Conférence

PANEL 5: NÉOLIBÉRALISME, AUTORITARISME ET NÉO-CONSERVATISME

Réalisation : 19 novembre 2020 Mise en ligne : 19 novembre 2020
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Moderator: Dr Jean-François Deluchey (Cultural and Discursive Interactions (ICD) / University of Tours - FR & Federal University of Pará - BR)

 

Prof. Anselm Jappe (Academy of Fine Arts, Sassari - IT) - Critique du néolibéralisme et anticapitalisme tronquée : une mise en garde

Depuisquelques années, de nombreuses critiques sont adressées de nouveau aucapitalisme. Mais qu’est-ce qu’on entend par « capitalisme » ?Très souvent, celui-ci se trouve identifié à ce qui n’est qu’une de ses formeshistoriques, la plus récente : le néolibéralisme, dominé par la finance.Les fondements du capitalisme, c’est-à-dire la marchandise et l’argent, lavaleur et le travail sont tacitement considérés comme « naturels »,voire positifs, et la critique se concentre presque exclusivement sur la gestionactuelle de ces fondements, en indiquant dans la sphère financière la seulecause du lamentable état du monde. Mais un tel « anticapitalismetronqué »  n’est pas seulementinsuffisant, il est même dangereux : en personnalisant les responsabilitéset en sanctifiant les « honnêtes travailleurs », il peut débouchersur le populisme, le conspirationnisme, l’antisémitisme. La critique radicaledes catégories de base du capitalisme n’est pas un « luxe »théorique, éloigné de la praxis, mais constitue la condition principale afinque l’anticapitalisme soit vraiment émancipateur.

Prof. Juliette Grange (Cultural and Discursive Interactions (ICD) / University of Tours – FR) - Le néoconservatisme : le retour à l’ordre moral et religieux comme instrument de l’imposition des valeurs du marché

Cette communication tentera de définir une variété particulière denéolibéralisme : celle que mettent en œuvre les régimes néoconservateurscontemporains (Brésil, Europe de l’Est). La liaison entre un État nationalautoritaire, le retour aux valeurs familiales et au rôle social de la religion,une application des valeurs du marché aux institutions et à la société est-elleleur principale caractéristique ? On s’interrogera sur l’avenir desdémocraties illibérales en particulier en France.

Prof. Pierre Dardot (Sophiapol / GENA, Paris-Nanterre University - FR) - Néolibéralisme ou libéralisme autoritaire?

    Le néolibéralisme comme doctrine politique s’est formé au début des années1930 dans un contexte singulier : conquête du pouvoir par le fascisme enItalie, émergence d’Etats autoritaires, montée du nazisme en Allemagne. Cesconditions historiques très particulières, loin d’être purement accidentelles,ont contribué à donner au néolibéralisme sa physionomie durable, notamment sa prédilectionpour l’Etat fort, sinon dictatorial. Par là le néolibéralisme se distingue dulibéralisme du XXe siècle, notamment du libéralisme manchestérien. La dénomination de « libéralisme autoritaire »,forgée par le philosophe Hermann Heller en 1933 pour rendre compte des prisesde positions de Carl Schmitt à la veille de l’accès du nazisme au pouvoir, aété de nos jours reprise pour caractériser le néolibéralisme lui-même.  Cette dénomination est cependant confuse ence qu’elle donne à entendre une continuité entre libéralisme et néolibéralisme,ce dernier ne se distinguant que par la combinaison d’un autoritarismepolitique et d’un libéralisme économique. En réalité, le néolibéralisme doitson originalité à la combinaison de l’Etat fort et d’un interventionnismejuridique prenant la forme d’un constitutionnalisme de marché.

     

    Thèmes
    Notice
    Contacter

    Dans la même collection

    Sur le même thème