Canal-U

Mon compte
Fondation maison des sciences de l'homme

L’ART ET LE MUSÉE FACE À LA QUESTION (DÉ)COLONIALE - Interventions de Lucie Bouche et Jordan Éliazord, étudiants du Campus des Arts, Martinique


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/fmsh/embed.1/l_art_et_le_musee_face_a_la_question_de_coloniale_interventions_de_lucie_bouche_et_jordan_eliazord_etudiants_du_campus_des_arts_martinique.55567?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

L’ART ET LE MUSÉE FACE À LA QUESTION (DÉ)COLONIALE - Interventions de Lucie Bouche et Jordan Éliazord, étudiants du Campus des Arts, Martinique

Interventions de Lucie Bouche et Jordan Éliazord, étudiants du Campus des Arts, Martinique

En partenariat avec les enseignants et les artistes du Campus Caraïbéen des Arts de Martinique (CCA), école supérieure d’enseignement artistique fondée en 1984 sous l’impulsion d’Aimé Césaire, le groupe Mondes Caraïbes et Transatlantiques en mouvement (MCTM) propose de mener une réflexion critique sur « Art, musée et (dé)colonisation ».

 

Pour les sociétés issues de la traite européenne des Africain(e)s, le fait colonial est ontologique : penser le processus de (dé)colonisation revient à questionner le socle constitutif des identités humaines. En ce sens, envisager la domination qui pèse sur la production artistique en tant qu’expression de ces identités ontologiques, c’est nécessairement s’adresser aux outils et aux technologies qui la dotent d’efficacité. Si le « marché de l’art » et ses différents acteurs nous paraissent être « la place forte » de la construction d’un ordre artistique hégémonique s’adressant à l’ordre social, nous souhaitons non seulement discuter de la pertinence d’une telle assertion, mais aborder les marges et les négociations que les artistes inventent pour contrer, et « résister » à de tels processus. En ce sens, « la décolonisation » de mise aujourd’hui mérite d’être pensée à la lumière des strates successives qui ont contribué à l’émergence d’une « tradition » critique, hybride et mouvante innervée par le souci permanent de s’extraire des assignations d’un ordre arbitraire. La dynamique de recherche et création impulsée par le Campus Caraïbéen des Arts (CCA) se situe au carrefour des Sciences Humaines et de l’Art contemporain lorsqu’elle prend en compte le corps et le territoire comme « objectivement organisés et culturellement inventés ». Cette invention culturelle ainsi que sa réinvention impulsent le geste et les spéculations conceptuelles et plastiques des étudiants du CCA, invités ici à penser trois objets de recherche et création porteurs du sens de la confrontation à l’ordre colonial : le Drapeau, la Carte, le Patronyme.


  •  
  •  
    Date de réalisation : 29 Janvier 2020
    Durée du programme : 55 min
    Classification Dewey : Sociologie de l’art, Colonisation
  •  
    Catégorie : Séminaires
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Arts
    Collections : Mondes Caraïbes et Transatlantiques en Mouvement
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : décolonisation, colonialisme, musée, Martinique, caraïbes
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 CAPITALISME ET (POST)ESCLAVAGE : POUR UNE CRITIQUE CARIBÉENNE DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE - Discussion générale Animé par Jean-Bernard OUÉDRAOGO avec les membres de MCTM
 CAPITALISME ET (POST)ESCLAVAGE : POUR UNE CRITIQUE CARIBÉENNE DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE - Race, genre et reproduction sociale dans le capitalisme post-esclavagiste - Présenté par Françoise VERGÈS
 CAPITALISME ET (POST)ESCLAVAGE : POUR UNE CRITIQUE CARIBÉENNE DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE - Comment penser le capitalisme en Haïti après le révolution de 1804? Présenté par Jean-Jacques CADET
 CAPITALISME ET (POST)ESCLAVAGE : POUR UNE CRITIQUE CARIBÉENNE DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE - Sur quelques modalités du post-esclavagisme....... dans les grands domaines sucriers antillais du début du XXe siècle...
 CAPITALISME ET (POST)ESCLAVAGE : POUR UNE CRITIQUE CARIBÉENNE DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE - Les planteurs sont-ils des entrepreneurs capitalistes? Présenté par Caroline OUDIN-BASTIDE
 CAPITALISME ET (POST)ESCLAVAGE : POUR UNE CRITIQUE CARIBÉENNE DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE - Writing back : from Eric Williams to Edward Long - Présentation Catherine HALL
 CAPITALISME ET (POST)ESCLAVAGE : POUR UNE CRITIQUE CARIBÉENNE DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE. - Introduction et présentation de la journée d'étude
 L’ART ET LE MUSÉE FACE À LA QUESTION (DÉ)COLONIALE - Au nom du père. Figures paternelles, figures masculines décomposées
 L’ART ET LE MUSÉE FACE À LA QUESTION (DÉ)COLONIALE - Nommer autrement, performer le réel - de la décolonisation du savoir par l'art-
 L’ART ET LE MUSÉE FACE À LA QUESTION (DÉ)COLONIALE - Conversation entre Jean-François Boclé et Androula Michael à propos de l’exposition « Retours à l’Afrique »
 L’ART ET LE MUSÉE FACE À LA QUESTION (DÉ)COLONIALE - Retours à l'Afrique du point de vue des artistes - enjeux et perspectives critiques
 L’ART ET LE MUSÉE FACE À LA QUESTION (DÉ)COLONIALE - Introduction à la journée d'études
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte