Canal-U

Mon compte
Canal-U/Médecine

IP3S Lille 2012 : Parcours pédagogique PACES UE4.


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/canal_u_medecine/embed.1/ip3s_lille_2012_parcours_pedagogique_paces_ue4.10617?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
GUTTMANN Aline

Producteur Canal-U :
Canal-U/Médecine
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

IP3S Lille 2012 : Parcours pédagogique PACES UE4.

Titre : IP3S Lille 2012 : Parcours pédagogique PACES UE4.

Auteurs : Aline GUTTMANN (Université d’Auvergne, UFR médecine CHU Clermont-Ferrand UMR 6284 CNRS ISIT), Frédéric GAY (Université d’Auvergne, UFR médecine) Juliette HAZART (CHU Clermont-Ferrand), Cécile MARIE (CHU Clermont-Ferrand), Lemlih OUCHCHANE (Université d’Auvergne, UFR médecine CHU Clermont-Ferrand UMR 6284 CNRS ISIT)
Résumé : Contexte
Le laboratoire de Biostatistique de l’UFR médecine de Clermont-Ferrand (Université d’Auvergne) développe dans le cadre de l’appel à projets 2011 de l’UNF3S1 un outil pédagogique à destination des étudiants de la PACES et de leurs enseignants. Cet outil vise (1) à soutenir l’enseignement de l’UE4  (évaluation des méthodes d'analyse appliquées aux sciences de la vie et de la santé) et (2) à aider les étudiants, par l’entrainement et l’auto-évaluation, à la préparation de leur épreuve du concours de PACES. L’objectif général est de guider l’étudiant dans un parcours pédagogique structuré par les chapitres et sous-chapitres de l’UE4, organisé en étapes successives d’acquisition des connaissances. L’originalité de l’outil tient au fait que chaque étudiant a un parcours personnalisé selon une séquence qui dépend des résultats de ses propres évaluations successives.
Objectifs  de  l’outil
L’objectif principal de l’outil est d’accompagner chaque étudiant au moyen de QCM d’auto- évaluation. Lors du développement de cet outil, la dimension didactique a été placée au centre de nos préoccupations. Pour chaque chapitre, l’étudiant peut passer plusieurs lots de QCM sélectionnés dans la base de données selon les sous-chapitres qu’ils abordent et leur niveau de difficulté. La dimension didactique et pédagogique de l’outil tient à la personnalisation du parcours effectué par l’étudiant à qui il sera proposé des lots de QCM sélection- nés en fonction des sous-chapitres abordés et des difficultés rencontrés sur les lots de QCM précédents. Ainsi, il est possible de garantir que toutes les notions d’un chapitre sont couvertes en insistant tout particulièrement sur celles présentant des difficultés propres à chaque étudiant. L’outil ne se présente pas comme une ressource pédagogique figée dont le contenu (organisation des chapitres/sous-chapitres et QCM) serait définitivement fixé lors de sa création. Étant principalement construit autour de méthodes d’évaluation (QCM), évaluer ces méthodes et y faire participer étudiants et enseignants nous est apparu essentiel. Le postulat sous-jacent est qu’une mauvaise note lors d’une évaluation résulte d’une inadéquation entre les connaissances/compétences de l’étudiant et les exigences/objectifs pédagogiques de l’enseignant qui construit son outil d’évaluation (ici par un QCM). Notre intérêt s’est donc porté sur la possibilité de faire évoluer le contenu de l’outil en fonction de l’utilisation qui en est faite. Les étudiants doivent pouvoir signaler un contenu qui leur parait, à tort ou à raison, inadapté, confus ou erroné, et cette information doit être disponible et utilisable par les enseignants pour éventuellement réviser une évaluation. A terme, nous souhaitons la constitution d’une banque dynamique de QCM avec la maitrise de leurs caractéristiques métrologiques, en faisant notamment la part entre difficulté et ambigüité d’une question, en rapprochant le niveau de difficulté perçu par l’auteur d’une question et celui estimé sur les statistiques de réussite des étudiants. Les enseignants qui le souhaitent profiteront de cet outil pour proposer leur propre matériel d’évaluation et d’entrainement, et bénéficieront d’informations objectives «de terrain» sur leurs QCM par retour d’expérience des étudiants. Le développement de cet outil évolutif
(quasiment en temps réel) s’est fait en respectant la contrainte d’une maintenance la plus légère possible.
1 Projet M1116 : « PacesUE4 : parcours pédagogique»
 Présentation  de l’outil
La construction de l’outil est fondée sur le programme de l’UE4 et suit donc les chapitres et sous-chapitres de cette UE. Pour chaque sous-chapitre, 3 phases s’enchainent, (1) évaluation des pré-requis, (2) entrainement proprement dit et (3) auto-évaluation en conditions d’examen.
On distingue deux types d’utilisateur final : l’étudiant et l’enseignant.
Pour l’étudiant, l’organisation en 3 phases permet de structurer l’acquisition des connaissances dans un parcours logique rendant plus efficace l’utilisation du contenu pédagogique. Les 3 phases se déclinent à l’échelle de ce que nous avons choisi comme unité pédagogique, à savoir celle du chapitre (figure 1).
1e phase : La phase d’évaluation des pré-requis est figée avec une passation unique et identique pour tous les étudiants. Elle est constituée de QCM, QROC ou problèmes et, à l’issue de cette passation et en fonction des résultats, l’étudiant est invité à :
•  poursuivre son parcours vers la phase d’entrainement si ses pré-requis sont jugés satisfaisants,
•  revoir certaines notions, avec proposition de liens vers des ressources spécifiques, si ses pré-requis sont jugés insuffisants.
2nde phase : La phase d’entrainement consiste à proposer une succession de lots de QCM dont la taille est fixée à 20 questions. Dans la base de QCM, chacun d’eux est associé à un certain nombre d’attributs dont le sous-chapitre auquel il se rapporte, le niveau de difficulté initial, des commentaires, etc. Chaque passation de lot est notée et sa correction est commentée. Le temps de passation est chronométré mais non limité afin que l’étudiant puisse mesurer ses progrès. A l’exception du premier, la composition d’un lot de QCM est conditionnée par les sous-chapitres abordés et les résultats obtenus aux lots de QCM précédents. Chaque lot de QCM est constitué par sondage aléatoire de la base dont la pondération privilégie le tirage de QCM :
• des notions les moins souvent abordées
• des notions pour lesquelles les résultats sont jugés insuffisants
• de niveau de difficulté plus élevé dans les notions pour lesquelles les résultats sont jugés satisfaisants
Le premier lot est quant à lui constitué de QCM tirés aléatoirement selon une loi uniforme parmi ceux se rapportant au chapitre en cours.
3e phase : La phase d’auto-évaluation en conditions d’examen est proposée à l’étudiant lorsqu’il s’est entrainé sur un nombre de QCM d’un sous-chapitre jugé suffisant et qu’il a obtenu un taux de réussite jugé satisfaisant, mais l’étudiant reste libre de s’y confronter à tout moment. Les conditions d’examen sont configurables par l’étudiant qui fixe le nombre de QCM et la durée de l’épreuve, a priori conformément à ses propres conditions de concours.
Lors de cette phase, si l’étudiant atteint la limite de temps imparti, il peut continuer l’épreuve malgré le chronométrage. Cependant, la notation sera double, avec une note en conditions d’examen (ne prenant pas en compte les réponses fournies au-delà de la limite) et une note prenant en compte les réponses à l’intégra- lité du lot. A l’issue de cette phase, l’étudiant peut en fonction de ses résultats, décider de revenir à la phase d’entrainement du même chapitre, solliciter une nouvelle épreuve ou passer à un autre chapitre (en général, l’étape suivante).
Les orientations offertes lors du parcours pédagogique restent des propositions. Tout étudiant est libre d’intégrer ce parcours à n’importe quel chapitre et à n’importe quelle phase au sein de chaque chapitre. Le parcours est proposé, l’étudiant incité à le suivre, mais l’intégralité du contenu du site libre d’accès. Enfin, il est proposé, hors parcours pédagogique, une phase d’examen toutes notions confondues, correspondant à un concours blanc.
 Pour qu’un étudiant bénéficie pleinement des fonctionnalités de l’outil, il est nécessaire que son parcours personnel soit sauvegardé d’une session de travail à une autre. Mais l’identification et l’enregistrement n’étant pas obligatoires, l’outil est donc conçu pour accepter deux types d’utilisateur étudiant :
• un utilisateur « invité » accédant au site sans identifiant ni mot de passe : toutes les étapes et les phases sont accessibles  mais  sans  possibilité  de  sauvegarder  la progression ou les notes obtenues entre 2 sessions
• un utilisateur « étudiant » nécessitant la création d’un compte et la connexion à chaque session via un identifiant et mot de passe.
Lors de la création du compte étudiant, l’utilisateur est invité à préciser sa faculté de rattachement (il n’est effectué aucun contrôle et il est laissé la possibilité de se déclarer « sans affiliation »). Ce choix permet de personnaliser les trois phases de chacune des étapes. Si les paramètres spécifiques à la faculté désignée ont été spécifiés dans la base, le contenu pédagogique soumis à l’étudiant lors des trois phases d’évaluation des pré-requis, d’entrainement et d’examen ainsi que  les conditions de cet examen (nombre de QCM, durée, autorisation de calculette) sont adaptés en conséquence. Si l’étudiant choisit de ne pas s’affilier à une faculté, il disposera du même type d’accès à l’outil qu’un utilisateur invité avec en plus la sauvegarde de ses sessions de travail.
Chaque étudiant, par son activité sur le site, alimente la base de données et peut accéder aux statistiques détaillées de son parcours et des résultats qu’il a obtenus.
Il lui est ainsi offert une vision synoptique de ses propres acquisitions en termes d’exhaustivité et de réussite à même de le renseigner sur ses capacités à passer l’épreuve d’UE4 du concours de PACES.
Cette base de données permet également d’améliorer le contenu du site d’une part via le traitement des « signalements » faits par les utilisateurs lorsqu’ils rencontrent du contenu qui leur semble contenir des erreurs ou manquer de clarté et d’autre part en réévaluant de façon semi-automatique le niveau de difficulté du contenu de type QCM. En effet, lorsqu’un QCM a été suffisamment utilisé, il est possible de connaitre son taux de réussite effectif. Lorsque le taux de réussite à un QCM est extrêmement fort le niveau de difficulté du QCM est automatiquement réévalué à la baisse lorsque cela est possible. Lorsque le taux de réussite est extrême- ment faible le QCM est signalé à son auteur pour réévaluation. L’auteur est libre de le maintenir tel quel, d’en changer l’intitulé ou les items ou encore d’en changer le niveau de difficulté pour un niveau plus élevé si cela est possible.
Les enseignants de la spécialité jouent un rôle primordial dans l’outil, car ils fournissent le contenu pédagogique et en particulier les QCM. En contrepartie, ils peuvent adapter l’outil aux conditions d’examen qu’ils prévoient pour les étudiants s’étant inscrits comme appartenant à leur faculté. Les paramètres pouvant être modifiés sont le nombre de QCM, la durée de l’épreuve, l’autorisation ou non d’une calculette et éventuelle- ment son niveau de difficulté. Pour le concours blanc, ils peuvent également modifier le nombre et la nature des notions parmi lesquels les QCM peuvent être tirés au sort, adaptant ainsi l’épreuve au programme abordé au cours de l’année.
Enfin, l’outil offre également le moyen de tester et d’évaluer les QCM qu’ils proposent. Ainsi, la création d’un compte utilisateur  « enseignant » permet d’accéder à une interface d’ajout de QCM, au « monitoring » des QCM déjà proposés (statistiques de réussite et signalements des étudiants) et de paramétrage des phases d’examen et de concours blancs pour les étudiants d’une faculté. L’enseignant a la possibilité de consulter les statistiques globales de réussite associées aux QCM présents dans la base en spécifiant un grand nombre de paramètre dont par exemple la faculté de l’auteur, la faculté des étudiants ayant abordé les questions, etc.
Enfin, l’enseignant peut exporter une sélection de QCM en version électronique pour son propre enseignement ou ses propres épreuves.
 Conclusion
L’outil présenté est en cours de développement. Son évolution est ouverte et dépendra des demandes et besoins des utilisateurs. Le bénéfice attendu par les utilisateurs ne sera optimal que s’il y a suffisamment de QCM pour alimenter plusieurs lots d’entrainement et d’examen sans redondance. L’apport pédagogique de l’outil dépend donc principalement de la quantité de QCM (et des autres méthodes d’évaluation) stockés dans la base de données. Il sera indispensable d’obtenir l’implication de tous les enseignants de la discipline afin qu’il puisse être rapidement fonctionnel.
L’outil est amené à évoluer sur tous ces aspects et en particulier sur l’organisation en chapitres sous-chapitres qui doit pouvoir être révisée. De par ses principes très génériques de fonctionnement, il peut s’appliquer à n’importe quel enseignement dont le contenu est organisé en chapitres et sous-chapitres et dont l’évaluation est possible par QCM.
L’auteur n’a pas transmis de conflit d’intérêt concernant les données diffusées dans cette vidéo ou publiées dans la référence citée.
Conférence enregistrée lors du 13ème Congrès International Internet et Pédagogie en Sciences de la Santé et du Sport (IP3S) les 8 et 9 novembre 2012 – Faculté des Sciences du Sport et de l’Education Physique – Université Lille 2
Session : Communications libres
Présidence : Pascale GUIRAUD, La Réunion, Michel COSSON, Lille 2.
Organisé avec le partenariat de l’UNF3S.
Réalisation, production : Canal U/3S et CERIMES
Mots clés : IP3S, Lille, 2012, UNF3S, UMVF,UNSPF, UNSOF, UV2S, internet, pédagogie, technologie, modélisation, formation, serious game, 3D numérique, Sciences de la Santé, OpenU, Stratégie pédagogique, Tutorat, Banque de données numérique, Formation tout au long de la vie, Gérontologie

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 IP3S Lille 2012 : Utilisation de ressources numériques à usage pédagogique pour l’enseignement de la physiologie de l’exercice en niveau Licence et Master STAPS
 IP3S Lille 2012 : De l’imprimé au numérique : apports et questions en histoire des techniques du corps
 IP3S Lille 2012 : Construire son projet professionnel / créer son entreprise, dans les métiers du sport : deux exemples d’application pratique
 IP3S Lille 2012 : Les métiers du sport : concevoir son projet professionnel
 IP3S Lille 2012 : Revue EPS : 60 ans d’histoire de l’Education Physique en libre accès
 IP3S Lille 2012 : Table ronde UV2S / UNF3S: bilan, perspectives et chantiers d’avenir.
 IP3S Lille 2012 : Problématique de l’interactivité d’un cours faisant appel à plusieurs disciplines ; résultats en odontologie et perspectives interdisciplinaires
 IP3S Lille 2012 : Construire son projet professionnel / créer son entreprise, dans les métiers du sport : deux exemples d’application pratique (copie)
 IP3S Lille 2012 : Création de deux centres de soins dentaires à Rouen et au Havre ; enseignement à distance.
 IP3S Lille 2012 : Projet Métaciel : enseigner la prothèse autrement...
 IP3S Lille 2012 : Le crânio-face dans tous ses états
 IP3S Lille 2012 : Formation hydride en Odontologie : un dispositif numérique novateur de formation.
 IP3S Lille 2012 : Ouverture du 13ème Congrès International Internet et Pédagogie des Sciences de la Santé et du Sport.
 IP3S Lille 2012 : Discussion ; apprentissage et technologie.
 IP3S Lille 2012 : Table ronde : la proposition d’Open-U à la française.
 IP3S Lille 2012 : discussions : simulation en apprentissage.
 IP3S Lille 2012 : discussion : IDEFI.
 IP3S Lille 2012 : Traitement numérique de Médecine Physique et de réadaptation pour le 3ème cycle.
 IP3S Lille 2012 : Du livret de poche à l’application interactive
 IP3S Lille 2012 : Livret de l’interne – Carnet de stage
 IP3S Lille 2012 : Création et utilisation de vidéo-cours en Première Année Commune de Santé. Impact sur l’homogénéité des résultats entre groupes d’étudiants.
 IP3S Lille 2012 : Apport des Technologies Éducatives dans la mise en œuvre de l’universitarisation des formations en soins infirmiers à l’Université Bordeaux Segalen
 IP3S Lille 2012 : Table ronde: quelle reconnaissance pour l’auteur de RPN (Ressources Pédagogiques Numériques) : carrière, diffusion, rémunération.
 IP3S Lille 2012 : Les ressources pédagogiques numériques et le droit.
 IP3S Lille 2012 : Les droits fondamentaux de l’auteur.
 IP3S Lille 2012 : Synthèse du 13ème congrès international IP3S et discours de clôture.
 IP3S Lille 2012 : 2 800 fans, 150 000 visiteurs, 600 000 actions : le tour du monde de l’anatomie fonctionnelle en 86 vidéos 3D.
 UNITY: logiciel libre 3D temps réel et multimédia pour la création de ressources pédagogique
 IP3S Lille 2012 : Un jeu sérieux pour l’apprentissage du raisonnement clinique
 IP3S Lille 2012 : D’un cours virtuel scénarisé au Serious Game : place du e-learning dans la formation initiale en Prothèse Fixée
 IP3S Lille 2012 : Construire des serious games en mondes virtuels.
 IP3S Lille 2012 : SEGAMED 2012 : le point sur les serious games en médecine et santé
 IP3S Lille 2012 : Opensim, une nouvelle opportunité pour l’enseignement supérieur et la recherche.
 IP3S Lille 2012 : Opensim comme environnement de simulation en anthropologie
 IP3S Lille 2012 : Panorama et dernières évolution dans le monde des médias sociaux.
 IP3S Lille 2012 : Le podcasting à l’université : outil pédagogique ? Support d’apprentissage ?
 IP3S Lille 2012 : Scenarii d’usages pédagogique autour de quelques médias sociaux.
 IP3S Lille 2012 : Analyse des usages autour d’une page facebook en microbiologie.
 IP3S Lille 2012 : Les réseaux sociaux : un outil de communication pour les professionnels de la santé ?
 IP3S Lille 2012 : PRESAGE, développement de la simulation médicale comme outil pédagogique d’apprentissage des sciences médicales pour les premières années d’étude.
 IP3S Lille 2012 : L’intégration de la simulation dans la formation médicale initiale et l’évaluation dans les 1er et 2ème cycles.
 IP3S Lille 2012 : Simulation en Anesthésie-Réanimation.
 IP3S Lille 2012 : IDEFI – SAMSEI Stratégies d’Apprentissage des Métiers de Santé en Environnement Immersif.
 IP3S Lille 2012 : IDEFI - CPA-SimUSanté : Développement d’un Centre de Pédagogie Active - Simulation Avancée en Santé pour la formation pluridisciplinaire initiale et continue des professionnels de santé en Picardie
 IP3S Lille 2012 : Evaluation de la prise en charge de l’hémorragie grave du post-partum sur simulateur SimMom(R) : Etude menée auprès de 24 étudiants sages-femmes.
 IP3S Lille 2012 : Intégration des connaissances en sciences fondamentales par la simulation médicale dans les centres de formation en soins infirmiers. Recommandations tirées de deux années d’expérience.
 IP3S Lille 2012 : Jamais la première fois sur un patient : les enjeux de la simulation en soins infirmiers
 IP3S Lille 2012 : De l’intérêt du numérique dans la formation en soins infirmiers.
 IP3S Lille 2012 : Campus numérique de Maïeutique.
 IP3S Lille 2012 : Une production pour des usages: table ronde autour de success story en matière d’usage des ressources numériques dans l’enseignement et touchant nos 4 publics : FI, FC, Francophonie, Grand Public
 IP3S Lille 2012 : Une production pour des usages: table ronde autour de success story en matière d’usage des ressources numériques dans l’enseignement et touchant nos 4 publics : FI, FC, Francophonie, Grand Public
 IP3S Lille 2012 : usage des ressources numériques dans l’enseignement.
 IP3S Lille 2012 : usage des ressources numériques dans l’enseignement.
 IP3S Lille 2012 : usage des ressources numériques dans l’enseignement.
 IP3S Lille 2012 : usage des ressources numériques dans l’enseignement.
 IP3S Lille 2012 : usage des ressources numériques dans l’enseignement.
 IP3S Lille 2012 : usage des ressources numériques dans l’enseignement.
 IP3S Lille 2012 : usage des ressources numériques dans l’enseignement.
 IP3S Lille 2012 : usage des ressources numériques dans l’enseignement.
 IP3S Lille 2012 : usage des ressources numériques dans l’enseignement.
 IP3S Lille 2012 : usage des ressources numériques dans l’enseignement.
 IP3S Lille 2012 : L’UNF3S en route vers une «Open U» à la française : les leçons apprises du FSP Mère-Enfant et du projet IDEFI TIL.
 IP3S Lille 2012 : Qui bénéficie de la coopération inter-universitaire dans l’enseignement en ligne ? L’expérience de l’Université Virtuelle de Bavière
 IP3S Lille 2012 : MOOCs, de nouvelles formes de cours ouverts.
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte