Canal-U

Mon compte
Institut d'études avancées de Paris

la bioéthique de nos cerveaux


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/iea_paris/embed.1/la_bioethique_de_nos_cerveaux.56093?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Producteur Canal-U :
Institut d'études avancées de Paris
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

la bioéthique de nos cerveaux

Conférence d'Hervé Chneiweiss (CNRS) dans le cadre du cycle « La bioéthique : aux frontières de la vie », organisé par l’Institut d’études avancées de Paris et l’École pratique des hautes études (EPHE-PSL).

Les neurosciences soulèvent des questionnements éthiques et juridiques liés, d’une part, à l’utilisation des techniques d’imagerie cérébrale, d’autre part, au recours aux techniques biomédicales en vue d’améliorer les performances cognitives. Les méthodes d’imagerie cérébrales ont beaucoup progressé au cours des dernières années, leur diversité permettant l’acquisition de connaissances sur l’architecture du cerveau ou son activité à différentes échelles de temps ou de résolution spatiale. En 2011, le législateur a créé un chapitre au sein du code civil intitulé « de l’utilisation des techniques d’imagerie médicale », composé d’un article unique (art. 16-14 du code civil) « Les techniques d'imagerie cérébrale ne peuvent être employées qu'à des fins médicales ou de recherche scientifique, ou dans le cadre d'expertises judiciaires. …». Les recherches en neurosciences conduisent au développement de neurotechnologies qui visent à la création de dispositifs capables de «lire» l'activité cérébrale humaine et «d'écrire» des informations neuronales dans le cerveau. Les neurotechnologies varient selon leur degré d'invasivité : implants cérébraux ou casques voirs apps.

Indépendamment du degré d'invasivité, le potentiel d'interaction explicite et de manipulation implicite avec les facultés personnelles de prise de décision, d'émotion et d'action nécessitent une surveillance particulière des neurotechnologies.

Hervé Chneiweiss est neurobiologiste et neurologue, directeur de recherche au Cnrs et praticien hospitalier à la Salpétrière. Directeur du laboratoire Neuroscience Paris Seine (Sorbonne Université, Cnrs, Inserm) il est aussi président du Comité d’éthique de l’Inserm et du Comité International de bioéthique de l’Unesco.

  •  
  •  
    Date de réalisation : 11 Mars 2020
    Lieu de réalisation : Institut d'études avancées de Paris 17 quai d'Anjou 75004 Paris
    Durée du programme : 46 min
    Classification Dewey : Ethique médicale, Religion, L'Etat, Bioéthique, Laïcité, relations entre les religions, religions et politique, Sociologie des institutions religieuses (institutions religieuses considérées d'un point de vue laïc ; sociologie de la religion), Eglise et société, Ethique politique, civisme, Droit de la santé, bioéthique et biotechnologies, Droit (jurisprudence, législation, matières religieuses, ouvrages généraux, science juridique)
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Science, éthique et société
    Collections : Conférences
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
  •  
    Langue : FRA
    Mots-clés : laïcité, bioéthique, église, jurisprudence, laïcité (France), appartenance religieuse, Santé
    Conditions d’utilisation / Copyright : © IEAdeParis/2019
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte