gente que puede estar... hay gente que critica tanto de un lado como del otro, critican esa investigación pero me parece que hay un trabajo serio realizado del que uno se puede más o menos fiar para...

OB: Sí, sí, sí, sí.

TA: ¿No?

OB: Sí, de toda forma fue un periodo oscurísimo...

TA: Oscurísimo.

OB: Esto sí, esto está claro.

TA: Sí.

OB: Pero ella sí tenía una... Y ella... estuvo en Francia ¿no? ¿Sigue en Francia hoy?

TA: Ella está en Chile ahora.

OB: ¿Está en Chile?

TA: Sí, pero durante la película ella vivía en Francia, sí. Sí, ella vivió varios años acá. Sí, cuando salió de... De Perú se fue a Chile, estuvo unos años allí, después se vino a vivir a Francia. Y ahora ha vuelto a Chile.

OB: Ha vuelto a Chile.

TA: Sí, sí.

OB: Bueno.

TA: Sí, sí.

OB: ¿Y tú vives en España?

TA: Vivo en España pero estoy a punto de irme a vivir a Argentina. Después de seis años de vivir en España.

OB: Muy bien.

TA: Sí, sí.

OB: Así ves muchos cambios...

TA: Así que estamos allí... al final hemos estado... desde que salió ella de prisión, hemos estado bastante cerca, porque, primero, estuvimos unos años en Chile, después en... en Francia. Y ahora, bueno, Argentina y Chile estamos ahí...

OB: Va a ser más cerca.

TA: Sí, sí, sí.

OB: Muy bien. ¿Y tus proyectos de cine? ¿Tienes otros?

TA: Sí, ahora mismo, estoy con... con un proyecto que... que vamos a co-dirigir con otro realizador chileno... eh... para... para filmar en Chile, un proyecto más pequeñito... no... no creo que sea un largometraje. Y por otro lado, estoy con un proyecto, bueno, relacionado con cine pero que no es una película que es... eh... en España hay...se tra... hay un... bueno que viene de hecho de Francia, de... de cosa que se han hecho acá. Eh... que es trabajar... cine y educación ¿no? llevar a las aulas el cine, como una herramienta de aprendizaje y... y bueno, la idea es llevar este proyecto a Argentina, tanto con chicos de primaria como de secundaria. Es una cosa que está allí... digamos, un proyecto que estamos trabajando con la gente que... que trabaja en esto en... en España, y estamos viendo qué... qué posibilidades hay, pero es un proyecto en que me encantaría...

OB: Implicarte.

TA: Implicarme, sí, sí, sí.

OB: Está muy bien. Bueno, todo bien, gracias.

,

Entretien avec Teresa Arredondo

 

Odile Bouchet: Bonjour Teresa Arredondo

Teresa Arredondo: Bonjour.

OB: Vous êtes une cinéaste chilienne, et vous venez nous présenter Sibila, aussi bien le film que la personne, car c’est aussi une femme. Pourriez-vous m’en parler un peu… vous avez aussi fait un autre travail dans votre famille, sur votre grand-mère, non ?

TA: Oui, oui, oui.

OB: Très bien, donc, parlez-moi de ce thème de la famille.

TA: Euh, j’ai commencé… Le, le… J’ai fait un court-métrage sur ma grand-mère, c’est une écrivaine chilienne, mais ce court-métrage est né du… du travail que j’étais en train de faire sur le long-métrage Sibila. Je suis allée voir ma grand-mère pour essayer de parler avec elle de ce qui était arrivé à sa fille, ma tante, et puisque j’étais là-bas... Je l’ai filmée pendant… Je suis arrivée d’Espagne parce que je vivais en Espagne, et je suis venue au Chili, je l’ai filmée pendant une semaine, et je me suis rendue compte que… que les choses dont nous avons parlé à propos de ma tante ne… Elle ne se souvenait pas de grand chose, elle était très âgée, elle avait quatre-vingt dix-huit ans quand je l’ai filmée.

OB: Ah, oui.

TA: Mais, euh… d’un autre côté, comme ont surgi d’autres conversations qui… qui ont été très intéressantes et très importantes pour moi. J’avais une relation très difficile avec elle et ça nous a rapprochées. Ces enregistrements en sont restés là, pendant que j’ai poursuivi mon travail sur le long-métrage. Le jour où ma grand-mère est morte, j’ai repris les pellicules, et pendant que je travaillais sur mon long-métrage, celui que je présente ici… j’ai fait ce court-métrage. C’est… c’est un peu… c’est mon, mon… j’ai fait un court-métrage dans… dans l’école… où j’ai étudié le cinéma documentaire, et ce travail-là c’était mon deuxième film.

OB: Vous avez suivi votre formation en Espagne ?

TA: Non, non. J’ai… j’ai fait un Master de cinéma documentaire, mais je suis psychologue.

OB: Ah, bien.

TA: Et après, j’ai fait un Master de cinéma documentaire, je crois que c’est de là que vient le thème de la famille, ça vient de la psychologie, je crois, en quelque sorte… Et puis, j’ai grandi dans une famille de personnages charismatiques, et de personnages féminins très charismatiques, qui plus est.

OB: Oui…

TA: C’est pour ça je crois…

OB: Sibila est…

TA: Oui et ma grand-mère aussi.

OB: Elle a un caractère bien trempé, et votre grand-mère aussi.

TA: Oui, oui.

OB: C’est sûr. Du coup, Sibila, parlez-moi un peu de Sibila.

TA: La femme ou le film ?

OB: Des deux, je dirais… en fait, j’aurais voulu savoir, par exemple… Vous utilisez beaucoup d’images d’archives. Ça a été difficile d’accéder aux archives sur la vie de Sibila ?

TA: Oui, ça a pris du temps, ça a pris du temps… d’abord, j’ai eu accès aux archives… aux archives… disons, sur papier, n’est-ce pas ? Là, ça a été long mais c’était plutôt facile à trouver. Et les images, bon… ça a été passablement plus difficile d’en trouver parce qu’elles n’étaient pas datées, parce qu’il y avait beaucoup d’images sur le procès de Sibila, et c’était quasiment un feuilleton quotidien, au journal… à la télévision péruvienne. C’est pourquoi il y a un travail de recherche important. Cependant, j’ai utilisé assez peu d’images d’archives par rapport à tout ce qui existait, en fait, il y en avait beaucoup… c’est… Il s’est perdu beaucoup d’images, enfin, avec toutes les années qui s’étaient écoulées… mais il y en avait encore beaucoup, parce que c’était une personne célèbre, du coup, on a beaucoup, comment dire, médiatisé l’affaire.

OB: Évidemment, puisqu’en plus c’était la veuve d’Arguedas, c’est-à-dire… un personnage, disons, notoire.

TA: Oui, exactement.

OB: Et c’était elle-même une personnalité au Pérou, non ?

TA: Au Pérou, et aussi au Chili, étant donné qu’au Chili elle avait été mariée avec… avec un poète très connu, Jorge Tellier. En fait, on peut dire, qu’elle a… qu’elle a toujours été entourée de gens du milieu littéraire et culturel, aussi bien au Chili que… qu’au Pérou.

OB: La littérature dans votre famille est donc…

TA: C’est important.

OB: Elle a un poids considérable, non ?

TA: Oui, oui, c’est sûr.

OB: C’est pour ça que vous vous êtes tournée vers le cinéma… pour le cinéma.

TA: Oui, peut-être. Après, je ne suis pas la seule, puisque le fils de Sibila qui est aussi ici, pour présenter le film de Raúl Ruiz qui … lui… il est directeur de la photographie, en réalité, il a commencé bien avant moi sa carrière dans le cinéma. Moi… oui. Moi, j’ai eu une approche d’abord plutôt… théorique, disons, de ce qu’était le cinéma. J’ai… lors de ma thèse de psychologie, j’ai traité la question du cinéma autobiographique et… tout est parti de là. Et jamais je n’osais passer derrière la caméra, jusqu’au jour où j’ai décidé de laisser un peu la psychologie de côté afin de me mettre au cinéma.

OB: Très bien. Bon. Et la personne, Sibila, j’aimerais aborder un peu, euh… le conflit que cela représente pour vous, également, c’est ce dont vous parlez dans le film, non ?

TA: Oui.

OB: Donc. Pourquoi un tel conflit ? C’est la question que je me pose. Et du coup, je vous la pose.

TA: Eh bien, je crois que… ce… conflit a plusieurs origines. D’abord, le fait… le fait d’avoir grandi dans un tabou absolu autour de ce sujet, de ne pas savoir ce qui… ce qui s’était réellement passé, ce qui… ce qui était arrivé… Moi, j’ai cessé de voir ma tante toute petite, et donc je n’avais pas beaucoup de souvenirs, je veux dire… d’elle. Donc pour moi, c’était un personnage un peu, comme je le raconte dans le film… un personnage mythique dont tout le monde parlait, et j’entendais énormément de choses. Je ne savais pas ce qui était vrai, ce qui était faux. Et, euh… je pense aussi que pendant mon adolescence, tout ça… a créé certaines… je ne sais comment dire… craintes, et puis j’avais un peu cette… cette… ambivalence, non ? D’un côté, je l’admirais énormément, et de l’autre, je ne comprenais pas vraiment pourquoi elle était là où elle était. J’avais toute une série de conflits intérieurs. Euh… et puis, eh bien, disons, plus âgée, et un peu grâce à la compréhension qui est née entre nous en faisant ce film, et par rapport au thème de… de continuer, disons… eh bien, au sujet de la lutte armée et de continuer à penser que, peut-être, c’était une voie, un peu… moi, ce que je voulais… certaines personnes m’ont demandé si je cherchais à obtenir d’elle qu’elle demande pardon, vous voyez. Mais ça n’a jamais été mon intention, absolument pas, je…

OB: C'est pourtant ce qu'on retient de votre discours...

TA: Certains pensent... pensent cela, oui, c'est pour ça... c'est pour ça que je vous le dis, parce qu'on me l'a... on me l'a déjà demandé.

OB: Bien sûr.

TA – Eh... et ce, ce n'était... ce n'était pas mon intention, mais oui, j'avais besoin de... d'essayer de comprendre, voilà, quelle était... Quelle était sa vision des choses aujourd'hui, après toutes ces années passées, de cette expérience ? Savoir s'il y avait une certaine autocritique, que ce soit d'un point de vue politique, d'un point de vue personnel et d'une certaine façon... mon... mon but, en parlant avec elle, c'était... était lié à ça, voilà. J'essayais aussi de comprendre quelles avaient été ses motivations, et un peu de savoir ce qu'elle pouvait en conclure aujourd'hui. Euh... eh bien, je me suis rendue compte que Sibila gardait une position... disons... très...

OB: Très entière, non ?

TA: Très entière... Oui, oui, oui... très fidèle à ses principes. Et... eh bien, c'est justement ce dont je me suis rendue compte en tournant le film, n’est-ce pas ? Je... je ne cherchais pas à ce qu’elle demande pardon ni... mais, en revanche, ce qui m'intéressait, surtout, c’était de connaître ses réflexions. Si j’ai trouvé ces réflexions, c’étaient celles-ci : que je sois d'accord ou que je ne sois pas d'accord, c'est ce dont nous parlons dans le film, et en dehors du film aussi. Mais, en effet, je voulais en arriver là, je voulais arriver à... à savoir comme... comment elle vivait cela aujourd'hui, voilà. Quel regard elle portait sur ce qu'elle avait vécu.

OB: Oui, mais moi, il m'a semblé que c'est une femme très digne, non ?

TA: Complètement.

OB: Magnifique.

TA: Complètement.

OB: Je la trouve admirable, en fait, je...

TA: Oui, oui. Moi aussi.

OB: Oui, je la trouve courageuse, belle...

TA: Oui, mais...

OB: Très solide.

TA: Oui, oui, oui, complètement. Cela... en fait je... je... pour moi, en fait, le plus beau cadeau avec le tournage de ce film a été de me rapprocher de ma tante, c'est à dire la connaître vraiment, parce que, quant à moi, j’ai fait sa connaissance en faisant le film. En effet, je n'avais aucun contact avec elle, en fait, vu qu'elle avait été emprisonnée. Ainsi j'ai pu la connaître... et, bien sûr, la respecter, et je l'ai toujours respectée. Et... et égalment traiter d'une façon très sincère... c'était comme... comme... mettre en avant le besoin que j'avais d'aborder ces sujets. Parce que cela m'intéressait justement de savoir, si elle avait participé à ce processus... ce qui s'y était passé. Mais, c'est vrai, j'ai cru que peut-être elle aurait pu... en fait... au niveau... au niveau politique... une... évaluation différente, en fait. Une certaine... euh, disons... au Pérou, d'une certaine manière, euh... il y a eu une belle occasion de changer certaines choses et elles n'ont pas changé. Mais ça a...

OB: Ça a empiré... d'une certaine manière.

TA: Comment ça ?

OB: Ça a empiré, à certains moments.

TA: C'est sûr que, c'est ce que... Je pense que... Je pense que oui,... oui... que... en effet, ce que j'ai eu du mal à comprendre en parlant avec elle, c'était que... qu'elle ne... qu'on ne voy... qu'elle n'avait pas cette... en quelque sorte cette vision, c'est ça, cette façon de dire... si ça se trouve, pour ça, on s'est trompé, non ? Ou bien que... ou...

OB: Oui, je ne sais pas, peut-être qu'elle pense que non. Qu'au niveau idéologique, elle a eu complètement raison et...

TA: Non, non, je suis d'accord. Mais c'est... C'est la...

OB: Et... c'est la réalité...

TA: Exactement.

OB: En fait, elle a raison... Je ne sais pas...

TA: Oui, bon, pour vous, oui, pour d'autres, non, voilà. C'est... Et, moi, justement, ce qui m'intéressait, c'était de faire naître cette discussion. En fait, il me semble qu'au... au Pérou, et ça je m'en suis rendue compte en tournant le film, avant je ne... je ne le savais pas... Euh... c'est un sujet dont on ne parle pas beaucoup, qu'on occulte aujourd'hui, qui est douloureux pour certains, et dont certains se fichent complètement même. En fait, les gens au Pérou ont appris que des personnes mouraient, qu'elles s'entretuaient... Les gens des villes s'en sont rendu compte quand il y avait déjà beaucoup de morts. C'est une guerre qui a tué... Elle a tué beaucoup de personnes indigènes. C'est pour ça qu'il me semble qu'il y a aussi comme... comme un... non pas un devoir, mais bon, pour ma part, oui, ça m'intéresse de retrouver cette mémoire, et de faire naître cette discussion aujourd'hui, disons, chez une génération qui, peut-être, c'est vrai ne... n'a pas vécu directement cette période.

OB: Oui, mais, à propos de cette période, je crois l'on devrait lancer une grande enquête, aussi, pour déterminer qui est qui, et aussi qui a tué qui, parce que si ce n'est pas clair pour tout le monde, alors...

TA: En fait, il y a... il y a une enquête importante de la commission de la vérité et de la réconciliation. En fait, ça existe, certains ne sont pas d'accord avec les travaux qui ont été menés, d'autres si, il y a débat,...

OB: Oui, mais, au moins, des choses sont faites.

TA – Exactement. C'était un travail comme... Disons, un travail très sérieux, je connais des personnes qui ont participé à ces travaux et qui ont trouvé des données, en fait, assez impressionnantes sur la façon dont... disons dont on a... assassiné tren... on a dénombré trente cinq mille morts mais, eux, ils disent qu'il y en a eu soixante-dix mille. Eh bien... il y a des gens qui peuvent être... il y a des gens qui critiquent d'un côté comme de l'autre, ils critiquent cette enquête, mais il me semble qu'un travail sérieux a été mené dans lequel on peut plus ou moins avoir confiance pour...

OB: Oui, oui.

TA: Non ?

OB: Oui, de toute façon, ce fut une période très noire...

TA: Très noire.

OB: Ça oui, c'est certain.

TA: Oui.

OB: Mais elle si elle avait... Et elle... elle a vécu en France, non ? Elle est toujours en France aujourd'hui ?

TA: Elle est au Chili, maintenant.

OB: Elle est au Chili ?

TA: Oui, mais pendant le film elle vivait en France. Oui, elle a vécu plusieurs années ici. Oui, quand elle est sortie de... Du Pérou, elle est partie au Chili, elle est restée quelques années là-bas, ensuite elle est venue vivre en France. Et maintenant, elle est rentrée au Chili.

OB: Elle est rentrée au Chili.

TA: Oui, oui.

OB: D'accord.

TA: Oui, oui.

OB: Et vous, vous vivez en Espagne ?

TA: Je vis en Espagne, mais je vais bientôt partir vivre en Argentine. Après avoir vécu six ans en Espagne.

OB: Très bien.

TA: Oui, oui.

OB: De cette façon, vous voyez du pays.

TA: C'est comme ça... au final, nous avons été... depuis qu'elle est sortie de prison, nous avons été assez proches, parce que, d'abord, nous avons passé quelques années au Chili, puis en... en France. Et maintenant, eh bien, l'Argentine et le Chili ce n'est pas...

OB: Ce ne sera pas loin du tout.

TA: Oui, oui, oui.

OB: Très bien. Et vos projets de cinéma ? Vous en avez d'autres ?

TA: Oui, en ce moment, je suis sur... sur un projet que... que je vais co-réaliser avec un autre réalisateur chilien... euh... ce sera... ce sera filmé au Chili, un projet plus petit... je... je ne pense pas que ce soit un long-métrage. Et d'autre part, je suis sur un projet, eh bien, en relation avec le cinéma mais qui n'est pas un film, qui est... euh... en Espagne, il y a... on tra... il y a un... eh bien, ça vient, en réalité, de France, de... de choses qui se sont faites ici. Euh... ça consiste en... cinéma et éducation, c'est apporter le cinéma dans les classes, comme un outil d'apprentissage et... eh bien, l'idée c'est d'exporter ce projet en Argentine, aussi bien pour les enfants du primaire que du secondaire. C'est une chose qui, là-bas... disons, un projet sur lequel on travaille avec les gens qui... qui travaillent sur ça en... en Espagne, et on voit quelles... quelles possibilités il y a, mais c'est un projet dans lequel ça me plairait de...

OB: Vous investir.

TA: M'investir, oui, oui, oui.

OB: C'est très bien. Bon, très bien. Je vous remercie.

 

Festival Cinelatino 2012

Le website de Cinelatino (Rencontres des cinémas d'Amérique latine) de Toulouse

Dans la même collection

Sur le même thème