Conférence

Le mouvement socialiste en exil face au défi de l'émigration économique espagnole en France et en Belgique (1956-1975) / Bruno Vargas.

Réalisation : 7 février 2014 Mise en ligne : 7 février 2014
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Le mouvement socialiste en exil face au défi de l'émigration économique espagnole en France et en Belgique (1956-1975) / Bruno Vargas. In Journée d'études "Regards croisés par delà les frontières : échanges, migrations et perceptions indentitaires (XXe-XXIe siècles) organisée par l'Institut de Recherche et d'Études Culturelles (IRIEC) de l'Université de Toulouse II-Le Mirail, et coordonnée par Cécile Mary Trojani et Marie-Louise Ollé, 7 février 2014.

A la fin des années 1950, l'Espagne, poussée par le FMI et la Banque mondiale, met en place un plan de stabilisation et de libéralisation au moment où le reste de l'Europe vit les "Trente glorieuses" et que les pays en développement avec une croissance de 7% vont avoir besoin de main d'oeuvre. Ce plan de stabilisation va induire un chômage important en Espagne et l'exil en plusieurs vagues de milliers de migrants économiques espagnols. Pendant la période franquiste,  1959 et 1974, un peu plus de 600000 espagnols (officieusement plus de 1 200 000 de personnes) vont venir travailler en France, majoritairement dans de petites entreprises du secteur de la construction (55%), dans l'agriculture (15%) et dans les services à domicile (55% des femmes, dans la région parisienne), c'est à dire dans des petites structures artisanales ou familiales sans syndicat ni culture syndicale. Les vieux militants espagnols de l'Union générale des travailleurs (Unión General de Trabajadores), l'UGT, syndicat socialiste espagnol installé en France depuis 1939, vont accueillir les jeunes migrants économiques espagnols en pensant les former pour constituer la relève socialiste à la mort de Franco.

* Illustration du programme et du générique de la séquence vidéo d'après une oeuvre de Lourdes DE LA VILLA LISO ("El barco que toca los ojos", 2002).

Intervenants
Thèmes
Notice
Langue :
Français
Crédits
Université Toulouse II-Le Mirail SCPAM (Publication), Université Toulouse II-Le Mirail (Production), Samir BOUHARAOUA (Réalisation)
Conditions d'utilisation
Tous droits réservés à l'Université Toulouse II-Le Mirail et aux auteurs.
Citer cette ressource:
UT2J. (2014, 7 février). Le mouvement socialiste en exil face au défi de l'émigration économique espagnole en France et en Belgique (1956-1975) / Bruno Vargas.. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/70015. (Consultée le 25 mai 2022)
Contacter
Documentation

VARGAS, Bruno, KAHN, David. (2012. Aproximación a la militancia sindical de los españoles en Francia. Caso de la CGT y de la CFDT (1956 - 1971), en Manuela Aroca Mohedano (dir.), Presencia y activismo de los españoles en las organizaciones sindicales europeas, 1960-1994. Madrid, 34-81.

VARGAS, Bruno, FARRÉ, Sébastien, SANZ, Carlos, SIMÓN, Manuel. 2010. UGT y el reto de la emigración económica, 1957-1976. Madrid, Ed. Fundación Francisco Largo Caballero, 283 p.

ALTED, Alicia, AROCA, Manuela, COLLADO, Juan Carlos (dirs.). 2010. El sindicalismo socialista español. Aproximación oral a la historia de UGT (1931-1975), Madrid, Fundación Francisco Largo Caballero, 407 p.

VARGAS, Bruno (dir.). 2008.  La Seconde République espagnole en exil en France (1939-1977). Albi, Presses universitaires de Champollion, 311 p.

VARGAS, Bruno, MORENO SÁEZ, Francisco (dirs). 2007. Dramas de refugiados. Epistolario de Rodolfo Llopis y otros dirigentes socialistas alicantinos (1939-1947). Valencia, Fundación Instituto de Historia Social-UNED, 242 p.

JORNET, José. 2005. Républicains espagnols en Midi-Pyrénées: exil, histoire et mémoire. Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 362 p.

VARGAS, Bruno. 2003. EL socialismo español en el exilio y la construcción europea. Madrid, Fundación Indalecio Prieto, 2003, 115 p.

La Fundación Francisco Largo Caballero (Madrid)

Creada por iniciativa de UGT la Fundación Francisco Largo Caballero tiene desde su constitución en 1978 una fuerte vocación de apertura hacia la sociedad y la permanente aspiración de ser un lugar de encuentro abierto

Website du Réseau Exilio

plural y democrático para todas las personas e instituciones interesadas en el estudio de los problemas sociales y en la mejora de las condiciones de vida de aquellos colectivos socialmente mas desfavorecidos

Dans la même collection

Sur le même thème