Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

Comprendre les mondes sociaux : introduction / Michel Grossetti


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/comprendre_les_mondes_sociaux_introduction_michel_grossetti.16628?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Comprendre les mondes sociaux : introduction / Michel Grossetti

Comprendre les mondes sociaux : introduction / Michel Grossetti. In "Comprendre les mondes sociaux 2014", colloque organisé par Le Labex Structuration des Mondes Sociaux (SMS) de l'Université Toulouse Jean-Jaurès-campus Mirail. Toulouse, Centre de congrès Dominique Baudis, 7-9 avril 2014.

Dans un monde devenu opaque et incertain, un moment historique de crise et de doute, les sciences sociales sont plus que jamais indispensables, non pour proposer des solutions toutes faites, ou une « grande théorie » qui offrirait une grille de lecture universelle, mais plus modestement pour partager leurs résultats, leurs démarches, leurs questionnements. Il y quelques décennies, on s’en remettait à des sciences sociales encore en construction pour décrypter le monde et ses évolutions. On parlait à l’époque de « société », de « système » ou de « structure ». Enthousiasmés par leurs théories encore neuves, les chercheurs n’hésitaient pas à se lancer dans des interprétations globales, des « grands récits », parfois contradictoires et insuffisamment fondés empiriquement, mais qui séduisaient de nombreux lecteurs, parfois guidaient des mouvements sociaux ou des choix politiques. Certaines de ces œuvres sont à présent des références incontournables, d’autres sont tombées dans l’oubli. Et puis, les temps ont changé, certaines utopies transformatrices ont perdu de leur séduction. D’un questionnement du social, les préoccupations se sont déplacées vers l’individu, sa réussite personnelle, son entourage proche. Les gouvernements se sont de plus en plus appuyés sur des formes mathématisées d’analyse économique en phase avec des postulats individualistes et les logiques supposées des marchés.

Mais, dans le même temps, les sciences sociales ont poursuivi leur progression. Leurs méthodes se sont raffinées, les études se sont accumulées, les chercheurs ont mieux pris la mesure de la complexité de ce qu’ils ont appris à nommer plus prudemment qu’auparavant le «monde social » ou, encore plus prudemment, des « mondes sociaux », sans préjuger de l’organisation et de la cohérence de ce qu’ils observaient. Ils ont pu vérifier toutefois la justesse des intuitions qui sont à l’origine de leurs sciences : la vie sociale est plus qu’une somme d’activités individuelles, elle n’est pas réductible à un vaste marché, elle est faite de multiples liens, de solidarités, de normes, de formes sociales complexes dotées d’une certaine inertie. Elle est inscrite dans des processus historiques multiples et ancrée dans des lieux hétérogènes, irréductibles à un espace indifférencié et parfaitement fluide. Elle n’obéit pas à des lois similaires à celles de la physique : on ne peut ni la mettre en équation, ni produire sur elle des prévisions certaines. Mais elle n’est cependant pas dénuée de régularités d’ordres, de logiques, que l’on peut décrire, comprendre et analyser. On peut réfuter certaines interprétations ou certaines analyses et en défendre d’autres, sur la base de données empiriques et d’arguments logiques. Il faut pour cela un travail patient de collecte d’informations, de confrontation des analyses. C’est ce travail qui est effectué dans les laboratoires, partout dans le monde.

A Toulouse, la recherche en sciences sociales est effectuée dans des unités de recherches qui comprennent plusieurs centaines de chercheurs en sociologie, anthropologie, géographie, histoire, économie, science politique, science de la communication. Ces chercheurs se sont dotés d’un outil commun, le « Laboratoire d’excellence » Structurations des mondes sociaux.

  •  
  •  
    Date de réalisation : 7 Avril 2014
    Durée du programme : 12 min
    Classification Dewey : Sociologie et anthropologie
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : niveau Master (LMD), niveau Doctorat (LMD), Recherche
    Disciplines : Processus sociaux, changements sociaux
    Collections : Comprendre les mondes sociaux - 2014
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : GROSSETTI Michel
    producteur : Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail
    Réalisateur(s) : BOUHARAOUA Samir
    Editeur : SCPAM Université Toulouse II-Le Mirail
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : sociologie (recherche)
    Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l'Université Jean-Jaurès - campus Mirail et aux auteurs.
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Résilience des clusters industriels et réseaux / Jérôme Vicente
 Les mondialisations discrètes / Olivier Pliez
 La dispersion au travail / Caroline Datchary
 Qu'est-ce que généraliser en histoire et en sciences sociales ? / Giovanni Levi
 Analyse lexicométrique des tweets sur le "#mariagepourtous" / Pascal Marchand, Pierre Ratinaud
 La gouvernance : entre régulation et territoire / Vincent Simoulin
 La ville disparaît-elle derrière la généralisation de l'urbain ? Y a-t-il encore un intérêt scientifique à lui porter attention ? / Marie-Christine Jaillet
 Societal Changes and the Choice for Place of Residence / Sebastian Lentz
 Réseaux médiévaux / Florent Hautefeuille
 Visualisation des réseaux savants / Anthony Andurand, Marion Maisonobe, Laurent Jégou
 Investigating the dynamic interaction between actors and network context / Tom Snijders
 Éthnographie quantitative de la logistique piétonne et cycliste des consommateurs : Toulouse, XXe-XXIe siècles / Franck Cochoy
 Bases de données biographiques et réseaux (Fichoz) / Michel Bertrand, Jean-Pierre Dedieu
 Accès à l'information, transparence et espionnage : les contradictions de la communication de l'État moderne / Anne-Marie Gingras
 Donner du sang : un geste socialement et institutionnellement construit / Johanne Charbonneau
 Ici et là. De la non-intégralité des individus dans les interactions sociales / Marc-Henry Soulet
 Parcours de vieillissement et migration. Une étude auprès de femmes aînées immigrantes au Québec / Michèle Charpentier
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte