Canal-U

Mon compte
Fondation maison des sciences de l'homme

Le sublime et l'image vivante chez Longin, Usher et Burke


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/fmsh/embed.1/le_sublime_et_l_image_vivante_chez_longin_usher_et_burke.30207?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
VAN ECK Caroline

Producteur Canal-U :
Fondation maison des sciences de l'homme
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


Le sublime et l'image vivante chez Longin, Usher et Burke

Avec l’émergence des nouveaux discours historiques, critiques et philosophiques sur l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, un thème central de la tradition rhétorique et poétique devient très problématique : l’idéal de l’enargeia, de la représentation qui est tellement vive que le spectateur croit être en présence de l’être vivant représenté, et le mène à traiter le tableau ou la statue comme une personne vivante et agissante. Ce genre de réponse fut très répandue, et des nombreuses sources en témoignent, mais au cours du XVIIIe siècle, il est de plus en plus relégué dans le domaine de la confusion cognitive, le primitivisme, l’idolâtrie religieuse ou le comportement sexuel inadmissible.
Dans ma contribution, je voudrais considérer dans un premier temps que ce genre de réponse peut seulement être compris comme une experience du spectateur : les œuvres d’art sont de la matière inanimée, et c’est dans l’expérience du spectateur qu’elles commencent à vivre. Dans un second temps, je voudrais argumenter que le sublime de Longin et de Burke offre des moyens à penser cette expérience qui sont en fait assez proches de la théorie récente de l’agence des images développée par l’anthropologue Britannique Alfred Gell dans Art and Agency.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte