Canal-U

Mon compte
Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand

Le complexe routier et cultuel gallo-romain du col de Ceyssat au pied du Puy de Dôme : confrontation des données archéologiques, topographiques et lidar du point de vue du MNT


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/msh_clermont_ferrand/embed.1/le_complexe_routier_et_cultuel_gallo_romain_du_col_de_ceyssat_au_pied_du_puy_de_dome_confrontation_des_donnees_archeologiques_topographiques_et_lidar_du_point_de_vue_du_mnt.62579?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter la chaine
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter

Le complexe routier et cultuel gallo-romain du col de Ceyssat au pied du Puy de Dôme : confrontation des données archéologiques, topographiques et lidar du point de vue du MNT

Intervention de Jean-Paul Brun (entreprise INAIRTECH)

Les fouilles conduites au col de Ceyssat au début des années 2000 ont révélé un important complexe routier et cultuel d’époque romaine lié, d’une part, au franchissement de la chaîne des Puys par la voie d’Agrippa reliant Lyon et Saintes par Clermont et, d’autre part, à l’accueil des « pèlerins » venus pratiquer le culte de Mercure dans le grand temple implanté au sommet du puy de Dôme. Ces fouilles ont mis en lumière l’ampleur des travaux de terrassement qui ont permis d’aménager les versants abrupts des divers volcans. Depuis, le site a été couvert par deux lidar : le LidArverne réalisé en 2011 avec une résolution de 3 points au mètre carré et un lidar à haute résolution (500 points au mètre carré) réalisé en 2020 au moyen d’un drone. L’ensemble du site et de ses accès routiers ayant fait l’objet d’une implantation topographique très serrée (40 stations, 960 points cotés), l’opportunité se présente de confronter les résultats de chaque méthode : qu’apporte le lidar à haute résolution par rapport au LidArverne ? La résolution supérieure est un atout dans plusieurs domaines : pour cibler les sondages, croiser les anomalies topographiques et géophysiques, faire des coupes topographiques partout sur le site avec une certaine précision (à définir, grâce à une confrontation méthodique avec les données topographiques) ; le "calibrage" peut aussi permettre d’extrapoler les données topographiques à l’ensemble du site pour cartographier, par exemple, les systèmes de terrasses artificielles qui structurent l’agglomération. Concernant plus spécifiquement le thème de la journée d’étude, nous proposons de choisir quelques coupes stratigraphiques emblématiques relevées en fouille (terrasses artificielles et voie romaine) et de comparer les valeurs topographiques avec les données des deux lidar.




 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte