Conférence
Notice
Date de réalisation
Lieu de réalisation

MRSH Caen

Langue :
Français
Citer cette ressource :
La forge numérique. (2018, 16 octobre). Numérique et démocratie. [Podcast]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/132630. (Consultée le 5 mars 2024)

Numérique et démocratie

Réalisation : 16 octobre 2018 - Mise en ligne : 30 août 2022
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Cette conférence a été enregistrée dans le cadre du programme de recherche PandHeMic (ERLIS-CERREV), avec le concours  de l’association citoyenne Démosthène.

Ancien bibliothécaire, Hervé Le Crosnier est enseignant-chercheur à l'université de Caen. Il dispense des enseignements sur les technologies du web (informatique) et la culture numérique (sciences de l'information).

Alors que la naissance de l'internet a été accueillie comme un nouvel espoir, tant par les milieux économiques que par le secteur associatif, les journaux bruissent actuellement d'un rejet massif. Internet serait devenu une menace pour la démocratie, porteur d'infox, détruisant le travail et obnubilant les usagers. Nous ne devons plus considérer l'internet comme un outil, extérieur à nos actions, tant à l'échelle individuelle que collective, mais comme un écosystème dans lequel nous sommes plongés. Dès lors, tous les éléments qui font l'histoire, les affrontements et les collaborations, s'y retrouvent. C'est en tant que tel un espace que la démocratie doit conquérir. La tâche n'est pas aisée, car en quelques décennies, l'internet a vu émerger des géants hyperconcentrés. Ils agissent sur les mentalités et les affects, réduisant la part du débat proprement démocratique, tel qu'il est issu des philosophes des Lumières. La conférence décrit quelques éléments de l'économie de l'attention, notamment la puissance de l'industrie de l'influence quand elle peut se nourrir de données personnelles. Mais les espoirs subsistent dans la construction de communs du numérique, d'activité collectives sur le réseau et de construction d'une opinion par l'extension de la liberté d'expression et le partage des savoirs. Au final, l'usage massif de l'internet et la prégnance du numérique dans nos vies quotidiennes montrent qu'il n'y a pas de «  fin de l'histoire », mais au contraire déplacement des enjeux et des oppositions traditionnelles entre dominants et dominés. Donc la nécessité de s'emparer, tant techniquement que philosophiquement et politiquement de l'espace collectif de l'internet et plus largement du numérique. Et d'imaginer d'autres formes théoriques et pratiques pour une démocratie du XXIème siècle.

Sur le même thème