Canal-U

Mon compte
Ecole Normale Supérieure de Lyon

31 - Du cinéma direct au documentaire : les évolutions du cinéma militant


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/ecole_normale_superieure_de_lyon/embed.1/31_du_cinema_direct_au_documentaire_les_evolutions_du_cinema_militant.4636?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
LECLER Romain

Producteur Canal-U :
Ecole Normale Supérieure de Lyon
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

31 - Du cinéma direct au documentaire : les évolutions du cinéma militant

Session Effets artistiques et littéraires de Mai 68. Transformations plastiques, déstabilisations génériques, nouveaux dispositifs de création Colloque Mai 68 en quarantaine Le cinéma militant, formalisé comme genre à part entière aux Etats Généraux du cinéma en Mai 68, naît véritablement un an avant, avec des films comme Loin du Vietnam ou A bientôt j’espère. Diffusé dans un circuit non commercial, et en particulier auprès d’un public déjà politisé, le genre entre en crise au début des années 1980 avec la disparition de ce public. Notre travail a porté sur le collectif Slon-Iskra, le principal collectif de diffusion militante de la période. Au cours des années 1970, le genre du cinéma militant y a été marqué par des évolutions formelles et thématiques, qui renvoient aux évolutions militantes de la décennie : d’abord focalisé sur les ouvriers, il s’ouvre progressivement aux paysans, à la police, à la psychiatrie, puis aux nouvelles revendications féministes, écologistes, éducatives, et enfin à des thématiques moins revendicatives et plus documentaires. Au niveau international, l’intérêt exclusif pour les luttes révolutionnaires laisse place à des thèmes plus éclectiques. En outre, issu du cinéma direct, le cinéma militant trouve une filiation dans le documentaire. L’analyse des trajectoires des cinéastes militants permet d’expliquer une telle évolution.Bibliographie Darley, Catherine, (1983), « De Slon à Iskra. Quinze ans de cinéma militant, 1967-1982. », maîtrise, Paris 1, (sous la direction de A. Prost). Fleckinger, Hélène (2007) « Caméra au poing : Cinéma et vidéo au service des luttes féministes (France, années 1970) », Colloque international sur le patriarcat comparé et les institutions américaines. Université de Savoie. Foltz, Colin, (2001), « L’expérience des Groupes MEDVEDKINE – SLON, 1967-1974 », maîtrise, Paris 1, (sous la direction de N. Brenez). Hatzfeld, Nicolas, Gwenaelle Rot, et Alain Michel (2004), « Le travail en représentation dans les films militants. Caméras et micros dans les usines automobiles, 1968-1974 » in Revue européenne d’histoire sociale, n°9 (Histoire et sociétés). Hennebelle, Guy (1975). Quinze ans de cinéma mondial 1960-1975. Paris, les éditions du Cerf. Layerle, Sébastien, (2005), « Le cinéma à l’épreuve de l’événement. Mémoires croisées de quelques pratiques militantes en Mai 68 », doctorat, Paris III, (sous la direction de J.-P. Bertin-Maghit). Lecler Romain (2007) « Cinéma militant et cinéastes militants en France après Mai 68. De l’adhésion militante à l’autonomie artistique : la réhabilitation de l’auteur », master 2, Paris 1, (sous la direction de F. Matonti).Equipe technique Directeur de la production: Christophe Porlier, Responsable des moyens techniques: Francis Ouedraogo, Réalisation : Service
commun audiovisuel et multimédia : Mathias Chassagneux, Son: Xavier Comméat, Encodage-Montage-Diffusion Web : Jean-Claude Troncard

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 01 - Présentation du colloque Mai 68 en quarantaine
 02 - Ouverture du colloque Mai 68 en quarantaine
 03 - La classe politique prise de panique en mai 1968
 04 - Entre l’ancien et le nouveau : les grèves ouvrières de mai-juin 68
 05 - Discussion
 06 - Recomposition de l’extrême-gauche dans l’après-68
 07 - Quand des paysans deviennent « soixante-huitards ».
 08 - Les féminismes des années 1970, entre théories et pratiques
 09 - Discussion
 11 - Maspero et l'édition politique en 1968
 12 La question pédagogique
 13 - Discussion autour des thèmes
 14 - La question de l’autorité et la restauration symbolique
 15 - De toutes les couleurs, peinture d’histoire
 16 - Débat autour du thème de la question de l'autorité et la restauration symbolique
 17 - Ouverture de session effets philosophiques de mai 68
 18 - Les transformations de la philosophie française et le legs de 68
 19 - Débat Les transformations de la philosophie française et le legs de 68
 20 - Révolte, insurrection, soulèvement : analyse de quelques modèles de lutte
 21 - Marxisme hétérodoxe et pensée libertaire
 22 - Débat Marxisme hétérodoxe et pensée libertaire
 23 - Avec et contre la théorie critique au nom de 68
 24 - Débat Avec et contre la théorie critique au nom de 68
 25 - Eros récidive
 26 - Le lacano-marxisme de Deleuze et de Guattari
 27 - Débat autour des thèmes
 28 - Faire lever les devenirs : la question du devenir-révolutionnaire chez Gilles Deleuze
 29 - Débat Faire lever les devenirs : la question du devenir-révolutionnaire chez Gilles Deleuze
 30 - Foucault et les « années 68 »
 32 - Un ciel enfermé dans l’eau/juin 1968
 33 - Du temps des ’’avant-gardes’’
 34 - Nous n’écrirons pas les Mémoires d’un âne
 35 - Modèles critiques et pratiques sonores
 36 - Kiaï ! (écritures / impacts / action)
 37 - Débat
 38 - Clôture du colloque Mai 68 en quarantaine
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte