Conférence
Notice
Date de réalisation
Lieu de réalisation

Mrsh-Caen

Crédits
Nicolas Servissolle (Intervention)
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
DOI : 10.60527/enac-bg12
Citer cette ressource :
Nicolas Servissolle. La forge numérique. (2024, 5 avril). Le « travail sur la langue » dans la poésie de la deuxième moitié du XXe siècle , in L’expérience du poème XXe-XXIe siècles - Journée d’étude LASLAR-Rectorat de Normandie – 5 avril 2024. [Podcast]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/enac-bg12. (Consultée le 25 juin 2024)

Le « travail sur la langue » dans la poésie de la deuxième moitié du XXe siècle

Réalisation : 5 avril 2024 - Mise en ligne : 12 avril 2024
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Le « travail sur la langue » dans la poésie de la deuxième moitié du XXe siècle

Résumé de la communication : 

Dans les années soixante-soixante-dix, une génération de poètes aux écritures très diverses, s’accordant assez mal avec l’idée d’une division du champ poétique entre formalistes et lyriques, considère que l’important en poésie est le « travail sur la langue ». Paradoxalement, chez trois d’entre eux – Jude Stéfan, James Sacré, et Emmanuel Hocquard – l’expérimentation syntaxique semble se faire contre la grammaire. Nous voudrions montrer que l’usage qu’ils font de la langue est cependant plus anormatif qu’agrammatical. En effet, c’est avant tout l’ordre canonique de la phrase qui, dans leurs textes, se trouve perturbé – les langues étrangères telles que l’anglais ou l’italien, ou encore le patois, offrant à ces poètes l’exemple d’autres organisations possibles et les encourageant à la déstructuration syntaxique. Or, ce bouleversement de l’ordre syntaxique, marqué par la disjonction, pourrait bien être le signe de l’intuition qu’ils auraient d’une autre façon d’approcher le réel, témoignant ainsi d’une inquiétude épistémique.

Biographie de l'auteur

Nicolas Servissolle est professeur agrégé de Lettre Modernes dans un Réseau d’Enseignement Prioritaire de la région parisienne, chargé d’enseignement à la Sorbonne Nouvelle, doctorant à l'Université Paris 8. Il est l’auteur d’un essai sur Saint-John Perse (Eloges palimpseste, L’Harmattan, 2008), d’un recueil de poèmes (à la lice, 2003) et d’un roman (Une histoire de Grace, Myriapode, 2015). Il a publié quelques articles dans diverses revues sur la littérature, notamment le Nouveau Roman ou la poésie de la deuxième moitié du XX e siècle (Claude Simon, Yves Bonnefoy, Jude Stéfan, James Sacré), mais également sur la photographie (Lee Friedlander) et la peinture (Léonard de Vinci, Ronan Barrot). Il prépare actuellement une thèse sur la poésie de la deuxième moitié du XX e siècle, en lien avec le Baroque, sous la direction de Martine CREAC’H

Intervention

Dans la même collection