Conférence

L'usage de la banalité au service de l'expressivité de l'intime sur Facebook / Sandra Lemeilleur

Réalisation : 23 mars 2017 Mise en ligne : 23 mars 2017
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

L'usage de la banalité au service de l'expressivité de l'intime sur Facebook / Sandra Lemeilleur, in Journées d'études "Parler du quotidien au quotidien dans les médias sociaux" organisées par des doctorant.es en Sciences de l'Information et de la Communiation et Sociologie du laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales (LERASS) et du laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires-Centre d'Etude des Rationalités et des Savoirs (LISST-CERS), Université Toulouse Jean-Jaurès, 22-23 mars  2017. Axe 1 : Usagers et usagères "ordinaires" des médias sociaux.

Cette communication propose des’interroger sur les bonnes raisons (Boudon R., 2003) qu’ont lesinternautes d’utiliser la banalité sur Facebook. Employé comme un journal devie (et non pas comme un journal intime), le réseau social sert de témoignagede l’existence en nous faisant prendre pleinement possession de notre vécuexistentiel. Au-delà de ce bénéfice, cette pratique de la banalité ouvre lavoie du lien à l’autre. Le quotidien n’est pas synonyme de banal. Et à L’invention du quotidien chère à Michelde Certeau nous verrons que l’utilité de la banalité est tout autre. Sonexpressivité lisse est essentielle, elle ne doit rien posséder de créatif ou demerveilleux. Mais elle est fondamentale sur les réseaux pour que s’établisse unpremier lien. C’est le premier filtre à l’expressivité de l’intime, une façonde se lier sans se dévoiler. « Si je suis capable de partager desbanalités et que tu en es capable alors nous pouvons peut être nous en direplus… ». Ainsi, la banalité est perçue du côté de la stratégierelationnelle. Après avoir exposé l’utilité de la banalité à travers deséléments de corpus, d’autres formes de ruses comme l’usage du supposé secret etdu fake seront abordées. Cette communication aura l’ambition de se dégager desjugements hâtifs pessimistes qui viseraient à voir dans nos pratiquesquotidiennes des réseaux des individualistes et des exhibitionnistes mais deretrouver la ferveur de Michel de Certeau et de rappeler la non-passivité desinternautes.

Langue :
Français
Crédits
Claire SARAZIN (Réalisation), Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail (Production), SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail (Publication)
Conditions d'utilisation
Tous droits réservés à l'université Toulouse Jean Jaurès et aux auteurs.
Citer cette ressource:
Université Toulouse-Jean Jaurès. (2017, 23 mars). L'usage de la banalité au service de l'expressivité de l'intime sur Facebook / Sandra Lemeilleur. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/94465. (Consultée le 29 janvier 2022)
Contacter

LEMEILLEUR, Sandra (2016). L’intime sur le web comme médium du processus de subjectivation, in Alain MONS (dir.), Interfaces de l’intime, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d'Aquitaine, 85-109.

LEMEILLEUR, Sandra (2016). L'expressivité de l'intime sur les dispositifs du web : processus de la subjectivité et machinations contemporaines. Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication sous la direction de Alain Mons. Bordeaux, Université Bordeaux 3.

BALLEYS, Claire, COLL, Sami (2015). La mise en scène de la vie privée en ligne par les adolescents, RESET. Recherches en Sciences Sociales sur Internet, 4. [En ligne : http://reset.revues.org/547].

HOGON, Stéphane (2014). Petite ontologie du fake, in Michel Maffesoli, Patrick Tacussel (dirs), "Le fake", Les cahiers européens de l'imaginaire, 6,  mars 2014.

LEMEILLEUR, Sandra (2014). Les sites de rencontres : agencement de désirs et territoire de subjectivation, in "Les territoires du virtuel", Revue Médiation et Information, 37, 131-137.

MERZEAU, Louise (2013). Partager ses secrets en public, Médium, 4, vol. 37-38, 153-172.

VEYRIÉ, Nadia (2013). Le virtuel, le double et la recherche d'amour, Le sociographe, 3, vol. 43, 47-58.

TISSERON, Serge (2011). Intimité et extimité, Communications, 88, vol. 1, 83-91. [En ligne : https://www.cairn.info/revue-communications-2011-1-page-83.htm].

DESEILLIGNY, Oriane (2010). Le blog intime au croisement des genres de l’écriture de soi, Itinéraires, 2, 2010, 73-82. [En ligne : https://journals.openedition.org/itineraires/1985].

CASILLI, Antonio A. (2010). Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ?. Paris, Éditions le Seuil, 331 p.

MINGHINI, Giulio (2009). Fake. Paris, Éditions Allia, 144 p.

JOST, François (2007). Le culte du banal. De Duchamp à la télé-réalité. Paris, CNRS Éditions, 130 p.

ALLARD, Laurence (2005). Termitières numériques : les blogs comme technologie agrégative de soi, in "Postmédia, réseaux, mise en commun", Multitudes, 21, 79-86. [En ligne : https://www.cairn.info/revue-multitudes-2005-2-page-79.htm].

CAUQUELIN, Anne (2003). L’Exposition de soi. Du journal intime aux Webcams. Paris, ÉditionsEshel, 2003.

LAUDOUAR, Janique (2003). Désir de s’exposer, désir d’écrire, in "Publier en ligne aujourd’hui" Les dossiers de l’ingénierie éducative, n° 45 [supplément], CNDP, décembre 2003, 64-67. [En ligne : http://www.cndp.fr/​archivage/​valid/​54656/​54656-7748-7732.pdf].

BOUDON, Raymond (2003). Raisons, bonnes raisons. Paris, Presses Universitaires de France, 192 p.

GENETTE, Gérard (1987). Seuils. Paris, Éditions Le Seuil, 432 p. [rééd. 2002].

SAMI-ALI (1980). Le banal. Paris, Éditions Gallimard, coll. Connaissance de l'Inconscient, 232 p.

DELEUZE, Gilles, GUATTARI, Felix (1980). Capitalisme et schizophrénie 2. Mille plateaux. Paris, Éditions de Minuit, 648 p.

DELEUZE, Gilles, PARNET, Claire (1977). Dialogues. Paris, Éditions Flammarion, 187 p. [rééd. 2008].

MERLEAU-PONTY, Maurice. (1969). La prose du monde. Paris, Éditions Gallimard, coll. Tel, 238 p. [En ligne : http://classiques.uqac.ca/classiques/merleau_ponty_maurice/prose_du_monde/prose_du_monde.html].

Dans la même collection

Sur le même thème