Conférence
Notice
Langue :
Français
Crédits
Marcel LECAUDEY (Réalisation), Musée du quai Branly (Production), CERIMES Centre de ressources et d'information sur les multimédias pour l'enseignement supérieur (Production), Benjamin Stora (Intervention)
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
DOI : 10.60527/6zx2-nd24
Citer cette ressource :
Benjamin Stora. CERIMES. (2016, 17 février). Les révolutions arabes. [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/6zx2-nd24. (Consultée le 18 juin 2024)

Les révolutions arabes

Réalisation : 17 février 2016 - Mise en ligne : 16 mars 2016
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Conférence de l’Université populaire du quaiBranly (UPQB), donnée le 17 février 2016

Ce cycledécrypte des mouvements historiques de révoltes et de combats, pacifiques ounon, qui ont été à l’origine de bouleversements politiques et sociaux, et quirestent, encore aujourd’hui, gravés dans nos cultures et nos imaginaires.

Introduction

"Il n’est pas facile d’analyserdes événements aussi importants que ceux qui ont bouleversé le monde arabe cesdernières années. Cette activité est constamment sujette aux incertitudes d’unehistoire qui s’amuse à décevoir les plus hardis de ses explorateurs. Cesbouleversements ouvrent un horizon de possibles, et posent donc un défi à lanarration historique de cet évènement.

Plusieurs questions peuvent se poser:

Peut-on parler d'échec, à propos des« révolutions arabes » ? Ou au contraire de « reprises d’histoire » sur lalongue durée, de retour aux révolutions  démocratiques nées des promessesdes décolonisations, quand pendant un court moment les peuples arabes sevivaient comme étant au cœur de l’agenda mondial ? Une histoire avortée par lescontre-révolutions des systèmes à parti unique, des républiques transformées enmonarchie ? Et dans ce même mouvement de reprise d’histoire, ces révolutionsréactualisent-elles une histoire plus ancienne, celle d’une ouverture sur lamodernité, souvent idéalisée ou démonisée mais toujours désirée, qui commenceavec la « Nahda » et se termine avec les déceptions successives du XXe siècle ?

Cette communication se veut donc unquestionnement qui, à partir de la longue durée, ouvrent sur les questions duprésent, comme la place de l’islam politique et ses crises, ou l’insertion dumonde arabe dans un espace qui se mondialise."

Intervention

Sur le même thème