Conférence
Notice
Date de réalisation
Lieu de réalisation

MRSH Caen

Langue :
Français
Citer cette ressource :
La forge numérique. (2019, 8 novembre). Le futur a-t-il encore besoin de nous ?. [Podcast]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/117431. (Consultée le 14 juin 2024)

Le futur a-t-il encore besoin de nous ?

Réalisation : 8 novembre 2019 - Mise en ligne : 28 juin 2022
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Cette communication a été enregistrée dans le cadre du séminaire "Transhumanisme(s) et droit(s)" du pôle Risques de la MRSH.

Agrégé de philosophie (1974) et docteur en sciences politiques (1987), Jean-Michel Besnier est professeur émérite de philosophie à l’université Paris-Sorbonne, où il a créé et dirigé le master « Conseil éditorial et gestion des connaissances numérisées » de 2001 à 2013 et a dirigé l’EA 3559 « Rationalités contemporaines ». Ses recherches actuelles concernent principalement l’impact philosophique et éthique des sciences et des techniques sur les représentations et les imaginaires individuels et collectifs.

Résumé de la communication

Le progrès des biotechnologies, les recherches en sciences cognitives, le  développement des technologies du virtuel ainsi que les promesses générées par les nanotechnologies dessinent l’image d’un futur qu’on aurait jadis reléguée dans la science-fiction. Peut-être ce futur ne verra-t-il jamais le jour. Peut-être demeurera-t-il une utopie pour certains qui le désirent ou une dystopie pour ceux qui le redoutent. Quoi qu’il en soit, le posthumain qu’on annonce à grands renforts de spéculations ou d’innovations révèle l’état présent de notre imaginaire et mérite, à cet égard, d’être interrogé : d’où vient que nous projetions un avenir qui nous aura débarrassés de la condition humaine ? Faut-il que nous soyons fâchés avec nous-mêmes pour consentir à nous laisser « dématérialiser », pour vouloir fusionner avec les machines, pour imaginer nous immortaliser grâce à quelque avatar de substitution ? Tout se passe comme si l’humanité éprouvait une sorte de fatigue d’être soi et comme si elle était disposée à écouter les sirènes de certains techno-prophètes lui annonçant sa prochaine relève dans une nouvelle espèce. Comment résister à cette propension suicidaire ? En influant sur les choix scientifiques et techniques ? En réclamant un moratoire des recherches ? En adoptant une éthique de la vulnérabilité, qui permettrait à l’humanité de se réconcilier avec elle-même ? Mais de quelle sagesse sommes-nous encore capables ?

Sur le même thème