Canal-U

Mon compte
La forge numérique

La mémoire des morts pour bâtir les territoires


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/la_forge_numerique/embed.1/la_memoire_des_morts_pour_batir_les_territoires.16322?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Producteur Canal-U :
La forge numérique
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

La mémoire des morts pour bâtir les territoires

Cette conférence, prononcée par Vincent Hincker, archéologue au conseil général du Calvados, a été donnée dans le cadre de la première Semaine de la mémoire, organisée en partenariat avec la fête de la Science, qui s'est déroulée en Basse−Normandie du 15 au 20 septembre 2014.

Le chemin a été long avant d'arriver au cimetière tel que nous le connaissons aujourd'hui. À la monumentalité du Néolithique succèdent les nécropoles de l'âge du bronze et du fer, les mausolées et les jardins funéraires romains. Les tombes font leur apparition à l'Antiquité autour des églises, à la fin du IVe siècle avec la chrétienté. À l'époque médiévale, l'église devient un marqueur. On rend présent le défunt par les dalles funéraires et les gisants. Au temps des lumières, les cimetières sont repoussés hors des villes. Au XIXe siècle, les populations établissent des chapelles funéraires et des couronnes. Après la Seconde Guerre mondiale, les campagnes s'effacent. Les repères sont bousculés. Jusque dans les années 1980, il n'y a plus vraiment de rites funéraires. Au XXIe siècle, la mort est une affaire professionnelle, technique, prise en charge par le corps médical. 

Actuellement, on compte quelque 30 % d'incinérations contre 8 % il y a vingt ans. Mais les gens ont besoin de repères : les urnes funéraires sont accompagnées d'une photo, un objet. La mémoire des morts est aussi une question de territoire : une identité est une construction sociale qui se forge avec un territoire donné. Les régions, l'Europe doivent contribuer à façonner ces identités.


  •  
  •  
    Date de réalisation : 19 Septembre 2014
    Durée du programme : 57 min
    Classification Dewey : Archéologie et préhistoire
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Histoire, Histoire de l'art, Archéologie
    Collections : Semaine de la mémoire 2014
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Réalisateur(s) : Maison de la Recherche en Sciences Humaines - Université de Caen Normandie
  •  
    Langue : FRA
    Mots-clés : corps, territoire, Mort, Celebration
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte