Conférence
Chapitres
Notice
Lieu de réalisation
FMSH - Fondation Maison des Sciences de l'Homme, 54 bld Raspail 75006 Paris, France
Langue :
Français
Crédits
Laura MAREGLIA (Réalisation), Camille BONNEMAZOU (Réalisation), Richard FILLON (Réalisation), Elisabeth de PABLO (Réalisation), FMSH-ESCoM (Production), Jean-Marie Schaeffer (Intervention), Yves Chevrier (Intervention), Michel Bonnin (Intervention), Philippe Roussin (Intervention), Sebastian Veg (Intervention)
Conditions d'utilisation
Tous droits réservés.
DOI : 10.60527/2ps8-2546
Citer cette ressource :
Jean-Marie Schaeffer, Yves Chevrier, Michel Bonnin, Philippe Roussin, Sebastian Veg. FMSH. (2009, 20 mai). Rencontre "Fictions du pouvoir chinois. Littérature, modernisme et démocratie au début du XXe siècle" , in + de colloques. [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/2ps8-2546. (Consultée le 18 juin 2024)

Rencontre "Fictions du pouvoir chinois. Littérature, modernisme et démocratie au début du XXe siècle"

Réalisation : 20 mai 2009 - Mise en ligne : 29 juillet 2013
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Rencontre autour de la publication du livre de Sebastian VEG, "Fictions du pouvoir chinois: Littérature, modernisme et démocratie au début du XXe siècle".

En présence de:

Résumé du livre Si la révolution de 1911 a mis fin à l'empire en Chine, c'est seulement le mouvement pour la Nouvelle Culture (4 mai 1919) qui formule véritablement le projet d'une rupture moderne, capable de démocratiser les esprits et d'émanciper les individus. Pour les écrivains qui y participent, la littérature de fiction doit être le vecteur privilégié de cette transformation de sujets en citoyens. Mais la littérature est-elle capable de faire éclore une telle culture démocratique? À travers deux oeuvres fondatrices du canon chinois moderne, La véridique histoire d'a-Q de Lu Xun et La Maison de thé de Lao She, l'analyse porte sur la dimension démocratique de ces « fictions du pouvoir » : sur leur façon de configurer l'histoire, de produire ou de contester des normes politiques, sur leur rejet des schémas idéologiques de l'« engagement ». En confrontant les textes chinois à des oeuvres de Kafka, Segalen et Brecht, Sebastian Veg montre comment, en dépassant les différences culturelles, s'invente une nouvelle façon de penser et d'écrire la fiction. Cette modernité n'est nullement l'apanage de l'Occident, pas plus qu'elle n'apparaît comme importée ou étrangère en Chine. Si le modernisme chinois a ses singularités, c'est surtout à une réflexion critique sur les incertitudes du monde démocratique qu'invite ainsi la littérature dans son ensemble.

SOMMAIRE

  • La littérature et la Chine : empire, nation et colonialisme
  • Le problème de l'histoire : révolution introuvable et rapports de pouvoir inchangés
  • Fiction et normes
  • La fiction, une autre voix ? Fiction et dispositifs de pouvoir
  • La fiction, acte pragmatique démocratique

>>> Ouvrage sur le site des Éditions EHESS

Intervention

Dans la même collection

  • "Mother India" de Manil SURI
    Conférence
    01:24:39

    "Mother India" de Manil SURI

    Coussy
    Denise
    Fleutiaux
    Pierrette
    Suri
    Manil

    Cette Rencontre-lecture avec Manil SURI autour de son roman Mother India était organisée par l'Association France - Union Indienne (AFUI) et les éditions Albin Michel. Avec la participation de

Avec les mêmes intervenants et intervenantes