Conférence

PANEL 4: LA VALEUR NÉOLIBÉRALE DE L’HUMAIN

Réalisation : 19 novembre 2020 Mise en ligne : 19 novembre 2020
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Moderator: Prof. Juliette Grange (Cultural and Discursive Interactions (ICD) / University of Tours - FR)

 Dr Alfredo Gomez-Muller (Cultural and Discursive Interactions (ICD) / University of Tours – FR) - Valeur humaine et valeur marchande dans le débat sur le « bon gouvernement » des Incas, au siècle des Lumières en France

Au XVIIIe siècle les récits surle « bon gouvernement » des Incas deviennent un référent culturelimportant qui va contribuer au renouveau de la pensée politique en Europe. Ces récits donnent lieu à une « controverse »implicite dans laquelle la valorisation ou la dévalorisation du modèle généralde justice distributive des Incas est corrélative à la compréhension del’humain comme valeur ou comme non-valeur subordonnée à la valeur marchande. Se rattachantpour l’essentiel à la matrice narrative élaborée à la fin du XVIe siècle par l’Inca Garcilaso dela Vega, le référent inca acquiert en France et ailleurs le statut de modèle oud’anti-modèle. Considérant l’ordre politique des anciens Incas comme « leplus florissant et le mieux policé qui fut jamais », Morelly inscritcet ordre dans la mémoire égalitaire de la communauté des biens ; frappéspar l’ « absence » de propriété privée dans la société inca,ainsi que par le fonctionnement d’une économie qui n’est pas fondée sur leprincipe de l’appropriation privée et accumulative des biens produitssocialement, Genty et Raynal rejettent le référent inca comme« barbare » et « arriéré » et justifient l’invasioneuropéenne. L’analyse de la« controverse » révèle à la fois les racines de la critique modernedu capitalisme colonialiste et les racines idéologiques du néolibéralismecontemporain.

Dr Pascale Gillot (Cultural and Discursive Interactions (ICD) / University of Tours – FR) L'effacement contemporain de la césure anthropologique : naturalisation de l'humain et occultation du social dans l'ordre néo-libéral

Il s'agira des'interroger sur les enjeux philosophiques et politiques des tendancescontemporaines du “naturalisme”, s'agissant de la question de la césureanthropologique aujourd'hui. Si le rejet contemporain de la figure de l'Homosymbolicus pourrait à première lecture se concevoir dans une perspectiveémancipatrice (le refus du schème de la domination anthropologique sur la“nature”), il recouvre en réalité un mécanisme subreptice, celui del'occultation du social et de l'historique pour la compréhension de laspécificité de la condition humaine. Or ce mécanisme nous apparaîtcaractéristique de l'anthropologie promue par l'ordre néo-libéral. Lenaturalisme , à l'oeuvre particulièrement dans les neurosciences aujourd'hui,tend à la “naturalisation”, voire à la biologisation des phénomènes mentaux etsociaux, renouant de fait avec une certaine forme de psychologisme  centré sur la notion d' “individu”, faisantabstraction des déterminations collectives et historiques en jeu dans lesprocessus d'humanisation et de subjectivation. Un symptôme de cette naturalisation de l'humain, corrélative del'effacement de la distinction nature / culture, n'est autre que l'occultationdu symbolique, l'oubli de la spécificité du langage, dont la traductionphilosophique à l'époque néo-libérale est la condamnation constante ducartésianisme et de la tradition rationaliste en général. A rebours de cenaturalisme contemporain, nous voudrions mettre en lumière la puissancevéritablement émancipatrice de cette tradition rationaliste, dans laquelles'inscrit pleinement la pensée de Jacques Lacan.  En d'autres termes, il s'agit de réactiver,pour la critique du naturalisme contemporain, l'antipsychologisme radical deLacan, indexé à sa théorie de l'ordre symbolique conçu comme ordreconstitutivement humain, et comme condition de possibilité de l'être-sujet, àl'opposé de la réduction de l'humain au registre de l'individualité organique.

Dr Haud Guéguen & Dr Massimiliano Nicoli (Sophiapol / GENA, Paris-Nanterre University – FR) - Reconnaissance de la vie humaine en régime néolibéral

Partant des réflexions deJudith Butler sur les cadres de la reconnaissance faisant qu’une vie peut ounon être reconnue comme humaine et digne de deuil dans une société donnée, nousproposons d’interroger les cadres normatifs de la reconnaissance procédant dela rationalité néolibérale. En nous concentrant sur la question des critèrespermettant d’identifier les vies qui méritent d’être sauvées telle qu’elle setrouve posée dans le contexte du Covid par l’ensemble des think tanknéolibéraux, il s’agit alors de remonter aux principes théoriques qui, dèsGarett Hardin et Friedrich Hayek, assument parfaitement l’idée néomalthusienneselon laquelle discriminer entre des vies méritant ou non d’être sauvéessuppose d’évaluer la valeur de façondifférenciée.

Thèmes
Notice
Contacter

Dans la même collection

Sur le même thème