Conférence

Sound synthesis and perception : composing from the inside out (and a bit of history)

Réalisation : 25 septembre 2014 Mise en ligne : 25 septembre 2014
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Par John Chowning.

This lecture/demonstration will show the development of 4-channel spatialillusions – spatialization – and how it led to the discovery of FM synthesis. Itsdevelopment, advanced by Jean-ClaudeRisset’s analysis-synthesis research atBell Telephone Laboratories beginning in1964, gave rise to perceptual insights thatled to the synthesis of the singing voice.Inspired by Risset’s melding of pitch-space and spectral-space in Mutations(1969), I extended his idea in Phonē (1981)to include continuous transformationsbetween timbres that can only be realizedthrough sound synthesis. The theoreticalunderpinnings of both Phonē and Voices(2004-2011) – the scale (pitch-space)and the inharmonic timbres (spectral-space) – are rooted in the Golden Ratio, a construction first conceived for Stria(1977).

John MacLeod Chowning est né le 22août 1934 à Salem, New Jersey. Il étudie le violon et la percussion à Wilmington,dans le Delaware. De 1952 à 1955, ileffectue son service militaire dans lamarine (Navy School of Music). En 1959, il obtient son Bachelor of Music de l’Université Wittenberg, à Springfielddans l’Ohio. De 1959 à 1962, il étudie lacomposition et la théorie à Paris avecNadia Boulanger. De retour aux États-Unis, John Chowning achève sa formationuniversitaire à l’Université Stanford avecun Master of Arts (1962-1964), et obtientle titre de Doctor of Musical Arts en 1966.L’Université Stanford l’emploie commeprofesseur assistant de musique de 1966à 1972, en tant que professeur adjoint de 1975 à 1979 et comme professeur de1979 à 1996. À Stanford, John Chowningfonde, en 1975, le Center for ComputerResearch in Music and Acoustics, centrequi soutiendra activement la formation del’Ircam et avec lequel l’Ircam restera lié.John Chowning dirige le CCRMA jusqu’àsa retraite en 1996 – le titre de professeurémérite lui est alors décerné.

L’œuvre musicale de John Chowning nepeut être séparée de ses recherches sur la localisation et le mouvement des sons dans l’espace, qu’il commence à simulerdès 1964 en utilisant le logiciel Music IVde Max Mathews. En 1967, Chowningdécouvre un moyen pratique d’obtenirdes spectres sonores dynamiques –indispensables pour créer une illusionspatiale efficace – sans recourir à lasynthèse additive : il dépose en 1975 lebrevet de la synthèse par modulation defréquence (qui sera exploité par la firmeYamaha notamment dans la conceptiondu synthétiseur DX7).

Les trois premières pièces de JohnChowning, Sabelithe (1971), Turenas(1972) et Stria (1977) reflètentmusicalement ses préoccupations etdécouvertes techniques. Avec Phonē(1981), fruit d’une collaboration avec l’Ircam, la synthèse par modulation de fréquence est étendue à la voixchantée. Voices (2004-2011), poursoprano et ordinateur, exploite toujoursles techniques mises au point par lecompositeur au long de sa carrière, etintègre le traitement – via le logiciel Max/MSP – de la voix captée en temps-réel.

Thèmes
Notice
Langue :
Anglais
Conditions d'utilisation
SCRIME-Labri - Tous droits réservés
Citer cette ressource:
SCRIME. (2014, 25 septembre). Sound synthesis and perception : composing from the inside out (and a bit of history). [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/87147. (Consultée le 19 mai 2022)
Contacter

Sur le même thème