Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

Négocier les discours (in)sécuritaires au quotidien: le cas du #Brusselslockdown / Caroline Wintgens


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/negocier_les_discours_in_securitaires_au_quotidien_le_cas_du_brusselslockdown_caroline_wintgens.36397?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Négocier les discours (in)sécuritaires au quotidien: le cas du #Brusselslockdown / Caroline Wintgens

Négocier les discours (in)sécuritaires au quotidien: le cas du #Brusselslockdown / Caroline Wintgens, in Journées d'études "Parler du quotidien au quotidien dans les médias sociaux" organisées par des doctorant.es en Sciences de l'Information et de la Communiation et Sociologie du laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales (LERASS) et du laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires-Centre d'Etude des Rationalités et des Savoirs (LISST-CERS), Université Toulouse Jean-Jaurès, 22-23 mars  2017.
Axe 3 : Pratiques et supports des médias sociaux au quotidien.

Cette communication a pour objectif d’interroger les discours sécuritaires, leur inscription dans le quotidien et leur réception par les usagers de réseaux sociaux au quotidien, à travers le cas du #Brusselslockdown. Ce hashtag, apparu sur Twitter le 22 novembre 2015, a pour particularité d’avoir été inondé d’images et vidéos de chats suite à la demande des autorités belges de ne plus diffuser d’informations sur les opérations policières en cours à Bruxelles. Nous sommes au lendemain des attentats de Paris, et Bruxelles vit une période particulière : la potentielle présence de suspects de ces attentats dans la ville entraîne l’Organisme de Coordination pour l’Analyse de la Menace à réévaluer le niveau d’alerte à son maximum : la menace serait « sérieuse et imminente ». Dès lors, les écoles, les centres commerciaux et les transports en commun sont fermés. Plusieurs événements culturels et sportifs sont annulés. Les bruxellois sont quant à eux invités à rester chez eux alors que des patrouilles militaires sont déployées dans les rues. Ce lockdown durera jusqu’au 23 novembre, mais c’est la veille, durant des perquisitions de grande envergure, que la police fédérale twittera ceci : « Par sécurité, veuillez respecter le silence radio sur les médias sociaux concernant les opérations de police en cours à #Bruxelles. Merci ». Ce message a entraîné des réactions surprenantes, suite à l’initiative de @ClaireForet qui a twitté ceci : « #BrusselsLockdown #LetsShareSomePictureOfOursCats instead police actions and locations » et qui a été largement suivie.
Ce cas sera approché à travers la question des mises en scène (Goffman, 1973) de la sécurité et de la performativité (Butler, 2005) de celles-ci. Les discours sur la sécurité (ceux qui apparaissent dans les médias comme ceux qui apparaissent dans l’espace public) sont performatifs. La sécurité, le danger, la menace n’existent pas en soi, ils sont construits par le discours. L’Etat et ses représentants participent à cette construction, et donc à définir ce qui est sûr et ce qui est menaçant, puisque leur légitimité repose sur la promesse de maintenir la sécurité (Campbell, 1992). D’après Campbell, Il s’agit pour l’Etat d’assurer la sécurité des citoyens face à une menace qu’il contribue à construire, mais aussi de faire savoir qu’il assure cette sécurité. Reste alors aux usagers des médias, de l’espace public, à négocier avec ces mises en scène qui semblent toujours plus présentes dans le quotidien à travers les discours politiques, la presse, les réseaux sociaux ou encore l’espace public urbain. Sur les réseaux sociaux, les usagers sont invités à parler de ce quotidien. Ils participent alors eux aussi à la construction des discours sécuritaires, et donc de la définition de l’(in)sécurité.

  •  
  •  
    Date de réalisation : 23 Mars 2017
    Durée du programme : 23 min
    Classification Dewey : Réseaux sociaux en ligne, Contrôle de la sécurité par l'État
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : niveau Master (LMD), niveau Doctorat (LMD), Recherche
    Disciplines : Sciences de l'information et de la communication, Médias
    Collections : Parler du quotidien au quotidien dans les médias sociaux
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : WINTGENS Caroline
    producteur : Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail
    Réalisateur(s) : SARAZIN Claire
    Editeur : SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : politique de sécurité, réseaux sociaux
    Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l'université Toulouse Jean Jaurès et aux auteurs.
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte