Canal-U

Mon compte
Réseau Thématique de Recherche Milieux & Diversité

D'une zone d'épandage à une zone de rejet végétalisée : le projet AZHUREV (ZA Moselle)


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/rtr_midi/embed.1/d_une_zone_d_epandage_a_une_zone_de_rejet_vegetalisee_le_projet_azhurev_za_moselle.58393?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter la chaine
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter

D'une zone d'épandage à une zone de rejet végétalisée : le projet AZHUREV (ZA Moselle)

5e colloque des Zones Ateliers – CNRS 

2000-2020, 20 ans de recherche du Réseau des Zones Ateliers

SESSION 3 : Qualité des eaux et actions anthropiques


D'une zone d'épandage à une zone de rejet végétalisée : le projet AZHUREV (ZA Moselle)


Nicolas Maurice ∗† 1, Xavier Bellanger 2, Cécile Pochet 3, Nouceiba Adouani 1, Marie-Noëlle Pons 1,4

 

1  Laboratoire Réactions et Génie des Procédés  –  Université de Lorraine, Centre National de la Recherche Scientifique : UMR7274 –  France

2  Laboratoire de Chimie Physique  et Microbiologie pour les Matériaux et lÉnvironnement  –  Centre National de la Recherche Scientifique : UMR7564,  Université de Lorraine, Centre National de la Recherche Scientifique : UMR7564 –  France

3  Grand Reims –  Grand Reims –  France

4  LTSER-ZAM  –  Université de Lorraine, Centre National de la Recherche Scientifique,  Laboratoire Réactions et Génie des Procédés  –  France


Résumé

Une partie des terres entourant l’ancien château de La Malle à Saint-Brice-Courcelles  (51) a servi pendant un siècle (de 1885 à 1987) à l’épandage des eaux résiduaires urbaines de la ville de Reims sur une surface totale de 625 ha (180 ha appartenant à la ville de Reims et 445 ha à la Compagnie des Eaux-Vannes).   Entre 1885 et 1965,  le débit moyen journalier épandu est passé de 35 000 m3/jour à 80 000 m3/jour suite à l’évolution démographique et industrielle de la ville de Reims.  Après la mise en service de la première station d’épuration (STEU)  rémoise en 1965, le débit journalier était de 40 000 m3/jour jusqu’en 1987 où l’épandage a cessé.  Sur la surface totale de 625 ha, 380 ha étaient dédiés en 1986 à l’agriculture (céréales, maïs, betterave),  120 ha à une peupleraie et 80 ha à un marais. En 2011 est né le projet AZHUREV (Aménagement d’une Zone Humide à Reims pour l’Épuration et le Vivant)  rassemblant cinq partenaires et soutenu par le MEDDE et l’AESN dans le cadre de l’appel à projet " Projets innovants dans le domaine de l’ingénierie écologique ".  La zone de rejet végétalisée (ZRV) d’AZHUREV est une ZRV de démonstration installée à la sortie de la STEU  du Grand Reims sur l’ancien  site d’épandage. Elle a pour objectif premier d’améliorer la qualité d’une partie des eaux traitées (250 m3/h) provenant de la STEU du Grand Reims, ainsi que de traiter les rejets urbains de temps de pluie (RUTP) by-passés.  Son second objectif est d’améliorer la biodiversité du site des Eaux Vannes. Cette ZRV, qui est fonctionnelle depuis juillet 2017 (date de mise en eau), est composée de trois bassins de même surface (20 000 m2), fonctionnant en parallèle, avec des types de végétation aquatique et des densités de plantation différentes (initialement  Phragmites australis, Glyceria maxima et Scirpus lacustris ).  En complément d’une métrologie in-situ dédiée, des campagnes de prélèvement mensuelles sont programmées pour suivre le devenir du carbone (organique et inor- ganique), du phosphore, des espèces azotées, des éléments traces, de micropolluants organiques (produits pharmaceutiques,  phtalates, ...)  ainsi que des bactéries antibiorésistantes (ARB).  En parallèle, un suivi du développement  de la végétation est réalisé par des moyens terrestres (ob- servations directes, prélèvements,  caméras), aériens (drone) et satellitaires (Landsat 8 et Sentinel 2).


Depuis  la  mise  en  eau,  les  végétaux  plantés  sont  devenus  minoritaires  par  rapport  à  ceux s’installantnaturellement  dans les bassins (Ceratophyllum sp.,  Lemna minor,  Spirogyra sp.,  et Stuckenia pectinata), la disparition de certains végétaux (G. maxima, S.  lacustris ) étant liée au développement  de la faune favorisée par AZHUREV (ragondins, cygnes).  Du fait du développement intense et non prévu de la végétation aquatique submergée, le pouvoir épuratoire des trois bassins apparaît similaire envers tous les composés étudiés.  La faune avicole s’est  particulière- ment bien implantée sur le site : cygnes tuberculés, canards colverts, foulques, grèbes castagneux, hirondelles, mouettes.  En été odonates (libellules et demoiselles), criquets et batraciens sont très nombreux, ce qui confirme le succès de l’expérimentation par rapport à l’amélioration de la biodiversité.


--

Programme et recueil des résumés à télécharger dans l'onglet documents ci-dessus.

Toutes les informations sur le site du colloque :

https://20ans-rza.sciencesconf.org/resource/page/id/5


 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte