Conférence
Notice
Langue :
Français
Crédits
Jean-Marie Gilliot (Intervention)
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
DOI : 10.60527/8n7b-5s40
Citer cette ressource :
Jean-Marie Gilliot. Canal-U-Médecine. (2012, 8 novembre). IP3S Lille 2012 : MOOCs, de nouvelles formes de cours ouverts. , in IP3S Lille 2012 Internet et Pédagogie. [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/8n7b-5s40. (Consultée le 25 juillet 2024)

IP3S Lille 2012 : MOOCs, de nouvelles formes de cours ouverts.

Réalisation : 8 novembre 2012 - Mise en ligne : 15 novembre 2012
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Titre : IP3S Lille 2012 : MOOCs, de nouvelles formes de cours ouverts.

Auteurs : Jean-Marie GILLIOT (Institut Telecom, Telecom Bretagne).Résumé : MOOC est un acronyme anglais pour Massive Open Online Classe, qui est présenté en Amérique comme une révolution pour l'enseignement supérieur. En  proposant cet acronyme dans un cours sur le connectivisme, Dave Cormier de l'université de Prince Edouard, n'imaginait pas que celui - ci serait repris par les universités américaines pour proposer leurs cours en ligne.On a vu ainsi apparaître deux formes principales de MOOCs. La première, en droite ligne des cultures numériques s'appuie sur l'abondance des contenus, donne le contrôle de l'apprentissage à l'apprenant, encourage les échanges et la création de liens. En référence au connectivisme, on parle de cMOOC. La seconde, popularisée en tête par Stanford et le MIT, revient à mettre en ligne un cours classique, avec des contenus prédéfinis. La responsabilité du contenu incombe donc à l'enseignant. Cette seconde forme a eu un plus grand impact sur l'offre de formation (on parle de 100 000 inscrits pour un cours d'Intelligence Artificielle de Stanford), et donne aux universités américaines un nouvel outil de suprématie. En lien avec l'initiative  edX du MIT, on parle de xMOOC.Deux entreprises, Coursera et Udacity retiennent également l'attention, car elles proposent de nouvelles formes de partenariats. Mais il existe des formes alternatives de formation intéressantes, comme la P2PU, qui ont commencé l'exploration d'autres formes d'ouverture avant cela. Pour autant, proposer des cours ouverts, après plus de 10 ans de mise en ligne de ressources éducatives libres paraît une évolution naturelle. L'ouverture des environnements numériques fait ainsi suite à la mise à disposition des contenus.Nous illustrerons comment créer un tel cours au travers du premier MOOC francophone ITYPA ou Internet, Tout Y est Pour Apprendre ».Quels impacts peuvent avoir ces cours ouverts en ligne sans limitation de nombre d'inscrits sur les universités françaises ? S'agit-il simplement d'une université ouverte pour le la « formation culturelle  désintéressée » ? Sans doute pas, mais il est bien tôt pour cerner un mouvement qui risque de prendre une grande ampleur dans les prochaines années.Pour aborder les changements potentiels, nous pouvons explorer plusieurs axes :•Le point d'entrée américain est le modèle économique de tels cours, i.e. comment dégager des ressources avec un tel modèle. Cela peut se décliner suivant différents sous-items•Comment l'université peut-elle tirer parti d'offres externes ouvertes ?•Faut-il développer une offre de cours ouverts et comment s'organiser en France ?•Comment l'université peut-elle valoriser une offre de cours ouverts ?•Quelles offres nouvelles pourraient se développer ?•La question de la formation tout au long de la vie peut-elle s'articuler à une offre de cours ouverts ?•Mais certains se demandent également si les campus physiques ont encore un sens à côté d'un campus virtuel.D'autres questions plus techniques sont également évoquées, sur les questions de plates-formes, de la certification, du suivi des participants, sans parler de la place des enseignants, auxquelles des réponses originales sont proposées.Nous n'aurons évidemment pas de réponses définitives à ces questions, mais elles méritent d'être posées ainsi sans doute que de nombreuses autres. La table ronde permettra sans doute d'y apporter quelques éclairages.L’auteur n’a pas transmis de conflit d’intérêt concernant les données diffusées dans cette vidéo ou publiées dans la référence citée.Conférence enregistrée lors du 13ème Congrès International Internet et Pédagogie en Sciences de la Santé et du Sport (IP3S) les 8 et 9 novembre 2012 – Faculté des Sciences du Sport et de l’Education Physique – Université Lille 2Session 1 : Quelle université ouverte en France ?Responsable de la session : Jean-Charles POMEROLOrganisé avec le partenariat de l’UNF3S.Réalisation, production : Canal U/3S et CERIMESMots clés : IP3S, Lille, 2012, UNF3S, UMVF,UNSPF, UNSOF, UV2S, internet, pédagogie, technologie, modélisation, formation, serious game, 3D numérique, Sciences de la Santé, OpenU, Stratégie pédagogique, Tutorat, Banque de données numérique, Formation tout au long de la vie, Gérontologie

Intervention

Dans la même collection