Canal-U

Mon compte
Ecole Normale Supérieure de Lyon

19 - Villes coloniales du Maghreb, entre histoire urbaine et histoire sociale


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/ecole_normale_superieure_de_lyon/embed.1/19_villes_coloniales_du_maghreb_entre_histoire_urbaine_et_histoire_sociale.4356?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
ENS-LSH/SCAM

Producteur Canal-U :
Ecole Normale Supérieure de Lyon
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

19 - Villes coloniales du Maghreb, entre histoire urbaine et histoire sociale

par Anna Bozzo (Université de Rome)

Sociétés : scènes et acteurs : session thématique (prés. Jean-Pierre Frey)

Colloque pour une histoire critique et citoyenne - le cas de l'histoire franco-algérienne

Constantine est une ville unique, en raison de son site, de son histoire et de la tradition millénaire de son centre historique, qui en a fait de tout temps un pôle d’attraction pour son hinterland, et une capitale régionale. De surcroît, cette ville a connu un destin à part pendant la période coloniale, en raison des circonstances de sa conquête d’abord et des stratégies de domination qu’ont exercées, de manière concurrentielle, et souvent conflictuelle, les autorités coloniales civiles et militaires. Mais c’est à travers la définition de sa spécificité que l’on parviendra à jeter des éclairages sur l’impact qu’a eu en général la colonisation sur d’autres villes d’Algérie et du Maghreb. Ce qui fera l’objet de cette communication est moins la consistance de ce patrimoine urbain, marqué profondément et de manière irréversible par l’urbanisme colonial, tel qu’on l’a hérité à l’heure actuelle, avec tous les problèmes que pose son impérative sauvegarde et réhabilitation, que l’épaisseur historique du vécu millénaire de cette ville, avec ses populations, ses notabilités traditionnelles, une histoire sociale strictement dépendante de ce cadre urbain tout à fait extraordinaire.

Cette dimension sociale et humaine, comme partie constitutive et incontournable de la condition urbaine, est au cœur de notre regard sociohistorique sur Constantine comme phénomène urbain que ses derniers conquérants ont marqué et violé en profondeur, sans le détruire pour autant. Quoi qu’il en soit, le Rocher, en tant que cœur battant de la ville, n’a pas connu la décadence d’autres médinas, que le colonisateur a marginalisées, tout en les gardant sous contrôle policier, les vidant de leurs prérogatives économiques administratives et directionnelles pour transférer ces dernières dans des nouveaux quartiers modernes destinés aux Européens (les villeneuves) ; au contraire, le Rocher a gardé sa position centrale, confirmée par son développement radial ; quant à ses populations autochtones, elles ont été entraînées dans une progressive modernisation du tissu urbain. Celle-ci n’a pas été le fruit du hasard, mais l’effet de mesures adoptées par les autorités civiles, souvent contrecarrées par les militaires, pour répondre aux exigences d’installation des nouveaux occupants, qui se sont rajoutés, ce qui a favorisé l’émergence de l’individu-citoyen, et l’apprentissage d’une nouvelle sociabilité ; la société dans son ensemble a connu des transformations profondes, mais moins traumatiques qu’ailleurs, et s’est organisée par le bas, en empruntant de manière surprenante la vie associative dans le cadre de l’espace public refaçonné par le colonisateur, pour faire revivre l’ancienne tradition citadine. Et ce n’est pas un hasard si Constantine a été le centre d’un renouveau culturel et religieux qui a jeté les bases de l’élaboration d’une nouvelle identité algérienne s’inscrivant dans la modernité, mais n’ayant pas la France comme référent majeur.

Equipe technique Directeur de la production: Christophe Porlier, Responsable des moyens techniques: Francis Ouedraogo, Réalisation : Service commun audiovisuel et multimédia : Mathias Chassagneux, Julien Lopez, Son: Xavier comméat, Encodage-Diffusion Web : Jean-Claude Troncard

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 01 - Ouverture du colloque
 02 - L’ Algérie en 1830 : difficultés d'une histoire critique de la période ottomane
 03 - La crise de 1865-1879 en Algérie
 04 - Justice et mémoire : continuités de l'antagonisme entre Etat et peuple en Algérie
 05 - Du beylik ottoman au pouvoir français : débat et questions
 06 - Algérie/Maroc : une mise en parallèle à l'époque coloniale
 07 - La minorité européenne d'Algérie (1830-1962)
 08 - Le FLN à l'été 1962 : le pourquoi d'une crise
 09 - L'Algérie coloniale : la constante militaire dans le pouvoir français
 10 - Les militaires nord-africains dans l'armée française pendant la seconde guerre mondiale
 11 - Les nouveaux colons ? L'installation des militaires français démobilisés en Algérie
 12 - Administrer, encadrer, réprimer : débat et questions
 13 - Présentation de la session thématique : le soubassement économique par René Gallissot
 14 - Les banques et l’Algérie
 15 - Le système fiscal colonial et la dynamique d’identification communautariste en Algérie
 16 - Une politique économique de moyen terme entre intégration et indépendance
 17 - Restitution des sessions - Formes et processus de colonisation
 18 - Noirs en Algérie, XIXème- XXème siècles
 20 - Sociétés : scènes et acteurs: débat et questions
 21 - Le judaïsme d’Algérie 1830-1962 au-delà des pressions officielles et des lobbies de mémoire
 22 - Quand les missionnaires rencontrent l'islam berbère
 23 - Religions et statuts personnels : débat et questions
 24 - Sportsmen musulmans et nouvelles figures sociales de l’émancipation
 25 - Émergence de la culture moderne de l’image dans l’Algérie musulmane contemporaine
 26 - Les Algériens et leur(s) langue(s) de la période coloniale à nos jours
 27 - Présentation de la session thématique : Enseignement et enseignants dans l’Algérie coloniale
 28 - Instituteurs et medersiens en Algérie coloniale
 29 - Histoire du système d’enseignement colonial en Algérie
 30 - Sociétés coloniales et post-coloniales - restitutions des sessions
 31 - La fédération des Elus des Musulmans du Département de Constantine.
 32 - Messali Hadj : de la sanctification militante à l’exclusion officielle
 33 - Pourquoi le 1er novembre 1954 ? par Gilbert Meynier
 34 - Présentation de la session thématique : La guerre d'indépendance algérienne, 1954-1957
 35 - La répression de Mai 1945 dans le Constantinois : synthèse historique
 36 - Un couple de notables guelmois : Marcel Lavie, Smaïl Lakhdari
 37 - Le nationalisme algérien vu par les services de renseignements français (1947-1954)
 38 - La répression de l’« insurrection » du 20 août 1955 dans le Constantinois
 39 - La guerre d'indépendance algérienne : prémisses et débuts (1945-1955).
 40 - L'affaire Audin
 41 - Guerre d’Algérie et vie politique française (1954-2005)
 42 - Politiques, militaires, intellectuels français.
 43 - Un cas : militants anticolonialistes dans le Gard (1954-1962)
 44 - La résistance française à la guerre d’Algérie : motivations, sociologie et mémoire
 45 - Les rapports franco-allemands à l’épreuve de la question algérienne (1955-1963)
 46 - La Guerre de libération nationale algérienne et les pays de l’Est : le cas de la Hongrie
 47 - De Gaulle et l'Algérie : grand dessein ou adaptation empirique ?
 48 - De la construction d'une identité nationale à la guerre d'indépendance algérienne (1)
 49 - L'affaire Mourad
 50 - Les femmes dans l’Armée de libération nationale
 51 - Bilan du 17 octobre 1961 à Paris
 52 - Présentation de la session thématique : La guerre d’indépendance algérienne
 53 - L’Armée nationale de libération face à l’armée française
 54 - Les dirigeants de l'Aurès-Nemencha, 1954-1957
 55 - La wilâya 2 : organisation, orientations politiques et conflits internes.
 56 - Radioscopie du Front de libération nationale à Oran durant la Guerre de libération
 57 - La guerre d'indépendance algérienne, 1954-1957 : débat et questions
 58 - Présentation de la session thématique : Une guerre de reconquête coloniale
 59 - Le haut commandement, la direction et la conduite de la guerre d’Algérie : Paris ou Alger ?
 60 - Bilan sur les camps de regroupement de la guerre de 1954-1962
 61 - Au-delà de la victimisation et de l’opprobre : les harkis
 62 - Quelle prise en compte de l’histoire par la théorie postcoloniale
 63 - La torture durant la guerre d’Algérie dans l’actualité (2000-2005)
 64 - De la construction d'une identité nationale à la guerre d'indépendance algérienne (2)
 65 - Forum associations - mémoire - histoire
 66 - Les colons de 1848, des proscrits ? Un mythe tenace et récurent
 67 - Qui furent les Européens d’Algérie ?
 68 - Immigration italienne, immigration algérienne (20ème -19ème siècle) : étude comparée
 69 - Migrations croisées : débat et questions
 70 - Histoire officielle et pressions officielles françaises dans les textes
 71 - L'historien et l'histoire officielle algérienne
 72 - Une histoire idéologique ? Existe-t-il une vision pied noir de l'histoire franco-algérienne ?
 73 - France-Algérie : groupe de pressions et histoire
 74 - L’« histoire » idéologique entre révisionnisme nostalgérique et schématismes culpabilisants
 75 - Une histoire idéologique ? débat et questions
 76-L'Algérie en France : histoire, mémoire et transmission
 77 - Le passé franco-algérien dans les manuels algériens d'histoire
 78 - Quels savoirs transmettre ? débat et questions
 79 - Les difficultés de la transmission scolaire
 80 - Enseigner la guerre d'Algérie à l'école : dépasser les enjeux de mémoires
 81 - Conclusion du colloque Pour une histoire critique et citoyenne
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte