Entretien

L'année 68 des femmes : 1968, de grands soirs en petits matins. Nouvelles explorations de l'événement / Ludivine Bantigny

Réalisation : 13 novembre 2018 Mise en ligne : 13 novembre 2018
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

L'année 68 des femmes : 1968, de grands soirs en petits matins. Nouvelles explorations de l'événement / Ludivine Bantigny, conférence présentée dans le cadre des Savoirs partagés et animée par Sylvie Chaperon, professeur en histoire contemporaine, chercheure au laboratoire FRAMESPA, Université Toulouse Jean Jaurès, 13 novembre 2018.

1968 était la première année du monde » : plus qu’un millésime, plus qu’une encoche sur le calendrier, l’événement est selon Annie Ernaux une espérance et un commencement, une ouverture d’un genre nouveau. Les femmes sont nombreuses et très actives lors du soulèvement de Mai-Juin 1968 : elles font grève, occupent, sont présentes sur les piquets, prennent la parole dans les usines, les bureaux, les magasins, les universités, dans les comités d’action et de quartier.
Elles contribuent ainsi à la rupture avec un monde ancien. Pour tous les anonymes qui ont « fait » l’événement sans voir leur nom inscrit au fronton des médias, c’est une révolution. Pour les femmes en particulier, la nouveauté est encore d’autant plus aiguisée qu’à mots plus ou moins couverts, elles ont été longtemps invitées à se taire. La division des rôles de genre était implacable ; sa rigidité de fer n’était presque jamais contestée : aux femmes revenaient la maisonnée, le domestique et la sphère privée ; aux hommes, les honneurs du dehors, l’engagement public et la politique. On ne sort pas d’un tel monde en deux mois. Le sexisme et la misogynie ne s’évanouissent pas par la grâce de l’événement.
Les femmes qui y participent voient bien que, même parmi les critiques les plus virulentes des exploitations, des formes d’autorité se reproduisent, s’insinuent sans être interrogées, évidentes, acceptées. Les grands « leaders » sont des hommes et ne s’en préoccupent pas, ne se posent même pas la question de leur propre domination.
Bon nombre de femmes ont conscience de ces contradictions. Plus tard, certaines décideront de s’organiser en non-mixité pour pouvoir prendre la parole plus librement, sans être interrompues ou malmenées par quelques hommes sûrs de leur supériorité : le féminisme de la « deuxième vague » s’est en grande partie fondé sur ce constat et la volonté de ne plus l’accepter.

Mots clés : Grève générale -- France (1968) ; France (journées de mai 1968) ; Féminisme et mouvements sociaux ; Femmes (activité politique) ; Journaux féministes ; Groupes de femmes (1960-1970) ; Études sur le genre

Chapitres
    Intervenants
    Thèmes
    Notice
    Lieu de réalisation
    Toulouse, UT2
    Langue :
    Français
    Crédits
    Samir BOUHARAOUA (Réalisation), Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail (Production), SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail (Publication)
    Détenteur des droits
    Tous droits réservés à l'Université Toulouse-Jean Jaurès et aux auteurs.
    Conditions d'utilisation
    Droit commun de la propriété intellectuelle
    Citer cette ressource:
    UT2J. (2018, 13 novembre). L'année 68 des femmes : 1968, de grands soirs en petits matins. Nouvelles explorations de l'événement / Ludivine Bantigny. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/99543. (Consultée le 18 août 2022)
    Contacter
    Documentation

    BANTIGNY, Ludivine (2018). De grands soirs en petits matins. Paris, Éditions Le Seuil, 464 p.

    FILLIEULE, Olivier, BEROUD, Sophie, HIRSCH, Thomas, MASCLET, Camille, SOMMIER, Isabelle (2018). Changer le monde, changer sa vie. Enquête sur les militantes et les militants des années 1968 en France. Arles, Éditions Actes Sud, 1116 p.

    LEBLANC, Audrey, VERSAVEL, Dominique (2018). Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire [catalogue d’exposition]. Paris, Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 192 p. [Dossier de presse en ligne : http://www.bnf.fr/documents/dp_icones_mai_68.pdf].

    BANTIGNY, Ludivine (2017). Hors frontières. Quelques expériences d’internationalisme en France, 1966-1968, in Ludivine Bantigny, Boris Gobille, Eugénia Palieraki (dirs), "Les « années 1968 » : circulations révolutionnaires", Monde(s), 11, 139-160. [En ligne : https://www.cairn.info/revue-mondes-2017-1-page-139.htm].

    BLUM, Françoise, GUIDI Pierre, RILLON, Ophélie (dirs) (2017). Étudiants africains en mouvements. Contribution à une histoire des années 1968. Paris, Publications de la Sorbonne, 368 p.

    PAVARD, Bibia (2017). Elle et Marie Claire dans les années 1968, une “parenthèse enchantée” ?, in Bibia PAVARD,  Claire LBLANDIN, Sandrine ÉVÊQUE (dirs), "Féminismes", Le Temps des Médias, 29, 65-78. {En ligne : https://www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias-2017-2-page-65.htm].

    ZANCARINI-FOURNEL, Michelle (2016). Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1965 à nos jours Paris, Éditions La Découverte, coll. Zones, 1008 p.

    GALLOT, Fanny, MEURET-CAMPFORT, Eve (2015). Des ouvrières en lutte dans l'après 1968. Rapports au féminisme et subversions de genre, in Viviane Albenga, Alban Jacquemart (dirs), "Appropriations des idées féministes", Politix, 109, vol. 28, 23-43. [En ligne : https://www.cairn.info/revue-politix-2015-1-page-21.htm].

    LEBLANC, Audrey (2015). Commémorer Mai 68. L'autorité de l'archive photographique dans l'économie médiatique, in Daniel Dubuisson, Sophie Raulx (dirs), A perte de vue. Les nouveaux paradigme du visuel, Dijon, Les Presses du réel.

    MEURET-CAMPFORT, Eve (2014). Des ouvrières en lutte : Mondes populaires et genre du syndicalisme dans un secteur d'emploi « féminin » : le cas de l'usine Chantelle à Nantes (1966-2005). Thèse de doctorat en Sociologie, Université de Nantes, Centre Nantais de Sociologie (CENS), 570 p. [En ligne : http://archive.bu.univ-nantes.fr/pollux/fichiers/download/be474b87-3ea2-48bb-8489-b2497376c125].

    LEFEBVRE, Henri (2014). Sur les situationnistes. Entretien inédit d’Henri Lefebvre avec Kristin Ross, Période, novembre 2014. [En ligne : http://revueperiode.net/sur-les-situationnistes-entretien-inedit-dhenri-lefebvre-avec-kristin-ross/].

    PAGIS, Julie (2014). Mai 68, un pavé dans leur histoire : événements et socialisation politique. Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 339 p.

    BLUM, Françoise (2012). Sénégal 1968 : révolte étudiante et grève générale, Revue d’histoire moderne et contemporaine, 59-2, 144-177. [En ligne : https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2012-2-page-144.html].

    KLECKINGER, Hélène (2011). Cinéma et vidéo saisis par le féminisme (France, 1968-1981). Thèse de doctorat en Études cinématographiques et audiovisuel sous la dir. de Nicole Brenez., Université Paris 3.

    VIGNA, Xavier (2010). La CGT et les grèves ouvrières en mai-juin 1968 : une opératrice paradoxale de stabilisation, in Xavier Vigna, Mai-juin 1968. Huit semaines qui ébranlèrent la France, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 193-213. [En ligne : http://www.academia.edu/16703173/La_CGT_en_mai-juin_1968].

    LEBLANC, Audrey (2009). L’iconographie de Mai 68 : un usage intentionnel du photoreportage noir et blanc ou couleur. l’exemple de Paris Match (mai-juin 1968), Sens Public, dossier « Héritages de Mai 68 », 16 février 2009. [En ligne : http://sens-public.org/spip.php?article628].

    PAGIS, Julie (2009). Repenser la formation de générations politiques sous l’angle du genre. Le cas de Mai-Juin 68, Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 29, 97-118. [En ligne : https://journals.openedition.org/clio/9230].

    VIGNA, Xavier, ZANCARINI-FOURNEL, Michelle (2009). Les rencontres improbables dans « les années 68 », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 101,  2009/1, 163-177. [En ligne : https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2009-1.htm-page-163.htm].

    ARTIÈRES, Philippe, ZANCARINI-FOURNEL, Michelle, (dirs) (2008). 68, Une histoire collective (1962-1981). Paris, Éditions La Découverte, 847 p. [rééd. poche 2015].

    ERNAUX, Annie (2008). Les Années, Paris, Éditions Gallimard, coll. Folio, 256 p.

    KAPLAN, Nelly (2008). Mai 68, in Collectif, Écrire, Mai 68 Paris, Éditions Argol, 316 p.

    DREYFUS-ARMAND, Geneviève, PAILLARD, Irène (dirs) (2008). Les années 68, un monde en mouvement. Nouveaux regards sur une histoire plurielle (1962-1981). Paris, Éditions Syllepse, coll. Utopie Critique, 444 p.

    BANTIGNY, Ludivine (2007). Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse de l’aube des « Trente Glorieuses » à la guerre d’Algérie, Paris, Éditions Fayard, 498 p.

    VIGNA, Xavier (2007). L’insubordination ouvrière dans les années 68. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 384 p.

    ZANCARINI-FOURNEL, Michelle (2002). Genre, politique et événements dans les années 68, Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 75, 133-143. [En ligne : https://doi.org/10.3917/ving.075.0133].

    SCOTT, Joan W. [1996] (1998). La citoyenne paradoxale : les féministes françaises et les droits de l'homme. Paris, Éditions Albin Michel, 286 p.

    SOMMIER, Isabelle (1996). La dialectique violence physique-violences symboliques. L'exemple de la violence ouvrière dans les années 68, in Centre universitaire de recherches sur l'action publique et le politique, épistémologie et sciences sociales, La gouvernabilité, Paris, Presses Universitaires de France, 63-76. [En ligne : https://www.u-picardie.fr/curapp-revues/root/38/isabelle_sommier.pdf_4a082d1c7a3a2/isabelle_sommier.pdf].

    CHAPERON, Sylvie (1995). La radicalisation des mouvements féminins Français de 1960 à 1970, Vingtième Siècle, revue d'histoire, 48, octobre-décembre 1995, 61-74. [En ligne : https://doi.org/10.3406/xxs.1995.4423].

    SOMMIER, Isabelle (1994). Mai 68 : sous les pavés d'une page officielle, Sociétés contemporaines, 20, décembre 1994, 63-79. [En ligne : https://www.persee.fr/doc/socco_1150-1944_1994_num_20_1_1365].

    JENSON, Jane (1989). Le féminisme en France depuis mai 1968, Vingtième siècle. Revue d’histoire, 24, octobre-décembre 1989, 55-67. [En ligne : https://doi.org/10.3406/xxs.1989.2185].

    GODINEAU, Dominique (1988). Citoyennes tricoteuses : les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française. Paris, Éditions Alinéa, 420 p. (rééd. 2004, éd. Perrin).

    CERTEAU, Michel de [1968] (1994). La prise de parole, et autres écrits politiques. Paris, Éditions Le Seuil, 280 p.

    COMITÉ D’ACTION NOUS SOMMES EN MARCHE (1968-1972). Nous sommes en marche, bulletin publié à l’initiative du Comité d’action fondé à l’Université de Censier (Paris), numéros 1 à 5. [En ligne : http://archivesautonomies.org/spip.php?article2215&lang=fr].

    Mai 1968. La prise de la parole, Communications, 12, 1968. [En ligne: http://www.persee.fr/issue/comm_0588-8018_1968_num_12_1?sectionId=comm_0588-8018_1968_num_12_1_1175].

    KLEIN, William (1968). Grands soirs et petits matins. [film documentaire].  France, 1h37. [éd. DVD Arte, 2004]. [Extrait en ligne : https://archive.org/details/GRANDS_SOIRS_mai68].


    > Voir aussi une bibliographie élargie à télécharger dans l'onglet "Documentation".

     

    Sur le même thème